//img.uscri.be/pth/b9794fce5b19f60d7ef688d94fb9deda2ccb2143
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le temps retrouvé de Stéphane K.

De
156 pages

Stéphane K. a décidé de changer de vie. Fonctionnaire à Bercy, il démissionne pour devenir trader sur le marché des matières premières. Une rencontre inattendue lui permet de réaliser une plongée dans l'univers fluctuant des ressources naturelles sur plusieurs continents...

Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 2012
Lecture(s) : 28
EAN13 : 9782296478701
Signaler un abus
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56686-6 EAN : 9782296566866
Le temps retrouvé de Stéphane K.
Sylviane Taquet
Le temps retrouvé de Stéphane K.
Récit
L’Harmattan
'est un premier janvier, dans le train qui le ramenait à C Paris d'un week-end campagnard plutôt frais, que Stéphane K. décida de changer de vie. Deux heures plus tard, il franchissait les portes du ministère desFinances, saluait le factotum de service, gagnait son bureau et rédigeait sa lettre de démission de statisticien catégorie 2, échelon 8. Sachant d'expérience que ce courrier n'aboutirait sur le bureau de son supérieur hiérarchique direct qu'après de longues et complexes navettes, il disposait de tout le temps nécessaire pour mettre de l'ordre dans ses idées.
Paris en hiver
Je tourne en rond dans mon appartement de la rue Quincampoix. J’ai bien remarqué que les papiers peints auraient dû être changés depuis longtemps. Par paresse, j’ai laissé s'immiscer de l'humidité qui se déploie dans des boursouflures apparues sur certaines surfaces incongrues de mon logement.Comme cet espace au-dessus de l'écran de télévision, dont le papier gondolé fait penser à une Venise noyée par les eaux. Je remets toujours à plus tard ce type d'intervention d'ordre pratique. Je ne suis pas
8
LETEMPS RETROUVÉ DESTÉPHANEK.
bricoleur. Je note, dans mon agenda, d'appeler un peintre pour rénover l'endroit où je vis. Lors de la fête annuelle que nous organisons dans la cour, l'un de mes voisins m'a fait remarquer que l'immeuble s'était bien dégradé. Paradoxalement, plus sa façade se lézarde et plus les appartements prennent de la valeur. Si la tendance se confirme, nous sommes assis sur une véritable mine d'or. Notre rue est plutôt calme. Pourtant la tranquillité des lieux, sorte de Requiem à la Mozart qui me rassure la plupart du temps, me pèse en ce moment.Àdéfaut d’une activité professionnelle, je comble les heures creuses par la lecture de rapports transmis par le ministère de l'Économie et desFinances. Bercy déverse sur ses fonctionnaires des informations à flux tendus sur la santé financière du pays. Études du bureau des statistiques, sondages de la cellule de veille économique, commentaires d’analystes, opinions du ministre pleuvent sur les membres du cabinet et les chefs de service assujettis à la lecture des communiqués officiels. Certaines de ces informations ne sont pas destinées à être connues du grand public.D’autres doivent être diffusées sur le champ aux journalistes, par le service de la communication et des relations avec la presse.En tant que fonctionnaire d'échelon 8, j'ai échappé, fort heureusement, à une grande partie des notes de service et j'ai surtout été à l'abri de la pression médiatique. J'étais un anonyme au sein du ministère.
LETEMPS RETROUVÉ DESTÉPHANEK.
Un tournant
9
Cette avalanche de communiqués rédigés dans un style ampoulé m'a en quelque sorte vacciné des commentaires de certains économistes sur les ondes et dans les journaux télévisés.Forts de leurs certitudes, ces spécialistes s’émeuvent du moindre mouvement à la clôture des places financières. Ils perdent le fil de leur chronique et s’égarent en chemin.Àles écouter, un feu de paille à Wall Street ranime les braises du Nasdaq.Àles entendre, la déconfiture duDow Jones provoque la banqueroute du Nikkei.Dans cette hystérie collective, les indices boursiers, les taux directeurs de la banque centrale européenne et l'intervention duFMI sont brandis comme des lances pour tenter d'éteindre l'incendie planétaire.Et pour parfaire la débâcle, l’artillerie lourde du journal de 20 heures plonge le téléspectateur dans un état de quasi catatonie. Je préfère la sérénité des ondes de laFM. J'apprécie leur légèreté hertzienne. J’aime aussi me laisser bercer par une voix chaleureuse qui m’entraîne dans des émissions où il est principalement question de jeux.En tous genres.Ce goût pour la résolution d'un problème reflète, à bien des égards, ma passion pour les chiffres et les lettres. Je tente d’en disposer comme dans un Scrabble, en composant des mots qui recèleront peut-être les clés de mon avenir.
10
LETEMPS RETROUVÉ DESTÉPHANEK.
Il m'arrive aussi d'écouter l’émission musicale de Sara sur les ondes deFM88, entre 23 heures et minuit. Sa voix a le don tout à fait particulier de créer une atmosphère propice aux fantasmes.Emporté par les épisodes de sa saga nocturne, je suis tombé littéralement sous le charme de Sara. J'essaie de donner un visage à cette voix. Sans y parvenir. Par moments, j'aperçois une frêle jeune femme aux yeux d'un bleu limpide, à d'autres, une adolescente espiègle aux allures sportives. Sara est tout cela et bien plus encore.Directe, cabotine, mutine, sarcastique, provoca-trice, impulsive. Par l'effet de l'alchimie radiophonique, j'en arrive à croire qu'elle ne s'adresse qu'à moi. Depuis janvier, j’ai eu le temps de réfléchir. Mon amiBryan, qui est trader chezET-Markets, m'a proposé de le rejoindre et de faire connaissance avec le milieu de la finance. J'ai adopté très vite ses habitudes, sa façon de résoudre des équations boursières à l'aide de courbes et de statistiques.Depuis que j'ai quittéBercy, j'ai entamé une nouvelle vie.
Le présage
Comme chaque matin, j'écoute la radio. La voix familière de la présentatrice annonce l'horoscope. Le signe qui précède le mien n'est pas béni des dieux. Si j'en crois les prédictions matinales, les pires calamités s'amoncellent dans le ciel du Taureau :« Vous manifestez trop de hâte