//img.uscri.be/pth/bee954ee3820e7a9d35a4a3dfcac287202c6ebce
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mondes Sidérants

De
305 pages
Débutant comme un roman fantastique, ce récit destiné à tous de 7 à 117 ans nous transporte à tombeau ouvert sur des routes inusitées d'une science fiction poétique. Il est fable légendaire : pérégrinations humoristiques de la race animale, tribulations paranormales d'un groupe d'êtres humains piégés, découverte du chemin qui conduit vers le monde des anges, lesquels proposent à l'humanité un marché inattendu. Cette satire cocasse de notre monde actuel devient mystérieuse voire mystique puis vire au fil des pages à la gravité dramatique.Suivons passionnément les avances audacieuses que tentent le petit peuple des Lumineux atomisés pour joindre la race humaine, car telle est sa mission. Farfelu dites-vous ? Sans doute ! Il n'empêche !
Voir plus Voir moins

Mondes Sidérants
JEB REZO
Mondes Sidérants
Fables et Récit Multidimensionnels




ROMAN











Le Manuscrit
www.manuscrit.com

















Illustrations : © Joëlle Barron

© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-6937-9 (fichier numérique)
ISBN 13: 9782748169379 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-6936-0 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748169362 (livre imprimé)








INTRODUCTION




À Léo et sa génération…

Autrefois, les anciens prenaient les étoiles pour
des clous d’or plantés dans la voûte du ciel.
Aujourd’hui, la science démontre chaque jour un peu
plus l’infinité des espaces et prouvera bientôt l’existence
de ces mondes parallèles au-delà de la quatrième
dimension. L’être humain en constante évolution
deviendra un jour capable de voyager dans ces ailleurs
sidérants, évoqués de façon loufoque et farfelue au fil
des pages qui suivent.
Laissons à la science le sérieux et la rigueur. Ici,
ils ne sont pas de mise mais l’esprit, qui ne saurait
manquer d’humour, réserve à la fantaisie sa place toute
méritée.

JEB REZO


MONDE TOURNEBOULÉ


Le monde Tourneboulé, premier de ces fantastiques
ailleurs, en est le plus abordable. Il se conçoit facilement
grâce au ruban de Moebius (1), et de nombreux
humains empruntent déjà ses chemins aléatoires y
croisant des individus venus de toutes les autres
dimensions.


Traduction proposée de quelques appellations
utilisées dans ce monde et que vous retrouverez
dans le texte

1 Fabrique de piquets de clôture = Usine en faillite
2 Maison des raideurs de justice = Tribunal
3 Maison close par nécessité = Prison
4 Maison des têtes au carré = Commissariat
5 Désintégrateur = Entrée vers d’autres
dimensions
6 Musée des rigidités = Musée Grévin
7 Parloir des mondes unis = Parlement Européen
8 Incinérateur à neurones = Cimetière des âmes
eaprès 2 mort
9 Office des aléas = Ministère du Budget
10 Palais de la politique = L’Élysée
11 Centre des soustractions = Centre des Impôts


1.Dessinateur génial qui trouva, en tordant un ruban plat puis le
reliant par ses extrémités, une surface plate sans envers ni endroit.
11 MONDES SIDÉRANTS










12 JEB REZO









LE MONDE SIDÉRANT DES LUMINEUX ATOMISÉS



Ce monde, ainsi que son nom le suggère, concerne le
microcosme, et ses indigènes, d’apparence quasi
humanoïde, ne sont pas des humains.

Dans leur univers en forme d’atome nous admettons
que :
Que chaque trajectoire d’électron est remplacée par
un long ruban de Moebius et décrétée : pays des
Envertemps.
Que l’intérieur de chacune des particules du noyau
est décrété : pays des Tournevie.
Que l’espace limité où ces particules s’interpénètrent
est décrété : pays des Intratômes.
Qu’il existe autour de cet ensemble une ZAC (zone
d’activité concentrique) décrétée : pays des Trinoeunos.
Que tous ces pays sont habités par chacune des races
citées.

On serait alors en présence d’un univers
multidimensionnel avec accès possible d’une zone à
l’autre sans aucun incident diplomatique.
13 MONDES SIDÉRANTS
Ainsi des milliards de vies intelligentes côtoient et
traversent les humains sans que ceux-ci ne s’en
aperçoivent. À moins de joindre l’Esprit et de ne pas se
tromper d’esprit.

