Retour au centre de moi-même : le mouvement de la tspi

Retour au centre de moi-même : le mouvement de la tspi

-

Livres
166 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Avancer réellement veut toujours dire se rapprocher de soi-même. Psychothérapeute et psychopédagogue, Alexandra Caymmi travaille sur l’évolution personnelle grâce à la méthode originale qu’elle a développée ces dernières années, la thérapie systémique phénoménologique intégrative (TSPI), qui trouve ses origines dans la méthode des constellations familiales créée par Bert Hellinger. Elle y a intégré la thérapie des traumatismes, le chant et la musicothérapie, les sons et les mouvements chamaniques.
Sa méthode libère ainsi les blocages créés par certains traumatismes, afin de dépasser nos résistances et de rétablir un équilibre. L’auteur nous livre, à travers des exemples pratiques, le fruit de nombreuses années de travail thérapeutique individuel et en groupe.
Alexandra Caymmi a étudié la psychopédagogie au Venezuela, puis la psychothérapie en Suisse. Elle a travaillé avec des enfants adoptés et écrit un livre sur les troubles de l’attachement : L’enfant blessé, l’enfant qui blesse.
Elle travaille en Suisse en cabinet privé, et, après plus de dix ans de pratique de sa méthode, anime des formations et des stages en Suisse, au Brésil, au Mexique et au Portugal.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 juin 2016
Nombre de lectures 3
EAN13 9782310029278
Langue Français
Signaler un abus
Alexandra Caymmi
Retour au centre de moi-même
Le mouvement de la TSPI
Essai
Éditions Amalthée
Consultez notre site internet
© Éditions Amalthée, 2016 Pour tout contact: Éditions Amalthée – 2 rue Crucy – 44005 Nantes Cedex 1 www.editions-amalthee.com
REMERCIEMENTS
ans ce livre,Retour au centre de moi-même – Le mouvement de la T SPI, j’aimerais Dqui m’a Dermis de trouver montout d’abord remercier la vie qui m’a accueillie et chemin en me raDDrochant au fil des années de Dlus en Dlus de moi-même. Ensuite mes grands-Darents maternels qui m’ont élev ée Dendant les seDt Dremières années de ma vie, qui m’aimaient et que j’aimais Dr ofondément. Ma maman Dour m’avoir fait confiance. Par la suite, il y a eu de nombreus es Dersonnes et situations qui m’ont aidée à me retrouver et à trouver qui je suis vraim ent. MERCIit confiance, de m’avoirvous tous. Merci de m’avoir aimée, de m’avoir fa  à accomDagnée, de m’avoir testée, de m’avoir défiée, de m’avoir rendu la vie difficile. Tout ceci était imDortant Dour moi. MERCIs élèves, mes clients beaucouD à mon comDagnon, ma famille, mes amis, me et tous ceux et celles qui ont directement collabor é et DarticiDé Dour que ce livre Duisse être Dublié, tous ceux qui y ont contribué de Drès ou de loin et qui se reconnaîtront.
BIOGRAPHIE
on itinéraire de vie, caractérisé par mon vécu, a d onné les nuances qui Mcorrespondent à ma vérité, que je vais vous présenter dans ce livre. Quand on parle de biographie, on aborde généralemen t la naissance… Mais quand naît-on? Une évidence est devenue indiscutable pour moi: beaucoup de gens sont sur terre, apparemment vivants, mais sont en réalité plutôt de s morts-vivants, étant donné qu’ils ne sont pas encore vraiment nés. On peut donc être là, être né sans vraiment être né. Pour vraiment naître, on a besoin de venir au monde phys iquement et énergétiquement. Je développerai ces aspects dans certains chapitres de mon livre. En ce qui me concerne, je suis née physiquement le 18 mars 2014 à Itacaré (Bahía, Brésil) et énergétiquement le dimanche de Pâques de 2015 à Sévaz (Suisse). La vie m’a donné deux merveilleux enfants, Ana et L eonardo, qui ont été pendant longtemps mes prolongations (comme tous les enfants sont les prolongations de leurs parents). Pour qu’ils deviennent autonomes, il a fa llu que je règle tout ce que j’avais à solutionner pour moi, afin de leur permettre de dev enir mes frères et sœurs. Une fois qu’on a tout réglé, nos enfants deviennent indépendants, ils sortent du rôle des prolongations, rôle dans lequel ils étaient cap tifs. Je chemine avec mon compagnon Christophe, homme ext raordinairement conscient et éveillé. Grâce à notre lien du cœur, j’ai expérimen té des pas de géant sur ma trajectoire de vie. J’ai des amis avec lesquels je vis plein de belles choses, chacun a une place dans mon cœur. J’ai tant de frères et de sœurs que c’est impossible de les compter et j’ai envie de partager le bonheur avec eux. Mes parents biologiques m’ont transmis la vie et m’ ont donné tout ce qu’ils ont pu, tout en dysfonctionnant assez pour que j’aie à cœur de m ’équilibrer à l’intérieur de moi, ce qui m’a amenée à devenir thérapeute, pour pouvoir ainsi m’aider et aider les autres. Après mes études au Venezuela et en Suisse, j’ai dé veloppé ma pratique et exerce actuellement en cabinet privé à Sévaz (FR, Suisse). Je suis psychothérapeute, fondatrice, formatrice et praticienne de la TSPI (t hérapie systém ique phénoménologique intégrative). Je travaille et donne des formations en Suisse, au Brésil, au Portugal et au Mexique.
