La Couleur de l

La Couleur de l'aube

-

Livres
330 pages

Description

Moi, Doha, le monde-nature, je protège les hommes depuis toujours. Mais je meurs.

Les Villes ont accaparé mes protégés, elles les manipulent en influençant leurs émotions jusqu’à la folie. Tout n’est plus que haine, hypocrisie, jalousie, luxure et colère ; et moi, je ne peux rien faire, incapable d’atteindre le coeur des hommes. Des nuages recouvrent le ciel, chaque jour plus épais, volant mes couleurs pour ne laisser que celles des Villes : gris, marron, noir. Je n’ai plus de forces...

Mon seul espoir réside en une jeune princesse, Alya. Elle pourrait résister, si seulement elle s’ouvrait à moi. Si seulement elle retrouvait l’espoir, pour le propager parmi les hommes.

Le contact d’une main peut changer bien des choses.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 avril 2014
Nombre de lectures 15
EAN13 9791090931466
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Agnès MAROT
LA COULEUR DE L'AUBE
(extrait)
Éditions ARMADA www.editions-armada.com
À mon Prince, qui m’a fait découvrir la couleur de l’aube, Et à Ioana, sans qui elle n’aurait jamais vu le jou r.
Sommaire
Prélude Partie I Chapitre 1 Biographie Déjà parus aux Éditions ARMADA Crédits
Prélude
Le tonnerre gronda au-dessus des hommes, râle d'imp uissance échappé des entrailles de la nature. Doha saignait. Elle qu'on appelait le monde, la nature et la mère de toute vie, elle qu'on chérissait autrefo is comme une sœur et une amie, se retrouvait livrée à elle-même, délaissée p ar ceux qu'elle cajolait depuis sa création. Doha se débattait contre les cinq vill es qui rongeaient progressivement le cœur de chacun de ses habitants. Depuis des siècles, les Cinq cités cherchaient à la contrôler en manipulant les hommes, à échapper à l'équilibre que la nature leur imposait pour mainte nir l'harmonie entre les humains qui l'habitaient, les éléments qui la nourrissaient et la pulsion de vie qui émanait d'elle. Doha étouffait, peinait à respirer un air qui lui avait appartenu ; ses forces s'amenuisaient à mesure que les Cinq gag naient en puissance. Même les éléments, ses fils, perdaient leur liberté sous les assauts des villes. La terre, autrefois riche et fertile, deven ait aride pour empêcher les hommes de se nourrir ; le feu brûlait les forêts, s échait les plantes, portait à Doha des coups chaque jour plus douloureux ; l'eau des lacs dévastait les champs, celle des puits croupissait pour répandre l es maladies ; l'air, enfin, amassait les nuages au-dessus des têtes pour voiler les couleurs qui disparaissaient peu à peu, laissant dans le cœur de s hommes une morosité permanente. Dans un accès de rage, Doha lança un appel à ceux q u'elle nourrissait. Elle convoqua le vent, son allié le plus fidèle. Elle or donna à la pluie de la rejoindre dans sa lutte. Sa fureur déchira le ciel d'éclairs d'un blanc éblouissant, ses hurlements firent trembler le sol et pleurer les nu ages. Pas un instant la nature-mère ne chercha à blesser. Elle voulait juste rappe ler à ses protégés, les hommes, qu'elle était encore en vie. Qu'ils pouvaie nt encore la sauver, devenir à leur tour ses protecteurs dans la lutte contre les Cinq, les villes qu'ils avaient construites. Eux seuls étaient capables de maîtrise r celles qu'ils avaient créées et qui s'étaient retournées contre eux. Dans un dernier espoir, Doha fit pousser des arbres et des fleurs aux couleurs vives dans un petit jardin pour réveiller la conscience des humains. Le vent, joueur, s'y installa, virevolta parmi les feu illes des arbres, fit danser les cheveux d'une fillette qui comptait les pétales d'u ne marguerite. Il fut touché par sa joie de découvrir la plus simple des plantes. Il lui chuchota à l'oreille des mots qu'elle ne comprit pas, la protégea de la pluie qui pleurait pour Doha, l'enveloppant d'un cocon de douceur pour