Ces petits êtres lumineux sont parfois perçus
différemment par les habitants des autres dimensions
éthérées qui les désignent aussi sous les noms de
Spiritueux pour le genre masculin positif et Spirituelle
pour le genre féminin négatif. Comme il serait fastidieux
de vous les décrire, nous avons choisi de vous en
montrer les images à travers les pages qui suivent, sous
formes de croquis simplement ébauchés.
14 JEB REZO








FABLES MULTIDIMENSIONNELLES

I
AU COMMENCEMENT


Le Créateur, voyant son œuvre achevée, s’adressa à ses
créatures :
« Habitants de l’Atome, leur dit-il, que votre lumière
soit toujours expansive. Vous êtes la force qui aidera
l’humanité animale à monter au stade de l’homme divin.
A cette lointaine époque, les savants vous donneront
des noms amusants comme Bosons, Quarks, Photons,
Muons, Neutrinos ou autres, mais Moi, plus
sérieusement, je vous nomme ainsi… »
Et il désigna le premier couple.
« Toi, tu es le Concave et avec ta compagne la Convexe
vous êtes la famille des Envertemps.
– La famille des Envertemps, s’exclama le Concave ! Ô
Seigneur, est-ce bien raisonnable ?
– Il est raisonnable que je m’exprime, répondit le
Créateur.
– Et c’est quoi les Envertemps ? demanda la Convexe.
– Envertemps, vous êtes des agents de transmission à
travers les multidimensions et l’espace-temps. Ceci
grâce au parapluie que vous portez sur la tête à l’envers
15 MONDES SIDÉRANTS
pour toi Concave, à l’endroit pour toi Convexe. Vous
aimez le rythme et les sons harmonieux. Vous détestez
la cacophonie ainsi que le bruit du tempo à deux temps.
Vous êtes adorateurs de parapluies troués. Je vous
engage en C.D.I dans la grande communication. Ainsi
soit-il ! »
Le Créateur se tourna vers un autre couple.
« Toi, tu es le Vrillé et avec ta compagne la Vrillette
vous êtes la famille des Tournevie.
– Tournevie ! s’exclama le Vrillé. Ô Seigneur comment
peut-on, pratiquement parlant, tourner-la-vie ? Il nous
faut comprendre.
– Comprendre et trouver des solutions, voilà justement
votre rôle.
– Ô Seigneur, dit à son tour la Vrillette, avec toutes ses
spirales dont tu nous as accoutrés, ça va donner le
tournis au monde !
– Certes oui, répondit le Créateur, et forcément
l’énergie brassée par tourbillons crée l’abondance. Le sol
retourné donnera le blé pour faire du pain et la vigne
pour faire du vin.
– Serons-nous seuls Seigneur à faire tourbillonner ainsi
les choses et les gens ?
– Euh, non, répondit un peu gêné le Créateur. Par
exemple, le vin de saint Emilion produirait par abus un
effet faussement similaire. De quoi se faire des
illusions. En revanche, Mes anges de l’air formeront
des nuages pour amener la pluie et feront tournoyer
cyclones et tornades pour faire peur aux imprudents. »
Les Tournevie ne comprirent pas, dans l’instant, les
paroles du Créateur, alors la Vrillette questionna sur
autre chose.
« Ô Seigneur, tu nous as vêtus d’une drôle de manière !
16 JEB REZO

