249 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les clés du paradis (Chroniques célestes - Livre I)

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Eleanor menait une vie paisible jusqu’à ce qu’une mystérieuse missive fasse tout voler en éclats. La jeune fille se trouve alors projetée dans un monde qui lui est inconnu.
Le paradis, les enfers, les anges et les démons ébranlent ses croyances. Le roi des cieux lui fait une terrible demande : « Deviens le plus puissant guerrier que ce monde ait porté et combats à nos côtés ». Ce choix changera sa vie à jamais.
Loin au nord, au cœur des Plaines sauvages, les grands maîtres de l’Édénie demeurent, n’attendant que de lui enseigner ce qu’elle devra maîtriser. Le voyage serait aisé, si le conseil des archanges ne lui imposait le pire compagnon qui soit : Abrahel. Un angelot aussi détestable qu’habile au combat. Mais pour la protéger, Eleanor ne peut compter que sur lui.
Plongée au cœur d’une bataille ancestrale, où s’affrontent les deux plus grandes puissances de ce monde, Eleanor devra transcender ses faiblesses. Et devenir celle que tous attendent.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 juillet 2015
Nombre de lectures 918
EAN13 9782370113429
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Les clés du paradis

Chroniques célestes±Livre I

Marie-Sophie Kesteman

© Éditions Hélène Jacob, 2015. CollectionFantastique. Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-343-6

$X[ DQJHV G¶LFL HW G¶HQ KDXW TXL P¶RQW DLGpe à écrire ce récit en déposant des plumes tout
le long de mon chemin.

« Combiende corps célestes se meuvent en secret sans jamais se montrer aux yeux des
hommes :'LHX Q¶D SDV IDLW WRXWHV OHV FKRVHV SRXU O¶KRPPH»
Sénèque

Prologue


La fin était proche et Gabriel exultait.
(Q FHWWH IUDvFKH QXLW G¶pWp OD SOXLH WRPEDLW GUX VXU OH SHWLW YLOODJH GH /RVWPDU¶FK (W j FHWWH
heure tardive, le hameau surplombant la côte du littoral était désert. Tout semblait indiquer
TX¶LO V¶DJLVVDLW G¶XQ GLPDQFKH FRPPH OHV DXWUHV 7RXW VL FH Q¶pWDLHQW FHV FULV TXL VWULqUHQW
VRXGDLQ OD QXLW $XFXQ LQGLYLGX KXPDLQ Q¶DXUDLW pWp FDSDEOH GH GLVWLQJXHU FHWWH YRL[ GHV
KXUOHPHQWV GX YHQW 0DLV KXPDLQ LO QH O¶pWDLW SDV
,O VH GLULJHD VDQV EUXLW YHUV OD VRXUFH GHV ODPHQWDWLRQV WHQGDQW O¶RUHLOOH DX-dessus des
bourrasques. Les plaintesSURYHQDLHQW GHV UXLQHV G¶XQH PDLVRQQHWWH DFFURFKpH DX ERUG G¶XQH
falaise au pied martelé par la mer en furie.
² ,O Q¶\ D DXFXQH UDLVRQ SRXU TXH oD VH SDVVH PDO PXUPXUD XQ KRPPH G¶kJH Pûr.
3URWpJpH GX YHQW SDU O¶DEUL SUpFDLUH XQH MHXQH IHPPH JLVDLW VXU Xne couverture, les mains
crispées sur son ventre arrondi.
² -H Q¶HQ SHX[ SOXV«Fais en sorte que ça cesse !
*DEULHO VDXWD DYHF OpJqUHWp VXU XQ SDQ GH PXU HQ SDUWLH HIIRQGUp SRXU V¶RFWUR\HU XQH YXH
dégagée de la scène.
Le visage de la jeune femme était couvert de sueur et la douleur déformait ses traits.
/¶KRPPH UHPRQWD OD MXSH TXL FRXYUDLW OHV MDPEHV GH OD IXWXUH PqUH HW LQVSHFWD G¶XQ °LO
expert le périnée.
² ,O Q¶\ HQ D SOXV SRXU WUqV ORQJWHPSV.
²Si jamais ta femme apprend quoi que ce soit«
Elle fut interrompue par une violente contraction.,O FKDVVD VHV SURSRV G¶XQ JHVWH IpEULOH GH
la main et étendit des linges humides entre les jambes de la jeune femme. À cet instant, la
malheureuse étouffa un cri en mordant dans un chiffon roulé.
Gabriel retint son soufIOH DORUV TX¶LO UHJDUGDLW OH F°XU SDOSLWDQW FH FRXSOH PHWWUH DX
PRQGH FHOXL TX¶LO DYDLW WDQW FKHUFKp &HOXL TX¶LO DWWHQGDLW GHSXLV VL ORQJWHPSV
Depuis quelques jours, de vigoureuses vibrations émanaient des environs, mais leur source
Q¶DYDLW MDPDLV pWp FODLUH MXVTX¶j DXMRXUG¶KXL $X FUpSXVFXOH OHV RQGHV DYDLHQW JDJQp HQ
YLWDOLWp HW OHXU SRLQW G¶pPHUJHQFH V¶pWDLW SHX j SHX GpILQL (Q FHW LQVWDQW OHV YDJXHV G¶pQHUJLH
semblaient au paroxysme de leur puissance et émanaient du ventre fécond de la jeune femme.

