Les Gardiens de l'Ordre Sacré - Tome 3 : La Recrue

-

Livres
278 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Choisira-t-il l’amour ou le devoir ?
L’existence des mondes Humain et Féerique est plus que jamais menacée. Les gardiens et leurs alliés constituent l’unique rempart face à l’avènement de l’Ombre et ses légions des ténèbres.
À l’aube d’une guerre qui s’annonce rude, Jayden Arker, la dernière recrue de l’Ordre Sacré, va également devoir mener sa propre bataille. Une bataille qui va faire ressurgir son passé et remettre en cause son avenir.
Car pour protéger celle qu’il aime, il va devoir préférer son devoir ou une lointaine promesse. Une voie sans issue ?
« La Recrue » est l’ultime tome de la trilogie des « Gardiens de l’Ordre Sacré », personnages issus de l’univers Entre II Mondes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 février 2019
Nombre de visites sur la page 51
EAN13 9782370116512
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


/(6 *$5',(16 '( /¶25'5( 6$&5e

Tome III : La Recrue

D.Lygg

© Éditions Hélène Jacob, 2018. CollectionFantasy. Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-652-9

Il y a fort longtemps, le Dieu créateur donna vie à deux nouvelles races : humaine et féerique.
Cependant, après une ultime et violente rébellion, il compritTXH QL O¶XQH QL O¶DXWUH QH UpXVVLUDLent
à cohabiter sans se mettre mutuellementHQ GDQJHU ,O GpFLGD GRQF G¶DWWULEXHUà chacune sa terre.
À la destruction de son Temple, il se retira, les abandonnant à leur sort. Elles seraient seules
responsables de leur destinée. Mais avant de disparaître, il plaça une partie de ses immenses
pouvoirs dans ce qui serait nommé plus tard : les Autorités SupérieuresHW O¶2UDFOH
/¶2UDFOH: une entitéj O¶RULJLQHde la formationGH O¶2UGUH 6DFUp GHV *DUGLHQV GX 7HPSOH
Les Gardiens : garants de la sécurité des peuples et de la frontière entre les mondes. Une armée
GH JXHUULHUV G¶pOLWH LPPRUWHOV FKRLVLV SRXU OHXUV H[FHSWLRQQHOOHV DSWLWXGHV DX FRPEDW OHXU
courage,PDLV DXVVL OHXUV kPHV«

Prologue


Juin 2003, États-Unis.
UneIRLV HQFRUH OD FKDOHXU Q¶DYDLWpas perdu en intensité, à la nuit tombée. Les presque
fenêtres de la maison restaient ouvertesGDQV O¶HVSRLU GH JDJQHU XQ SHX GH FHWWH IUDvFKHXU QRFWXUQH
tant désirée.
À cause des fortes températures en journée et enO¶DEVHQFH GH SOXLH O¶pWDW GH VpFKHUHVVH DYDLW
été décrété dans tout le Kansas ainsi que dans la majeure partie du pays, au grand dam des
fermiers du coin et notamment de Tray Adams.
Cette nuit, son petit-fils, en vacances chez lui, ne cessait de se retourner dans son lit. La sueur
perlait le long du dos du garçon et le rendait moite même après sa deuxième douche. Cet
inconfort et le poids étrange sur sa poitrineO¶HPSrFKDLHQW GH WURXYHUle sommeil après avoir

visionnéXQ ILOP DYHF VD V°XU.
$SUqV GHV KHXUHV j WXHU O¶HQQXLallongé en étoile de mer sur le matelas et le regard louchant
sur le plafond, il se sentit enfin partir dans les bras de Morphée &H IXW j FHW LQVWDQW SUpFLV TX¶XQH
série de craquements en provenance du couloir le fit tressaillir, l¶REOLJHDQW j UHPHWWUH j SOXV WDUG
son désir de repos.
Le jeune homme se redressa aussitôt sur son séant, le souffle court, son torse se soulevant et
V¶DEDLVVDQW FRPPH V¶LO YHQDLW G¶HIIHFWXHU XQ FHQW PqWUHV ,lWHQGLW O¶RUHLOOH PDLVplus rien ; le
calme le plus total régnait à nouveau dans la maison.
De toute évidence, il était déjà en train de rêver. Néanmoins, il se levaDILQ G¶HQ DYRLU OH F°XU
net.
,O RXYULW OD SRUWH /H FRXORLU pWDLW GpVHUW 3ULV G¶XQ GRXWe, le garçon lança un «y a
TXHOTX¶XQ? » auquel seul le silence lui répondit. Maintenant définitivement convaincu que son
imagination lui jouait des tours, l¶DGROHVFHQWles épaules en refermant le battant. En haussa
chemin vers son lit, il se promit également de cesser de regarder dHV ILOPV G¶pSRXYDQWH DYHF VD
V°XU, tard le soir.
Esquissant une grimace, il fit craquer les os de son cou et ôta son t-VKLUW KXPLGH TX¶LO
abandonna à ses pieds. Puis, il se recoucha en jetant un couS G¶°LO j OD IHQrWUH Ruverte, dont les
rideaux se soulevèrentVRXV O¶HIIHW G¶XQH OpJqUH EULVH ELHQYHQXH /H JDUoRQ soupirade
contentement lorsque le vent caressa sa peau en feu et son front trempé. Un sourire naquit sur son

4

visageWDQGLV TX¶LO V¶HQIRQoDLW GH QRXYHDX GDQV OHV GUDSVLe sommeil le cueillit peu de temps
après que sa tête fut entrée en contact avec le moelleux de son oreiller.
*
* *
Dehors, la gracile Théa avançaitG¶XQ SDV WUDQTXLOOH, guidée par une volonté qui la dépassait.
Telle une somnambule, elle ouvrit la porte de la grangeSRXU V¶\ HQJRXIIUHU
6HV \HX[ G¶RUGLQDLUH G¶XQ PDJQLILTXH EOHX GH FREDOW HWsi semblables à ceux de son jumeau,
étaient voilés, perdant ainsi tout leur éclat. Un puissant ensorcellement avait dépouillé la jeune
fille de sa conscience. ElleQ¶pWDLWdonc plusTX¶XQHcoquille vide, un jouet pour ceux nourrissant
de noirs desseins.
Théa était et avait toujours été une enfant particulière. Très tôt, son entourage avait détecté sa
singularité : ses parents, ses professeurs, les psychologues. Malgré leurs intentions louables pour
O¶DLGHU j V¶LQWpJUHU GDQV XQH VRFLpWp TXL UHMHWDLW OHV SHUVRQQHV FRPPH HOOH WRXVlui avaient fait
sentir sa différence, sauf son frère. Il était le seul à ne pas la considérer comme une jeune fille
étrange, voire un peu fantasque.0rPH V¶LO QH ODcomprenait pas toujours, il se montrait patient
avec elle et ne la jugeait jamais, quand bien même elle se remettaitG¶XQH FULVH.
Depuis sa tendre enfance, Théa avDLW GHV YLVLRQV 6L FHUWDLQHV QH OXL ODLVVDLHQW TX¶XQsentiment
trouble, une fois revenuej HOOH G¶DXWUHV OD WHUULILaient purement et simplement. La jeune fille
s¶était d¶ailleurs très vite aperçue de la nécessité de ne pas enSDUOHU DXWRXU G¶HOOH,GH SHXU TX¶RQ
neO¶HQIHUPH FKH] OHV IRXV,FRPPH 6X]DQQH 0DUWLQV O¶Hn avait menacée, à plusieurs reprises, à la
VRUWLH GH O¶pFROH. Une unique fois, pourtant, elle avait eu ce besoin de se confier, la vision ayant
été plus forte, plus réelle que les précédentes, et aussi plus cauchemardesque. Son frère étant
DEVHQW HOOH V¶pWDLW WRXUQpH Yers sa mère qui avait préféré changer de sujet, effrayée par sa propre
enfant. Quant à ses grands-parents, de gentils fermiers, mais très terre à terre, ils avaient
simplement minimisé ses dires en mettant toutFHOD VXU OH FRPSWH G¶XQH LPDJLQDWLRQ WURS IHUtile.
'HSXLV FH MRXU HOOH Q¶DYDLW SOXV GHVFHOOp OHV OqYUHV j FH VXMHWThéa était donc seule pour affronter
ses démons et il\ HQ DYDLW XQ FHUWDLQ QRPEUH G¶DXWDQW TXH OH SKpQRPqQH, autrefois épisodique, se
produisait maintenant avec plus de récurrences.
Debout au centre de la vaste grange, elle leva la vieille lampe à huile de son grand-père, qui
projeta un faible haloj O¶LQWpULHXU /¶expression de Théa se modifia subitementj O¶LQVWDU GH OD
couleur de ses yeux bleus devenus aussi sombres que les ténèbreV '¶XQ JHVWH VHFet déterminé,
elle balança le luminaireHQ DYDQW TXL DOOD V¶pFUDVHU VXU OD SUHPLqUHbotte de paille. Des flammes
en jaillirent instantanément pour se répandre à une vitesse hallucinante à travers la bâtisse. Elles
gagnèrent rapidement deOD KDXWHXU MXVTX¶j OpFKHUle bois des poutres, qui ne tarderaient pas à
V¶HIIRQGUHU VL ULHQ Q¶pWDLW IDLW SRXU OHV DUUrWHU. Il y eut bientôt le hennissement furieux des chevaux