A quoi cela sert-il donc ?
– A rien, fit le Créateur, il faut bien que je me
divertisse. Dans fort longtemps les gens diront que
vous vous habillez chez un certain Jean-Paul Gautier
alors que au contraire c’est ce couturier lui-même qui
viendra faire de la récupération dans mes sous-
entrepôts. »
Les propos abstrus du Créateur laissaient la Vrillette
interdite !
« Famille Tournevie, continua le Seigneur, vous serez le
pivot pratique de la cohérence. Vous serez les
adorateurs de la vis-sans-fin et astiquerez avec assiduité
l’auréole de saint Emilion. Ainsi soit-il. »
Cette fois, le Créateur fit face à un trio.
« Toi, dit-il au plus extravagant des trois, tu es le
Légumixé, avec ta sœur la Fleurie et son compagnon le
Fruité vous êtes la famille des Intratômes.
– Intra ! fit le Légumixé, Ô Seigneur ! Pourquoi pas
Extra ? Et tant qu’on y est, pourquoi pas Extra-soupe-
aux-pois au lieu de Légumixé ?
– Ton sens de la polémique est au mieux de sa forme,
répondit le Créateur.
– Ô Seigneur, dit la Fleurie, excusez mon frère, il ne
sait pas ce qu’il dit. Je ne sais pas qu’y faire ! Ça
m’angoisse !
– Aide-le donc à mieux coiffer son chapeau de
poireaux et à embellir ses idées si originales, ce sera
pour toi un excellent début de mission.
– Seigneur, dit à son tour le Fruité, quel plaisir de vous
savoir notre créateur. Tout est beau dans ce monde des
lumineux atomisés mais si je puis me permettre une
question, dans la dimension humaine, n’est-ce pas un
peu différent ?
17 MONDES SIDÉRANTS
– En effet, répondit brièvement le Créateur.
– C’est tourmentant, dit la Fleurie, dans la dimension
humaine, en observant le futur-présent, on y constate
des bizarreries.
– D’après toi, quelles sont-elles ? demanda le
Créateur. »
La Fleurie portait loin son regard à travers l’espace-
temps.
« Je vois, dit-elle, des étranges fleurs toutes plates qui
n’ont même pas de parfum. »
Le Créateur éclata d’un grand rire.
« C’est parce qu’elles sont peintes sur des assiettes, ce
sont des représentations artistiques.
– Sans parfum, dit la Fleurie, quel dommage !
– Aucun dommage, dit le Créateur, ces assiettes sont
destinées à contenir des tartes Tatin goûtues et
parfumées. Tu en feras toi-même la constatation. »
Le Créateur eut un mouvement d’autorité.
« Trêve de bavardage, dit-il, je vous engage tous les
trois pour être des facteurs d’harmonie et de beauté
dans les pensées, les paroles, les actes des humains ou
autres et favoriser ainsi l’élaboration parfaite des
formes denses ou éthérées. Ainsi soit-il ! »
Restaient devant le Créateur deux autres lumineux
atomisés de semblable apparence avec seulement une
différence de fonction qui se pouvait interchangeable et
le Seigneur s’adressa au premier.
« Toi, lui dit-il, dans l’instant ta fonction est celle d’un
chefaillon et donc chefaillon tu es à côté de ton acolyte
l’arpète. Ainsi vous êtes les Trinoeunos. »
Ces derniers répondirent en chœur ;
« Trinoeu-par-ci, noeunos-par-là, Trinoeunos, Ô
Seigneur ça nous va !
18 JEB REZO

– Votre sens de la rime est effectif, dit le Créateur, et
j’en suis bien aise parce que votre rôle sera de faire
rimer ce qui en apparence ne rime à rien. Par exemple,
la vérité qui serait illusion ou vice versa, la matière
mêlée à l’anti matière, la lumière qui serait noire et les
ténèbres qui dissimuleraient l’indicible splendeur. »
Les deux Trinoeunos sautillaient sur leurs chaussures
en forme de lunettes et leurs habits faits de nombreux
petits miroirs ronds cliquetaient et scintillaient. Le
chefaillon s’exclama :
« Ce que tu demandes, Ô Seigneur, on le fera de tout
cœur ! »
Plus dissipé, l’arpète demanda :
« Pourquoi Seigneur as-tu placé ces fanfreluches
enrubannées sur nos têtes en forme de clochettes ?
– Fanfreluches ! Sûrement pas, protesta le Créateur, ce
sont des rubans de Moebius grâce auxquels vous avez
don d’ubiquité.
– Ah Seigneur, continua l’arpète, quel est donc ce
fabricant de chaussures dont l’image se reflète sur les
miroirs de nos armures ?
– C’est Albin Afflefou, un fabricant de lunettes et non
pas de chaussures.
– Seigneur, il est un peu fou par bonheur cet Afflefou,
non ?
– Trêve de plaisanterie, gronda le Créateur, et puis je ne
vous ai pas vêtus d’armures !
– C’est quoi alors, cette vêture ?
– Les gens diront, un temps ou l’autre, que vous vous
habillez chez Paco Rabanne alors que c’est ce couturier
qui vient lui-même chercher ses fournitures dans mes
sous-entrepôts. »
Soudain agacé, le Créateur s’énerva et ça produisait de
19 MONDES SIDÉRANTS
belles étincelles.
« Plus de question, clama-t-il ! Au travail ! Je vous
embauche comme spécialistes des images subliminales
ou autres. Fabricants de tous rêves, visions et songes.
Fourbisseurs de l’imaginaire. Trait d’union entre
l’homme et Moi. Ainsi soit-il ! »
Le seigneur un peu las tourna le dos aux lumineux
atomisés qui se dispersèrent. Il porta son regard vers
une autre de ses créatures : l’homme. Il soupira en se
demandant :
« Où en suis-je donc avec celui-là ? Voyons donc, j’ai
d’abord créé : 1- l’homme éther, 2- l’homme gazeux, 3-
l’homme méduse ou homme glue, 4- l’homme animal !
Cet état d’homme tire à sa fin, c’est pas trop tôt ! »
Il toussa un peu et ça faisait toujours autant d’étincelles.
« Quel chantier maintenant ! Enfin, la prochaine étape
va bientôt se réaliser et ce sera : 5- l’homme-dieu. Une
merveille ! »
Considérant cette proche perspective, le Créateur,
heureux, se mit à chanter et le chœur des anges
l’accompagnait.