transforme r les lourdes gouttes en caresses réconfortantes. À sa façon, il sublima la détresse de la nature dans le jardin qu'elle avait façonné ; il cajola l'herbe fo ulée par la fillette, fit scintiller les gouttes de rosée parsemées sur le sol et créa un en droit féérique qui contrastait avec le reste du monde. Puis il dit à Doha : « J'ai montré ton vrai visage à une humaine. Je lui ai offert les couleurs, le calme et la magie de la nature pour qu'elle apprenn e à te connaître. Quoi qu'il arrive, elle se souviendra de toi telle que tu es v raiment. C'est la meilleure arme que je peux t'offrir. » Alors, Doha, épuisée par son récent combat, remerci a le vent et apaisa la colère des cieux. Terre et eau essayèrent à leur to ur de toucher le cœur des
hommes pour aider la nature, leur mère et leur amie . Mais les Cinq villes connaissaient mieux que quicon que le fonctionnement des humains qui les avaient créées. Elles se défend irent sans effort contre Doha, retournant contre elle ses protégés pour affe rmir leur emprise sur le monde. Elles s'emparèrent des émotions des hommes p our diriger leurs actes, brisèrent l'équilibre de leurs sentiments et volère nt leur libre-arbitre. Et quand, blessée par le revirement de ceux qu'elle avait tou jours choyés, Doha appela à son secours la fillette qui connaissait son vrai vi sage, celle qui saurait échapper aux Cinq, seul l'écho du silence répondit à sa souffrance.
I La dernièrenuit
Chapitre1 Plongéedansl'obscurité
Il fut un monde où les couleurs se ternissaient jou r après jour. Un monde où les sentiments devenaient les armes d'une lutte entre les villes et la nature. Dans ce monde, nul ne s'apercevait de l'obscurité q ui s'installait progressivement sur les cieux et dans les cœurs. Nu l sauf, peut-être, quelques hommes et une fillette aux cheveux blonds. C'est dans ce monde qu'est née Alya, la princesse a u bandeau. Chant du bandeau,premier couplet Interprété à la Cour par Terathiel, ménestrel officiel de Yildiz. Six ans Tout devient noir. Je ne vois plus rien. Je le sava is, on me l'avait dit, mais je ne veux pas. Je serre les poings pour éviter de me frotter les yeux. « Tu ne dois pas pleurer, ni crier, ma petite, ne l'oublie pas. Il y va de ton honneur et de celui de ton père. » Je mordille mes lèvres. Nethy sera f urieuse si je désobéis. Mais ce noir, ce vide… J'ai peur, j'ai si peur, toute se ule ! Un éclat de rire me fait sursauter. Je me souviens des gens autour de moi. Des grandes personnes. J'entends des bruits que je connais. Un chat miaule et une enfant lui parle. On dirait qu'elle n'a pas env ie qu'on l'entende. Pour ne pas déranger la cérémonie ? Plus proche, je reconnais u n souffle irrégulier, celui d'un adulte, avec un parfum de lavande. Je sais, c' est ma nourrice, ma Nethy ! Pourquoi elle ne m'aide pas ? Elle m'a dit… Elle m' a dit que je devais être une grande fille, que personne ne me guiderait aujourd' hui. Que je ne devais pas avoir peur. Mais moi, j'ai peur quand même. Je déte ste le noir. Je veux juste voir la lumière… Si je bouge, je vais tomber. Comment je vais retrouver la salle du repas si on ne m'aide pas ? Je compte dans ma tête jusqu'à dix le plus vite possible pour ne pas me mettre à pleurer devant tou t le monde. C'est interdit. Je sens une odeur de pain chaud. D'où elle vient ? Peut-être que je vais trouver à manger là-bas ? Je fais un pas en avant. Je tâtonne le vide autour de moi. Tout ce que je connais est parti dans le noir. Je manque de tomber. J'ai envie de hurler pour que Nethy vienne me chercher, comme quand je me fais mal. Personne ne me caresse pour me consoler, perso nne ne me parle avec tendresse pour me rassurer. Qui viendra me réveille r quand je ferai un cauchemar, dans cette Nuit ? Je me sens toute petit e au milieu des gens dont je devine la présence : ils doivent se moquer de moi, attendre que je trébuche pour rire tout haut. Ils me regardent. Je le sais, on me l'a dit : « Tout le monde te regardera, ma petite. Tu devras être courageuse ». Mais dans le noir, je ne suis pas courageuse, Nethy ! Pitié, quelqu'un, quelque c hose, rendez-moi mes couleurs ! Marcher. Tomber. Me relever. Marcher encore. Écoute r. Respirer lentement, ne pas pleurer. Avancer. Peut-être que là-bas, au b out du chemin, une lumière m'attend ?