5

(W j HQ MXJHU SDU OD IRUFH GHV RQGHV TX¶pPHWWDLW FHW HQIDQW LO VHUDLW XQ JXHUULHU SXLVVDQW LO
Q¶\ DYDLW DXFXQ GRXWH ,O LQFDUQDLW WRXW FH GRQW LOV DYDLHQW EHVRLQ
*DEULHO REVHUYD DWWHQWLYHPHQW OHV GHX[ FUpDWXUHV TXL V¶DJLWDLHQW GHYDQW OXL VH GHPDQGDnt
une nouvelle fois ce qui avait poussé son père à leur donner vie. Cette race était un échec.
«/HV KXPDLQV RQW pWp FUppV j O¶LPDJH GHV DQJHV» lui avait un jour opposé son géniteur, mais
O¶DUFKDQJH DYDLW HX EHDX OHXU SUrWHU OD SOXV JUDQGH DWWHQWLRQ LOne leur avait jamais trouvé la
moindre ressemblance avec les anges. Leur fragilité si perceptible était désespérante et leur
acuité intellectuelle, précaire. Gabriel secoua la tête de dépit. Il ne comprendrait jamais
O¶LQWpUrW HW O¶DPRXU TXH VRQ SqUH QRXUULVVDLW j O¶pJDUG GH FHWWH VRXV-espèce.
² /H YRLOj VRXIIOD O¶KXPDLQ GRQW OH SDQWDORQ V¶pOLPDLW VXU OH VRO URFDLOOHX[
'HV SOHXUV UHWHQWLUHQW HQILQ HPSRUWpV SDU OHV HPEUXQV QRFWXUQHV 6L O¶DUFKDQJH DYDLW
HQFRUH VX SOHXUHU LO Q¶DXUDLW SDV WHQWp GH WDULU VHV ODUPHV 3DV DXMRXUG¶KXL 6D TXrWH
aboutissait enfin. Cent longues années à errer entre les trois mondes, en vain«Mais il était
Oj VRXV VHV \HX[ j V¶DJLWHU GDQV OHV EUDV GH VRQ SqUH TXL WHQWDLW GH FRXSHU OH FRUGRQ RPELOLFDO
de sa main libre.
Toujours perché sur le muret, Gabriel se pencha de façon vertigineuse pour observer,
parGHVVXV O¶pSDXOH GH O¶KXPDLQ OH SHWLW WDV GH FRXYHUWXUHsGDQV OHTXHO LO HPPLWRXIODLW O¶HQIDQW
² &¶HVW XQH ILOOH!V¶H[FODPD O¶KRPPH XQ VRXULUH DX[ OqYUHV
/¶DUFKDQJH VH ILJHDfille Une" /H QRXUULVVRQ KXUODLW FRQWUH O¶DLU PDULQ TXL OXL HPEUDVDLW
les poumons. Mais le vent criait bien plus fort que lui.
*DEULHO VH ODLVVD FKRLU VXU OD PDoRQQHULH 8QH ILOOH (W SRXUWDQW OHV RQGHV TX¶pPHWWDLW OD
petite gagnaient encore en puissance.
3RXU XQ DQJH XQH DQQpH SDUDLVVDLW V¶pFRXOHU HQ TXHOTXHV MRXUV PDLV FHWWH QXLW-là, le temps
durant lequel les humains demeurèrent terrés dans leur abri en ruine parut durer une éternité.
$VVLV HQ WDLOOHXU O¶DUFKDQJH H[SLUD EUX\DPPHQW
²On se presse, marmonna-t-il, de mauvaise humeur, en martelant la pierre de ses doigts
fins.
&RPPH V¶LO O¶DYDLW HQWHQGX O¶KRPPH VH UHGUHVVD HQILQ HW HPSDTXHWD OHXUV PDLJUHV HIIHWV
Sa compagne se releva avec peine et,DYHF XQH JULPDFH HOOH V¶DSSX\D ORXUGHPHQW FRQWUH OXi.
² 7X HV FHUWDLQH G¶\ DUULYHU " 7X QH GHYUDLV SDV WH OHYHU VL W{W«
*DEULHO KDXVVD OHV \HX[ YHUV OH FLHO VLQLVWUH ,O Q¶pWDLW SDV TXHVWLRQ TX¶LO DWWHQGH XQ LQVWDQW
de plus.
²Après, le jour sera levé, opposa la jeune femme à son compagnon.
/¶DUFKDQJH VRXSLUD G¶DLVH 6L HOOH DYDLW SX OH YRLU LO O¶DXUDLW FHUWDLQHPHQW HPEUDVVpH

6

&HSHQGDQW O¶KXPDLQH pWDLW HQFRUH IDLEOH HW HOOH ILW XQ SUHPLHU SDV KpVLWDQW ¬ FHWWH DOOXUH LOV
allaient y passer la prochaine éternité.
Sa limite de patience depuis longtemps outrepassée, Gabriel sauta en bas du mur et
V¶DYDQoD YHUV OH FRXSOH ,O DSSURFKD OD PDLQ GX YHQWUH GH OD MHXQH IHPPH HW SURSXOVD XQH
LQILPH TXDQWLWp G¶HVVHQFH YLWDOH DX WUDYHUV GH VD SDXPH 3UHVTXe instantanément, la mortelle
se redressa et,V¶DSSX\DQW SUXGHPPent au bras de son compagnon, elle pointa le sentier du
doigt.
²Je vais pouvoir le faire. Vas-y !
Ils remontèrent lentement le chemin côtier qui progressait le long des falaises escarpées.
3HX j SHX OD SOXLH FHVVD GH PROHVWHU OH VRO HW OH FLHO V¶DSDLVD /¶DUFKDQJH VXLYLW OHV KXPDLQV
G¶XQ DLU GLVWUDLW ,O QH VH VRXFLDLW SDV GHV YLROHQWHV ERXUUDVTXHV TXL REOLJHDLHQW OH FRXSOH j VH
FRXUEHU VRXV OHXUV DVVDXWV &HWWH ELVH Q¶DYDLW DXFXQH SULVH VXU OXL $X[ DOHQWRXUV OHV EUX\qUHV
V¶DJLWDLHQW DYHF IXUHXU WHO XQ VRPEUH SDUWHUUH R ORXYRLHUDLHQW G¶LJQREOHV VHUSHQWV
²Un instant encore, geignit la jeune femme, pour la troisième fois.
² %LHQ VU OD UDVVXUD VRQ FRPSDJQRQ 3UHQGV OH WHPSV TX¶LO WH IDXGUD
6D SHDX pWDLW PRLWH HW VRQ WHLQW SkOH VHPEOD LQTXLpWHU O¶KRPPe. À nouveau, Gabriel céda à
O¶KXPDLQH XQH LQILPH SDUFHOOH GH VRQ pQHUJLH 'DQV OHV EUDV GH VRQ SqUH OH QRXUULVVRQ
FRQWLQXDLW GH SOHXUHU VHV FULV LUULWDQW OHV W\PSDQV WURS VHQVLEOHV GH O¶DUFKDQJH
6L VHXOHPHQW FH Q¶pWDLW SDV FHWWH HQIDQW! Il pourrait abandonner ces créatures là où elles
étaient et rallier le confort de ses appartements. Cependant, il ne le pouvait pas. Trouver cette
petite était sa mission depuis bien trop longtemps et,WDQW TX¶LO QH OD WLHQGUDLW SDV GDQV VHV
bras, sa tâche ne serait pas accomplie.
² dD YD OkFKD O¶KXPDLQH
²Ne te dépêche pas tant 1RXV DYRQV OH«
² 1RXV Q¶DYRQV SOXV GH WHPSV $OH[! Regarde O¶REVFXULWp IDLEOLW GpMj
Après une marche pénible, les humains atteignirent une modeste chapelle de campagne
pULJpH DX F°XU GH Oa lande.
² 9LWH VRXIIOD OD MHXQH IHPPH HQ SRXVVDQW VRQ FRPSDJQRQ j O¶LQWpULHXU
(OOH MHWD XQ UHJDUG DX[ DOHQWRXUV SRXU V¶DVVXUHU TX¶LOV Q¶DYDLHQW SDV pWp VXLYLV HW V¶LQILOWUD
par la porte entrouverte. Ils ne pouvaient se douter que leurs moindres faits et gestes étaient
pSLpV SDU XQ rWUH TX¶LOV Q¶pWDLHQW SDV HQ PHVXUH GH GLVFHUQHU $XFXQ KXPDLQ QH OH SRXYDLW
8QH ILOOH 8Q IULVVRQ SDUFRXUXW O¶pFKLQH GH *DEULHO 4XL DYDLW-LO RIIHQVp SRXU TX¶XQ WHO FRXS
soit à nouveau porté à leur royaume en cette ère déjà si sombre ? Comment allait-il annoncer
pareille nouvelle à son père ?