Là, se trouvait, par hasard ou coïncidence, une paire de
mains pour écrire d’abord des fables légères aux propos
déjantés, racontant les aventures toutes vraies, ici d’un
petit ange facétieux, là d’un autre au prénom sucré, ou
encore l’histoire d’un accidenté de la route dont le
coma sera hanté par une déesse du vent. Là, un conte
de poule et de vache folle qui déambulent de concert
en marge de trois femmes énervées. Plus loin, on verra
l’histoire d’une reine naïve et d’un gourou pervers dans
sa tour maudite, des savants sages, des parpaings
endiablés et des lumineux atomisés.
20 JEB REZO

Le Créateur sourit en voyant cela et par-dessus les
nuées il déclara :
« Toi qui ris aujourd’hui, demain, sage deviendras et
après demain dans ma gloire tu resplendiras ! »

C’était son idée au Créateur ! Enflammer d’or le cœur des
hommes.

POUR LE BIEN DU GRAND TOUT PARFAIT.
21 MONDES SIDÉRANTS
22 JEB REZO







II
LE CURIEUX,
L’ÉTOURDI ET LA CATASTROPHE


Dernièrement, une visite inattendue a jeté la stupeur
et plus tard la panique au sein de ce petit monde des
Moebusiens atomiques et bien au-delà encore.
En effet, les Trinoeunos qui font parfois preuve
d’étourderie ont brusquement constaté la présence à
leur côté d’un être étrange complètement inconnu
d’eux. Cet « Alien » s’efforça de leur expliquer la raison
de sa subite apparition. Il s’était, paraît-il, égaré juste
après avoir obtenu et utilisé son passeport pour une sur-
dimension. Le nouveau venu arborait un diplôme, dont
l’encre était toute fraîche, qui lui conférait le statut
exceptionnel d’Ange ! Oui, un ange tout frais émoulu
des super contrées sidérales se trouvait devant nos amis
atomiques.
Très confus, et après s’être excusé pour le
dérangement, le nouveau venu expliqua qu’il était
toujours à la recherche des Grands 7 et apparemment il
s’était trompé de porte ou plutôt d’échangeur supra-
dimensionnel.
Il n’empêche ! La bande des jeunes Trinoeunos,
piqués par la curiosité, accapara le nouvel ange qui disait
s’appeler quelque chose comme Raphaël Moineau. Nos
23 MONDES SIDÉRANTS
atomiques connaissaient bien son créateur un certain
Bernard Werber, momentanément de passage sur terre,
incarné dans la peau d’un écrivain célèbre, maître des
fourmis et grand amateur de voyages inter-
dimensionnels.
C’est ainsi qu’un important groupe de jeunes
Trinoeunos s’est laissé subjuguer et distraire par la
condition angélique. Le nouveau venu fut scruté par des
regards aussi critiques qu’intéressés ce qui amena le
« chefaillon » du groupe à poser une impertinente
question :
– Comment se fait-il, ange Raphaël Moineau, que,
d’après ce que vous dites, certains de vos congénères
ont des ailes d’oiseau sur les épaules ? Nous, êtres
atomiques de la confédération des Spiritueux et
Spirituelles, on trouve que ça n’est pas un moyen
efficace de propulsion dynamique à travers les sur-
mondes.
– Auriez-vous donc, demanda l’ange Moineau,
quelque système plus performant en magasin ?
– Oui bien sûr, répondit le « chefaillon » Trinoeunos.
On a piqué l’idée à l’inspecteur Gadjet de la race des
humains virtuels. Si vous le désirez, on peut vous
installer illico sa géniale mécanique.
Voilà donc les Trinoeunos complètement affairés par
l’installation d’une hélice vaguement moebusienne fixée
au bout d’une tige elle-même sanglée sur le dos de
l’ange de la taille aux épaules et pointant son axe bien
au-dessus de la tête où était censée tournoyer l’hélice.
Hélas, le monde des anges et leur nature comportant
quelques subtiles différences avec celui des atomiques,
l’hélice fut saisie d’une quinte de toux et subit quelques
ratés très mal venus. Il fallait repenser le réglage !
24 JEB REZO

