28 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Nekromantia [Saison 1 - Épisode 7]

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Imaginez un peu... Vous vous réveillez un matin sur le Grand Monde, quelques années après qu'un terrible combat magique se soit déroulé entre le jeune sorcier Esklaroth et la reine des Ténèbres, Melena. Toutes les peuplades sont plongées dans une situation précaire, des plus désastreuses. La plupart des villes ont été détruites et les terres dévastées. Malgré tout, au fil du temps, les sociétés sont parvenues, tant bien que mal, à se réorganiser, malmenées par les guerres impitoyables, les trahisons et les épidémies qui auraient pu, à elles seules, porter un coup fatal aux cinq royaumes.

Cette histoire commence ici, à Belnigera, capitale de Lythuste, au moment où le roi Victor X convoque les siens. Avisés par une Divinité qu'une menace imminente vouera le Grand Monde à sombrer dans les Ténèbres, il ne leur restera que peu de temps pour déjouer les complots démoniaques des deux ennemis les plus redoutables du Grand Monde, sous peine de voir toute trace de vie disparaître dans un brasier magique des plus spectaculaires.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782924664087
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Rose Berryl
L’esprit de l’Eau
(Épisode VI1)
© CKR Éditions, 2017 Illustration de couverture: Delphine Splingard, 2017 ISBN: 978-2-924664-08-7
Dépôt légal:Dépôt effectué en mars 2017 auprès de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Première version info@ckr-editions.com http://www.ckr-editions.com
Je dédie cette série à ceux et celles qui ont su conserver leur âme d’enfant. Rose Berryl
« Fareylia ? Est-ce que tu m’entends ? » La fillette ouvrit doucement les yeux. À sa gauche, Mylvera l’observait avec inquiétude, veillant à ce que sa tête ne baigne pas dans l’eau. Fareylia reconnut les colonnes translucides couvert es de végétation givrée, de même que les fontaines aux allures immortelles. Elle leva lentement le visage et se redressa. Sous son capuchon, elle discerna la pointe d’un millier de pics de glace, répandus de m anière inégale sur la totalité du plafond. - Est-ce que tout va bien ? - Oui. Je crois. - Qui est Aknavyr ? - Aucune idée, mentit Fareylia en baissant la tête. - Quand comprendras-tu que je ne te veux aucun mal ? soupira Mylvera en prenant appui sur les talons. - Et toi qu’il est impoli de se mêler des affaires des autres ? - Tu marques un point, répondit la jeune femme, sur prise. Sache juste que je suis là si tu as besoin d’aide. - J’essaierai de m’en souvenir. La fillette se leva d’un bond. Devant elles se dessinait le long couloir au décor aquatique, apaisant et agréable à la fois. Au sol, de somptueuses dalles ouvragées, a lternant le marbre, la pierre sombre et le verre, luisaient faiblement sous l’eau limpid e. Pendant un moment, Fareylia ne bougea pas, tandis que Mylvera, quant-à-elle, s’enf onçait dans l’obscurité, au fond de la salle. - Tu viens ? Demanda-t-elle finalement en se tourna nt vers Fareylia. - Es-tu certaine que c’est la bonne direction ? - Vois-tu d’autres possibilités ? Eh puis, n’est-ce pas toi qui voulais emprunter ce passage ? La fillette soupira, résignée. Elle s’approcha de l a chevalière, tête levée vers les stalactites qui menaçaient de leur tomber dessus. M ylvera sourit en la voyant arriver à sa hauteur. - Ne t’inquiète pas. Tout se passera bien. - Il y a intérêt ! L’eau était à une température idéale. Son déplaceme nt à leurs pieds avait un son mélodieux, qui se voulait étrangement rassurant. To utes deux contemplèrent avec émerveillement l’architecture spectaculaire les surplombant, avec l’étrange sensation, à plusieurs reprises, d’être épiées ou de percevoir u n mouvement, sans toutefois parvenir à en déceler l’origine. Fareylia sur les talons, My lvera avançait prudemment, le regard régulièrement rivé vers le plafond. Sous leurs pieds, les dalles s’alignaient à la perf ection. Fareylia, peu rassurée, prenait soin de ne poser les pieds que sur les dall es de marbre et de pierre, tandis que la chevalière n’y prêtait que peu d’attention. Lorsqu’elles atteignirent la seconde moitié du coul oir, la lumière vacilla faiblement derrière elles. Mylvera s’arrêta. - Quoi ? - Je veux savoir ce qui a provoqué ce changement de luminosité, avant de poursuivre. - On s’en moque. C’est probablement un courant d’ai r. On continue, ordonna Fareylia en pressant le pas. - On dirait que quelque chose approche. - Justement. C’est pourquoi nous devons quitter ce couloir au plus vite ! Trois coups se firent entendre à proximité de l’entrée d’où elles étaient arrivées.
