Mille portes

-

Livres
150 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quelque part, en un monde de sable, en un multivers où les plans communiquent par des portes dissimulées… Sous un ciel tonitruant, le Chasseur a refait son apparition et lourdement chuté de la Tour prise dans les Arcs Extérieurs. Les raisons de sa présence, il les ignore absolument, et c’est peut-être pour cela que le Mercenaire, là à son réveil, décide de l’accompagner et de l’aider à mettre des mots sur l’insaisissable. Ailleurs, dans le palais impérial, là où résident le souverain et ses sept femmes, Hadesserit, cinquième Épouse, comme aimantée, tente elle aussi de comprendre les événements récents. Parce qu’il en va du rôle d’Épouse que de veiller sur un monde jadis arraché aux mains des Sorcières de la nuit… Toute en mystères et en secrets, en dédales et en non-dits, "Mille portes" réussit le pari de mêler un imaginaire oriental et un héritage fantasy pour fasciner et subjuguer un lecteur rapidement envoûté par les destinées de personnages qui se cherchent et se croisent tout au long de ces pages. Une œuvre ensorcelante sur lesquels soufflent des vents chauds et brûlants, suffocants et porteurs de murmures fantomatiques…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 décembre 2011
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9782748372670
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0064 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Mille portes
Marge Nantel Mille portes
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0116918.000.R.P.2011.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2011
Prologue Une pièce ronde, toute petite. Juste la place d’y faire tenir une personne. Presque collée au plafond bas, une lucarne rectangu-laire laisse passer les rayons du soleil quelques minutes avant le zénith. Au centre, le coussin sur lequel elle est assise. En face d’elle, trois étagères de bois clair occupent le mur de chaux peint en orangé. Sur la plus basse, juste devant elle, un oiseau de bois. À sa droite, une poupée de bois, à tête énorme, qui tient par les épaules ses répliques, plus petites. À sa gauche, des petites poupées de bois articulées, sans visage. Sous la fenêtre reposent sur l’étagère dix verres à pied remplis d’eau claire. Les quatre premiers forment un lo-sange. Plus à droite, les six autres sont disposés en triangle, dont l’un des sommets la vise. Elle tend son doigt. Les yeux de l’oiseau de bois s’ouvrent, immenses et noirs. — L’Empereur. Puis son doigt pointe la poupée à grosse tête. — Il s’occupe bien de l’Incroyable et de ses fils. Les gros yeux noirs de la poupée s’ouvrent à leur tour, puis sa bouche. La tête tourne sur elle-même, mouvement de toupie qu’imitent aussitôt ses deux miniatures. — La Première Épouse est satisfaite. Son doigt long et noueux se déplace sur les figurines de bois à sa gauche.
9
Lentement, celles-ci changent de forme, se déplient, grandissent, jusqu’à devenir de petites statuettes fémini-nes, aux corps agréables, mais tous différents. — Les sept Épouses ne sont pas satisfaites ! Elle plonge son doigt à l’ongle pointu dans le verre le plus à gauche. Au-dessus de son voisin, elle laisse tomber la goutte d’eau qui perle à l’extrémité acérée de son doigt. — Misserani soutient Avelsène. De nouveau, son doigt plonge dans un verre, juste de-vant le premier. De nouveau, sa main maigre se déplace jusqu’au verre voisin. De nouveau, une seule goutte vient déranger la surface étale qui filtre la lumière du soleil. — La Plus Vieille soutient Hadesserit. Enfin, ce même ongle effilé se tend, sans le toucher, vers le verre central du triangle de droite. — Tal Jeisa est seule. Au sol, le petit oiseau de bois tourne sur lui-même et pépie. Ses ailes battent frénétiquement, il cherche à s’envoler. Implacablement, elle laisse tomber sur lui une lourde cage en métal. L’oiseau de bois se cogne, pris au piège. Elle observe la scène que l’Oracle vient de créer. — Tout restera ainsi… jusqu’à ce que les Épouses soient satisfaites. La sentence prononcée, elle se tourne vers les verres, dont la surface tremble encore. — Six sont en jeu. La septième ne compte déjà plus. L’Incroyable, Avelsène, Misserani, la Plus Vieille, Tal Jeisa et… Hadesserit.
10