7

²Dépêche-toi !V¶LPSDWLHQWD OD MHXQH IHPPH 4XH MH SXLVVH UHQWUHU FKH] PRL«
ElleQH FHVVDLW GH MHWHU GHV FRXSV G¶°LO DIIROpV SDU OD IHQrWUH DORUV TXH O¶KRPPH ODYDLW
O¶HQIDQW GDQV OH EpQLWLHU /H QRXUULVVRQ SURWHVWDLW FRQWUH OD PRUVXUH GH O¶HDX JODFpH DXWDQW TXH
contre la brusquerie de son père. IlO¶HPPLWRXIOD GDQV G¶pSDLV GUDSV GH ODLQH HW GpSRVD O¶HQIDQW
DYHF SUpFDXWLRQ VXU O¶DXWHO /D ILOOHWWH FRQWLQXDLW GH KXUOHU j SOHLQV SRXPRQV HW *abriel hésita
un instant à lancer un sort de mutisme.
/¶KRPPH MHWD XQ UHJDUG LQGpFLV j OD ERXOH GH WLVVX DX FUHX[de laquelleO¶HQIDQW VH GpEDWWDLW
avec force.

²Peut-rWUH TXH QRXV SRXUULRQV«
²le coupa la jeune femme, les yeux emplis de panique. Tu es vraiment prêt à enNon !
assumer les conséquences ?
Son compagnon soupira, ramassa ses affaires et sortit de la chapelle sans un regard en
DUULqUH /HV pSDXOHV FRXUEpHV VRXV OHV DVVDXWV GX YHQW LO V¶pORLJQD O¶KXPDLQH VXU OHV WDORQV
²Enfin V¶H[FODPD *DEULHO HQ V¶DSSURFKDQW GHV FRXYHUWXUHV
(Q OHXU VHLQ XQ SHWLW rWUH DX[ WUDLWV JURVVLHUV HW DX YLVDJH YLRODFp V¶DJLWDLW WHO XQ SRLsson,
projetant ses poings minusculesFRQWUH XQ HQQHPL LQYLVLEOH /¶DQJH VRXULW PDOJUp OXL GHYDQW
O¶LQDQLWp GH FHWWH FULVH GH FROère.
²Quel terrible guerrier voilà !«
Le nouveau-né ouvrit ses immenses yeux bleus, des larmes prisonnières de ses cils. Son
PRQGH Q¶pWDLW HQFRUH IRUPp TXH G¶RPEUHV DX[ FRXOHXUV IDGHV PDLV VHV LULV VH IL[qUHQW
néanmoins sur Gabriel.
/¶DUFKDQJH DJLWD GRXFement les doigts devant le regard de la fillette et, à sa grande
surprise, deux petites mains les saisirent. Une forte chaleur se propagea alors dans ses veines
HW OH SLFRWD MXVTX¶DX ERXW GHV RUWHLOV /¶HQIDQW SULW O¶LQGH[ GH *DEULHO GDQV VD ERXFKH HW OH
sXoRWD DYHF GpOLFH DYDQW GH V¶HQGRUPLU
Une profonde colère le gagna et il souhaita un instant que les parents soient à jamais hantés
par ces yeux clairs. Le nourrisson se mit à pleurer à grand renfort de cris.
²Chut, souffla Gabriel. Je suis là.
Le son dH VD YRL[ DSDLVD OD SHWLWH TXL DSUqV DYRLU UHSULV O¶LQGH[ GDQV VD ERXFKH V¶HQGRUPLW
GDQV OH FUHX[ GH VHV EUDV /¶DUFKDQJH EHUoD OD MHXQH KXPDLQH GXUDQW XQ ORQJ PRPHQW
dévorant son visage rond du regard. Il y avait daQV O¶LPSHUIHFWLRQ GH VHV WUDLWVgrâce une
presque insoutenable.
Mais il était à présent de son devoir de contacter Urielle, leur prophétesse et juge. Elle
saurait que faire de la fillette. Presquej FRQWUHF°XU LO IHUPD OHV \HX[ HW WUDQVPLW XQ PHVVDJH

8

télépathique à son amie.
Quelques instants plus tard, une magnifique angeline apparut à ses côtés. Le claquement
VHF GH VD PDWpULDOLVDWLRQ UpYHLOOD O¶HQIDQW
² &H Q¶HVW ULHQ GRUV PXUPXUD *DEULHO j O¶RUHLOOH GX QRXUULVVRQ
Sa compagne se pencha gracieusement au-dessus du tas de couvertures et la petite suivit de
VHV \HX[ LQWpUHVVpV O¶pSDLVVH PqFKH EORQGH TXL VH EDODQoDLW DX-GHVVXV G¶HOOH
² 8ULHOOH OD VDOXD *DEULHO &¶HVW XQH ILOOH
/¶DQJHOLQH HXW XQ VRXULUH HQWHQGX HW KDXVVD OHV pSDXOHV
²Tu le savais !7X OH VDYDLV HW WX QH P¶DV ULHQ GLW?
Urielle posa sur son ami un regard dur.
² 6L MH W¶DYDLV IDLW SDUW GH FH GpWDLO WX Q¶DXUDLV SDV PLV DXWDQW GH F°XU j O¶RXYUDJH
Gabriel soupira.
² 6DQV GRXWH SDV«
²De quel péché est-elle issue ?
² 8QH HQIDQW LOOpJLWLPH HW DEDQGRQQpH JURJQD O¶DUFKDQJH FRQWrarié.
²Nous savions de quoi il retournerait.
² /¶DFWH Q¶HQ HVW SDV PRLQV RGLHX[

8ULHOOH SULW O¶HQIDQW GDQV VHV EUDV DYHF XQH LQILPH GpOLFDWHVVH
²Où vas-WX O¶HPPHQHU?
² &HWWH HQIDQW D EHVRLQ GH VRLQV HW«
Un éclair de stupeur traversa les yeux de la jeune femme.
² 7X O¶DV WRXFKpH!
² 7HFKQLTXHPHQW SDUODQW F¶HVW HOOH TXL P¶D«
/¶DUFKDQJH V¶LQWHUURPSLW OH YLVDJH OLYLGH
²Tu ne penses tRXW GH PrPH SDV TXH QRXV D\RQV«! Ce ne sont que des légendes,
Urielle !
/D MHXQH IHPPH VHFRXD OD WrWH G¶XQ DLU KpEpWp
²Cette petite est, elle aussi, une légende.-H SHX[ VHQWLU WRQ RGHXU pPDQHU G¶HOOH

*DEULHO« /D PqUH GH FHWWH HQIDQW O¶Dtouchée avant toi ?
²Non, rétorqua-t-il en passant une main lasse dans ses cheveux blonds.
² (Q FH FDV ELHQ GHV WUDFDV W¶DWWHQGHQW, mon cher prince.
Elle adressa à son compagnon un sourire moqueur avant de se volatiliser.
*DEULHO MHWD XQ FRXS G¶°LO SDU OD IHQrWUH FUDVVHXVH /H VROHLO SRLQWDLW GpMj j O¶KRUL]RQ HW
URVLVVDLW OH FLHO Oj R LO FDUHVVDLW OD PHU DYHF VHQVXDOLWp /¶DUFKDQJH VXW TX¶LO pWDLW O¶KHXUH GH

9

SDUWLU HW GH ODLVVHU O¶DVWUH GLXUQH GpYHUVHU VRQ WDSLV GH OXPLqUH VXU FHWWH WULVWH QXLWIl disparut
dans un claquement sec.
La chapelle était vide.