5

LQVWDOOpV GDQV OH EkWLPHQW DFFROp TXL V¶DMRXWD DX ERXFDQ GX EUDVLHU /Hmartèlement des sabots
contre leur enclos résonna. Un rire se mêla soudain à cette cacophonie infernale. La poitrine de
Théa était secouée par les spasmes incontrôlés de son obscène hilarité.
Puis elle cessa brutalement, pour commencer alors à psalmodierG¶XQH YRix grondante dans
XQH ODQJXH TXL DXUDLW G QRUPDOHPHQW OXL rWUH LQFRQQXH PDLV TX¶HOOHmaîtrisait pourtant avec
aisance./H IORW GH SDUROHV GpPRQLDTXHV VH GpYHUVD HQWUH VHV OqYUHV JHUFpHV V¶pFRXODQW, tel du
poison, dans le monde des Hommes.
/¶LQQRFHQWH MHune fille ne le fut bientôt plus.
La nouvelle prêtresse leva les bras et sa voix se dédoubla, alors que le feu se propageait

toujours, menaçant de tout réduire en cendres.
Des formes oblongues se mouvaient sur les murs et déployaient leurs tentacules autour de la
frêle silhouette féminine. Elle-même semblait perdue dans sa transe, le spectacle en devint
effroyable. Des murmures répondirent à ses incantations avant de se muer très vite en horribles
lamentations. Des cris jaillirent de nulle part, puis un autre plus humain les recouvrit.
Le regard résolument braqué en direction des flammesTXL O¶encerclaient sans jamais la
consumer, elle introduisit son auriculaire gauche dans sa bouche. Un filet de sangV¶pcoula de ses
lèvres O¶RV FUDTXDavant que la chair se déchire. Le liquide rougeâtre lui macula le menton, mais
elle ne marqua pas la moindre hésitation 3RVVpGpH O¶KRUUHXU GH OD VLWXDWLRQ QH O¶DWWHLJQDLW SDV
*
* *
Paisiblement endormi dans sa chambUH j O¶pWDJH GH OD PDLVRQ OH SHWLW-fils de Tray se réveilla
en sursaut.
,O Q¶DYDLW DXFXQ VRXYHQLU GH VRQ FDXFKHPDU HQ UHYDQFKH OD SHXU HW OD VRXIIUDQFH TX¶LO DYDLW
ressenties le faisaient trembler, même à présent complètement lucide.
8Q EUXLW VRXUG FDUDFWpULVWLTXH G¶XQ HIIRQGUHPHQW DWWLUD VRQ DWWHQWLRQ &HWWH Iois-FL FH Q¶pWDLW
ni le fruit de son imagination ni le prolongement de son rêve, il en était certain. Il se leva aussitôt
pour se diriger vers la fenêtre. Là, il vit clairement la lumière jaune orangé en provenance de la
grangeHW GRQW O¶RULJLQH QH ODLVVDit planer aucun doute.'H SOXV GH OD IXPpH V¶pFKDSSDLW SDU OHV
ouvertures.
La bâtisse était en feu !
GagnéSDU O¶XUJHQFH LOrécupéra son t-shirt au pied du lit et dévala les escaliers en hurlant pour
avertir les autres occupants de la maisonnée.
En bas des marches,VRQ F°XU HIIHFWXD XQH HPEDUGpH. Il se pencha pour ramasserO¶pODVWLTXH
roseDYHF OHTXHO VD V°XU V¶DWWDFKDLW OHV FKHYHX[ SRXU OD QXLW /D SDQLTXH OXL GRQQD GHV DLOHV HW LO
VH SUpFLSLWD j O¶Hxtérieur en appelant sa jumelle.

6

Parvenu en un temps record à la grange, il fut repoussé loin des portes par la fumée et la
température extrême. Cependant, la certitude de savoir Théa prisonnière de ce brasier, entourée
par les flammes et terrifiée, le força à franchir la barrière, au péril de sa propre vie. Il hurla le nom
GH VD V°XU MXVTX¶j QH SOXV DYRLU GH YRL[
¬ O¶LQWpULHXU OHgarçon toussa, des larmes lui brouillèrent la vue./¶HQGURLW pWDLW XQ IRXU 6¶LO
avait cru sa peau en feu, plus tôt dans la soirée, à cause de la chaleur, il avait parfaitement
conscience de la différence à présent. De plus, il savait son temps compté dans cet enfer.
Il se remit donc à hurlerOH QRP GH VD V°XU WRXW HQse couvrant le visage avec son vêtement
roulé en boule ,O O¶DSHUoXW HQILQderrière un écran de flammes et se pensa victime
G¶KDOOXFLQDWLRQV HQ UHSpUDQW GHV IRUPes mouvantes sur les murs. Elles ondulaient en accord avec
les flammes vacillantes. Le jeune hommeHXW OD VHQVDWLRQ G¶rWUH K\SQRWLVp HQ OHV REVHUYDQW
MXVTX¶j FH TXH GHVcris se mêlent aux bruits des chevaux affolés dans les écuries et le fassent
revenir à lui.
Il se gifla mentalement pour se concentrerVXU O¶XUJHQFH GH OD VLWXDWLRQ
²Théa, brailla-t-il de nouveau.
Il devait la sortir de là, les explications viendraient plus tard. Le garçon tendit sa main vers elle
DYDQW GH OD UDPHQHU SUpFLSLWDPPHQW FRQWUH OXL j FDXVH G¶XQH EUDLVH 5LYDQW VRQ UHJDUG j FHOXL GH
VD V°XU LO V¶DSHUoXW TX¶HOOH ULFDQDLW ,O GHYDLW IDLUH HUUHXU! Elle devait sangloter, qui aurait ri dans
XQ FRQWH[WH DXVVL GUDPDWLTXH j PRLQV G¶rWUH WRWDOement aliéné ?
Je suis en train de la perdre, cette fois-ci.
Théa introduisit soudain un doigt dans sa bouche et il comprit avec effroiTX¶HOOH pWDLW HQ WUDLQ
de se mutiler.
Abandonnant sa contemplation du feu, elle tourna la tête vers lui et il eut des difficultés à la
reconnaître tellement la démence transfigurait ses traits. Le visage de Théa était couvert de sang.
eWUDQJqUH j O¶DSRFDO\SVH DXWRXU G¶eux, eOOH FUDFKD OH PRUFHDX G¶auriculaire dans la direction
de son frère.
6HLJQHXU«
Surmontant son épouvante, il réduisit, non sans peine, la distance entre eux. Il fut contraint de
reculer à moins de troisPqWUHV G¶HOOH,ORUVTX¶XQH SODQFKH WRPED HQ WUDYHUV GH VRQ FKHPLQ 8Q
FRXS G¶°LO j OD FKDUSHQWe le renseigna sur la situation et elle était critique. Ils avaient intérêt à
déguerpir de là au plus vite. Il appela sa jumelle en la suppliant de le suivre. Un pan de toit grinça
au-dessus d¶HX[ VDQV TX¶HOOH UpDJLVVH, inconsciente du danger /¶DGROHVFHQW VDYDLW FH TXL QH
PDQTXHUDLW SDV GH VH SURGXLUH V¶LO Q¶DJLVVDLWpas rapidement. Sans plus réfléchir, il lâcha le linge
TX¶LO WHQDLW DSSX\p VXU VRQ QH] HW SORQJHD YHUVelle.

