Oberkampf

-

Livres
105 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


(Adapté aux lecteurs dyslexiques)


Syanna et MaryEliz ont été choisies pour rejoindre le Nouvel Ordre des Maîtres de la Destinée. Mais avant de pouvoir prendre l’ascendant sur les Androïds Créateurs, un joyau doit encore être attribué : l’œuf noir.


La recherche de ce dernier œuf primitif ne sera d’ailleurs pas la seule quête de Chris et ses amis. Car le pouvoir ultime se renferme dans un autre trésor : la clef des mondes, un bijou convoité depuis plus d’un siècle par Eden Zekis, le fils de l’Inconstant, qui voyage entre les mondes grâce à son train magique Le Myriade d’Étoiles.


Emma, la mystérieuse onironaute capable de transcrire les rêves dans la réalité, sera-t-elle à même d’aider nos héros à suivre la bonne voie ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 8
EAN13 9791034808427
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les Maîtres de la destinée
Jeremy Angelo Napoli Les Maîtres de la destinée ToMe 4 ÔBeRKàMpf Couverture : Maïka Publié dans laCollection Imaginaire
© Evidence Editions 2018 « Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, modifiée par la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011 »septembre 2018
Vous désirez être informé de nos publications. Pour cela il vous suffit de nous adresser un courri er électronique à l’adresse suivante : Email :contact@evidence-editions.com Site internet :www.evidence-boutique.com
Image
Adapté aux lecteurs dyslexiques
Aux onironautes & à tous les rêveurs
Chapitre 1 La clef des mondes CASTING DU CHAPITRE : *EDEN ZEKIS EN MODE « PLUSIEURS VIES POUR UNE SEULE QUÊTE » *ZORDAN ILYUS, STATUT : BIBLIOTHÉCAIRE EN FUITE Mars 1943. Quelque part aux alentours de Paris. La ville était sous les bombes. La plupart des habitants avaient quitté la métropole, fuyant vers la zone libre ou tentant de rejoindre l’Angleterre en gagnant la Normandie ou la Bretagne. La capitale française était totalement sous le contrôle de l’occupant. La Gesta po, aidée par les milices françaises, patrouillait en permanence dans les rues pourtant quasi désertes. L’heure du couvre-feu était passée depuis un bon mo ment déjà. Eden Zekis savait qu’il prenait un risque immense à déambuler à cette heure-là. Il fallait à tout prix qu’il trouve un moyen de fui r avec son précieux sésame. Il n’avait pas envie que l’histoire se répète, tant d’années après. Eden Zekis n’était pas une personne comme les autre s. C’était le premier ls de l’Androïd inconstant, Yuruk Zekis. A lors qu’il n’était encore qu’un enfant d’à peine dix ans, un roi félon , venu d’une planète lointaine, nommée Voloroy, avait voulu lui ôter la vie. Aux yeux de tout le monde, il avait d’ailleurs réussi. Mais personne ne connaissait la vraie nature d’Eden Zekis. Ce dernier avait acquis la fac ulté d’être immortel, comme son illustre père. À une différence près. Qua nd la vie semblait quitter son corps, Eden Zekis était propulsé vers u ne époque ultérieure où il pouvait alors poursuivre son existence comme si de rien n’était. C’était comme ça que le jeune garçon, né en 1878, s ’était retrouvé dans la peau d’un adolescent au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale. Au moment de son « premier trépas », Eden Zekis venait tout juste de localiser un objet précieux que son père recherchait depuis toujours : la clef des mondes. À l’époque, toute la communauté de s Androïds commençait déjà à s’agiter et à se tourmenter à pro pos de l’emploi des Œufs primitifs, joyaux à l’origine de la création d es éléments et de l’univers tel que nous le connaissons. Selon les grimoires conservés par le Gardien des guildes et des cryptes, l’utilisation d e ces puissants trésors
reposait sur la lecture d’un manuel rempli de formu les étranges. Mais, pour certains membres de la communauté, dont Yuruk Zekis, il s’agissait d’un subterfuge. Ce ne pouvait pas être aussi simpl e. Après des recherches assidues, auxquelles avait participé son jeune ls érudit, l’Androïd inconstant avait découvert l’existence an tique d’une clef. L’objet avait une utilité toute simple : ouvrir le double fond du mode d’emploi des Œufs primitifs, enn si l’on pouvait l’appeler ainsi, personne ne savait vraiment comment le nommer. Seule la clef permettait d’en dévoiler le contenu et d’utiliser les œufs pour con trôler les planètes. C’était pour cela qu’elle était appelée ainsi. Comme je le disais précédemment, le jeune Eden Zeki s venait tout juste de localiser l’objet convoité. Il se trouvait dans une bibliothèque de Nancy, en Lorraine. Tous les indices qu’il avait ob tenus concordaient. Alors qu’ils avaient prévu de s’y rendre le lendema in, son père Androïd et lui, le jour funeste d’avril 1887 