10

Chapitre 1±Missive


'HSXLV TX¶HOOH pWDLW HQWUpH GDQV OH EDU FH ERXJUH QH O¶Dvait pas quittée des yeux. Et il lui
restait encore une bonne demi-heure à patienter avant que son père ne quitte son agence de
voyages.
Le Take-OII DYDLW WRXMRXUV pWp OH SRLQW GH FKXWH SUpIpUp G¶(OHDQRU HW VRQ DPELDQFH WDPLVpH
était devenue sa résidence secondaire. Nicolas, le barman, essuyait distraitement une corne à
bière, le regard rivé sur la télévision qui diffusait un match de football. Il grommela un instant
FRQWUH OHV SLqWUHV SHUIRUPDQFHV GH O¶DWWDTXDQW HW VHUYLW XQ FDIp j FHOXL TXH O¶RQ VXUQRPPDLt
« Le Sioux », pilier deEDU DWWLWUp GH O¶pWDEOLVVHPHQW
Les murs garnis de lattes de bois renvoyaient les basses du vieux rock qui crépitait dans les
haut-SDUOHXUV (OHDQRU MHWD XQ FRXS G¶°LO j XQH DXWUH WDEOH R XQ JURXSH G¶DPLVjouait aux
cartes.
La muVLTXH FULDUGH GX IOLSSHU V¶pOHYD VRXGDLQ GDQV OHV DLUV /¶KRPPH DVVLV j F{Wp GH
O¶HQWUpH FRQWLQXDLW GH OD ORUJQHU G¶XQ DLU LQWpUHVVp '¶XQH PDLQ WUHPEODQWH HOOH VDLVLW VRQ YHUUH
de mojito et en avala une généreuse gorgée. La boisson lui glaça la gorge.

Vingt minutes. Si seulement cet effroyable gaillard pouvait partir avant ce laps de temps !
Un mauvais pressentiment la tenaillait. Et dans les yeux du client brûlait une lueur presque
avide qui fit frémir la jeune fille.
² 6DOXW 1LFR /D PrPH FKRVH TXH G¶Kabitude.
²Subito presto.
²Salut, le Sioux.
'¶XQ JHVWH SHX DVVXUp O¶Indien leva une main au-dessus de sa tête. Le nouvel arrivant lui
tapa amicalement dans le dos. Accoudé au comptoir avec nonchalance, se tenait celui qui était
sans doute la plus grande célébrité du Take-Off : Arch.
6RQ QRP DYDLW WRXMRXUV LQWULJXp OHV FOLHQWV 1LFRODV DYDLW XQ MRXU GLW j OD MHXQH ILOOH TX¶LO
V¶DJLVVDLW G¶XQ SVHXGRQ\PH 0DLV LO V¶pWDLW WRXMRXUV SUpVHQWp FRPPH WHO HW SHUVRQQH LFL QH
connaissait son véritable nom.
En échange de son étrange cocktail, il tendit au barman un billet bleu foncé.
²Garde la monnaie, petit.
Nicolas le remercia avec uneGpIpUHQFH FpUpPRQLDOH DYDQW GH V¶HQIRQFHU GDQV VRQ
DUULqUH

11

ERXWLTXH VDQV GRXWH SRXU MXELOHU $UFK SDVVD GHYDQW OD WDEOH G¶(OHDQRU Vans lui jeter le
moindre regard et prit place dans le coin sombre qui avait toujours été le sien.
,O GHYDLW DYRLU OD WUHQWDLQH WRXW DX SOXV PDLV VRQ YLVDJH pWDLW HPSUHLQW G¶XQH VDJHVVH ELHQ
plus ancienne. Ses habits étaient toujours de couleur noire, contrastant de façon étrange avec
ses cheveux clairs relevés en queue-de-cheval et ses yeux azur. Il était beau. Sans doute le
SOXV EHO KRPPH TX¶(OHDQRU DLW UHQFRQWUp ,O QH SDUODLW TXH WUqV SHX HW VH FRQWHQWDLW GH VLURWHU
son verre en analysant une immense pLOH GH GRFXPHQWV TX¶LO DYDLW WRXMRXUV VXU OXL
Arch leva les yeux versO¶HQWUpH GX FDIp /j O¶KRPPH DYDLW WRXMRXUV VRQ UHJDUGfiévreux
braqué sur Eleanor.
Dix minutes.
²Pars, marmonna-t-elle. Pars.
&RPPH V¶LO O¶DYDLW HQWHQGXH O¶LQGLYLGX VH UHGUHVVD HW Tuitta le café. La jeune fille se laissa
aller contre le dossier de bois de la banquette.Juste à temps.
²Un drôle de type, celui-Oj OkFKD 1LFRODV DORUV TX¶HOOH OH SD\DLW )DLV DWWHQWLRQ j WRL; il
QH W¶D SDV OkFKpe des yeux.
²À mercredi, Nico, acquiesça Eleanor.
'HKRUV OH FLHO pWDLW PHQDoDQW HW O¶DLU VHPEODLW ORXUG /HV UDUHV SDVVDQWV VH KkWDLHQW GH

rentrer chez eux.
$ORUV TX¶HOOH WRXUQDLW j O¶DQJOH GH OD UXH 3RQW G¶$YUR\ OD MHXQH ILOOH GXW VH UHQGUH j
O¶pYLGHQFH TXHOTX¶XQ OD VXLYDLW /HV YLWULQHV WHUQLHV SDU OD SROOXWLRQ UHQYR\DLHQW O¶pFKR G¶XQ
pas qui se voulait discret,PDLV TXL V¶DGDSWDLW GH IDoRQ pWUDQJH DX U\WKPH GH VHV SURSUHV
foulées.
)HLJQDQW G¶DGPLUHU OD GHYDQWXUH GH OD PDURTXLQHULH (OHDQRU MHWD XQ FRXS G¶°LO IXUWLI GDQV
son dos et tressaillit. Marchant à petits pas sur les pavés humides, le sinistre bonhomme du
Take-OII V¶DYDQoDLW GDQV VD GLUHFWLRQ (OOH GpJOXWLW HW UHSULW VD URXWH HQ SUHVVDQW OH SDV
Le boulevard était en vue. Cette fois plus que toute autre, elle pria pour que son père ne
VRLW SDV HQ UHWDUG &HSHQGDQW ORUVTX¶HOOH GpERXOD j O¶LQWHUVHFWLRQ OD YRLWXUH pEqQH Q¶pWDLW SDV
là.
²Merde !
Elle sortit maladroitement son téléphone portable de sa poche. La rue était presque déserte
et seuls quelques passants circulaient encore sur les trottoirs.
²Mademoiselle ! la héla une voix rauque.
(OHDQRU ILW PLQH GH QH SDV O¶DYRLU HQWHQGXH
²Eh ! Mademoiselle ! Toi, là-bas, je te parle !

