La dernière Audience, celle auprès du Roy

-

Livres
14 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Halen n'a qu'une idée en tête, rencontrer le Roy des Miracles. Ni la guerre entre les Insectes et les Manipulateurs de Golems, ni la distance depuis la Mer de Soufre jusqu'à la forêt d'Eliande ne l'ont détourné de cet unique objectif : demander au grand seigneur qu'il répare Joren, son ours en peluche et que la vérité apparaisse au sein de sa cour.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9791034201273
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Anthony Boulanger
La dernière Audience, celle auprès du Roy
Table des matières
LA DERNIÈRE AUDIENCE, CELLE AUPRÈS DU ROY
L’AUTEUR
MENTIONS LÉGALES
La fillette reconnut au premier regard les traces d e l'influence de la Cour du Roy des Miracles. Elles étaient discrètes, une grappe de fe uilles d'émeraude pure dans une frondaison, une buse qui pépiait telle une mésange en passant au-dessus de sa tête, mais aucun doute n'était permis : elle s'approchait de sa destination. Encore quelques milliers de pas peut-être, avant d'apercevoir son c hâteau. — Ne t'inquiète pas, Joren, murmura-t-elle à l'ore ille de son ours en chiffon. Tout sera bientôt fini.Oui, bientôt, tout cela sera derrière nous, ajouta-t-elle pour elle-même. D'un geste dans lequel se mêlaient tendresse et gra vité, elle effleura de sa joue le tissu abîmé et tendit l'animal inanimé devant elle. L'ours avait une triste mine, couvert qu'il était de la poussière du voyage. Des larmes a vaient plus d'une fois mouillé son corps et son bras droit ne tenait plus que par de r ares fils noirs. Des deux boutons qui lui avaient servi d'œil, il n'en restait plus qu'un , fêlé. L'estomac de la fillette gronda soudain avec violen ce et la douleur crispa le visage de l'enfant. Elle en tomba à genoux et ferma les pa upières tandis que la tête lui tournait. Il ne fallait pas céder maintenant, pas si près du but. Si seulement elle trouvait un peu d'eau, elle pourrait tromper sa faim, suffisamment pour arriver jusqu'au Roy. On ne la laisserait pas mourir, là-bas, on ne laissait pas d épérir les enfants sous son égide. Mais s'éloigner du chemin pour s'enfoncer dans les sous-bois ? Tant bien que mal, elle se redressa et tendit l'ore ille, gardant les paupières closes. Aucun ruisseau, aucune rivière ne se faisait entend re. Il n'y avait là, dans les branches, que le vent qui se moquait d'elle et les oiseaux qu i faisaient écho à son rire de leurs chants haut perchés. Quitter la route tout de même et espérer tomber sur des baies, quelques mûres ? La fillette n'eut pas le loisir d'hésiter plus long temps. Elle chercha à se redresser et tomba inanimée sur la terre froide, son ours sous s on corps. Elle n’aurait su dire ce qui la réveilla, d’une nou velle crampe à l'estomac ou du cahot violent qui secoua son corps. Elle ouvrit les yeux, retenant tant bien que mal une expression apeurée. Des planches de bois l'entourai ent, une bâche de toile grise lui servait de plafond, et la seule lumière provenait d u soleil filtrant à travers les branches et passant au-dessus d'un conducteur. Elle était da ns un chariot bringuebalant au gré des ornières et ne savait si elle devait remercier la providence pour être toujours en vie. L'homme qui l'avait ramassée était-il en train de l'éloigner de sa destination ou de...