//img.uscri.be/pth/c7d86019209a9e1f03e9d7c9f7548a654b3e8ad1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le blanchiment des Noirs :

De
175 pages
Le blanchiment des Noirs devrait-il être considéré comme aussi grave que le changement de religion, de nationalité ou de sexe ? Avec le consentement des Noirs, leur blanchiment parviendrait-il à éliminer le racisme ? Ou continuerait-on d'exercer la ségrégation à leur égard en les traitant d'anciens Noirs ou de faux Blancs ? Ce roman raconte une expérience de blanchiment de Noirs, mais aussi l'aventure de cinq racistes blancs américains devenus Noirs.
Voir plus Voir moins

LE BLANCHIMENT DES NOIRS:
La dernière victoire contre le racisme?

@ L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique, 75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo. fr

ISBN: 978-2-296-05819-4 EAN : 9782296058194

Hassan BENJELLOUN

LE BLANCHIMENT

DES NOIRS:

La dernière victoire contre le racisme?

L'Harmattan

Je dédie ce livre à la mémoire de mon grand-père qui a eu autant de petits enfants noirs que de petits enfants blancs et qui n'a jamais exercé aucune sorte de ségrégation entre eux.

PREMIERE

PARTIE

ITINERAIRE DE CINQ RACISTES BLANCS AMERICAINS, DEVENUS NOIRS:

Cette expérience va-t-.elle leur apprendre à respecter les Noirs?

CHAPITRE

PREMIER DE JERRY:

LE NOIRCISSEMENT

D'une façon inexplicable, Jerry se réveille en découvrant qu'il est devenu noir. Il ne veut pas croire ses yeux et commence par laver énergiquement son visage. Ensuite, il demeure quelques minutes plongé dans sa baignoire avec de l'eau très chaude mélangée à beaucoup de savon. Malgré ces efforts, il ne réussit pas à récupérer sa couleur d'origine. En outre, son noircissement est insolite car rien dans sa nouvelle physionomie ne laisse transparaître un trait de son ancienne nature de Blanc et, plus grave, il ne se reconnaît pas. Pour être sûr, il fait le tour des miroirs de la maison et tous lui renvoient, à la place de son ancien visage, une tête de Noir ayant une mauvaise mine. Par un malheureux hasard, Jerry habite seul et aucun proche n'a assisté à sa transformation. Il ne trouvera donc personne pour témoigner en sa faveur en présence de la police. Déjà, il se sent coupable alors qu'il n'a pas commis le moindre délit. Sans doute, on va l'accuser d'imposture et il aura du mal à prouver son identité. Sa tâche sera d'autant plus difficile qu'il devra faire face à la société raciste où il vit. Il sait ce qui l'attend puisqu'il était lui-même raciste et faisait partie d'une bande anti-Noirs. Comme il ne peut rester indéfiniment cloîtré dans son appartement, il prend son courage à deux mains et décide d'affronter le monde extérieur. Mais juste avant de sortir, il entend des coups sur sa porte qui provoquent un drôle 9

d'effet sur lui. Il sursaute et devient craintif à la manière d'un criminel poursuivi par la police. Sa peur grandit un peu plus à chaque nouvelle série de coups sur la porte. Aussi, le visiteur ne veut pas lâcher prise car sachant que Jerry est bien dans la maison. D'ailleurs, très vite notre nouveau Noir entend une voix l'appeler:

- Eh ! Jerry! je sais que tu es là, arrête de faire le malin et ouvre-moi!
A ce moment, il reconnaît la voix de Joe, un copain de sa bande raciste. En vue de se sortir de cette mauvaise situation, il trouve une astuce: il décide d'ouvrir la porte et se fait passer pour le nègre de service: JOE: Qui es-tu? JERRY: Je suis le nouveau domestique de Mr. Jerry. JOE: Tiens donc! Jerry ne m'a pas parlé de toi, alors qu'il me raconte tout ce qui lui arrive. JERRY: Pourtant, Mr. Jerry m'a embauché depuis un bon moment. J'étais devant chez lui, caché derrière un arbre, quand vous l'avez ramené un soir dans votre voiture. J'ai attendu votre départ pour entrer en contact avec lui. Au début, il n'était pas disposé à m'écouter mais lorsqu'il a vu mon état... JOE: Là tu me surprends car je n'ai pas vu une seule fois Jerry s'apitoyer sur le sort de quelqu'un et encore moins sur celui d'un nègre. JERRY: Mr. Jerry a été gentil avec moi, vous-même si vous écoutiez mon histoire, peut-être... JOE: Non,je n'ai pas envie d'écouter. Où est-il? JERRY: Mr. Jerry est parti faire quelques courses. En attendant son retour, voulez-vous entrer et boire quelque chose? 10