12

8QH PDLQ UHQGXH QRXHXVH SDU O¶DEXV G¶DOFRRO VH SRVD DYHF UXGHVVH VXU VRQ pSDXOH HW HOOH ILW
volte-face.QuHOTX¶XQ V¶LO YRXV SODvW!aucun des citadins ne semblait lui prêter Mais
attention.
² -H YDLV W¶RIIULU XQ YHUUHFais pas ta timide -H W¶DL YXH DX EDU WX Q¶DV SDV DUUrWp GH PH
regarder !
²Je dois y aller, bafouilla-t-elle en se dégageant de son étreinte.
²Non, pas déjà, grogna-t-il.
Son haleine empestait la bière et la cigarette. Mais,DORUV TX¶LO O¶DWWLUDLW j OXL XQH PDLQ
IHUPH V¶DEDWWLW VXU VRQ DYDQW-EUDV 6XUSULV O¶KRPPH OkFKD OD MHXQH ILOOH TXL UHFXOD GHUHFKHI
²Te voilà, Bill -H W¶DWWHQGDLVmon ami !V¶pFULD VRQ VDXYHXU
Sa queue-de-FKHYDO WUHVVDXWDLW GHUULqUH VRQ FUkQH WDQGLV TXH O¶LYURJQH VH GpEDWWDLW HQWUH VHV
EUDV 6RQ UHJDUG G¶XQ EOHX VXUSUHQDQW FURLVD FHOXL G¶(OHDQRU
²Mademoiselle, nous vous souhaitons une bonne fin de journée. Mon ami et moi devons
aller discuter un peu plus loin.
6DQV VH UHWRXUQHU $UFK WLUD O¶KRPPH WLWXEDQW HQ GLUHFWLRQ GHV UXHOOHV LQVDOXEUHV GH OD YLOOH
TXL j FHWWH KHXUH pWDLHQW HQFRUH GpVHUWHV /D MHXQH ILOOH V¶DXWRULVD j UHVSLUHU 6RXV VD SDXPH
VRQ F°XU SDOSLtait. Ça avait été juste.
*
* *
Eleanor martelait le sol de la pointe du pied. Son empathie était dépassée, alors que son
SqUH pWDLW XQH QRXYHOOH IRLV HQ UHWDUG GH SOXV G¶XQH KHXUH (W VL $UFK Q¶pWDLW SDV LQWHUYHQX TXL
sait ce qui aurait pu lui arriver ? Ses yeux bleu ciel hantaient sa conscience.
/HV QXDJHV EDV SUpVDJHDLHQW HQFRUH XQH GH FHV WURS QRPEUHXVHV DYHUVHV HW O¶LGpH GH UHVWHU
GHKRUV QH SODLVDLW SDV j OD MHXQH ILOOH /¶DLU GH OD YLOOH HPEDXPDLW OHV JD] G¶pFKDSSHPHQW HW OXL
irritait la gorge.
²Si daQV FLQT PLQXWHV LO«
Un bruit sourd fitYLEUHU O¶DLU GH SOXV HQ SOXV IRUW GH SOXV HQ SOXV SURFKH HW XQH $XGL QRLUH
VXUJLW j O¶DQJOH GH OD UXH
²Il était temps.
(OOH ILW PLQH GH QH SDV O¶DSHUFHYRLU HW IL[D VD PRQWUH DYHF LQVLVWDQFH 0DLV GqV TXH OHV
pneus crissèrent sur le revêtement humide de la chaussée, elle monta sans un mot et claqua la
portière avec ferveur.
²Le travail ? maugréa-t-elle en jetant son sac sur la plage arrière.
6RQ SqUH VRXULW G¶XQ DLU GpVROp
²Le travail.

13

Eleanor ne prononça pas le moindre mot de tout le trajet. Mais elle prit soin de frotter ses
pieds boueux sur le tapis de solGX UXWLODQW HW GpWHVWDEOH FRXSp (OOH Q¶HQ SRXYDLW SOXV GH FH
travail. Si cette agence de voyages était la fierté de la famille, elle la haïssait plus que tout.
Au-GHVVXV GH OHXUV WrWHV OH FLHO V¶DVVRPEULVVDLW /D JULOOH GH OD PDLVRQ V¶RXYULW VXU XQH
DOOpH GH SDYpV TXL VHUSHQWDLW MXVTX¶j XQH LPSRVDQWH YLOOD SODQWpH DX VRPPHW G¶XQH EXWWH
/D YRLWXUH V¶LPPRELOLVD GHYDQW OH SRUFKH HW OD MHXQH ILOOH VDXWDà bas du siège.
²Je vais faire des courses pour le dîner.
Eleanor rattrapa de justesse les clés que son père lui lança et regarda la grille se refermer
GHUULqUH OXL VXU OH MDUGLQ VLOHQFLHX[ (OOH VRXSLUD 7RXW pWDLW WURS SDLVLEOH LFL ,O Q¶\ DYDLW SDV
O¶RPEUH G¶XQ EUXLWlaUHQVHLJQDQW VXU OD SUpVHQFH SRVVLEOH G¶KRPR VDSLHQV VDSLHQV j SUR[LPLWp
En réalité, il y en avait bien un, de bruit : le bourdonnement sourd de la ligne de fil barbelé du
SUp G¶j F{Wp 8Q SUp OXL-même désert.
Le mois de juillet commençait à peine. La température aurait dû être caniculaire, mais
F¶pWDLW VDQV FRPSWHU VXU OHV ODWLWXGHV EHOJHV /D EULVH WURS IUDvFKH pWDLW VDWXUpH G¶KXPLGLWp HW GH
UHOHQWV G¶KXPXV )ULVVRQQDQWe, Eleanor se pressa de glisser la clé dans la serrure.
Elle abandonna soQ VDF HW VD YHVWH VXU OH IDXWHXLO GH O¶HQWUpH HW V¶pWLUD 6RQ UHJDUG V¶DUUrWD
XQ LQVWDQW VXU OD SKRWR G¶XQH SHWLWH ILOOH DVVLVH VXU OHV JHQRX[ GH VD PDPDQ: une magnifique
IHPPH DX[ \HX[ EOHXV HW DX YLVDJH HQFDGUp G¶XQ ULGHDX GH FKHYHX[ URX[ HW OLVVHV (OHanor
DYDLW O¶LPSUHVVLRQ G¶rWUH ELHQ IDGH j VHV F{WpV DYHF VHV ORQJV FKHYHX[ EUXQV TXLencadraient
XQ YLVDJH DX[ SRPPHWWHV WRXMRXUV WURS URVHV $XMRXUG¶KXL VD PqUH Q¶pWDLW SOXV Oj SRXU
éclairer la maison de son sourire désarmant. Un accident la lui avait prise des années
auparavant.
7DQGLV TX¶(OHDQRU SUpSDUDLW XQH FROODWLRQ VXU OD WDEOH GH OD FXLVLQH XQ FRXS IUDQF IXW
frappé à la porte. Elle releva la tête, surprise. Ce ne pouvait pas déjà être son père. Après
V¶rWUH HVVX\p OHV PDLQV HQ KkWH HOOH VH GLULJHD YHUV O¶HQWUpH /H JURQGHPHQW VRXUG GX WRQQHUUH
DJLWDLW O¶DWPRVSKqUH
²Oui ?
(OOH Q¶REWLQW DXFXQH UpSRQVH (OHDQRU UpLWpUD VRQ DSSHO PDLV j QRXYHDX VHXO OH VLOHQFH OXL
répondit. Curieuse, elle entrouvrit les stores qui masquaient les vitres latérales ,O Q¶\ DYDLW
personne sous le ciel sombre, mais sur la première marche du perron trônait une enveloppe de
parchemin.
/D MHXQH ILOOH VH JOLVVD DYHF SUpFDXWLRQ SDU O¶HQWUHEkLOOHPHQW GH OD SRUWH HW UDPDVVD OD
missive. Au-GHKRUV O¶pOHFWULFLWp pWDLW SUHVTXH SDOSDEOH HW OHV IHXLOODJHV V¶pWDLHQW ILJpV GDQV
O¶DWWHQWH GH O¶RUDJH