7

*
* *
Dehors, Tray AdamsV¶RFFXSDLW GH PHWWUH OHV FKHYDX[ j O¶DEUL ,PPpGLDWHPHQW DSUqVil°XYUD
avec le reste de la familleSRXU pWHLQGUH O¶LQFHQGie, sinon le contenirGDQV O¶DWWHQWH Ges secours.
²Où sont les enfants ? lui demanda sa femme.
Tray se figea.
²IlsQ¶pWDLent pas avec vous ?
²Non. C¶HVW OH S¶WLW TXL D GRQQp O¶DOHUWH PDLV MH QH O¶DL SDV UHYX GHSXLV, pas plus que Théa.
-¶DL SHQVp TX¶LOV W¶DLGDLHQW DYHF OHV FKHYDX[
Le fermier secoua la tête, il était comme hébété.
/D SDQLTXH JDJQD UDSLGHPHQW GX WHUUDLQ j O¶LPDJH GX IHXDes cris en provenance de la grange
confirmèrent leur crainte, provoquant un électrochoc.
²Non ! Les enfants ! hurla Lara, leXU PqUH HQ OkFKDQW VRQ VHDX G¶HDX.
Ses mains placées en porte-voix, Tray appela les deux adolescents, en vain. Une partie du toit
V¶écroula au même instant. La peur les tétanisa tous. Certaines du pire, les deux femmes
V¶HIIRQGUqUHQW HQ SOHXUV VXUsol terreux. De son côté, le fermier comprit que la prière et le
l¶inaction ne lui ramèneraient pas ses petits-enfantsHW LO QH VHUDLW SDV GLW TX¶LO OHV ODLVVHUDLW U{WLU
dans cet enfer sans agir !
Le vieil homme retira sa chemise pour se protéger le visage.
TrayV¶apprêtait à se ruer en direction de la grange quand un mouvementO¶DUUrWD QHW La
silhouette élancée de son petit-fils émergeait du brouillard. Le garçon titubaMXVTX¶j OXLsans
jamais lâcher le corps inerte dans ses bras. À bout de forces LO V¶effondra presque aux pieds de
Tray. Ce dernier se jeta sur lui en louant le ciel.
/¶RQFOH TXL YHQDLW GHcouper la communication téléphonique avec les secours, se chargea de
lui prendre Théa. Lara accourut en sanglotant, sa propre mère sur les talons.
²Comment ça va, mon petit" 4X¶HVW-FH TXL V¶HVW SDVVp? demanda Tray.
/¶DGROHVFHQW WRXVVD HW FUDFKD WRXW FH TX¶LO SXW,DILQ G¶expulser la fumée qui avait empli ses
poumons.8QH IRLV TX¶LO VH VHQWLW PRLQV QDXVpHX[ LO WHQWD GH V¶DVVHRLU, mais Tray le maintint
fermement allongé.
²Attends un peu, mon grand.
² 7KpD«, croassa le garçon.
Le visage du grand-père se rembrunit. Le vieil homme regarda alors par-dessus son épaule, le
jeune homme suivit son mouvement.
La scène le mortifia.
Il vit sa mère à califourchon au-dessus de sa jumelle. Infirmière, celle-ci était engagée dans un

8

bras de fer contre la mort. La femme pratiquait un massage cardiaque pour réanimer sa fille.
+pODV SOXV OHV PLQXWHV V¶pJUDLQDLHQW HW SOXV OHV FKDQFHV TXH 7KpD V¶HQ VRUWH V¶DPHQXLVDLHQW
Les yeux du garçon rencontrèrent furtivement ceux de sa mère en plein effortHW FH TX¶il y lut
faillit le plonger dans un abîme de désespoir.
²Non, gémit-il. Théa, non !

9

±1±


Les sifflets des photographes et les crépitements des flashes couvraient la musique destinée à
DFFRPSDJQHU O¶HQWUpH HQ VFqQH GHV VWDUV GH FHWWH DYDQW-première. La projection du film le plus
DWWHQGX GH FHWWH ILQ G¶DQQpH DYDLW DWWLUp WRXW OH JUDWLQ TXH FRPSWDLW OH VHSWLqPH DUW, ainsi que les
nombreux fans de la franchise. Tous ces gens étaientYHQXV HQ PDVVH SRXU WHQWHU G¶DSHUFHYRLU
leurs idoles.
À quelques mètres, perchés sur un toit pour se dissimuler, un ange et quatre guerriers
patientaient pour frapper avec efficacité.'HSXLV SOXVLHXUV PRLV TX¶LOV WUDTXDLHQWsans relâche les
membres de la cRQIUpULH GX 1RXYHO 2UGUH O¶RFFDVLRQ VH SUpVHQWDLW GH SRUWHU XQ FRXS IDWDO j OHXU
entreprise maléfique.
Les gardiens avaient prisOD GpFLVLRQ G¶DWWDTXHU HQ SHWLW QRPEUH SRXU pYLWHU G¶pYHLOOHU OD
méfiance de leurs ennemis. Une équipe réduite, donc PDLV ORLQ G¶rWUH LQRIIHQVLYH FDU HOOH QH
FRPSWDLW SDV PRLQV TX¶XQ GHV FKHIV GH O¶2UGUH 6DFUp, deux des recrues les plus prometteuses de
ces cent dernières années et le géant au fléau. À ce quatuor de chocV¶DMRXWDLWtueuse une
redoutable. Celle-ci commeQoDLW G¶DLOOHXUV j V¶LPSDWLHQWHU O¶LQDFWLRQ Q¶pWDQt pas son fort. De
plus, sa collaboration forcée avec Gabriel contribuait en grande partie à son agacement.
²Regardez-moi cette masse grouillante, renifla-t-elle avec dédain. On dirait des vers de terre
tRXW MXVWH ERQV j rWUH pFUDVpV VRXV OH WDORQ G¶XQH FKDXVVXUH
²Plutôt bien habillés, ces vers, non ? ricana Jayden.
Grattant machinalement la cicatrice sur son sourcil avec le pouce O¶DQFLHQMarine osa un
GLVFUHW FRXS G¶°LO HQ GLUHFWLRQ GH O¶DQJH /D WXHXVH O¶LQWULJXDLW DXWDQW TX¶HOOH OH IDVFLQDLW, même si
O¶LPSUpYLVLELOLWp GH FHWWH DOOLpH VXUSULVH OXL DYDLW SOXV G¶XQH IRLV IDLW GRXWHU GH VRQ HIILFDFLWp
Compter une combattante ayant sa force de frappe dans leur rang était un atout indéniable dans la
guerrH TX¶LOVmenaient, toutefois les fréquentesVDXWHV G¶KXPHXU GH %LWK\D UHVWDLent compliquées
à gérer.(OOHV O¶pWDLHQW G¶DXWDQW SOXV TXH FHV GHUQLqUHVpossédaient la fâcheuse faculté de faire
perdre son sang-froid à Gabriel, qui pouvait alors se transformer en chef irascible.
²Que de futilités, si tu veux mon avis &H TX¶LO HQ UHVVRUW F¶HVW TXH, comme toujours, ils
sont tous inconscients de la menace pesant au-dessus leurs petites têtes vides ! Si les enjeux
Q¶pWDLHQW SDV VL JUDQGV M¶DXUDLV pWp G¶DYLV TX¶on les abandonne à leur triste sort.
*DEULHO MHWD XQ FRXS G¶°LO FKDUJp G¶LURQLHà la tueuse.

