Nouvelles antillaises du XIXe siècle

Nouvelles antillaises du XIXe siècle

-

Français
299 pages

Description

Les oeuvres rééditées dans ce deuxième tome sont tirées de journaux et revues imprimés en France entre 1828 et 1862 et sont issus d'auteurs variés. Si certains textes déploient des images toutes faites et exploitent des préjugés, d'autres, partant souvent d'un point de vue idéologique contraire, insistent sur l'universalité de certains traits chez des gens de toutes les couleurs et conditions sociales.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 juin 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140151637
Langue Français
Poids de l'ouvrage 22 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
« Le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences, réelles ou imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier une agression. »
Nouvelles aNtillaises E du XiX siècle uNe aNthologie tome ii
a
u
t
R
e
m
e
N
t
PrésenTaTion de Barbara t. cooper amveeCsLa CoLLaboraTion de Roger liTTLe
COLLECTIONAUTREMENT MEMES conçue et dirigée par Roger Little Professeur émérite de Trinity College Dublin, Chevalier dans l’ordre national du mérite, Prix de l’Académie française, Grand Prix de la Francophonie en Irlande etc. Cette collection présente en réédition des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées, tombés dans le domaine public et qui traitent, dans des écrits de tous genres normalement rédigés par un écrivain blanc, des Noirs ou, plus généralement, de l’Autre. Exceptionnellement, avec le gracieux accord des ayants droit, elle accueille des textes protégés par copyright, voire inédits. Des textes étrangers traduits en français ne sont évidemment pas exclus. Il s’agit donc de mettre à la dispositiondu public un volet plutôt négligé du discours postcolonial (au sens large de ce terme : celui qui recouvre la période depuis l’installation des établissements d’outre-mer). Le choix des textes se fait d’abord selon les qualités intrinsèques et historiquesde l’ouvrage, mais tient compte aussi de l’importance à lui accorder dans la perspective contemporaine. Chaque volume est présenté par un spécialiste qui, tout en privilégiant une optique libérale, met en valeur l’intérêt historique, sociologique, psycho-logique et littéraire du texte. « Tout se passe dedans, les autres, c’est notre dedans extérieur,les autres, c’est la prolongation de notre intérieur. »Sony Labou Tansi« Mais il n’y guère de relation à soi qui ne passe par la relation à Autrui. Autrui, c’est à la fois la différence et le semblable réunis.»Achille MbembeTitres parus et en préparation : voir en fin de volume
e NOUVELLES ANTILLAISES DU XIX SIÈCLE:UNE ANTHOLOGIE TOME II Présentation de Barbara T. Cooper avec la collaboration de Roger Little
En couverture : «Danse d’esclaves», aquarelle sur papier d’Adrien Richard de Beauchamps (1842)(don François Lecoq Vallon au musée départemental Victor-Schœlcher àPointe-à-Pitre) reproduite avec la gracieuse autorisation de Mme Josette Borel-Lincertin, présidente du Conseil départemental de la Guadeloupe, et de M. Matthieu Dussauge, conservateur et chef du patrimoine au musée Victor-Schœlcher© Musée Victor-Schœlcher, Pointe-à-Pitre
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-20491-8 EAN : 9782343204918
INTRODUCTIONpar Barbara T. Cooper
CHOIX D’ÉCRITS DU MÊME AUTEUR Mademoiselle de Cardonned’Aristidede Gondrecourt,présentation de B.T.C., avec la collaboration de Roger Little,« Autrement Mêmes », Paris,L’Har-mattan, 2020 e Échos de Saint-Domingue : nouvelles duXIXsiècle, t. II, Auteurs variés, Textes choisis et présentés par B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2020 Paul et Virginie, de Boulé et Cormon,drame en cinq actes et six tableaux (1841), suivi de nombreux documents inédits, présentation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2020Les Massacres de Saint-Domingue, ou L’Expédition du général Leclerc, de Prosper et Anicet-Bourgeois, pièce inédite, présentation de B.T.C., « Autre-ment Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2019 Séliko, ou Le Petit Nègre,d’Émile Vanderburch,de suivi  Les Habitants des Landes,Charles Sewrin, de accompagnés de documents inédits, présen-tation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2018e Nouvelles antillaises du XIX siècle : une anthologie,présentation de B.T.C., avec la collaboration de Roger Little,« Autrement Mêmes », Paris,L’Har-mattan, 2017 Le Marché de Saint-Pierre, mélodrame en cinq actes de Benjamin Antier et Alexis de Comberousse, suivi de nombreux documents inédits, présentation de B.T.C., avec la collaboration de Roger Little, « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2016Le Planteur,opéra-comique en deux actes d’Henri de Saint-Georges et Hippolyte Monpou, précédé d’un extrait duVoyage aux États-Unis, ou Tableau de la société américainede Harriet Martineau et deL’Inventaire du planteurd’Émile Souvestre, etsuivi de nombreux textes