JOE: Non, je ne vais pas attendreton monsieur Jerry qui doit se prendre maintenant pour un prince. Dis-lui simplement que je reviendrai vers midi. JERRY: Rappelez-moi votre nom, monsieur. JOE: Je suis monsieur Joe. Après le départ de Joe, Jerry pousse un grand ouf de soulagement en pensant à voix haute: « Cette fois j'ai eu de la chance, Joe ne m'a pas pris pour un voleur ou un assassin; à son retour il ne doit absolument pas me retrouver ici sinon je serais incapable de lui expliquer ma transformation. ~) Néanmoins en réfléchissant, sortir dans la rue n'est pas aussi pour lui une bonne solution. Car ayant vécu toute sa vie en homme blanc, qui plus est en raciste engagé, comment réussirait-il à supporter 1'humiliation de vivre en étant noir? Jerry se sent en fait coincé, il l1e peut ni rester dans son appartement ni sortir à l'extérieur. Par conséquent, il a un sérieux choix à faire entre deux démarches: - Soit accepter son sort de nouveau Noir avec comme fâcheuses conséquences: le racisme de la part des Blancs et la très grande difficulté à s'intégrer parmi les Noirs. - Soit essayer de prouver son identité d'ancien Blanc avec la conviction que c'est presque une mission impossible. En sachant d'avance qu'il ne pourra pas se supporter en tant que Noir, il adopte la seconde démarche en criant haut et fort qu'il est innocent de cette couleur noire qui vient de lui coller à la peau. De plus, il est déterminé à ne ménager aucun effort pour reconquérir sa couleur d'origine en jurant de bien se venger de celui qui lui a joué cette farce de mauvais goût. Cependant, ses pensées s'embrouillent vite et ses nerfs sont sur le point de lâcher car chaque Il

fois qu'il se résout à sortir, quelque chose le retient. Il a un très mauvais pressentiment comme s'il allait subir la plus grande humiliation de sa vie, lui qui a un orgueil hors du commun. Après plusieurs minutes de valse-hésitation, il décide en définitive de sortir encouragé par l'espoir d'être au moins soutenu par ses parents et sa fiancée Veronica. Au préalable, il s'habille de façon à dissimuler au maximum son visage. Il met ainsi, un chapeau, des lunettes noires et un foulard. Puis, il ouvre la porte et jette un œil dans le couloir pour s'assurer qu'il n'y a personne. Ensuite, il s'aventure dehors en fermant doucement la porte de son appartement. Et quand il arrive au niveau de la loge du concierge, il fonce la tête baissée. Enfin en parvenant à l'extérieur sans problème, il se sent soulagé. Jamais il n'aurait cru que la distance entre son appartement et la sortie' de l'immeuble pouvait être aussi longue.

1. Personne ne croit que Jerry est un ancien Blanc:
Pourtant Jerry, en contact avec le monde extérieur, doit redoubler de vigilance. Il est en quelque sorte un fugitif qui court après une identité perdue. En arrivant dans la rue, il se dirige vers la station du bus en se débarrassant vite de son accoutrement. Seulement, quand il monte dans le bus il se fait jeter immédiatement car il ne trouve aucune trace d'argent sur lui. Et le chauffeur, au moment de fermer la porte, lui crie au visage: « Espèce de négro, tu ne sais pas qu'on n'accepte pas les resquilleurs? » Jerry a essayé d'expliquer, mais l'atltre ne lui a laissé
12

