La Immrama

La Immrama

-

Livres

Description

Arturia a trouvé la reine Rosélia. Elle l'a informée de l'entrée des danamms sur les terres d'Hinflora. La reine est résolue à aller à leur rencontre pour les renvoyer chez eux le plus vite possible. Avant qu'ils ne prennent Glanariad.

Sakura, quant à elle, s'est faite capturer par le géant de pierre. Elle subit sa lourde étreinte, prisonnière de sa main gigantesque. Kentaro l'a vue. Il se dirige rapidement vers elle pour la libérer des griffes de son agresseur.

Mais, que peut-il faire contre un tel monstre ? Que peut faire un simple humain contre un telle créature, contre une chimère ?

Quant à Kyo, pourquoi a-t-il si soudainement changé d'attitude envers Sakura ? Blessé, que compte-t-il faire maintenant que le géant de pierre a fait son retour ?


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 juillet 2014
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9791092839104
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Anep aans m quer:
Fab ulaRe ginaIlya
Découvrez une autre manière de lire
Cliquez ici
Déjàp aru:
Latrilogie"Hyzélia"
de Jore nEde n
Composée des oeuvres
Hyzélia : La légende d'Azula
Hyzélia : Le chevalier noir
Hyzélia : La colère d'Hanru
Vote s aus ê ute ure t souhaitez vousfaire publie r
Nanachi éditions est à la recherche de nouveaux auteurs.
N'hésitez donc pas à nous envoyer vos manuscrits.
Procédure et modalité d'envoi sur :
www.nanachi.fr
rubrique "espace auteurs"
laImmrama
A cte4:Kyo
Créé et écrit par : Joren Eden
Illustrations : Dianna Blanchard
Edité par : Nanachi éditions
Saint André Goule d'Oie
www.nanachi.fr
ISBN : 979-10-92839-10-4
Dépôt légal : 07/2014
Autrefois,ilavaitlecoeursu rla main.
Au jou rd'hui,ila...
...lamainsurlecoeur.
Episode 61:
L'arrivee de K entaro
Les fêtards paniqués couraient à grandes enjambées pour s’éloigner du colosse de pierre, en poussant de puissants cris d’effroi. Lui, marchant d’un pas lourd et résolu, allait dans l’autre sens, vers l’imposant géant, et croisaient ces cent aines d’âmes apeurées sans y prêter aucune aen"on. Certains l’effleuraient, il ne les voyait même pas, poursuivant son lent chemin vers le géant.
C ’est alors qu’une jeune femme aux longs cheveux bruns, vêtue d’un jean foncé et d’un superbe haut blanc en dentelle, le vit faire route vers le colosse. Paniquée, elle stoppa sa course devant lui, se plaçant légèrement sur la droite du jeune homme à la casquee de baseball. Voyant qu’il ne souhaitait nullement rebrousser chemin, elle lui cria en suivant ses foulées par des pas sur le côté et en lui agrippant fermement le bras droit :
« Vous êtes fou ? Faites demi-tour ! Ce monstre va vous tuer si vous allez là-bas ! »
Kentaro, les yeux noirs et rivés sur le monstre en ques"on, fit un geste du bras droit pour qu’elle le lâche et lui balança spontanément et sans se mettre en colère :
« Ouais ouais, c’est cool ! Casse-toi ! »
Il la repoussa fermement, ce qui déséquilibra la ravissante jeune femme. Elle fut bousculée d’environ un mètre et, interloquée par la surprenante a8tude du jeune homme, fit de gros yeux en le regardant marcher vers le géant. Elle était effrayée. Pourtant, conservant un minimum de lucidité, elle se demanda pourquoi ce jeune homme à la casquette ne désirait faire demi-tour.
Kentaro était de plus en plus proche de sa colocataire et de la chose qui la tenait dans sa main droite. Encore quelques secondes et il serait juste devant lui.
De son côté, Anne était désespérée. Toujours agenou illée à quelques mètres devant le géant, elle avait les yeux dégoulinants de larmes, des larmes de peur, une immense peur. Elle fixait sa camarade de classe en train de grimacer de douleur, en train de subir une horrible étreinte. Elle lâcha avec une toute petite voix, éraillée par ses pleurs :
« Sakura ! »
Kentaro con"nuait d’avancer en regardant le géant d ’un air haineux. Marchant droit et fermement, il affirma en chuchotant au colosse :
:
« T’es mal ! »
Il leva alors lentement son bras droit et posa sa main sur le manche de sa batte en ajoutant
« T’es super mal ! »
Il re"ra sa bae de son sac, la faisant froer puissamment contre le "ssu qui la maintenait comme dans un fourreau et la rabaissa à hauteur d’homme en poursuivant :
« Tu vas la lâcher ! C’est moi qui te le dis ! »
Il n’était plus qu’à quelques pas du géant, qui con "nuait de se pavaner en bombant le torse avec sa prise dans la main et en poussant d’i ncroyables rugissements bes"aux. Il posa sa seconde main, la main gauche, sur sa bae. Le colos se semblait intouchable. Il fit sau"ller sa jambe gauche pour la mere bien en avant et se posi "onner ainsi légèrement de profil. Puis, il leva ses bras et mit sa batte derrière sa tête, parallèle au sol.
Il était juste devant le colosse. Là, il commença alors un terrible et ferme mouvement pour frapper le géant et hurla, d’une voix montrant une détermination sans faille, à l’instar de ses yeux :
« Lâche-la ! Espèce d’enfoiré ! »
Il donna alors un coup d’une puissance effroyable dans le "bia gauche du colosse qui fut pulvérisé, dans un incroyable fracas, en deux, libé rant un important nuage de poussière. Le colosse fut sensiblement déséquilibré et commença à s’agenouiller. Le tout, sous les yeux d’Anne qui n’en revint point, terriblement alertée par la soudaine arrivée et la force de cet inconnu.
Le géant hurla alors de douleur, libérant un puissant rugissement qui déchira le ciel, et eut pour réflexe de lâcher Sakura, affaiblie par ses souffrances, qui engagea une haute chute vers le sol.
Kentaro fit alors un bond extraordinaire dans sa direc"on et arapa sa colocataire sur son épaule gauche. Il aerrit juste devant Anne, qui ne comprenait toujours pas ce qui se passait réellement, et la fixa fermement dans les yeux.
Elle semblait inquiète, se demandant qui pouvait être ce nouvel inconnu qui venait sauver sa camarade de classe. Toutefois, elle n’eut le tem ps de chercher à comprendre que Kentaro lui ordonnait en posant Sakura devant elle:
« Tiens ! Occupe-toi d’elle ! »
Elle prit alors la jeune japonaise en son sein, la maintenant par la nuque et la taille, tandis que Kentaro se retourna vers le géant pour poursuivre ce qu’il venait de commencer. Sa bae dans la main droite, il fixa le colosse agenouillé. Ce dernier en faisait tout autant, dévisageant le jeune japonais avec ses petits yeux jaunes.
Kentaro posa sa seconde main sur son arme peu conven"onnelle. Sakura, allongée et dans les bras d’Anne, ouvrit difficilement les yeux et tourna lentement son doux visage, souillé par ses maux, vers lui. D’une voix lente et éraillée par sa faiblesse et presque inaudible, elle s’étonna :
« Ken… Kentaro ? »