La fête est finie, les invités sont partis. Papa au ssi. Il est retourné dans son cabinet après le repas sans me parler. Peut-être qu 'il est déçu parce que je suis tombée et que j'ai pleuré ? Je n'ai pas fait exprès … Quand je suis arrivée dans le couloir qui part de la salle de la cérémonie, j' ai trébuché sur un tapis. J'ai perdu l'équilibre et je ne voyais pas où me rattrap er. Je ne savais pas quand je toucherais le sol, j'ai presque été surprise quand j'ai senti le choc contre mes mains et mes genoux. Pourtant, j'étais déjà tombée, avant, mais là c'était différent. Nethy n'est pas venue me chercher. J'ai dû me relev er toute seule, alors que j'avais mal. Après, je ne savais plus où j'étais. J 'ai demandé de l'aide et personne ne m'a répondu, alors j'ai pleuré même si je n'avais pas le droit. Nethy me réconforte toujours quand je pleure. Cette fois, elle n'a rien fait. Elle m'a abandonnée. J'ai fini par m'asseoir pour attendre q ue quelqu'un se décide à m'aider. Le sol était très froid. J'ai marché à qua tre pattes jusqu'au tapis parce que c'était désagréable. Une main m'a relevée brusq uement, et j'ai eu mal au bras là où elle m'a serrée. J'ai senti dans son ges te la menace de me punir si je recommençais. J'ai eu peur. Il y avait plein d'odeurs autour de moi, je n'arriv ais pas à les reconnaître pour trouver de l'aide. Elles se mélangeaient toutes : l a lavande avec le cuir, le pain avec l'huile qu'on met dans les cheveux. Finalement , j'ai avancé au hasard pour qu'on ne me gronde pas de rester immobile ; j'ai es sayé de retenir mes larmes mais je n'y suis pas arrivée. Le bandeau sur mes ye ux était trempé mais je n'ai pas osé le toucher parce qu'on me l'a interdit, alo rs que je n'avais qu'une envie : l'arracher. C'est pas ma faute si j'ai peur du noir ! Je leur ai dit. Ils n'ont pas réagi, ils ont attendu que je trouve mon chemin. J'ai continué à avancer tout droit dans le couloir en me tenant au mur pour ne pas tom ber. La tapisserie était douce sous mes doigts. J'ai entendu des froissement s de tissu derrière moi, et aussi des murmures. Quand j'ai hésité, j'ai même pe rçu un rire moqueur juste à ma droite, un rire qui puait le vin. À un moment, j'ai senti le creux dans le sol devant la salle à manger, celui dans lequel je me suis foulé la cheville quand j'ét ais petite. J'ai tourné pour trouver la porte, toute fière. Je me suis trompée d e sens. Je voulais m'appuyer sur la poignée mais mes mains n'ont touché que du v ide et j'ai encore trébuché. Cette fois, je me suis relevée seule, j'ai fait dem i-tour et je suis entrée dans la salle pour le repas, comme on m'avait demandé. La b ouffée de chaleur à l'odeur de bois brûlé qui m'a accueillie m'a confirmé que j e ne m'étais pas trompée. J'ai dessiné dans ma tête la grande table au centre de l a pièce, avec des chaises de chaque côté et la cheminée tout au fond, sur le mur plus sombre que les autres. J'ai essayé de me souvenir où étaient les meubles a vec la jolie vaisselle mais je n'ai pas réussi. J'ai eu peur de casser quelque cho se si j'avançais encore. Heureusement, les invités ont applaudi et j'ai de n ouveau senti le parfum de lavande à côté de moi. Nethy m'a aidée à m'asseoir sur une chaise, elle m'a dit que j'étais une grande fille maintenant, que je n'a urais plus peur du noir. Papa, lui, n'a rien dit.
