Le rendez-vous des morts

-

Livres
26 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Un soir d'Halloween, une enfant connectée à des forces inexpliquées, un secret à découvrir...




RÉSUMÉ


Depuis quatre ans, Lucie, dix ans, vit dans la vieille maison de sa grand-mère décédée. Chaque année, au mois d'Octobre, elle souffre de terreurs nocturnes auxquelles sa mère ne croit plus, l'absence de son père n'arrangeant rien.


Les monstres noirs et les bruits dans les murs viennent la hanter chaque année, jusqu'à cet Halloween...




EXTRAIT


Tout à coup, devant elle, sans qu'elle ne s'y attende, une lumière intense lui éblouit les yeux. La comptine de Mamie avait enfin fonctionné ! Depuis quatre ans qu'elle la chantait, elle n'avait jamais entraperçu un rai de lumière. Mais cette fois, Luciole était venue la sauver de la nuit noire.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 90
EAN13 9791096622306
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Miss Huakinthos Le rendez-vous des morts Nouvelle © EDITIONSPLUMESSOLIDAIRES
© EDITIONSPLUMESSOLIDAIRES AUTEUR: MISSHUAKINTHOS ILLUSTRATIONDECOUVERTURE: PIXABAY RÉALISATIONDECOUVERTURE: IMANEYITAYO CORRECTIONSDUTEXTE: SOPHIEGARREC CORRECTIONSETVÉRIFICATIONSDUBONÀTIRER: AUDREYMOUI COLLECTIONNUMÉRIQUE: PLUMESLIBELLULES ISBN : 9791096622306 © TOUSDROITSRÉSERVÉSPOURTOUSPAYS OCTOBRE2018
Dans la même collection
LADANSEDESTATOUAGES– IMANEYITAYO L’APPELDUDESTIN– IMANEYITAYO L’ENFANTAUXMILLESOURIRES– MARIEH. MARATHÉE HÉRITAGEFAMILIAL– MARIEH. MARATHÉE ESMERALDA,MONAMOUR– MARIEH. MARATHÉE LERENDEZ-VOUSDESMORTS– MISSHUAKINTHOS
Joyeux Halloween !
Les Éditions Plumes Solidaires
Miss Huakinthos Le rendez-vous des morts Nouvelle © EDITIONSPLUMESSOLIDAIRES
I
«Luciole! Luciole! Viens à moi! Illumine mes nuits et répands ta lueur! Fais fuir les petits monstres du noir!»
Cachée sous son lit, Lucie fredonnait avec Doudou c ollé contre sa joue. Depuis qu’elle était bébé, elle jouait avec l’étiquette de son petit lapin rose. Il avait déjà bien vécu, usé par tant d’amour d’une fillette de dix an s. Ses boucles châtains se faufilaient derrière les oreilles, ses yeux ambre fermés dans l ’espoir que les bruits ne deviennent pas réalité devant ses pupilles. Toutes les nuits, la peur au ventre, la sueur froide coulant le long de la nuque, elle était réveillée p ar des murmures étouffés dans les murs, comme des grattements ou des pas lourds. On p eut comprendre qu’à son âge la peur du noir persiste et accentue son sentiment d’i nsécurité. La première fois, il ne s’agissait que de crépitements. Lucie s’en souvenai t encore. Elle n’avait que six ans et venait d’emménager avec ses parents dans la vieille maison de sa mamie. Son père, Charles, militaire aux cheveux noirs coupés ras, av ait été muté. Enfin, si par «muté» on entendait une absence permanente auprès de sa fa mille pour servir son pays. Lucie était malheureuse, son père lui manquait. Cette abs ence lui perforait le cœur, d’autant plus en octobre. Chaque année, à cette période, les monstres noirs se manifestaient dans l’ombre des murs de sa chambre. La première fo is, elle avait cru que c’était un chat sur les toits mais, chaque nuit, les sons étai ent plus intenses, plus étouffants pour la petite fille. Puis, le 31 octobre, le soir d’Hal loween, c’était un véritable vacarme, elle avait même l’impression de voir les ombres noircir et prendre forme pour rejoindre les bruits. Tétanisée, en sueur, en panique viscérale, elle se terrait sous son lit et fredonnait cette comptine, apprise de sa grand-mère . Cette mamie, partie trop tôt, lui avait laissé de doux souvenirs sucrés, des chansonn ettes pleines de lumière, de lucioles et de monstres noirs. Est-ce à cause de ce la qu’aujourd’hui elle avait si peur du noir?
Les premières nuits, quand Lucie hurlait, sa mère, Mary, accourait, l’écoutait, séchait ses larmes, la recouchait et restait jusqu’à ce qu’ elle se rendorme. Mais, maintenant, maman ne la croyait plus et mettait du temps à veni r. Alors, Lucie ne criait plus et fredonnait encore et encore, se concentrant sur sa voix pour que la mélodie soit suffisamment lumineuse afin de faire venir Luciole. C’est ainsi qu’elle se rendormait toujours.
II
En ce 30 octobre 2018, les vacances avaient commenc é depuis une semaine et, comme d’habitude, Lucie jouait dans la maison et fa rfouillait dans toutes les pièces. Le «château»...