La Immrama

La Immrama

-

Livres

Description

Kentaro et Kyo s'affrontent âprement dans les rues d'Osaka. Pour sa part, Sakura est enfin arrivé devant l'immeuble où se trouve Anne, espérant que les maitres de chimères ne soit pas passés par là avant elle.

Sur les terres mortes de Danamm, Schpartz et Arturia viennent de tomber sur une menace bien plus dangereuse que la peste elle-même et le grand colonel a déjà été mis hors course, laissant Arturia seule face à...

... Kirolin.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 octobre 2014
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9791092839135
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Anep aans m quer:
Fab ulaRe ginaIlya
Découvrez une autre manière de lire
Cliquez ici
Déjàp aru:
Latrilogie"Hyzélia"
de Jore nEde n
Composée des oeuvres
Hyzélia : La légende d'Azula
Hyzélia : Le chevalier noir
Hyzélia : La colère d'Hanru
Vote s aus ê ute ure t souhaitez vousfaire publie r
Nanachi éditions est à la recherche de nouveaux auteurs.
N'hésitez donc pas à nous envoyer vos manuscrits.
Procédure et modalité d'envoi sur :
www.nanachi.fr
rubrique "espace auteurs"
laImmrama
Acte 7:Kirolin
Créé et écrit par : Joren Eden
Illustrations : ianna Blanchard
Edité par : Nanachi éditions
Saint André Goule d'Oie
www.nanachi.fr
ISBN : 979-10-92839-13-5
épôt légal : 10/2014
Enc es periodes nefastes pourlemonde,
ilestparfois biendiffic ile
d'accepter...
...La verite.
EEpisode121:
Leshommesqui tiraientdesflec hes
Dans oiseaux survolaient paisiblements la forêt d’Anakira. Il ne régnait aucun bruit. Le l’immense étendue boisée de l’île en cee journée plutôt grisâtre, le soleil ne pouvant que peu se montrer, masqué par de nombreux et épais nuages annonçant la pluie.
Un pe't groupe de goélands passait au-dessus des ha utes cimes des arbres de l’endroit, survolant lentement et silencieusement celui-ci.
Soudain, une violente explosion reten't dans la for êt, effrayant les goélands et faisant s’envoler les milliers d’autres oiseaux des branches touffues des arbres dans un vacarme de chants de peur assourdissant, et un extraordinaire nuage n oir se forma en grossissant à une vitesse ahurissante pour ne cesser de se développer.
En bas, à l’intérieur de la forêt troublée, Faunyca avait engagé un étrange tour sur elle-même. Le bras droit légèrement tendu vers l’arrière, elle avait, devant sa paume ouverte, une étincelante boule de lumière verte dans la main.
En l’air, ses cheveux entrainés par son gracieux mo uvement, elle tourna rapidement en propulsant son bras vers l’avant, le faisant remonter vers son épaule gauche, et balança la boule verte à une vitesse incroyable, pour, une fois le projec'le envoyé, retomber sur le sol en cessant de tournoyer.
La boule fonça alors sur un homme, vêtu de la même tenue que les deux personnes que la chimère avait rencontrées devant l’huis de Çernunni a, armé d’une épée et le percuta de plein fouet pour exploser puissamment à son contact, le tuant sur le coup et libérant un nouveau nuage noir.
Soudain, d’autres hommes, également armés d’épées, traversèrent le nuage en hurlant pour se jeter sur elle. Les jambes écartées, parée à se défendre, Faunyca, affichant une expression extrêmement concentrée et grave, approcha sa main droite de sa ceinture et sor't son couteau de son petit fourreau.
Là, elle aendit ses assaillants et s’accroupit légèrement en se meant sur le côté droit de son premier ennemi pour lui transpercer le cou, ce qui libéra un impressionnant flot de sang et fit exorbiter les yeux du soldat qui poussa un dernier cri avant de s’effondrer sur le sol.