« Fiston ! Vient-y donc voir par là que j'ty appren ne les mots ! — Ça sert à rien m'man, tu l'sais ben. Les livres c 'est rien que pour les riches. Nous aut' fangeux z'avions rien à y faire. — Tais-toi donc, garnement ! J'te dis qu'tu vas fin ir d'apprendre à lire, et vite !
Ma mère m'a appris et sa mère avant elle ; c'tune c hance ! J'veux point qu'tu grandisses dans c'te masure avec les aut' boueux ; on va bientôt parler comme les riches et on va s'faire embaucher au château. » M'man a rien compris. Elle s'est d'jà fait avoir pa r un noble, et elle veut encore éduquer l'mioche que ça lui a causé comme si c'était un riche. Moi j'dis que c'est pas parce que mon père l'a mise en cloque que j'ai son sang dans l'corps : tout c'qui m'a donné, c'est une vie d'mis ère. J'veux pas aller traiter avec ces foutus riches et j'veux pas baisser la tête d'v ant eux. J'préfère encore rester dans la fange. Pis les aut' me regardent bizarr'ment quand j'leur montre que j'sais lire. Many a ce p'tit sourire en coin qu'on dirait que c'est u n fauve, j'me d'mande toujours si y va pas essayer d'me manger. Tomy a d'jà essayé d' me voler le livre : y sait pas à quoi ça sert mais y veut toujours c'qu'il a p as. Ah, et y'a aussi Ted. Lui y m'fait vraiment peur. Un jour l'a tué un chat juste parce qu'il était assis à sa place. J'crois bien qu'il pense qu'j'veux dev'nir riche juste pour être mieux qu'lui ; l'a rien compris, moi j'veux juste rester avec eux. C'est m'man qui fout tout en l'air, avec ses idées d'vivre au château comme dome stique d'la princesse. Elle, si j'la tenais, j'lui f'rais mille morts. Paraît qu'elle mange tous les jours, et même plusieurs fois ! C'pas humain de s'empiffrer a utant. Elle pourrait m'donner un peu, mais non, même pas elle sort du château, el le va pas nous filer à bouffer. Remarque, elle survivrait sans doute pas. Ça doit être pour ça qu'son père l'enferme. J'suis bien content qu'mon père à m oi soit pas là : j'lui aurais montré moi, comment c'est qu'la vie dans la fange ! Ça aurait fait du bien à sa gueule de noblion. Prendre ma mère et partir sans m ême lui laisser un sou, c'était salaud. L'pire, c'est qu'les aut' ont été j alouses de m'man : elles sont sûres qu'elle a caché l'magot quelqu'part, et d'pui s elles lui font des misères. Mais moi j'sais bien qu'y a pas d'magot, y m'a rien laissé d'autre qu'une peau plus foncée. Mon estomac me l'rappelle à chaque foi s qu'j'oublie.
Nethy a menti. J'ai encore peur, même après deux mo is dans le noir. J'essaie d'oublier, je m'occupe dans mon jardin et je joue a vec une pâquerette – je crois que c'en est une ? Elle a un cœur tout doux et des petits pétales si fins que je les arrache sans faire exprès. Je sens le tissu dél icat se déchirer sous mes doigts. Le vent se lève d'un coup ; c'est bizarre, je ne l'avais jamais senti si fort ici. Les murs me protègent bien d'habitude. Pourtan t je n'ai pas froid, l'air est joueur, caressant. Mes cheveux me chatouillent le v isage quand il les soulève. Au moment où il se glisse dans le creux de mon cou, j'ai l'impression de l'entendre rire. Ce que c'est amusant ! Peut-être q u'il essaie de me dire quelque chose ? Mais non, il s'en va, il me laisse seule av ec ma fleur arrachée dans les mains. Soudain, mon cauchemar revient. Jelevois, comme avant. Il est encore plus menaçant que la dernière fois. Ses grands yeux somb res me regardent. Il s'approche, il va m'attraper ! J'essaie de sortir d u noir mais le bandeau m'en empêche. Je crie. Il est là, Nethy, il est encore l à ! Il m'attend dans le noir, il va me prendre ! Il approche tout près de moi, je sens son haleine de fruit pourri sur mon visage. Si je ne fais rien, il va me tuer ! J'agrippe le bandeau et je tire de toutes mes force s pour retrouver enfin le soleil etle faire fuir. Je hurle si fort que ma voix se casse. J'ai l'impression d'arracher ma propre peau. C'est comme si on avait mis le feu à mon visage. Je me plie en deux et enfonce mes ongles dans mon bras pour que s'arrête cette