Ces passionnantes expériences monopolisaient un
grand nombre de nos jeunes amis Trinoeunos, ce qui
provoqua l’inquiétude puis le mécontentement du
Grand-Tout. En effet, à cause de leurs distractions
inopportunes les Trinoeunos n’assuraient plus leur part
de travail dans la cohérence de l’univers.
Le Grand-Tout traita nos jeunes amis de grévistes
inconséquents car il les tenait pour responsables du
chômage technique imposé aux confédérés à cause de
l’absence au travail de ce groupuscule d’étourdis,
mettant ainsi en danger l’équilibre universel.
Effrayé, l’ange Moineau quitta son harnachement
Gadjet et déguerpit en vitesse par ses propres moyens.
Cette situation délicate provoqua un grand désordre
qui favorisa la venue, puis l’installation, d’un être de la
race « macro-micro-cosmique » heureusement du genre
éjectable. Il portait le nom de Gourou Malus.
Devant l’anarchie naissante, il se décréta d’office chef
suprême du chantier terrestre et licencia derechef et
sans ménagement la majeure partie de nos gentils
atomiques en les remplaçant par du personnel sans âme
de la tribu des Parpaings de Béton.
L’angoisse envahit les « multimondes ».
Dans certains coins toujours plus vastes de la planète
terre, chantiers appelés Stress-Land, Gourou Malus fit
ériger à sa gloire d’interminables monticules de
parpaings empilés les uns sur les autres. Il appela ces
immensités « Babelle-Tours ». Il en fit des demeures
d’humains en particulier ceux de la tribu des
Businessmen.
Gourou Malus, malin et pervers, se réservait dans un
futur proche pour ses « Babelle-Tours » un très
25 MONDES SIDÉRANTS
abominable et horrifique plaisir sadique que l’on contera
le moment venu.
Les tours s’élevaient de-ci delà toujours plus hautes.
Les bétonneuses bétonnaient, la poussière
empoussiérait, le bitume bitumait. Le bruit vociférait
gênant toutes les communications et les soubresauts des
chantiers faisaient trembler toute la planète jusqu’au
plus profond de son cœur.
Alors…
Cela eut pour effet de faire exploser la colère d’une
personnalité de genre féminin de la plus haute
importance terrestre, Gaïaelle, reine de la terre. Son
royaume s’étendait à partir du noyau terrestre jusqu’aux
confins de la stratosphère.
La souveraine bien-aimée de ce monde était de la
lignée des « macro-micro-cosmiques » évolutifs. Emplie
de pitié pour ses sujets et envahie par une grande furie,
elle s’élança de son palais souterrain pour venir
estourbir de reproches et d’injures l’auteur de ces
dégâts.
– Drôle de sale Gourou Malus à la gomme, jeta-t-elle
au visage de son indigne subalterne, non content
d’endommager le royaume, vous avez osé empoussiérer
ma robe et l’un de vos parpaings a cabossé ma
couronne ! En plus, la construction localisée de vos
« abracadabrantesques » immeubles fait pencher
dangereusement la planète terre qui risque de s’engloutir
dans le néant. Je vous somme donc, sur-le-champ, de
cesser vos stupidités, sinon je ferai subir à votre ignoble
personne une très prochaine éjection.
Le Gourou Malus accusa le coup avec un froncement
de sourcils mais il trouva instantanément une idée des
plus sataniques.
26 JEB REZO