aucune chance. Puis en pareilles circonstances, qu'aurait-il eu comme argument? Est-ce qu'il aurait pu dire par exempie? : « Excusez-moi, monsieur, j'ai juste oublié mon argent à la maison. Je suis un ancien Blanc, voici mes papiers qui le prouvent. » Sûrement, le fait de brandir ses papiers jouerait contre lui puisqu'on pourrait l'accuser de les avoir volés à un Blanc. Il se résigne à l11archer et il est démoralisé à tel point qu'il ressent une douleur lui parcourir les jambes. Il entre dans un parc pour se reposer et réfléchir à un plan. Toutefois, au moment où il s'assied sur un banc, il doit repartir sur-le-champ car il aperçoit de loin un gardien venir dans sa direction. Il ne lui reste que la gare comme dernier refuge. Il se mêle aux centaines de voyageurs en faisant semblant d'attendre une correspondance. Là également, il n'a pas de répit; à cause de son air bizarre et n'étant muni d'aucun sac de voyage, il se fait remarquer par un agent de sécurité. Aussi, avant que ce dernier n'arrive à son niveau, il s'enfuit comme un malfaiteur. Voici donc Jerry dans une mauvaise posture, celle précisément qu'il redoutait. Il est chassé de sa propre vie en constatant, de surcroît, qu'il n'a plus aucune place parmi les Blancs. Peut-être il a encore une petite chance avec sa fiancée Veronica. Il réussit à parvenir jusqu'à son appartement en trompant la vigilance du gardien. Quand elle lui ouvre la porte, il fait irruption dans son appartement et commence à lui raconter sa folle histoire en oubliant qu'il est méconnaissable. Evidemment, étant trop excité, il néglige de la ménager. Il lui fait tellement peur qu'elle crie de toutes ses forces: - Au secours! au secours! - Je suis bien Jerry, ma chérie. 13

Les voisins appellent les flics qui arrivent très vite et arrêtent Jerry en l'accusant d'agression. Au commissariat, ils se mettent à le tabasser en se moquant de lui: - Alors quoi, dit l'un, tu ne te sens plus bien dans ta sale peau de nègre? - La fête est finie mon grand blond, dit un autre, tu n'es plus au bal masqué. - Non, leur dit un troisième, ne vous fatiguez pas avec lui; c'est un nègre qui rêve les yeux ouverts. Sa petite tête lui suggère qu'il est blanc et qu'il a réalisé le rêve fou de tous les Noirs. - Dans ma longue expérience, dit le chef, c'est la première fois que je rencontre un cas pareil. A mon avis, il est tombé dans une sorte de folie des grandeurs. Je me demande s'il ne faut pas commencer par chercher le véritable Blanc de cette histoire. - C'est moi! pourquoi vous ne voulez pas me croire? dit Jerry, voici mes pièces d'identité. - Non, réplique le chef, elles ne prouvent rien. - Et ma vie, je peux vous la raconter en entier, dans ses moindres détails. - Non plus. - Pouvez-vous, S.V.P., vérifier mes empreintes digitales? dit Jerry en tendant ses mains. - C'est ce que l'on va voir tout de suite, dit le chef. Mais ce dernier, en cherchant dans le fichier, n'en trouve pas de traces. Et au lieu de laisser comme d'habitude une marge au doute il est persuadé, cette fois, qu'il est en présence d'un imposteur. Ainsi sans perdre de temps, il charge les inspecteurs Demy et Samy de l' enquête en leur recommandant de remuer ciel et terre pour 14

dénicher le véritable Jerry. Or, les investigations des enquêteurs ne donnent rien. Ils ont vérifié partout où Jerry devait être. Ils ne l'ont trouvé ni à son travail, ni chez lui, ni chez ses parents, ni chez sa fiancée. Nos deux inspecteurs reviennent au commissariat avec la quasi-certitude que Jerry a disparu. Le chef leur dit: - Il nous faudra du temps pour savoir où est Jerry. .. Et même si nous devons éviter les conclusions hâtives, je suis tenté de penser qu'il ne reviendra pas... vivant! - Laissez-moi chef, interroger ce gars, dit Demy. Je sais faire avouer les salauds de cette espèce. - D'accord, à condition... dit le chef. L'inspecteur Demy, sans écouter la suite des instructions de son supérieur, va vite se faire enfermer avec Jerry en s'employant de toutes ses forces à le faire avouer. Le chef et Samy sont là, derrière la vitre spéciale, pour notamment empêcher un débordement de leur collègue. Toutefois, au bout de quelques minutes, Demy sort très démoralisé car sa méthode n'a rien donné. - Maintenant, dit le chef en s'adressant à l'inspecteur Samy, va essayer avec lui ta méthode douce. SAMY: Veux-tu une cigarette? dit-il à Jerry, pour décrisper l' atmosppère. JERRY: Je ne fume pas. SAMY : Passons aux choses sérieuses, moi je veux bien te croire. JERRY: Si vous écoutiez au moins ma version. SAMY : Raconte toujours, on verra par la suite. JERRY: Moi-même, je ne comprends pas ce qui m'arrive. Je suis probablement victime d'une histoire paranormale. 15