14

7UDFp G¶XQH EHOOH pFULWXUH FDOOLJUDSKLpH OH SUpQRP G¶(OHDQRU pWDLW FRXFKp VXU OH SDSLHU
Elle soupesa la lettre, surprise. Personne ne lui écrivait jamais. Et pour cause : sa vie sociale
pWDLW XQ YpULWDEOH GpVHUW /D MHXQH ILOOH UHJDJQD OD FXLVLQH WRXUQDQW HW UHWRXUQDQW O¶HQYHORSSH
HQWUH VHV PDLQV /H SDSLHU pWDLW SUpFLHX[ HW O¶pFULWXUH OXL UDSSHODLW pWUDQJHPHQW OHV FRXUEHV
manuscrites des anciennes abbayes.
Elle hésita quelques instantV DYDQW G¶RXYULU OH SOL &HSHQGDQW LO GpJDJHDLW XQH IUDJUDQFH
florale si entêtante que,VDQV \ SHQVHU (OHDQRU OD GpFDFKHWD ¬ O¶LQWpULHXU V¶pWLUDLW OD PrPH
écriture élégante.
Chapelle Maranhata
Bois du chevreuil, Stinval
Ce dimanche à 10 h 07
Ne sois pas en retard et sois prudente.
(W HQ JXLVH GH VLJQDWXUH LO Q¶\ DYDLW TX¶XQH VHXOH OHWWUH PDMXVFXOH: G. Eleanor lut à
nouveau la missive, perplexe. Qui pouvait bien être ce G qui lui fixait rendez-vous à la
chapelle du bois? Et pourquoi à 10h 07" 1¶pWDLW-ce pas une heure étrange pour se
rencontrer ?
/D SRUWH G¶HQWUpH FODTXD IDLVDQW VXUVDXWHU OD MHXQH ILOOH (OOH IRXUUD OD OHWWUH GDQV OD SRFKH
arrière de son pantalon et fit volte-face. Deux sacs déversèrent leur contenu sur la table et un
homme de bonne stature se laissa tomber sur le tabouret. Il portait les cheveux courts, blonds
comme le soleil du SXG HW pWDLW YrWX G¶XQ FRPSOHW QRLU FRUEHDX
² 3DSD MH W¶DL GpMj GLW GH PHWWUH XQH FUDYDWH GH FRXOHXU DYHF FH FRVWXPH! Tu ressembles à
un croque-mort.
Gilles sourit et entreprit de ranger ses achats.
² &RPPHQW V¶HVW SDVVpH WD MRXUQpH?
²Peu constructive.
Eleanor aida son père à trier leurs nouvelles denrées et, après avoir paressé quelque temps
devant la télévision, elle se mit aux fourneaux. Gilles déplia son journal dans la cuisine et en
feuilleta distraitement les pages.
² &H VHUD SUrW GDQV XQH PLQXWH OH SUpYLQW (OHDQRU DORUV TX¶XQH GpOLFLHXVH RGHXU GH YLDQGH
rôtie se répandait dans la pièce.
Son père ne répondit pas. Elle expira avec humeur et se retourna.
²Papa !
Affalé sur la table, il avait les yeux écarquillés et ses bras pendaient mollement dans le
vide. La jeune fille courut vers lui, affolée. Un rictus étira la bouche de Gilles, disparut et

15

UHYLQW DYDQW GH V¶HIIDFHU j QRXYHDX (OHDQRU JURJQD LUritée.
²Imbécile.
Il se releva, hilare.
² -¶DL IDLW GHX[ DWWDTXHV FDUGLDTXHV HW MH VXLV PRUW XQH IRLV GH FDXVH QDWXUHOOH SHQGDQW TXH
tu bavais au-dessus de tes plaques de cuisson.
/H UHSDV VH SDVVD GDQV OH FDOPH ,OV Q¶DYDLHQW DXFXQH DQHFGRWH GLJQH G¶LQWprêt à échanger,
mais le silence leur suffisait. Pour certains, les mots sont superflus.
²Je monte, bâilla Eleanor quand ils eurent rangé la vaisselle.
²Tu as déjà fait tous tes devoirs ?
² 3DSD M¶DL ILQL OHV FRXUV GHSXLV GHX[ VHPDLQHV« -¶DOODLV FKHUFKHU monbulletin
DXMRXUG¶KXL.
²Et ?
² ¬ PRL O¶XQLYHUVLWp! cria-t-HOOH GHSXLV OD FDJH G¶HVFDOLHU
Elle ouvrit la porte de sa chambre à la volée et se jeta sur le lit, attrapant son portable sur la
WDEOH GH QXLW /¶RUGLQDWHXU V¶DOOXPD WURS OHQWHPHQW j VRQ JRt. Elle était impatiente de pouvoir
UHSORQJHU GDQV O¶XQLYHUV IDQWDVWLTXH GH VRQ URPDQ pOHFWURQLTXH
La jeune fille grimaça de frustration. Internet ne fonctionnait pas, encore une fois. Eleanor
se laissa aller sur le dos OD GRVH G¶DGUpQDOLQH GH FH VRLU WRPEDLW j O¶HDX 6HV TXDWUH PXUV
EODQFV O¶pWRXIIDLHQW FRPPH VL FKDTXH MRXU VRQ HVSDFH V¶pWUpFLVVDLW XQ SHX SOXV
(OHDQRU V¶DUUrWD GHYDQW OD IHQrWUH TXL SRLQWDLW KRUV GX WRLW HW GRQQDLW XQH YXH PDJQLILTXH
sur le jardin arrière. Le réveil affichait 21heures.&H Q¶pWDLW SDV XQH KHXUH GpFHQWH SRXU VH
FRXFKHU /D MHXQH ILOOH VRXSLUD XQH QRXYHOOH IRLV (OOH SULW SODFH j VRQ EXUHDX V¶DUPD G¶XQH
IHXLOOH HW G¶XQ VW\OR HW V¶DSSUrWD jécrire, mais, au lieu de noircir le papier de phrases
intarissables, elle se contenta de fixer la page blanche. Que pouvait-elle bien rédiger? Des
mots qui la déchargeraient de toutes ces choses qui lui arrivaient? Ou plutôt de toutes ces
FKRVHV TX¶HOOHaurait vouluTX¶LO OXL DUULYH?
/H FDOPH HW OD VROLWXGH GH VRQ KDPHDX O¶DQpDQWLVVDient au fur et à mesure des saisons. Ce
VLOHQFH TXL YRXV ERXUGRQQDLW GDQV OHV RUHLOOHV PrPH OHV RLVHDX[ DYDLHQW ILQL SDU V¶HQ ODVVHU
(W LOV pWDLHQW SDUWLV 0DLV 6WLQYDO pWDLW WRXW FH TX¶HOOH FRQQDLVVDLW &¶pWDLW FKH] HOOH et,ce
YLOODJH HOOH O¶DLPDLW DXWDQW TX¶HOOH OH KDwVVDLW
*
* *
Eleanor se trouvait dans une forêt verdoyante où gambadaient des troupeaux de biches que
TXHOTXHV FHUIV VXUYHLOODLHQW G¶XQ °LO DWWHQWLI 6D SUpVHQFH QH VHPEODLW SDV OHV HIIUD\HU HW
pourtant, ils étaient si proches ! Si elle avait tendu la main sur sa droite, elle aurait pu caresser