10

² -¶HVSqUH TXH WRQ 'LHX D SOXV G¶HVWLPHque toi pour sa création, dans le cas contraire, nous
nous crevons à la tâche pour rien !
Sans prendre la peine de le regarGHU %LWK\D OXL UpWRUTXD G¶XQ WRQ VHF:
²Quand il me tiendra au courant de ses desseins, je te le dirai.7X IHUDLV PLHX[ GH W¶LQTXLpWHU
pour ta Caroline et votre accord stupide avec ton père. Tu ne te souviens de lui que lorsque cela
W¶DUUDQJH 3URJpQLWXUe ingrate !
Un grognement lui répondit.
²Aurais-MH WRXFKp XQ SRLQW VHQVLEOH O¶(QIDQW? ricana-t-elle.
² -H W¶DL GpMj GLW GH QH SDV P¶DSSHOHU FRPPH oD etle marchéTXH M¶DL FRQFOX DYHF PRQ
géniteur ne te concerne en rien, espèce de harpie angélique !
² &¶est ce que nous verrons ! Et pour le reste, comme tu peux le constater, jeP¶HQ FRJQH
WRXMRXUV DXWDQW« O¶(n-fant !
² %LWK\D MH WH MXUH TXH TXDQG WRXW FHOD VHUD WHUPLQp MH WH«
²Ah ouais ! Tu quoi, gamin ?
Jayden pinça les lèvres pour contenir un rire.
Gabriel et Bithya se comportaient comme de vrais enfants ! Il aurait bien proposé de compter
OHV SRLQWV VL OH PRPHQW Q¶pWDLW SDV PDO FKRLVL SRXU V¶adonner à de tels enfantillages.
²Taisez-vous tous les deux ! intervint Moumbator.
La voix puissante du guerriHU j OD SHDX G¶pEqQH FDOPD OHV HVSULWV pFKDXIIpV PHWWDQWun terme
provisoire à la dispute ELHQ TX¶LO HûtpWp LOOXVRLUH GH SHQVHU TXH FHOD V¶DUUrWHUDLW Oj.
Benji, le rouquin à la solide carrure de bûcheron, fit signe au grRXSH TX¶LO \ DYDLW GX
mouvement en contrebas.
²C¶HVW WUqV EL]DUUHils se déploient de manière disparate et personne ne semble les remarquer
en train de se faufiler parmi le staff de sécurité, releva-t-il.
²Un sortG¶LQYLVLELOLWp! dirent enPrPH WHPSV *DEULHO HW O¶DQJH
Une réaction qui leur valut un échange de regards agacés et amusa le resteGH O¶équipe.
² &HOD FRQILUPH O¶DFFRLQWDQce des guerriers blancs avec au moins un sorcier, ajouta
Moumbator.
Méditant sur les paroles du gardien, ils observèrent avec une attention accrue les déplacements
GH O¶HQQHPLDe tous sHV IUqUHV GH O¶2UGUH 0RXPEDWRUétait celui qui impressionnait le plus
-D\GHQ &HOD Q¶pWDLW SDV VHXOHment dû à son physique hors norme ni aux nombreuses
scarifications qui le défiguraient, même si Jay aurait payé cher pour connaître leur histoire.
'HSXLV TX¶LO IDLVDLW pTXLSH DYHF 0RXPEDWRU, alias Golgoth 13, FRPPH LO O¶DYDLW UHEDSWLVp, il le
VRXSoRQQDLW G¶rWUHparticulièrement sensible à la sorcellerie et aux esprits malins, ce qui

11

expliquait en partie la grande nervosité du géant ce soir. Jayden avait, quant à lui, plus de mal à
V¶RXYULU jce genre de chose. À son arrivée au Temple, le militaire avait commencé par nier toute
existence de magie ou de peuples féeriques, cela paraissait tellement ubuesque selon lui ! De ce
fait, sRQ LQWpJUDWLRQ FKH] OHV JDUGLHQV QH V¶était pas réalisée sans heurts ; le jeune homme ayant
préféré tout rejeter en bloc plutôt que de reconnaître la véridicitéG¶XQ DXWUH PRQGH. Et même
aprèsO¶DYRLUdécouvert de ses propres yeux et fait la connaissance de créatures de légende, une
part de lui peinait à tout assimilHU FRPSOqWHPHQW 6¶pSUHQGUH G¶XQH IpH Q¶DYDLW IDLW TX¶DMRXWHU j VD
confusion : Maiwenn.
«0DL«»
IlV¶LQTXLpWDLW SRXU HOOH 'HSXLV OH SDVVDJHmusclé des djinns chez les siens, elle était
bouleversée. La perte de ses arabesques mêlée aux changements qui paraissaientV¶RSpUHUen elle
amplifiait son mal-rWUH -D\GHQ PDXGLVVDLW VD SURSUH LPSXLVVDQFH IDFH DX[ GLIILFXOWpV TX¶HOOH
UHQFRQWUDLW 3RXU VRQ PDOKHXU $ODVWDU VHPEODLW YRXORLU O¶pORLJQHU GX SDOais en lui attribuant
davantage de missions sur le terrain. Là où la recrue aurait dû y voir une preuve de confiance en
VHV FDSDFLWpV -D\ QH VRQJHDLW TX¶j O¶LQFRQYpQLHnt que cela représentait pour lui.
Un mouvement le fit sortir de sa rêverie. Gabriel dégainait son arbalète.
²OK. Préparez-vous à frapper ! Ils se rassemblent autour de leur cible, nous allons devoir
agir vite.
Suivant les directives de son chef, Jayden posa la main sur la garde de ses sabres. Pour le bien
GH VD PLVVLRQ LO UHSRXVVD O¶LPDJHde la fée et ferma son esprit à tous ses doutes. Le soldat avait
UHSULV OH SDV VXU O¶KRPPH HW Ll avait pleinement conscience des enjeux en cours. Le gardien ne
faillirait pas.
Le chuintement du fer lui apprit que la tueuse avait, elle aussi, dégainé un de ses cimeterres. Il
HVSpUDLW TX¶HOOH QH IHUDLW SDV GH YDJXH FRPPH OD GHUQLqUH IRLV
&¶pWDLW PDO OD FRQQDvWUH«
²Alléluia ! Pas de quartier, Messieurs !
²Attends les consignes, Bithya ! siffla Gabriel entre ses dents.
²Allons-y maintenant dans ce cas !
²Non, c¶HVW HQFRUH WURS W{W QRXV Q¶avons toujours pasIRUPHOOHPHQW LGHQWLILp OD FLEOH &¶HVW
SRXU FHWWH UDLVRQ TXH MH Q¶HQ DL SDV GRQQp O¶RUGUH
²Et jeQ¶Hn reçois aucun de ta part, gamin ! le coupa-t-elle. Donc, si je veux agir, je le fais,
TXH WX P¶HQYRLes ton signal à la noix ou pas !
Gabriel tapa du poing sur une des tuiles qui, en réponse, se fendilla sur toute sa longueur.
Au lieu de rester concentré sur leur objectif -D\GHQ OH FUXW VXU OH SRLQW G¶HQJDJHU XQ FRPEDW