inédits,présentation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2015Le Tremblement de terre de la Martinique,d’Adolphe Dennery, suivi de documents inédits, présentation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris, L’Harmattan, 2014L’Autre Théâtreromantique, n° spécial deLa Revue d’Histoire duThéâtre,s.l.d. o Olivier Bara et B.T.C., n 257 (2013), 127 p. Le Tremblement de terre de la Martinique,de Charles Lafont et Charles Desnoyer,suivi de documents inédits, présentation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2012Sélico,ou les Nègres généreux [pièce inédite], texte établi, annoté et introduit par B.T.C., inThéâtre complet de René-Charles Guilbert de Pixerécourt : Mélodrames (1792-1835), s.l.d. Roxane Martin, Paris, Classiques Garnier, 2012, t. I, p. 97-171 La Traite des Noirs,de Charles Desnoyer et Jules-Édouard Alboize du Pujol,suivi de documents inédits, présentation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan,2008 Cora, ou l’Esclavage,de Jules Barbier,suivi de documents inédits, présen-tation de B.T.C., « Autrement Mêmes », Paris,L’Harmattan, 2006
INTRODUCTION Cette collection de textes sur des sujets antillais fait suite à un premier recueil de nouvelles « antillaises » que nous avons publié en 2017. Les œuvresrééditées dans ce deuxième tome sont tirées de journaux et revues imprimés en France entre 1828 et 1862 et sont le fait d’auteurs variés:d’hommes et de femmes, de Créoles blancs et de Français métropolitains, de Parisiens et de provinciaux. Certains de ces écrivains sont encore connus aujourd’hui; d’autres ont vu s’éclipser la renommée dont ils ont joui de leur vivant; d’autres encore n’ont probablement bénécié que d’une réputation restreinte ou locale. Tous ont exploité la veine d’une littérature dont le fond et les décors exotiques fascinent les lecteurs, tantôt les incitant à plaindre les personnages mis en scène (colons menacés par le feu, le poison ou la révolte ; Noirs et gens de couleur victimes de brutalités morales et physiques), tantôt les stimulant à rêver de fortunes à gagner, de paysageset de mœursà découvrir, pittoresques d’aventures à vivre.Nous avons choisi de regrouper les textes compris dans ce volume autour de certains thèmes qui se sont imposés à notre esprit au cours de nos lectures. Nos catégories ne sont pourtant pas étanches et l’onretrouvera souvent les mêmes éléments dans des textes que nous avons rangés sous des rubriques différentes. Ainsi, par exemple, le bamboula, danse afro-caraïbe qui donne son nom à une première série d’écrits (par Corbière, Radiguet, Granier de Cassagnac), est également présent dans d’autres récits réédités ici ou signalés dans notre Bibliographie sélective. Il en va de même pour des sujets comme le poison (Eyma, Féval, Dumas) ou la vengeance et la jalousie (Chapus, Émery et deux auteurs anonymes). En recourant à ces thèmes, en reprenant les mêmes images, nos auteurs ne (re)produisent-ils pas des clichés et des stéréotypes ? Certes. Cependant, si quelques textes véhiculent des préjugés et des idées toutes faites, il est également vrai qu’ils répondentà l’attente desdu dix-neuvième lecteurs siècle qui se plaisent à repérer des éléments familiers dans les
vii
œuvresqu’ils découvrent pour la première fois. Il arrive aussi que l’on rencontre des discours et des images qui se démarquent des représentations du monde antillais ancrées dansl’habitude et dans une certaine idéologie. Leur originalité se dégage alors avec d’autantplus de force. Des auteurs et des journaux Qui sont les auteurs dont nous recueillons les textes dans cette anthologie ? Nous avons déjà évoqué leurs origines et réputa-tions divergentes, mais il serait bon de les présenter brièvement avant d’examiner leurs œuvres.Élisa Adam-Boisgontier (1819-1876) est à la fois journaliste (surtout dans la presse féminine et familiale), auteure depièces 1 de théâtre et de nouvelles et éditrice de textes . En annonçant sa mort dans une de sespublications, la Société des Gens de Lettres constate que « depuis plus de vingt années, [elle]gurait comme sociétaire sur les listes de la Société. Tant sous son nom que sous le pseudonyme de Paul Dubourg, elle publia un grand nombre de romans et de nouvelles et quelques-unes de ces compositions ont 2 été avantageusement remarquées lors de leur publication ». Eugène Chapus (1800-1877), né à Pointe-à-Pitre (Guade-loupe), est journaliste, romancier, chroniqueur sportif et mondain 3 en France où, jeune adolescent, il est parti faire ses études . Les textes que nous publions ici datent de la première partie de la carrière de cet homme bien apprécié de son vivant et dont d’autres œuvres figurent dans le premier tome de notre anthologie deNouvelles antillaises.