- Poursuivons, Mylvera, insista la fillette, tout e n tirant sur le bras de la chevalière. - Attends une seconde. Nous ne devons pas risquer d e nous enfoncer davantage dans ces galeries sans savoir ce qui nous suit. Cet te erreur risquerait de nous coûter cher. Trop cher… - Je suis prête à prendre le risque ! - Pas moi, coupa Mylvera en revenant sur ses pas. Trois nouveaux coups sourds retentirent à une vingt aine de mètres, juste devant elles. De part et d’autre, la lueur des torches magiques v acilla en cadence, avant de s’éteindre partiellement. Le débit de l’eau des fon taines latérales perdit en intensité, et le contenu des colonnes se teinta de vert sombre. - Nous ne devons pas rester ici ! - Je veux juste m’assurer que nous pouvons poursuiv re sans risquer nos vies. Si nous devons affronter quelqu’un ou quelque chose, j e préfère que cela se fasse à un endroit que nous connaissons, ne fût-ce qu’un peu. - Mylvera ! s’énerva aussitôt Fareylia. Redeviens l ’emmerdeuse coincée et trop prudente que je connais depuis le début de cette mi ssion, s’il te plaît. Sans prêter la moindre attention à cette demande, l a jeune femme s’avança dans l’obscurité. Les coups retentirent à nouveau. Mylve ra stoppa sa progression, l’épée dirigée vers les ténèbres. - Cela n’annonce rien de bon, murmura Fareylia d’un e voix chevrotante. - Je sais. Mais je veux savoir ce qui fait ce bruit . Peut-être est-ce quelqu’un qui demande notre aide. - Aucune chance ! Mylvera, écoute-moi. Je connais a ssez les sombres galeries de ce monde pour savoir que rien de bon ne peut être à l’origine de ces coups. La fillette tira vigoureusement la main de sa compa gne de route, qui semblait bien décidée à poursuivre, malgré tout. Fareylia baissa subitement les yeux, interpellée par un mouvement étrange sous la surface de l’eau dans laquelle elles pataugeaient. Son cœur se mit à battre la chamade. Sa gorge se no ua, tandis qu’elle commençait à claquer des dents. Mylvera s’approcha à son tour et tenta, tant bien que mal, de déterminer ce qui, dans les abysses, pouvait effray er la fillette à ce point. Un nouveau coup, un peu plus loin sur la droite, la sortit de ses recherches. Bang, bang, bang,… La lueur des torches s’aténua davantage, avant de retrouver son intensité originelle. La chevalière scruta l’horizon avec peine, attentiv e au moindre son. Le fluide verdâtre des colonnes vira au fuschia, les plongean t en un instant dans une atmosphère des plus oppressantes, à la limite du ca uchemardesque. La respiration de Fareylia s’accéléra encore. Bang, bang, bang,… Mylvera eut cette fois l’impression que le sol vena it de trembler sur sa droite, tandis qu’un peu de neige s’échappait de la voûte les surp lombant. Elles levèrent brusquement les yeux. La lumière baissa à nouveau. Fareylia vint s’adosse r à Mylvera, qui fit quelques pas vers le fond du couloir. Le silence revint instantanément. La fillette interpella alors la chevalière, apeurée. « Là, je crois que nous allons avoir un sérieux pro blème… » Mylvera releva la tête. À quelques mètres devant el les, l’une des dalles vitrées venait de se fissurer en un bruit strident. Sur ses gardes, elle s’en approcha. Déchiré d’une ligne profonde, le verre s’étoilait e n son centre, sous le regard interrogateur de la jeune femme qui ne tarda pas à reculer, entraînant sa jeune amie à sa suite. - Reste derrière moi. Tout ira bien. - J’aimerais tellement croire à ce que tu viens de dire…
- Allons, Fareylia. C’est juste un mauvais… La dalle vola en éclats, et de nombreux morceaux s’ éparpillèrent sur plus d’un mètre de haut et projetés en tout sens, avant de retomber telle une pluie lourde. « moment à passer… » acheva Mylvera en fronçant les sourcils, inquiète de savoir ce qui était à l’origine d’une si forte explosion. L’épée dressée devant elle, la chevalière s’approcha davantage, les doigts de la fillette cri spés sur sa manche. Tout autour de l’ouverture fraîchement libérée, ell es virent des fragments de verre, luisant d’une somptueuse couleur turquoise. - Ne nous attardons pas, ordonna Fareylia d’une voi x chevrotante. Sortons de ce couloir au plus vite. - Juste une seconde, s’il te plaît. Je voudrais vérifier quelque chose. - J’ai un mauvais pressentiment, acheva la fillette en scrutant les alentours, terrifiée. De petites bulles légères apparurent, avant de disp araître. La surface de l’eau...