12

DYHF O¶DQJH. Cela lui arrivait tropVRXYHQW GHSXLV TX¶LOs faisaient équipe avec elle. Jay lui aurait
ELHQ GLW TX¶DX YX GHV UDSSRUWV TX¶LO DYDLW WRXMRXUVentretenus avec Bithya,O¶pFKHF GH OHXU
collaborationpWDLW FRXUX G¶DYDQFH PDLV LO V¶DLPDLW HQWLHU HW DYHF WRXWHV VHV GHQWV
²Tu participes à cette mission sous mon commandement, alors tu obéis ! grinça le chef.
²Et moi, je te déconseille de le prendre sur ce ton-là !UpSOLTXD O¶DQJH.
Les deux se firent face, se toisant avec morgue. Ils montraient les crocs comme des chiens se
défiant pour un os. Une attitude aux antipodes de celleTX¶DXUDLHQW G DGRSWHUdeux combattants
expérimentés comme eux avant un assaut. Jayden, Moumbator et Benji soufflèrent de concert

pour exprimer leur lassitude PDLV DXFXQ Q¶DUULYD j SODFHU XQH SDUROHsensée dans la joute verbale
opposant la tueuse au gardien. Depuis le début,*DEULHO HW O¶DQJHne cessaient de se chercher
querelle pour un oui ou pour non, quitte à renvoyer l¶image de deux enfants têtus et boudeurs
auprès de leurs partenaires 6L G¶RUGLQDLUH O¶DSSDULWLRQ G¶$ODVWDUou Markus suffisait à apaiser les
tensions, ilsQ¶pWDLent pas là pour intervenir, hélas !
²Ne peux-turWUH UDLVRQQDEOH GHX[ VHFRQGHV VDOHWp G¶DQJH?!
²Même pas en rêve, saleté de gardien ! Et dois-je te rappeler que c¶Hst toi qui as besoin de
moi pour parvenir à stopper les projets du Nouvel Ordre ?
0RXPEDWRU VH UHGUHVVD EUXVTXHPHQW VDQV TXH O¶XQ RX O¶DXWUH \ SUrWH OD PRLQGUH DWWHQWLRQ
²Hé ! Oh &¶HVWmaintenant ou jamais ! les interrompit Jay.
Celui-ci adressa un regard insistant à son chef qui reçut le message silencieux.
Le géant était à présent aux aguets. GabULHO VH UDSSURFKD GH VRQ IUqUH G¶DUPHV 8n vent de
panique déferla sans crier gare sur leWDSLV URXJH j O¶LQVWDQW R SOXVLHXUVsilhouettes blanches se
dévoilèrent aux yeux de tous. Les assaillants brandirent leurs épées pour menacer tous les
présents. La seconde suivante, ceux qui paradaient fièrement devant les objectifs des
photographes se mirent à fuir en tous sens.
Du haut de leur perchoir, les gardiens eurentO¶LPSUHVVLRQ TX¶XQ SLHG LQYLVLEOH YHQDLW GH
frapper dans une fourmilière grouillante, si bien que le chaos rendit difficile toute interprétation
des événements.
²Putain de bordel !
2XL F¶pWDLW XQH EHOOH SDJDLOOHAvec son langage fleuri, Jayden avait résumé en quelques mots
la situation.
&RPPH WRXMRXUV %LWK\D Q¶DWWHQGLW SDV O¶DYLV GH VHV FRPSDJQRQV HW V¶pODQoDdans les airs pour
empêcher une voiture de partir ; celle dans laquelle des guerriers blancsV¶pWDLHQW HQJRXIIUpVavec
la cible présumée. Le véhicule sur lequel elle atterrit se plia en deux sous le choc. Se souciant
FRPPH G¶XQH JXLJQHdes regards ahuris que lui lançaient quelques curieux, elle sauta sur le capot

13

de laOLPRXVLQH TXL V¶pEUDQODLW VXU OD URXWH
Des balles tirées depuis le siège passager la déstabilisèrentDORUV TX¶HOOH pWDLW EULQTXHEDOpH OHV
EUDV JUDQGV RXYHUWV GH SDUW HW G¶DXWUH GX SDUH-brise. Bithya en esquiva un bon nombre en se
contorsionnant, néanmoins quelques-unes atteignirent différentes parties de son corps,
O¶adversaireQ¶D\DQW SDV OpVLnéVXU OD TXDQWLWp %LHQ TX¶DXFXQ GHV FRXSV Q¶RFFDVLRQQât de dégâts
sévères chez elle, ils l¶REOLJqUHQWà lâcher prise. Elle fulmina de rage en apercevant les gardiens
partir en chasseWDQGLV TX¶HOOH URXODLW DX VRO; la tueuse détestait ne paV rWUH DX F°XU GH O¶DFWLRQ
Tout en maudissant ses ennemis et Gabriel, elle se débarrassa rapidement des projectiles, permit à
son organisme de se régénérer et entreprit de tous les rattraper.
*
* *
Comment avaient-ils pu laisser les événements leur échapper à ce point ?
²Fait chier ! marmonna Jayden en sautant de toit en toit pour suivre la cadence imposée par
Gabriel.
Les mines concentrées de ses frères ne le trompaient pas, ils se posaient la même question que
lui. Jay se ditTX¶LOV DXUDLHQWtout le temps, une fois au Temple, de se morigéner sur la gestion
calamiteuse de la situation. Son chefDXUDLW pJDOHPHQW j IDLUH OH SRLQW VXU VD UHODWLRQ DYHF O¶DQJH
car, si Bithya ne les tuait pas au cours de cette mission, elle les conduirait assurément à la folie !
La limousineTX¶LOVpoursuivaientV¶HQJDJHD VXU OD EUHWHOOH G¶DFFqV j O¶DXWRURXWH *DEULel
ordonnaO¶DVVDXW -D\GHQ V¶H[pFXWD HQ PrPH WHPSV TXH OHV DXWUHV
QuatreVLOKRXHWWHV VRPEUHV HW HQFDSXFKRQQpHV V¶pODQFqUHQWalors dans le vide, pour la survie