16

le pelage tacheté du faon qui broutait à ses côtés. Il leva la tête vers elle et fit mine de
V¶DSSURFKHU PDLV ORUVTX¶HOOH YRXOXW SRVHU OD PDLQ VXU VRQ PXVHDX VRQ FRUSV WUHVVDLOOLW HW VH
mit à onduler. Un grondement sourd ronfla dans son poitrail et il se métamorphosa soudain en
un inquiétant puma.
6L VHV EDELQHV Q¶DYDLHQW SDV pWp UHWURXVVpHV VXU VHV ORQJV FURFV OXLVDQWV LO OXL DXUDLW VDQV
doute paru beau et majestueux. La jeune fille voulut crier, mais sa gorge était sèche comme un
GpVHUW HW HOOH Q¶pPLW TX¶XQ FRXLQHPHQW pWRXIIp /HV PXVFOHV GX IDXYH URXODLHQW VRXV OD SHDX GH
VHV pSDXOHV WDQGLV TX¶LO ODFpUDLW OD WHUUH PRXVVHXVH GH VHV JULIIHV
Ses iris ombrés par la haine et ses oreilles plaquées contre son crâne firent frémir Eleanor.
²Pitié ! implora-t-elle en se recroquevillant sur elle-même.
/¶DQLPDO QH OXL SUrWD SDV OH PRLQGUH LQWpUrW HW ERQGLW VRXGDLQ SDU-dessus sa tête, avec une
JUkFH LQpJDODEOH ,O UHWRPED VXU OH GRV G¶XQH FUpDWXUH TXL VH WHQDLW GDQV O¶RPEUH j O¶DEUL GHV
regards.
(OHDQRU V¶HIIRUoD GHvoirGH TXRL LO V¶DJLVVDLW PDLV XQH IRUFH FRORVVDOH OD WLUD SDU OH EUDV HW
O¶LPDJH GHYLQW IORXH /H SXPD WRXUQD OD WrWH GDQV VD GLUHFWLRQ HW HOOH SORQJHD XQH GHUQLqUH IRLV
son regard dans les prunelles du fauve, avant de se réveiller en sursaut.
Lorsque la jeune fille descenditO¶HVFDOLHU, elle se sentait encore fiévreuse. Un étrange
PDODLVH O¶KDELWDLW DORUV TX¶HOOH VH UDSSHODLW OH UHJDUG WURS YLI GH O¶DQLPDO 6HV VRXYHQLUV pSDUV
furent cependantYLWH GLVVLSpV ORUVTX¶HOOH GpFRXYULW TX¶HOOH pWDLW VHXOH GDQV OD JUDQGH GHPHXUH
(OHDQRU V¶DSSURFKD GX IULJR VXU OHTXHO VRQ SqUH DYDLW DFFURFKp XQ PRW
Je suis allé faire une course,
Papa.
²Génial, marmonna-t-elle en froissant le mémo avec humeur. Je préférerais vivre aux
EQIHUV« /j DX PRLQV LO \ D GX PRQGH
Elle tressaillit. Était-FH GH OD IXUHXU TXL JURQGDLW VRXGDLQ GDQV VRQ F°XU? Eleanor secoua la
tête pour évacuer cette sensation incompréhensible et engloutit ses céréales. Elle était décidée
à éclaiUFLU O¶DIIDLUH GH OD OHWWUH DQRQ\PH DX SOXV YLWH
Ce matin, le temps était brumeux et la visibilité, chiche. Eleanor sortit néanmoins son
vélo LO QH VHUYDLW j ULHQ GH WHUJLYHUVHU HQFRUH (OOH HQIRXUFKD O¶HQJLQ HW URXOD DYHF SUXGHQFH
OH ORQJ GH O¶DOOpH VLnueuse.
Ses yeux ne distinguaient rien au-delà de sa roue avant. Il lui semblait être seule au monde
DORUV TX¶HOOHvoyageaitGDQV FHW HVSDFH FRWRQQHX[ 3URPSWHPHQW OH IURLG HW O¶KXPLGLWp
WUDQVSHUFqUHQW VD YHVWH HW OD JODFqUHQW MXVTX¶j OD PRHOOH 7RXV OHV VRQV V¶DVSK\[LDLHQW GDQV OH
brouillard et un épais silence enveloppait son chemin.

17

Lorsque(OHDQRU SDUYLQW j O¶RUpH GXBois du chevreuil, elle marqua quelques instants
G¶KpVLWDWLRQ DYDQW GH V¶\ HQIRQFHU $X-dessus de sa tête, les feuillages étaient épais et
renforçaient les ténèbres de la forêt qui se présentait bien plus sombre que dans ses souvenirs.
Là, dans les profondeurs de la futaie,VH WURXYDLW XQH FKDSHOOH j O¶DEDQGRQ /¶HQGURLW pWDLW
OXJXEUH PDLV OD MHXQH ILOOH Q¶HQ DYDLW FXUH
Elle lâcha son vélR HW V¶DYDQoD G¶XQ SDV GpFLGp YHUV OD SODTXH HQ PpWDO JUDYpH GH
O¶LQVFULSWLRQ © Maranhata». Eleanor enjamba la grille noire arrachée de ses gonds qui fermait
MDGLV O¶HQWUpH
/¶LQWpULHXU pWDLW REVFXU HW OH OLHX H[KDODLW XQH LQIkPH RGHXU GH PRLVLVVXUH /D Meune fille
FDUHVVD O¶DXWHO GH SLHUUH G¶XQH PDLQ GLVWUDLWH '¶DQFLHQQHV FKDQGHOOHV DX[ PqFKHV URQJpHV SDU
O¶KXPLGLWp UHVWDLHQW FRXUDJHXVHPHQW GUHVVpHV GDQV OHXUV ERXJHRLUV /HV DLJXLOOHV
phosphorescentes de sa montre indiquaient 10h 05.Le mystérieux G prévoyait-il de ne pas
honorer cet étrange rendez-YRXV TX¶LO DYDLW OXL-même fixé ?
²Prince, la zone est sécurisée, lança soudain une voix. Vous pouvez commencer.
La jeune fille écarquilla les yeux de surprise.Prince ? ¬ O¶H[WpULHXU LO OXL VHPEOD TXH
plusieursVLOKRXHWWHV V¶DJLWDLHQW (OOH SOLVVD OHV \HX[ SRXU GLVFHUQHU O¶KRPPH TXL YHQDLW GH
parler, mais elle ne vit que les volutes de brume qui rampaient tels des tentacules sur le linceul
de feuilles.