arriva, réduisant à néant les recherches du jeune homme et plongeant Yuruk Zekis dans une profonde dépression dont il ne se remettrait jamais. Propulsé en 1939, Eden Zekis avait eu du mal à retrouver des repères et à ne pas sombrer dans la folie. Se sentant comme un paria de la société et un hors-la-loi, le garçon était vite dev enu le nouvel Oliver Twist ! Il vivait de petits larcins qui lui permettaient tout juste de subvenir à ses besoins. La guerre l’aidait beaucoup. Souvent , il pillait les commerces et les habitations privées après les bombardements. Eden Zekis prit environ un an pour s’acclimater à sa nouvelle existence. Ensuite, aux alentours de 1940, il se mit à la rech erche de son père, en vain. Il décida alors de reprendre une quête qu’il avait commencée plus de soixante ans auparavant ! Et sur la route, peut- être trouverait-il la trace de l’Androïd inconstant. Empruntant des chemins de traverse et grimpant clandestinement dans quelques trains, Eden parvint à se rendre à Nancy. C’était l’hiver 1941. La neige recouvrait la place S tanislas sur laquelle se trouvait la bibliothèque plusieurs décennies auparavant. Elle existait toujours. La clef des mondes s’y trouvait-elle encore ? Mystère… Quand Eden arriva devant le bâtiment, la déception fut grande. Celui-ci était totalement vide. Mais l’adolescent n’abandonna pas pour autant. Il parvint à se renseigner et apprit que le propriétai re avait fui l’armée allemande et s’était réfugié dans sa famille à Paris. Chemin inverse. Quelques semaines plus tard, Eden était de retour dans la capitale. Retrouver le bibliothécaire ne fut pas chose aisée. Loin de là. Pourtant, il réussit alors que même la Gestapo avai t échoué. Plusieurs mois passèrent, mais, à la n de l’année 1942, Eden parvint à localiser Zordan Ilyus, le bibliothécaire nancéien. Son rôle de comédien démarra alors. Eden se lia d’amitié avec le vieil homme. Il lui rendait visite
quasiment tous les jours. Zordan Ilyus avait l’impression d’avoir le petit-fils qu’il n’avait jamais eu. Il finit même par lui offrir de l’héberger. Eden en apprenait toujours plus sur les connaissances du bibliothécaire et, surtout, sur les objets en sa possession. Jusqu ’à découvrir l’existence de la fameuse clef des mondes. Ilyus ne savait pas à quoi elle pouvait bien servir, mais elle appartenait à sa famille dep uis plusieurs générations, dissimulée dans un exemplaire d’un liv re banal, sans le moindre intérêt. Bien entendu, Eden ne dit pas un m ot sur le fait qu’il connaissait l’existence de cet objet précieux. Nous étions donc arrivés à ce jour de mars 1943. À l’aube de cette journée, l’armée allemande avait pénétré dans les a ppartements d’Ilyus. Eden s’était camoué sur un balcon adjacent. Les mi liciens avaient retourné de fond en comble l’habitation. Ils embarq uèrent le vieux bibliothécaire, les mains liées dans le dos, comme si ce dernier était l’un des plus grands malfaiteurs du pays. Mais, visiblem ent, les soldats n’étaient pas contents. Ils n’avaient pas trouvé ce qu’ils cherchaient. Était-ce la clef qu’Eden cachait à cet instant contre son cœur sous son pardessus anthracite ? Une fois les miliciens partis, Eden avait passé la journée dans les appartements saccagés de son protecteur. Il avait du mal à réaliser ce qui venait d’arriver et ne savait pas trop quoi faire. Le soir, Eden quitta l’immeuble. L’heure du couvre-feu était dépassée. Q uelques minutes seulement après avoir quitté l’appartement, Eden Ze kis était déjà poursuivi par plusieurs miliciens. Eden courrait comme un dératé dans les rues parisiennes. Tout à coup, il s’arrêta net. Il ne sentait plus le cordon attaché à son cou sur lequel se trouvait la clef des mondes. L’avait-il perdue ? Il faisait nuit noire. Pourtant, il parvint à localiser l’objet sur les pavés, quelques mètres seulement derrière lui. Il récupéra la clef, mais il avait perdu un temps précieux. Les miliciens étaient à qu elques mètres de lui seulement. Armés de leurs fusils, ils commençaient à envoyer quelques balles dans la direction de l’adolescent. Par manqu e de chance, la rue qu’avait empruntée Eden était un cul-de-sac. Il se retrouva devant un mur de cinq mètres de haut. Il était fait comme un rat. Une fois encore, il ne pourrait pas s’enfuir avec son trophée. Mais, les soldats ne l’auraient pas davantage. Eden laissa glisser l’objet dans une bou che d’égout juste au moment où ils débarquaient au coin de la rue. Ils n’avaient rien vu de son geste. La clef avait d’ores et déjà été embarquée par les ots boueux et nauséabonds. Par contre, pour Eden, le glas sonnait déjà. Quelques instants plus tard, il allait certainement se révei ller à l’aube du vingt et unième siècle alors que, pour les miliciens, il serait mort…