– O très puissante, très adorable et bellissime
majesté, pour me faire pardonner ces maladresses, je
vous promets solennellement que je vais, dans un
premier temps, m’efforcer de raccourcir la hauteur de
mes tours, d’en modérer la construction et de remplacer
le parpaing par du polystyrène expansé garanti sans
poussière !
– Trêve de crétinerie, dit la reine. Tenez-vous le pour
dit, je vous ai à l’œil et ne vous salue point !
C’est ainsi que par un terrifiant jour de malheur
mondial, Gourou Malus, à l’aide d’un genre très spécial
de taille haies trancha les têtes de deux tours au World
Trade Center. Et ce fut l’abomination de la désolation
pour le genre humain. L’innommable était commis.
Cela ne consolera personne, mais quand même, il est
juste de le dire haut et fort, Gourou Malus, ce jour-là,
avala tant de poussière dans sa forfaiture qu’il en attrapa
une grippe « parpaingite ».
On le sait maintenant, depuis que ce virus le ronge, il
vit alité très affaibli et, de temps en temps, il perd la
ciboule. Aux dernières nouvelles, bien que ses ouvriers
très désorientés traînassent encore au travail de-ci delà,
Gourou Malus perd chaque jour un peu plus tant ses
forces vitales que son emprise terrestre et l’on voit
l’herbe repousser à travers les débris épars. Sur les tas de
poussière transformés en une pelouse naissante,
quelques pâquerettes pointent leurs jolies corolles au
cœur d’or.
Dans cette terrible histoire, nos petits héros
atomiques du début ont beaucoup souffert. Ils se
consolent en pensant qu’ils ont évité de justesse
l’anéantissement et remercient le Grand Tout d’avoir
handicapé sévèrement Gourou Malus.
27 MONDES SIDÉRANTS
À présent, au sein de leur confédération, les
Spiritueux et Spirituelles atomiques ont repris leurs
joyeuses farandoles. Les anges, dans leur hauteur
sidérale, se réjouissent de la stabilité rétablie à travers les
« multi-mondes ».
L’inconséquence et l’étourderie n’ont plus cours chez
nos héros atomiques et voici la morale de cette histoire :

Accomplissez tous vos devoirs
dans un mutuel respect et
soyez ardents au travail.
Ensuite, prenez tout le plaisir
que vous voudrez et
soyez heureux.


Le Grand-Tout s’en réjouira.
28 JEB REZO







III
STUPÉFIANTE AGITATION


Dans le pays atomique où vivent Spiritueux et
Spirituelles, que les hommes ne sauraient voir de leurs
yeux de chair, une étonnante agitation, commencée au
emilieu du XX siècle allait s’amplifiant.
L’ensemble de ces petits êtres connaissait une
effervescence sans aucun rapport avec le champagne, le
cachet d’aspirine ou un pseudo mysticisme.
Mais pourquoi donc s’agitaient-ils ainsi ?
En vérité, ils en ignoraient la cause. ça n’était pas
faute d’avoir questionné le Grand Tout qui faisait la
sourde oreille à ce propos ou de tarabuster les petits
riens toujours soupçonnables d’erreurs.
Ainsi l’univers atomique frétillait. La planète terre
avec ses habitants subissait des soubresauts intempestifs
de toutes sortes et la reine Gaïaelle fort contrariée,
prenant entre les mains sa tête couronnée d’une royale
citrouille gémissait et pestait sans répit.
Elle avait l’habitude des impénétrables secrets du
Grand Tout mais quand même, face à une situation sans
précédent depuis d’interminables éons, elle aurait un
tant soit peu apprécié la moindre information véridique.
29 MONDES SIDÉRANTS
Parce que les hypothèses et versions différentes il en
venait de partout, mais nul ne pouvait prétendre détenir
la vérité et le savoir absolus.
Dans cette grande incertitude globale le monde
atomique surveillait les agissements des terriens et cet
examen épouvanta grand nombre de spiritueux et de
spirituelles.
À l’instar de l’affreux Gourou Malus que l’on savait
malade et même alité, on pouvait constater chez les
terriens un début d’épidémie. Et oui ! Les humains eux
aussi, mine de rien, petit à petit perdaient la ciboule.
Tout d’abord, les institutions commençaient à se
1« défrag’nasser » . Ainsi à cause de la grande Europe, la
fabrique de piquets de clôture, à deux doigts de déposer
le bilan, était dans l’obligation de trouver le moyen de se
recycler. Mais en quoi et comment ?
Dans les hôpitaux on n’avait presque plus
d’infirmières, de docteurs ou soignants. Ils étaient tous
tombés malades d’épuisement ce qui faisait que l’on
mourait à toute vitesse engorgeant les morgues et les
incinérateurs pollueurs d’atmosphère. Les cimetières
étaient tellement pleins que l’on y entendait craquer les
os par-dessous les tombes. Même les vieux qui jusqu’ici
se montraient increvables périssaient en masse.
Les travailleurs ne travaillaient plus car les grévistes
« grévaient ». Certaines grandes sociétés multinationales,
habiles à contourner et détourner les lois, trouvaient
toujours le moyen de se défiler malgré le bon travail des
syndicats.

1. Défrag’nasser : patois vendéen signifiant s’éparpiller en morceaux,
tomber en ruine.
30