SAMY : Je suis prêt à te suivre sur ce terrain, si seulement tu me donnais un seul indice! JERRY: Pour l'instant, je n'ai rien. Il faut que je sois libre pour faire ma propre enquête. SAMY : Tu sais, tu ne me facilites pas la tâche. Tu veux être libéré sans aucun élément qui plaide en ta faveur. JERRY: Vous avez ma parole, Mr. l'inspecteur. SAMY : Qu'est-ce que tu veux que j'en fasse ? Non, il me faut du concret. JERRY: Vous pouvez' demander à mes parents, à ma fiancée, à mes copains. .. SAMY: C'est déjà fait. Le seul Jerry qu'ils connaissent est blanc et n'a rien de commun avec toi. JERRY: Mon dieu, je suis dans un cauchemar! L'inspecteur Samy sort aussi bredouille que son collègue Demy de l'interrogatoire de Jerry. Le chef reconnaît qu'il ne peut garder un présumé coupable d'homicide sans preuves ni cadavre. Les seuls éléments qu'il retient sont l'agression de la fiancée de Jerry et la tentative d'usurpation de l'identité d'autrui. L'affaire est ensuite transmise au procureur qui désigne à son tOtlr les inspecteurs Demy et Samy. En qualité de chef enquêteur pour le premier et de chef enquêteur adjoint pour le second. Nos deux flics continuent leurs recherches et fouillent cette fois dans le passé de Jerry, voir par exemple si ce dernier avait des ennemis. En commençant par son appartement, ils tombent sur une piste intéressante. En effet, ils trouvent une copieuse documentation raciste puis, en l' épluchant, ils découvrent que Jerry est un membre actif d'tlne organisation raciste. Ils en déduisent l'existence d'un lien 16

de cette organisation avec leur Noir et surtout que celui-ci ne leur a pas raconté tout ce qu'il savait. En revoyant le prévenu, Samy s'empresse de lui dire: - Pourquoi n'as-tu pas parlé des sévices que tu as Sllbis de la part d'un groupe de racistes blancs? Je te rappelle que le mensonge pàt omission est aussi un délit. JERRY: Pourquoi n'y ai-je pas pensé plutôt?... Mr. l'inspecteur, vous m'apportez ici l'explication de ma mésaventure. Je ne peux être que victime d'un Noir haineux. SAMY : Si j'ai bien compris, tu inverses entièrement la situation en ta faveur. JERRY: Je vous prie, monsieur l'inspecteur, de voir parmi les Noirs q~i ont reçu une correction de ma part. Je suis certain que l'un d'eux s'est vengé de moi en recourant à la magie ou à je ne sais quel procédé extraordinaire. Vous pouvez contacter mes amis, ils ont la liste de tous nos exploits nocturnes. SAMY: Non monsieur, je ne ferai rien car je ne crois, tout simplement, pas à la magie. Evidemment, le procureur aussi ne croit pas à cette histoire de magie. Cependant, comme il ne peut accuser Jerry d'homicide avec pratiquement aucun élément, il l'envoie devant le tribunal pour l'intrusion chez Veronica et la tentative de s'approprier l'identité d'autrui. Quand Jerry passe en jugement, le procureur dit: « Ce Noir doit servir d'exemple... », et il conclue: « N'est pas blanc, celui qui veut! » JERRY, se chargeant de sa propre défense: Mais je ne suis pas noir, enfin! 17