des mondes et de leurs habitants. Une cinquième se matérialisa à leurs côtés. Des rayons de lune
ILUHQW OXLUH OD ODPH TX¶HOOH EUDQGLVVDLWtandisTX¶XQ IUDFDV PpWDOOLTXH DVVRXUGLVVDQW UHWHQWLWau
PRPHQW GH O¶LPSDFW.
/H IOpDX GH 0RXPEDWRU V¶était abattu sur le sommet de la voiture avec une violence inouïe. Le
chauffeur enfonça la pédale de frein et la limousine pila,O¶HQYR\DQW YDOVHU YHUV O¶DYDQWDeux
véhicules en train de doubler s¶écartèrent. Le géant évita de justesse une balle qui se serait logée
dans son crâne autrement. De son côté, JaydenVH FKDUJHD G¶H[WUDLUH OH FRQGXFWHXUpar le trou créé
dans le toit en le tenant par le cou. Celui-FL SURILWD GH OD SHUWH G¶pTXLOLEUH GH -D\GHQ SRXU VH
libérer. Toujours sur le sommet de la voiture, ils échangèrent quelques coups, mais le gardien
comprit très vite à qui il avait affaire. Agacé et cRQVFLHQW G¶DYRLUgaspillé assez de temps, il frappa
durementVRQ DGYHUVDLUH DYHF OD JDUGH GH VRQ VDEUH SRXU QH SDV OH WXHU DYDQW G¶DYRLU SX
O¶LQWHUURJHU /¶LQGLYLGX IXW SURMHWp DX VROoù le pied de GabrielO¶DWWHQGDLW SRXU O¶\maintenir
fermement. Jayden sauta de la carrosserie.
Il se retourna à plusieurs reprises pour fouiller les environs de son regard acéré. Le jeune

14

KRPPH DYDLW OH IkFKHX[ SUHVVHQWLPHQW G¶rWUH WRPEp GDQV XQ WUDTXHQDUG
Plus loin, Benji mit un guerrier blancKRUV G¶pWDW GH QXLUHsans trop de difficulté, pendant que
Moumbator réduisait au silence un autre hurlant des insanités à son encontre.
BithyaV¶DYDQoD WRXW HQ HVVX\DQW OD ODPH HQVDQJODQWpH GH VRQ FLPHWHUUH VXU VD FXLVVHParvenue
à la hauteur de Gabriel, son meilleur ennemi, elle leJUDWLILD G¶XQ VRXULUH ELHQ WURS pWLQFHODQW SRXU
être honnête.
² $ORUV WX W¶HQ FKDUJHV RX ELHQ WX PH OH ODLVVHV«, chef ?
La façon dont elle prononça ce dernier mot fit tiquer Jayden. Il craignit un instant que la
guéguerre opposant Bithya à son supérieur ne reparte de plus belle. À son grand soulagement,
Gabriel fut assez malin pour ne pas répondre à ce genre de provocation dans un moment pareil.
² -H W¶HQ SULH O¶DQJH &¶HVW FDGHDX!O¶HQWHQGLW-il dire.
(Q GpFRXYUDQW O¶LGHQWLWp GH VD IXWXUH WRUWLRQQDLUH, les tremblements du soldatV¶LQWHQVLILqUHQW.
LaSHXU V¶LQVFULYLW VXU VRQ YLVDJH GpFRPSRVp, une constatation qui sembla exciter la tueuse.
Bithya planta ses yeux trop bleus dans ceuxGH O¶individu. Après un long moment, elle plissa
OHV SDXSLqUHV (OOH pWDLW YLVLEOHPHQW WUqV PpFRQWHQWH HW MDPDLV ULHQ GH ERQ Q¶HQ UHVVRUWDLW GDQV FHV
cas-là.
²Nous sommes tombés dans un piège, dit-elle tout simplement.
Moumbator et Benji se rapprochèrent. Le rouquin fixait BithyaGDQV O¶DWWHQWH G¶XQH
explication. Moumbator croisa les bras sur son torse puissant, Gabriel acquiesça LO V¶HQ GRXWDLW
également. JaydenQ¶était pas surpris non plus. Bon sang ! Il aurait largement préféré se tromper
sur ce coup-ci.
Le prisonnier se mit à ricaner, fier de lui VDQV VDYRLU TX¶LO UDFFRXUFLVVDLW GDQJHUHXVHPHQW VHV
jours /¶DQJHraffermit la pression sur lui et le rire se transforma en quinte de toux, puis en râle
DX[ DFFHQWV SURFKHV GH O¶DJRQLH.
²Tu nous éclaires ou l¶on doit deviner ? lui demanda Benji.
²Nous avons chassé le mauvais lièvre, expliqua-t-elle /D FLEOH Q¶HVW SDV DYHF HX[Elle ne
O¶D VDQV GRXWH MDPDLV pWp ,Os savaient que nous les traquions, ils nous attendaient.
²Et pendant que nous perdions notre temps ici avec eux, ils ont sûrement déjà enlevé leur
prochaine victime.
Cela mit en rage Bithya. La seconde suivante, elle se pencha pour agripperO¶KRPPHpar le col
de sa tunique. ElleOH VRXOHYD FRPPH V¶LO QH SHVDLW JXqUH SOXV TX¶XQ FKLRW.
Jayden le traita mentalement de barjot en le voyant faire son petit cinéma de dur à cuire. Cet
idiotHXW PrPH O¶DXGDFH G¶DIILFKHU XQH VRUWH GH VRXULUH-grimace. LHV OqYUHV GH O¶DQJH
V¶LQFXUYqUHQW OHQtement en le dévisageant, elle prendrait un malin plaisir à lui faire ravaler son air