² ,O HVW O¶KHXUH FRPPHQoRQV UpSRQGLW XQH YRL[ PDVFXOLQH
La jeune fille frémit. Cette voix ne lui était pas inconnue.
²Nous partons devant, Prince.
² -H PH GpPDWpULDOLVHUDL GqV TXH M¶HQ DXUDL WHUPLQp DYHF HOOH.
8Q PDXYDLV SUHVVHQWLPHQW DVVDLOOLW OD MHXQH ILOOH (OOH Q¶DXUDLW MDPDLV G YHQLU LFL! Avec
discrétion HOOH VH GLVVLPXOD GHUULqUH O¶LPSRVDQW DXWHO /D SLHUUH pWDLW G¶XQ IURLG PRUWHO FRQWUH
VRQ GRV HW (OHDQRU VH PLW j FODTXHU GHV GHQWV /H ORXUG SDUIXP GH OD IRUrW V¶LQVLQXDLW GDQV OD
chapelle en friche et lui donnait la nausée. Mais si elle restait muette, personne ne saurait
TX¶HOOH pWDLW Oj
Plusieurs claquements secs retentirent, telles de petites déflagrations qui détonèrent dans le
VLOHQFH GX ERLV /D UHVSLUDWLRQ G¶(OHDQRU V¶DFFpOpUD HW VRQ F°XU V¶DIIROD GDQV VD SRLWULQHAux
alentours de son abri, tout semblait immobile. La forêt retenait son souffle. Un nuage de
vapeur frémissait entre ses lèvres bleutées par la peur.Ils sont partis.
3XLV VRXGDLQ O¶DLU VH PLW j YLEUHU 3ULVH GH SDQLTXH OD MHXQH ILOOH VH UHGUHVVD HW VH SUpFLSLWD
vers la sortie. Ses coudes seFRJQqUHQW FRQWUH OHV SDURLV JODFpHV HW VRQ SXOO V¶DFFURFKD j XQ
ERXJHRLU GHQWHOp /D SRUWH Q¶pWDLW SOXV TX¶j XQ SDV PDLV ORUVTX¶HOOH YRXOXW V¶H[WUDLUHde

18

O¶DWPRVSKqUH pWRXIIDQWH GH OD FKDSHOOH (OHDQRU VH KHXUWD j XQ PXU LQYLVLEOH
Elle tambourina de toutes ses forces contre la paroi transparente, mais elle ne céda pas.
Elle était prisonnière.
$ORUV TX¶HOOH V¶DSSUrWDLW j DSSHOHU DX VHFRXUV XQH pWUDQJH VHQVDWLRQ OD VDLVLW HW OXL UHWRXUQD
O¶HVWRPDF 6RQ FRUSV VHPEOD SHUGUH WRXWH FRQVLVWDQFH HW VHXle son âme parut subsister dans la
FKDSHOOH (OHDQRU V¶DIIROD GH SOXV EHOOH HW IUDSSD ILpYUHXVHPHQW VHV PDLQV VDQV VXEVWDQFH
FRQWUH OH PXU G¶DLU (OOH QH UHVVHQWDLW SOXV ULHQ: ni la fraîcheur de la brise ni la dureté de la
pierre sous ses doigts. La gorge serrée, elle considéra avec effroi ses mains dont les contours
V¶HIIDoDLHQW GH SOXV HQ SOXV (OOH pWDLW HQ WUDLQ GH PRXULU
$ORUV DX F°XU GH OD EUXPH DSSDUXW XQH VLOKRXHWWH TXL V¶DYDQoD G¶XQ SDV DVVXUp GDQV VD
GLUHFWLRQ (OOH YRXOXW FULHU SRXU TXH O¶LQdividu lui vienne en aide, mais aucun son ne jaillit de
ses lèvres. Avec ses cheveux blonds qui ondulaient sur ses épaules et ses iris aux couleurs du
ciel, il ressemblait à un prince. Eleanor déglutit HOOH O¶DXUDLW UHFRQQX HQWUH PLOOH $UFK RXYULW
la bouche, mais eOOH QH SRXYDLW SDV O¶HQWHQGUH

Et soudain, la chapelle disparut.

19

Chapitre 2± -DUGLQ G¶Éden


(OHDQRU WRPED OH QH] DX F°XU G¶XQH SHORXVH G¶KHUEH ILQH G¶XQ YHUW HQLYUDQW $SUqV OHV
ténèbres du bois, le soleil qui brillait haut dans le ciel était insupportable. Le souffle court,
HOOH SURPHQD VRQ UHJDUG VXU O¶RUpH IRUHVWLqUH TXL VH GpSOR\DLW GHYDQW HOOH 2 DYDLt-elle
atterri ?Rien ici ne lui était familier. Elle considéra le ciel azur avec crainte. Tout ceci ne
pouvait être que le fruit de la maJLH 0DLV OD PDJLH Q¶H[LVWDLW SDV.N¶HVW-ce pas? Une
DQJRLVVH VRXUGH OXL pWUHLJQLW OD JRUJH DORUV TXH GHV ODUPHV G¶HIIURL SHUODLHQW DX FRLQ GH VHV
SDXSLqUHV 'DQV TXHO HQIHU V¶pWDLW-elle encore embarquée ?
²Eleanor ?
La jeune fille ne put retenir un cri. Une vieille femme était penchée sur elle, son visage à
TXHOTXHV SRXFHV j SHLQH GX VLHQ /¶DwHXOH DIILFKD XQ VRXULUH PDOLFLHX[ HW EUDQGLW XQH ODQWHUQH
dont la mèche était éteinte.
²Pardonne-PRL GH W¶DYRLU IDLW SHXU FH Q¶pWDLW QXOOHPHQW PRQ LQWHQWLRQ
Quelque chose dans son attitude laissait pourtant penser le contraire. La respiration
G¶(OHDQRU VH ILW VRXGDLQlaborieuse. Tout cela ne pouvait pas exister. Tout cela ne devait pas
exister.
(OOH GpYLVDJHD O¶pWUDQJqUH DYHF WHUUHXU DYDQW GH SURPHQHU XQ pQLqPH Uegard affolé autour
G¶HOOH 2 GLDEOH VH WURXYDLW-elle" (OOH Q¶DYDLW DXFXQH HQYLH G¶rWUH Oj! Elle voulait être dans
ce bois si nébuleux, si humide, si froid, si familier, pas assise sur cette pelouse verdoyante
sous ce superbe soleil. Eleanor ne put dominer bien longtemps le sanglot qui couvait dans sa
poitrine.
²Ne cède pas maintenant ! s¶LUULWD OD YLHLOOH IHPPH
Elle devait rêver. Elle allait bientôt se réveiller dans son lit duveteux. Pourtant, la finesse
GH O¶KHUEH VRXV VHV GRLJWV HW OH YHORXUV GH ODbrise qui caressait son visage semblaient on ne
SHXW SOXV UpHOV (OHDQRU GpVLUDLW EULVHU OD PRQRWRQLH GH VD YLH FHUWHV PDLV F¶HQ pWDLW WURS SRXU
elle. Bien trop. Elle se mit tout à coup à crier, comme si sa compagne était responsable de ce
qui lui arrivait.
²Je ne saisis rien à ce qui se passe ! Il y a eu cette lettre, cet homme et je me suis fait«
volatiliser (W«
/¶LQFRQQXH QH OXL ODLVVD SDV OH WHPSV GH ILQLU VRQ PRQRORJXH HW pFUDVD VD ODQWHUQH VXU OD

20