//img.uscri.be/pth/67c232deca7aca4c23cbf17e38b448316453813a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'Oiseau-lyre des fagnes

De
292 pages
Ce récit est d'abord une incitation à un voyage où le passé invite à naviguer au fil de la Meuse. Puis, le présent retrouvé engage deux amis à une exploration forestière. Cette randonnée pédestre les amènera sur d'anciens sentiers mérovingiens et sur le toit des Ardennes, le sommet de la Croix-Scaille, avant de croiser des chasseurs et des braconniers. Mais le vrai personnage de ce récit reste les Ardennes, ses paysages multiples qui plongent le lecteur au plus profond de ce terroir, de ses croyances ancestrales et de ses coutumes.
Voir plus Voir moins
Paul Dunez
L’OISEAULYRE DES FAGNES Nouvelles insolites des Ardennes
L’oiseau-lyre des fagnes
Paul Dunez
L’oiseau-lyre des fagnes
Nouvelles insolites des Ardennes
Du même auteur L’affaire des Chartreux,L’Harmattan, 2000Les Crépitement du Diable,L’Harmattan, 2002 L’Orante, sur la Via Domitia,L’Harmattan, 2004 L’Ecuyer du Colisée féodal,L’Harmattan, 2007Biographie de Julien LauprêtrePrésident du SPF (Préface de Patrick Poivre d’Arvor), L’Harmattan, 2009 Les Grandes Hazelles ardennaises,L’Harmattan, 2011 Guide historique du Château d’Excideuil (en Dordogne), Éditions du Périgord,2013Le troubadour des Ardennes Enguerrand de Castrice, L’Harmattan, 2014© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12605-0 EAN : 9782343126050
Notes de l’auteur L’Oiseau-Lyre des Fagnes est un récit qui se subdivise en quatre épisodes. Ceux-ci sont des Nouvelles Insolites des Ardennes qui se suivent à quelques années de distance. Ces évènements sont issus de faits réels vécus par deux amis et complices ; Jean-Eudes de Saint-Hubert, poète fataliste, et Josserand Valbreuil, journaliste avisé. Ceux-ci parcourent ensemble le temps du pays ardennais, se transformant en spectateurs actifs à travers des situations trouvées par hasard, en suivant le fil de la Meuse jusqu’aux fagnes des Hauts-Buttés, en passant par les vallées de la Goutelle et de la Semoy. Les noms de certaines personnes ont été modifiés, sauf, avec leurs accords, les noms suivants : Jacques Roynette dans « la Maison Blanche », Marcel Hénon dans « Requiem pour la Dauphiné », Patrick Fourgon dans « le Braconnier Honorable », et Marc Poncelet dans « Ad Alta Terra Ardana ». D’autre part, pour plus de cohérence, nous trouverons parfois dans un ensemble unique et solidaire le poète, le journaliste et le narrateur. Au lecteur de décoder le temps des Ardennes. Ces Nouvelles du temps présent ne sont pas inspirées d’histoires vraies ; ce sont des histoires vraies ! Cet ouvrage n’a d’autres ambitions que de conter ces récits dans l’humilité des temps d’aujourd’hui et avec l’atmosphère d’une certaine poésie ardennaise dans sa prosodie. Un clin d’œil à l’écrivain Yann le Huron, dit capitaine Yauque par les bourgmestres des environs. Il est l’infatigable interprète de nos bois et l’apôtre des forêts profondes ; les Ardennais auront reconnu l’homme en question : le chroniqueur de la Beuquette, et l’auteur de L’été de la Saint-Martin et de Bille de Chêne ; « une
5
Enfance Forestière ». Pour nos belles forêts, pour ces magnifiques solitudes, pour ces splendides palais de la nature sauvage, il leur fallait bien un poète épique ! Un deuxième clin d’œil amical au maitre ès-ordinateur, Jean-Paul Gibaru de Nouzonville qui décrypta mes textes simples, les rendant visibles sur la Toile compliquée où le patois ardennais n’est pas absent. Enfin comment oublier, dans l’agrégation de mes notes éparses, Théophile Malicet le forgeron-poète de Nouzon, auteur en particulier de « Debout Frères de Misère », homme sage et bienveillant. J’ai eu la chance de suivre, avec d’autres petits camarades, son enseignement sur la vie des ouvriers, les yeux vers les étoiles, en 1952, rue du Hochet à Nouzon. §§§
6
J’agite les mots dans mes paragraphes comme un pinceau dans un godet. J’ai mis en branle autour de ces images une agitation irradiante, et chacune de ces images, appelle ses voisines à l’aide pour retrouver mieux leur énergie commune. Michel Butor, écrivain ardennais. J’ai vu passer des ombres. J’ai vu l’ombre tournante des « boites à laver » Penché sur la Goutelle, au ru d’Napon bercé, J’ai vu sourire une ombre d’enfant émerveillé Et sur l’Ardenne sombre, le soleil se lever Gérard Baudoin, poète ardennais Quand il y a quelque chose qui ne va pas, filez en forêt, vous serez guéri. La forêt ardennaise, c’est quelque chose d’inouï. Simon C., artiste ardennais
Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage Quand reverrai-je, de mon petit village Fumer la cheminée, et en quelle saison Reverrai-je le clos de ma petite maison blanche. Joachim du Bellay
Le mot de l’éditeur Quelques extraits de presse sur les précédents ouvrages de l’auteur valent mieux qu’un long discours de présentation. L’écrivain est un poète, je le pense sincèrement, mais surtout un homme qui aime son terroir et qui veut faire partager ses sensations forestières aux touristes amoureux des pays de France, et bien sûr en particulier, à son pays des Ardennes. Directeur de Collection F.Van der Motte, avocat H. à la Cour. Professeur à l’Ecole des Barreaux.