15

farouche /¶HVSDFH G¶XQ FRXUW LQVWDQW -D\GHQ pSURXYD XQ SHX GH FRPSDVVLRQ SRXU O¶KRPPH, étant
GRQQp FH TXL O¶DWWHQGDLW
Bithya plaqua violemmentO¶LQGLYLGXsur la carrosserie de la limousine. Elle se servit ensuite
de la tête de ce dernierSRXU O¶DVWLTXHU
²Tu vas nous dévoiler les plans du Nouvel Ordre si tu tiens à la vie, misérable vermine ! Où
est le onzième sacrifié ? Qui est le prochain sur la liste ? Où est-ce que vous vous terrez ? Qui est
aux commandes ?
Tout en débitant ses questions, elle le retouUQD FRPPH XQH FUrSH /¶KRPPHsuffoqua sous la
SRLJQH G¶DFLHU GH O¶DQJH HW Oa partie de son visage qui venait deV¶pFUDVHU VXUla tôle était bien
amochée.
²Parle maintenant ou je ne donne pas cher de ta peau ! lui intima Gabriel.4XL W¶D HQU{Op?
/¶LPEpFile, qui, de toute évidence,Q¶DFFRUGDLW SDV XQH JUDQGH LPSRUWDQFH j VD VXUYLH FUDFKD
DX[ SLHGV GH VHV HQQHPLV 0RXPEDWRU UHWLQW OD PDLQ GH OD WXHXVH DYDQW TX¶HOOH QHsouhaite réparer
cet affront à sa façon. ArracherOD WrWH GX SULVRQQLHU QH O¶DLGHUDLW SDs à se montrer davantage
coopératif.
À bout de patience, Gabriel accrocha le regard de Jay. Il lui désigna le soldatG¶XQ JHVWH GX
menton. La recrue acquiesça pour lui signifLHU TX¶LO DYDLW FRPSULV FH TX¶RQattendait de lui. Après
des mois à se battre côte à côte, les paroles devenaient parfois superflues. Le gardien se plaça
derrière l¶homme et le frappa pour le mettre à genoux. Celui-ci émit un faible râle en chutant. Jay
lui empoigna ensuite les cheveux et glissa une dague sur sa gorge.
² 7X Q¶HV SDV SOXs un combattant que je ne suis boulanger, connard ! Alors, dis-nous où sont
tes acolytes, si tu veux vivre.
/¶DXWUH URXOD GHV \HX[ IRXV GDQV OHXUV RUELWHV
²Vous ne pourrez paV OHV DUUrWHU 6L YRXV YRXV LPDJLQH] OH FRQWUDLUH F¶HVW TXH YRXV rWHV ELHQ
naïfs ! Vous appartenez déjà au passé ! Nous sommes trop nombreux, trop forts, et elle est bien
trop maligne pour vous !
²« Nousª WX P¶DV O¶DLU ELHQ VHXO SRXU OHmoment, lui lança Gabriel, exaspéré par la scène.
²Et qui ça, « elle » ? siffla Bithya entre ses dents.
²La venue du maître va tout changer. Tout sera purifié.
²Comment ? Par les flammes ? ricana Bithya.&UpWLQ«
/D WXHXVH HW *DEULHO OHYqUHQW OHV \HX[ DX FLHO HQ PrPH WHPSV VDQV V¶HQ UHQGUH FRPSWH
/¶LQGLYLGXcontinua de déblatérer son discours appULV SDU F°XU ,O DSSDUXWévidenW TX¶LO DYDLW
été embrigadé par une secte satanique proche du Nouvel Ordre /HV JDUGLHQV HW O¶DQJH V¶pWDLent
aperçus que le jeune homme et ses autres compagnonsQ¶pWDLent pas de véritables guerriers. Ils

16

avaient dû être recrutés puis formés afin de servir de chair à canon dans le conflit. Ce qui voulait
également signifier que la confrérie était en train de se constituer une grande armée. À la pensée
deFH TX¶HOOH SRXUUDLW IDLUH DYHF, Jayden frémit de rage.
Le gardien souffla bruyamment en entendant toutes les absurdités sortant de la bouche de celui
qui se tenait devant lui. Il ressemblait de plus en plus à un dément, ce qui rendait peu probable le
IDLW TX¶LO SUHQQH FRQVFLHQFH GH O¶KRUUHXU GHV SURMHWV GH VHV JRXURXVGabriel s¶DFFURXSLWface à
O¶KRPPH O¶DLr dubitatif.
²Ne pressens-WX SDV O¶DPSOHXU GX GpVDVWUH TXH FHOD UHSUpVHQWH SRXU O¶KXPDQLWp?
/¶DXWUH OH IL[D FRPPH V¶LO pWDLW LGLRW
² -H YRXV O¶DL GLW ULHQ Q¶D G¶LPSRUWDQFH IDFH DX UHWRXU GX PDvWUH
² 7X SDULHUDLV O¶H[LVWHnFH GH PLOOLDUGV G¶LQGLYLGXV VXUça" &¶HVW XQ PHXUWUH FH TXH YRXV
projetez de faire, ouvre les yeux 1¶DV-tu pas de famille à protéger, une personne à chérir, une
vie à vivre tout simplement ? s¶pFKDXIID -D\GHQen exerçant une pression sur la lame.
Du saQJ SHUOD DX FRX GH O¶KRPPH &H GHUQLHU OHYD OHV \HX[ VXU OXL HW LO FLOOD HQ OH GpYLVDJHDQW
DYDQW TX¶une ombre ne traverse son regard brillant.

Était-ce un début de remords ? se demanda Jayden.
² 7RXW FHOD Q¶HVW TXH GH OD SURSagande pour recruter des abrutis en perte de repères comme
lui, trancha Bithya.4X¶RQ HQ ILQLVVH!
Jayden approuva totalement. Pour une fois, il était en phase avec les méthodes radicales de
O¶Dnge.
²Attends ! intervint Gabriel, toujours positionné en face duSULVRQQLHU (W TX¶HQ HVW-il de ta
rédemption" 3DUOH DYDQW TX¶LO QH VRLW WURS WDUG SHWLW
Ce dernier secoua la tête, un mince sourire aux lèvres.,O Q¶pSURXYDLW DXFXQremords.
²Encore cette culpabilité, serviteur de ce Dieu créateur qui nous a tous abandonnés
!1¶DYH]vous pas entendu" -H Q¶DL DXFXQH LPSRUWDQFH YRXV Q¶HQ DYH] SDV QRQ SOXV! Seule la venue du
maître et de la prêtresse à sa droite nous sauvera du chaos ! La vérité nous sera révélée et un autre
monde émergera des cendres des âmes impures !
²Foutaises de dégénéré ! vociféra Bithya.
Prudent, Jayden recula lorsque, le visage déformé par la rage, elle se pencha sur le prisonnier
pour lui enfoncer la main dans la bouche. La seconde suivante, il hurlaGH GRXOHXU SDUFH TX¶elle
O¶HQressortit brutalement avec la langue deO¶KRPPHles doigts. Cette partie étant très entre
vascularisée, le liquide rouge coula en abondance tandis que la victime se contorsionnait au sol en
se couvrant la face. Le sang macula le bitume et les bottes de Bithya. La scène avait de quoi faire
frémir : la tueuse dans une postureQpURQLHQQH YrWXH G¶XQHcombinaison moulante, autrefois

