//img.uscri.be/pth/942c9f50842f4a12a572e7581c68eabfaca369e8
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Proverbes sur le vif

De
174 pages
La richesse du parler africain exprimée au travers des proverbes n'est plus à démontrer. Signes à la fois de sagesse et de finesse d'esprit, ces derniers émaillent les échanges de propos tant dans la vie courante que dans les circonstances les plus solennelles. Les proverbes étant censés puiser leur origine dans des faits réels ou imaginaires du quotidien, l'auteur a placé chacun dans son contexte, ce qui leur donne plus de vie.
Voir plus Voir moins
n’est plus à démontrer. Signes à la fois de sagesse et de Inesse d’esprit, ces derniers émaillent les échanges de propos tant dans la vie courante que dans les circonstances les plus solennelles. Le choix effectué pour ce recueil ne porte que sur une inIme partie des proverbes dont nous avons pu avoir connaissance. L’ouvrage ne se présente pas sous forme de catalogue classant les proverbes suivant tel ou tel critère, ce qui aurait été non seulement dérisoire, mais également fastidieux à lire. Les proverbes étant censés puiser leur origine dans des faits réels ou imaginaires du quotidien, il m’a paru plus intéressant de les placer chacun dans son contexte, ce qui leur donne plus de vie. En outre, aIn d’apporter plus de sel à la lecture, j’ai cru intéressant d’y insérer, sous forme d’encadré, trois histoires drôles parmi les dizaines que les occupants d’une voiture et moi-même avons opté de raconter pour meubler notre voyage entre deux capitales africaines, évitant ainsi d’avoir à casser du sucre sur le dos des absents.
dans le Cercle de Kita. En 1942, il entra à l’école du village qui ne comportait alors qu’une seule
le jeune Bonota fut transféré à l’école régionale de Toukoto, avec d’autres camarades. En 1950,
baccalauréat en 1957, il bénéIcia d’une bourse pour la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de l’Université de Dakar,
l’administration de son pays jusqu’à l’inspection des Finances. En 1982, il rejoindra l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal dont il dirigea les services comptables jusqu’en avril 1996,
Bonota TOURÉ
PROVERBES SUR LE VIF
Recueil de proverbes africains
PROVERBES
SUR LE VIF
BONOTA TOURÉ
PROVERBES
SUR LE VIF
Recueil de proverbes africains
© L'HARM ATTANMALI, 2016 Bamako - Niamakoro www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10073-9 EAN : 9782343100739
PRÉFACE
DansProverbes sur le vif,l’auteur nous propose de partager un choix de proverbes qui expriment la profondeur et la sagesse de la culture malienne, africaine, voire universelle. C’est un recueil de proverbes illustrés, chacun, par une petite histoire qui permet au lecteur de mieux comprendre leur sens, ainsi que le contexte de leur utilisation.
Cette approche originale donne à ce livre toute sa valeur pédagogique.
Pr Aly GUINDO
7
Pourquoi, au passage d’une automobile, l’âne, le chien et la chèvre adoptent des attitudes différentes ?
Un jour, l’âne, la chèvre et le chien empruntèrent la même automobile pour se rendre à une foire. Lorsqu’ils arrivèrent à destination, l’âne paya le prix de transport convenu. Le chien qui, n’ayant pas de petites coupures, sortit un gros billet dont le convoyeur avait de la peine à faire la monnaie. Profitant du fait que ce dernier était occupé à trouver de la monnaie, la chèvre s’éclipsa sans payer son dû. Le convoyeur n’ayant pas trouvé de monnaie garda le gros billet du chien en demandant à celui-ci de repasser récupérer le reste de son argent avant la fin de la foire. Mais quand le chien revint chercher son argent, l’automobiliste, qui avait sans doute fait le plein de passagers, était déjà parti.
C’est pourquoi, lorsqu’une automobile se retrouve en face d’un âne même en plein milieu de la chaussée, celui-ci ne se croit nullement obligé de céder le passage, puisqu’il ne doit rien à l’automobiliste.
 La chèvre par contre, dès qu’elle entend le bruit d’un moteur ou d’un klaxon, détale loin de la route, craignant que l’automobiliste ne lui réclame sa dette de transport.
Quant au chien, c’est par des aboiements qu’il accueille le passage de l’automobile, se lançant parfois même à la poursuite de celle-ci pour réclamer sa monnaie.
9