Nekromantia [Saison 1 - Épisode 9] - Les Dragons de Yarpenar

-

Livres
42 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Imaginez un peu... Vous vous réveillez un matin sur le Grand Monde, quelques années après qu'un terrible combat magique se soit déroulé entre le jeune sorcier Esklaroth et la reine des Ténèbres, Melena. Toutes les peuplades sont plongées dans une situation précaire, des plus désastreuses. La plupart des villes ont été détruites et les terres dévastées. Malgré tout, au fil du temps, les sociétés sont parvenues, tant bien que mal, à se réorganiser, malmenées par les guerres impitoyables, les trahisons et les épidémies qui auraient pu, à elles seules, porter un coup fatal aux cinq royaumes.

Cette histoire commence ici, à Belnigera, capitale de Lythuste, au moment où le roi Victor X convoque les siens. Avisés par une Divinité qu'une menace imminente vouera le Grand Monde à sombrer dans les Ténèbres, il ne leur restera que peu de temps pour déjouer les complots démoniaques des deux ennemis les plus redoutables du Grand Monde, sous peine de voir toute trace de vie disparaître dans un brasier magique des plus spectaculaires.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782924664162
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Rose Berryl
Les Dragons de Yarpenar
(Épisode IX)
© CKR Éditions, 2019
Illustration de couverture: Delphine Splingard, 2019
ISBN: 978-2-924664-16-2
Dépôt légal:laDépôt effectué en juin 2019 auprès de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
Première version
info@ckr-editions.com
http://www.ckr-editions.com
Je dédie cette série à ceux et celles qui ont suconserver leur âme d'enfant.
Rose Berryl
Il ne restait que quelques mètres avant que Fareylia et Mylvera ne puissent sortir des sombres galeries de Volgatern. Couvert partiellement delierre et de fleurs roses et jaunes, l'accès montrait des signes flagrant de vieillesse, tandis qu'il serpentait le long d'un axe principal, dégradé par de nombreuses griffures et morceaux de pierre brisées.
Rapidement, l'odeur de l'eau salée et de la mousse laissa place à la fraîcheur de l'air hivernal, tandis qu'une lumière froide commençait à se répandre sous chacun de leurs pas.
- Je ne serai pas déçue lorsque nous serons sorties de là !
- Et moi donc. Ne traînons pas. La nuit est déjà presque tombée annonça Fareylia avec fermeté, avant de se hisser sur l'ouverture creusée au-dessus de sa tête, à même une épaisse couche de neige et de glace. Nous devons trouver un endroit où nous abri-ter en attendant le lever du soleil, car je doute que tu puisses survivre à l'extérieur, surtout à en juger par le froid qui règne actuellement.
- Nous devrions quitter la Mer de Nuages et gagner les forêts alentour. Cela ne devrait pas être trop compliqué d'y trouver un abri.
- Probablement. Mais si c'est comme la dernière fois...
- Tu as raison, dut bien avouer l'Amazone.
- Soyons prudentes, grommela Mylvera, parcourue d'un frisson atroce, avant de s'extirper du trou à son tour.
- Dites-moi que c'est une blague ! ragea la fillette, tête levée et mains posées sur les hanches, à quelques mètres devant elle.
Une fois à sa hauteur, la chevalière replaça son fourreau ainsi que son arc, avant de chercher la raison de la hargne de Fareylia.
À quelques dizaines de centimètres au-dessus d'elles, un subtile voile de brouillard couvrait un passage de pierre sinueux, encombré ça et là d'amoncellements de débris et de morceaux de troncs séchés. Sur les parois latérales, de lourdes chaînes rouillées pendaient en grand nombre, terminées par d'épaisses menottes sombres, grossièrement réalisées. Le dallage, vétuste et couvert d'une fine couche de mousse mêlée brunâtre, montrait des signes d'usure avancée.
- Où sommes-nous ?
- Sous la Mer de Nuages. Et non au-dehors, soupira Mylvera en faisant quelques pas, une main posée sur la garde de son épée.
- Cette brume ne m'inspire rien de bon.
- Je ne suis jamais passée à ce niveau de Pitherygand et mes seuls voyages dans la région se faisaient exclusivement par voie aérienne.
La chevalière fit quelques pas, jusqu'à de son support une torche qu'elle alluma sans attendre, pour découvrir sur recroquevillé contre la paroi, les bras enserrant ses longues jambes, la mâchoire arrachée avec violence.
sa
venir gauche un
ôter squelette
Mylvera s'en approcha avec une certaine tristesse. Il portait l'armure des chevaliers du roi Victor X et, en y regardant de plus près, elle vit que la cage thoracique du pauvre malheureux avait été brisée à plusieurs endroits, s'ouvrant vers l'extérieur au niveau du plexus, déchirée de part et d'autre par une lame. Sur son bras, il arborait les vestiges d'un bla-son, brodé sur le bas de sa manche de chemise.
Fareylia, devant le silence de sa compagne de route, s'approcha, perplexe.
- Quelqu'un que tu connais ?
- Non. Mais sans conteste un membre de la garde royale. Je dirais même de l'Ordre de la Cou-ronne Blanche. À en juger par ce fragment de bla-son, je dirais qu'il vient du nord de Lythuste. Je vais prendre ceci, ajouta-t-elle en déchirant le morceau de tissu, avant de le glisser dans sa besace. Je verrai une fois de retour au royaume pour le faire parvenir à son clan.
La fillette hocha la tête en soupirant. dépouille dont on ne connaissait rien. Après...
Elle
ne
comprenait
pas
que
l'on
puisse
s'émouvoir
pour
une