Puis, le second homme arriva à sa hauteur. Faunyca sauta alors en tendant sa jambe droite en arrière, sensiblement sur le côté, pour lui infli ger un terrible coup de pied au visage, dont l’impact résonna horriblement dans la forêt, qui brisa la nuque du second homme.
Le troisième assaillant arriva alors près d’elle. Retombant de son saut, elle parvint, par un procédé absolument indescrip'ble, à faire pencher son corps vers l’avant et poser sa main gauche sur le crâne de l’homme en mouvement pour, en se tendant de tout son long, passer par-dessus ce dernier et aerrir derrière lui, en lui faisant dos, et planter violemment son couteau dans les côtes
du soldat et lui transpercer le cœur, créant un nouveau bain de sang.
Elle fit alors face à une dizaine d’autres hommes du même type qui lui fonçaient dessus. Elle commença à courir vers eux, les regardant d’un air incroyablement haineux, pour aller à leur rencontre. Fonçant vers cet amas d’ennemis en mouve ment, elle le traversa à une vitesse affolante, ne permeant juste d’entendre que le brui t de son arme trancher la chair de ses assaillants.
Une fois l’aroupement traversé, elle se laissa gli sser sur le sol, le genou droit sur ce dernier, la jambe gauche pliée contre son torse et le pied posé sur la terre de la forêt, le bras gauche tendu sur le côté, sa main effleurant la terre du bout de ses doigts et le bras droit, armé, extrêmement tendu et perpendiculaire à son buste.
Elle avait le visage fermé, tout comme ses yeux. Ç ’est alors que la dizaine d’hommes, restés comme figés par la fulgurance de la chimère, qu’elle avait traversée tomba, les soldats chutant les uns après les autres sur le sol, totalement dénués de vie.
Là, Faunyca se redressa et se releva pour se mere droite, les bras le long de son corps. Elle rouvrit ensuite les yeux et, sans se retourner un seul instant, affirma, semblant parler à des êtres invisibles :
« Vous pouvez repartir d’où vous venez ! Vous ne m’aurez jamais ! Jamais ! »
Soudain, une flèche sor't des arbres et fonça sur elle. Surprise, la chimère faisant de gros yeux et poussant un pe't cri, elle parvint tout de même à l’éviter en effectuant une roulade sur le côté gauche pour s’immobiliser en se meant sur son genou droit, laissant la flèche se planter fermement dans le sol.
Intriguée, elle chercha aux alentours et ne vit abs olument personne dans les environs. Pourtant, guidée par ses ins'ncts excep'onnels, elle perçut de nombreuses présences se rendit compte qu’elle était encerclée par des dizaines d’hommes, soigneusement planqués dans le décor dense qu’offrait l’immense forêt d’Anakira.
Ç ’est alors qu’une autre flèche apparut, de derrière elle cee fois, et fendit sensiblement l’air pour tenter de la toucher. Elle l’évita en sautant subitement et effectuant un grand écart avec ses jambes dans les airs, laissant la flèche finir sa course dans un arbre, avant de retomber sur ses pieds et, par conséquent se retrouver debout.
Une nouvelle flèche apparut alors, puis une autre, encore une autre et ainsi de suite, toutes dirigées vers la chimère. Assaillie, cee dernière engagea donc une incroyable danse pour éviter les dizaines de projectiles pointus fonçant à une vitesse ahurissante vers elle.
Mul'pliant mouvements vers l’avant, l’arrière, sur les côtés, sauts et autres moyens, la belle chimère se déplaçant con'nuellement et dans tous les sens possibles, pour ne pas se faire atteindre par les flèches aiguisées, elle parvint à les éviter toutes.
Mais, malgré cet extraordinaire exploit de survie q ui aurait découragé un bon nombre d’hommes, c’était sans compter sur la détermina'on des soldats qui con'nuèrent de balancer leurs flèches sur elle, la harcelant de projectiles.