1 Voir sonChoix de nouvelles tirées de Mme de Genlis et de Berquin, suivies de nouvelles instructives et amusantespubliées dans la bibliothèque d’une élève de Saint-Denis, Paris, Garnier, 1865. Elle écrit souvent pour le Journal des demoiselles, source du texte que nous reproduisons ici. 2  Société des gens de lettres,Rapport sur les travaux du comité durant l’exercice 1875, Paris, impr. V. Fillion, 1876, p. 16. 3  Voir Philippe Tétart, « Entre sport, mondanités et dandysme : esquisse biographique d’Eugène Chapus. Partie I: Chapus avantLe Sport», European Studies in Sports History, t. 8 (2015), p. 67-99 et Ernest Glaeser, ie dir.,Biographie nationale des contemporains, 1878,, Paris, Glaeser & C p. 103.
viii
Édouard Corbière (1793-1875) est marin, armateur, journa-liste et écrivain français. Père du poète Tristan Corbière, il est considéré aussi comme le père du roman maritime en France. À l’époque où il publie le texte que nousrééditons ici il a cessé de naviguer entre la France et la Martinique pour devenir rédacteur en chef duJournal du Havreet pour lancerLe Navigateur : revue maritime. Nous n’avons rien pu découvrir sur P. Delaporta sinon qu’il ou elle contribue plusieurs textes au journalL’Éducation: gazette des femmesà Bordeaux en 1842. Alexandre Dumas (1802-1870) est trop bien connupour qu’il soit nécessaire de le présenter ici. Par contre, son ascendance haïtienne (il est petit-fils d’une esclave noire de Saint-Domingue et d’un planteur patricien originaire de la Normandie), ignorée de beaucoup de lecteurs, mérite bien d’être signalée. Nous incluons ici son poème sur « Le Mancenillier » pour marquer le cent-cinquantenaire de sa mort et aussiparce que c’est un de ses rares écrits qui évoque directement les Antilles. me Marie Émery (1816-189?), de son vrai nom M Van Den Bussche, est romancière et auteure de pièces de théâtre destinées à des maisons d’éducation pour des jeunes personnes des deux sexes. Sans compter ses contributions à des revues commeLe Magasin des familles, son œuvreimprimée, d’orientation chrétienne, est considérable et est publiée en grande partie à 1 Lille . Louis-Xavier Eyma (1816-1876), né en Martinique, fait ses études en France et écrit pour plusieurs journaux. Il voyage beaucoup (notamment entre les Antilles, les États-Unis et la 2 France) et produit une œuvre importante et populaire. Paul Féval (1816-1887) est un romancier et dramaturge extrêmement prolifique dont les œuvres connaissent un succès
1 Voir Bénédicte Monicat,Devoirs d’écriture. Modèles d’histoires pour filles et e littérature féminine auXIXsiècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2019, ch. 2, où l’on trouve une courte analyse de son livreLes Nègres de la Louisiane : scènes américaines, récit épistolaire.2  VoirLes Peaux noiresd’Eyma, présenté par Marie-Christine Rochmann, Paris, L’Harmattan («Autrement Mêmes »), 2012, pour plus de détails biobibliographiques.
ix
1 retentissant et durable auprès du public . Il est pendant un temps président de la Société des Gens de Lettres. Adolphe Granier de Cassagnac (1806-1880), journaliste, fondateur de plusieurs journaux et homme politique, effectue un voyage aux Antilles en 1840-1841 au cours duquel il épouse une riche Créole blanche de la Guadeloupe. Ce voyage formera la base de son livreVoyage aux Antilles françaises.C’est un 2 défenseur de l’esclavage. Contributeur fréquent à laRevue de Toulouseet du Midi de la France, Mathieu Guesde (1814-1867) est né en France, mais vit une bonne partie de sa vie aux Antilles, surtout en Guadeloupe mais aussi à Porto Rico. Jacqueline Picard raconte sa vie en détail au premier tomed’une collection de ses textesqu’elle a 3 récemment éditée . Pauline Guyot (1805-1886),qui signe ses œuvresMme Camille Lebrun, écrit de nombreux articles littéraires, histo-riques, critiques, biographiques (elle collabore auMusée des familles, entre autres) et fonde une revue,Le Miroir de la France, dont elle rédige tous les articles. Ses travaux, pédagogiques et 4 moralisateurs, sont surtout destinés aux enfants et aux femmes . Breton de naissance, voyageur, écrivain, journaliste et illus-trateur, la carrière littéraire de Maximilien-René,dit Max, Radiguet (1816-1899), n’en est qu’à ses débutslorsqu’il publie le texte que nous reproduisons ici. C’est lors d’une escale à Martinique en 1838, en route pour Haïti, qu’il observe la scène 5 qu’il décritdans le texte que nous reprenons ici .
1 Voir Jean-Pierre Galvan,Paul Féval: parcours d’une œuvre, Paris, Les Belles lettres, 2000. 2 r Nouvelle biographie générale, sous la dir. du D Hoefer, Paris, Firmin-Didot frères, 1857, t.21, col.685-687, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63 11498m/f353.item.texteImage 3  Voir Mathieu Guesde,La Vie aux Antilles, t. 1, prés. de Jacqueline Picard, Manioc.org, 2019, http://www.manioc.org/recherch/T19004. 4 r Nouvelle biographie généraleHoefer, Paris, Firmin-Didot, sous la dir. du D frères, 1859, t.30, col.170-171. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63 09246d/f95.item.r=camille%20lebrun. 5 r Nouvelle biographie générale, sous la dir. du D Hoefer, Paris, Firmin-Didot frères, 1862, t.41, col.451 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k629067 9m/ f236.item.r=radiguet
x