17

blanche, avec sa proie à ses pieds émettant des bruits entre le sanglot et le gargouillis. Pendant
XQH IUDFWLRQ GH VHFRQGH O¶DXUD GH O¶DQJH V¶LQWHQVLILD ODLVVDQW HQWUHvoir la puissance de cet être
complexe.
Les gardiens la regardèrent sans un mot jeter le morceau de chair par-dessus son épaule. Après
quoi elle reprit une expression normale pour se pencher au-dessus du blessé. Elle se mit à rire,
FRQWHQWH G¶HOOH HW GH Oa souffrance manifeste de sa victime.
²Ce sera plus difficile de débiter tes conneries, hein, maintenant ! Je vous étriperai tous les
uns après les autres avant que votre messie ne débarque.7X pFULUDV j WHV SDWURQV TX¶LOV Q¶RQWpas
encore remporté la partie.
Après un dernier regardHPSUHLQW G¶XQH IDXVVH FRQGHVFHQGDQFH, elle ajouta en lui tapotant
O¶pSDXOH:
²Enfin, tu pourras le faireVL WX VXUYLV j O¶KpPRUUDJLH, mon petit gars !
Jayden se retint de rire en observantO¶DWWLWXGH GHBithya. Qui avait un jour dit que les anges
étaient miséricordieux ? LD GHVFULSWLRQ TX¶LO DXUDLW SX IDLUH GH OD FUpDWXUH VRXV VHV \HX[ne cadrait
pas avec celles des bouquins traitant du sujet.
3HUFHYDQW XQ PRXYHPHQW j VD JDXFKH LO YLW %HQML V¶pORLJQHUÀ sa grande surprise, son frère
revint en traînant dans son sillage une nouvelle proie pour Bithya. Le nouveau venu ne cacha pas
la terreur que lui inspirait la tueuse, il avait été le récent témoin de ses méthodes cruelles.
²Magnifique ! Un secondj IDLUH SDUOHU V¶H[FODPD-t-elle. Je peux ?
Cependant,DYDQW TX¶HOOH Q¶DLt pu de nouveau exercer ses talents de tortionnaire, le futur
supplicié se mit à brûler sur place. MoumbatorQH SXW TXH V¶pFDUWHU ORUVTXH O¶DXWUH FHOXL VDQV
langue, subit le même sort. Les deux corps se muèrent rapidement en un tas de cendre. Une brise
TXL Q¶DYDLW ULHQ GHnaturelILW GLVSDUDvWUH O¶DPDV GH SRXVVLqUH QRLUkWUH /¶énorme trace sombre sur
le bitumeFRQVWLWXDLW O¶XQLTXH SUHXYH GH FH TXL YHQDLW GH VH SURGXLUHà la grande stupéfaction de
tous.
Le klaxon d¶XQ DXWRPRELOLVWHles sortit de leur torpeur commune. Au même instant, une ombre
traversa la huit-voies, passant furtivement devant eux.
Aussitôt, l¶DQJH HW OHV JDUGLHQV VH UHJURXSqUHQW GRV j Gos et scrutèrent leur environnement avec
méfiance, leurs armes fermement tenues dans leurs mains.4XHOTX¶XQ OHV DYDLW pSLps en train
G¶LQWHUURJHU OHV JXHUULHUV EODQFV HW FH TXHOTX¶XQ V¶pWDLW DVVXUp TX¶DXFXQ G¶HX[ QHpourrait leur
UpYpOHU FH TX¶LOV VDYDLHQW.
Moumbator et Benji furent missionnés pour inspecter les lieux, pendant que Gabriel et Jayden
cherchaient des indices susceptibles de les mener à une piste concrète, cette fois-ci. Le pied de la
recrue se posa sur quelque chose de dur au sol. Ayant relevé la pointe de sa botte, il se baissa pour

18

UDPDVVHU O¶REMHWcouvert de suie et le détailla.&¶pWDLW XQ SHQGHQWLI
² 4X¶DV-tu déniché de beau ?
Gabriel le rejoignit en replaçant ses sabres dans leur fourreau. Le jeune homme lui tendit le
bijou poXU TX¶LO O¶H[DPLQH j Von tour. Un symbole était gravé dessus,XQ °il ouvert auréolé de
lumière.
²Au dos, il y a les initiales : DP.6L RQ WURXYH TXL O¶a fabriqué, on pourrait peut-être mettre la
PDLQ VXU FHX[ TX¶RQ FKHUFKH VXJJpUD -D\GHQ
Son chef pinça les lèvres en hochant la tête. Il avait déjà quelques hypothèses à l¶esprit.
² 0PP«
² 4X¶HVW-FH TXH F¶HVW?V¶H[FODPD XQH YRL[ IpPLQLQH
Bithya était de retour de sa propre patrouille, Moumbator et Benji sur les talons. Tous les trois

revenaient bredouilles.
²Je suis tombé sur ceci à l¶HQGURLW R RQW EUOp OHV FRUSV /¶XQ GH QRs amis le portait à son
cou, lui apprit Jay.
²Enfin une bonne nouvelle ! Faites voir.
GabrielV¶HPSUHVVD GHsoustraire la trouvaille de Jay à la curiosité de Bithya qui, en réponse,
lui dédia un regard particulièrement mauvais. Profitant de son avantage, il arqua un sourcil
narquois. Perspicace, l¶DQJH FRPSULW FH TX¶LO DWWHQGDLW G¶HOOH. Elle tendit donc sa main, paume
vers le ciel, en poussant un soupir exaspéré.
² 6¶LO WH SODvW O¶HQI« *DEULHO SXLV-MH O¶DYoir ?
*DEULHO UHWRXUQD OH ELMRX TX¶LO IL[D XQ ORng moment avant de consentir à le lui remettre.
² 4XHO V\PEROH LQWpUHVVDQW«, remarqua-t-elle.
²Tu es bonne observatrice.
²Tu en doutais ?
²Ramenons-le au temple. Nous devons rapporter ce quiV¶HVW Sassé à Alastar et convenir tous
HQVHPEOH G¶XQHstratégie, annonça Gabriel.
Sur ce, les quatreJDUGLHQV HW O¶ange disparurent aussitôt.
Au loin, une silhouette sombre et soigneusement cachéeV¶pYDSRUD GDQV O¶REVFXULWp GH OD QXLW

19

±2±


²Tiens, en voilà une autre ! Je croisELHQ TXH M¶DL SULV OH FRXS GH PDLQ TX¶HVW-ce que vous en
dîtes ?GpFODUD &DUROLQH ILqUH G¶HOOH
La danseuse disposa, au centre de la table, la couronne composée de houx à baies rouges, de
chèvrefeuilles, de symphorines à baies blanches et de pinsTX¶HOOH YHQDLW GH WHUPLQHU 3UpSDUHU OHV
FpOpEUDWLRQV OLpHV j OD IrWH DQFHVWUDOH GH <XOH O¶DLGDLW j QH SDV WURS SHQVHU j OD YLH TX¶HOOH DYDLW
laissée derrière elle en suivant Gabriel.
*DEULHO«
Où est-il ? Que fait-il ?
Des questions qui demeuraient la majeure partie du temps sans réponse, car, deSXLV TX¶HOOH VH
trouvait ici, les gardiens combattaient sans relâche leurs ennemis appartenant à cette confrérie de
malheur qui avait cherché à la tuer.
Non, rectification, qui avait réussi à la tuer. Caroline ne devait sa résurrectionTX¶DX PDUFKp
TX¶DYDLt passé Gabriel avec son père, le grand$UFKDQJH -XVTX¶j DXMRXUG¶KXL HOOH HQ LJQRUDLWles
termes exacts *DEULHO V¶REVWLQDQW j UHVWHU WUqV pYDVLI VXU OH VXMHW.
Un archange ! Seigneur, dans quoi est-ce que je suis tombée ?«
(Q IDFH G¶HOOH Xne de ses compagnes tendit son bras pour placer sa main recouverte
G¶DUDEHVTXHVargentées juste au-dessus de la pile de couronnes fraîchement confectionnées. Les
lèvres de l¶humaine s¶ouvrirent en grand sans qu¶aucun son n¶en sorte,ORUVTX¶HOOH YLW GH
minuscules particules lumineusHV HW EULOODQWHV V¶pFKDSSHU GH Oa paume de la fée.
²Des«paillettes V¶H[FODPD-t-elle, comme une enfant émerveillée.
$HQHRU SRXIID GH ULUH GHYDQW O¶H[SUHVVLRQahurie de sa voisine.
²Ça marche encore mieux que les bombes qu¶on trouve en grande surface, hein,
affirma-tHOOH HQ OXL DGUHVVDQW XQ FOLQ G¶°LO
²Je suis prête àOHXU YHQGUH OH FRQFHSW V¶LO OH IDXW! renchérit Caroline.
² 4X¶HVW-FH TX¶une grande surface ?
Les deux femmes se tournèrent vers Maïwenn. Celle-ci était parfois si discrète qXH O¶RQ HQ
oubliait sa présence. En ce moment même, ses immenses yeux noirs étaient braqués sur Caroline
et exprimaient une curiosité à peine contenue.
²CH« F¶HVW XQ HQGURLW R OHV JHQVse rendent pour faire leurs achats. Ils vont y chercher ce

20