1. INTRODUCTION
n novembre 2005, le livreL’enfant blessé – l’enfant qui blesse que j’avais écrit en E1999 a été édité au Brésil. J’ai eu la chance de tr availler pendant plusieurs années avec des enfants, des adolescents et des adultes pr ésentant des troubles de l’attachement (thème du livre susmentionné). Cela m ’a permis de développer des interventions utiles pour cette population. J’ai eu le grand privilège de « ramener » le livre au Brésil, un retour aux origines, étant donné que le thème des troubles de l’attachement a été très présent du côté brésilien de ma famille. La publication du livre au Brésil est la fin d’une période de ma vie et le passage vers une autre. Retour au centre de moi-même,dans un premier temps un abordage spirituel  évoque mais autant la spiritualité, la psychothérapie, que la science montrent un mouvement similaire allant dans ce même sens du « retour vers le Un ». Tous ces courants qui pendant des années, voire des siècles, se sont de p lus en plus séparés sont en train de se rapprocher. La séparation institutionnelle entre la science et la spiritualité a commencé en e Occident, au XVII siècle, quand le philosophe René Descartes a divisé la réalité en mental (domaine de la religion) et matière (domaine de la science). Entre-temps, le e paradigme séparatiste de la science […], a donné lieu, au XX siècle, […] à la physique quantique. Une nouvelle conception a ouvert une fenêtre dans le mur […] qui séparait la science de la spiritualité. […] Le mot quantum signifie quantité discrète. […] La physique quantique a besoin d’un observateur, d’une conscience pour la compléter. […] C’est de cette manière que s’ouvre la fenêtre visionnaire, l’opportunité d’introduire dans la science l’idée de la conscience comme fondement de tout l’être, et de la considérer comme la base métaphysique d’un nouveau paradigme scientifique – celui d’une science à l’intérieur de la conscience. […] La conscience est la base de l’Être et la source de la création. Tout ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous touchons, ce que nous savourons, et ce que nous sentons est un flux spontané qui émane de la source. […] Toutes les traditions spirituelles affirment leurs croyances en une causalité descendante: d’abord il y avait l’Unité, ou la conscience universelle, qui s’est divisée en monde intérieur et, à son image, extérieur. […] Si la science prenait en compte ses propres découvertes expérimentales, elle devrait abandonner le matérialisme choquant, et si l’Église lâchait ses mythes, Dieu serait accessible à tous. […] Dans l’Unité, il y a de la place pour toutes les diversités. […] La recherche spirituelle procure le bonheur au-delà de la discorde, c’est une investigation de la conscience. Comme la spiritualité exige que la conscience prenne un rôle fondamental, c’est difficile, voire impossible de trouver une place pour la spiritualité dans une science objective et matérialiste. […] La conscience a un rôle décisif dans la configuration de la réalité, la spiritualité peut, pour autant, être réconciliée avec la science. » [traduction libre] (GOSWAMI,Ā janela visionária: um guia para a iluminaçao por um fisico quântico,Cultrix, 2006, p.11-20). Suite à ces nouvelles découvertes, il me semble imp ortant de considérer que la vision thérapeutique doit être élargie. Nous ne pouvons pl us limiter notre monde psychique uniquement à ce que nous avons vécu personnellement à partir de la naissance. Il est important d’y inclure également la conception, la v ie intra-utérine, la naissance et l’aspect systémique, c’est-à-dire l’histoire et les répétiti ons au niveau de la famille, du pays, voire de l’humanité. C’est seulement en incluant tous ces aspects que la véritable guérison peut avoir lieu. Tout ce qui s’est passé qui n’a pa s été résolu reste d’une certaine
manière inscrit en nous. Je ne parle pas seulement de ce que nous avons vécu, mais également de ce qui a été vécu dans les générations antérieures. Exemple: 1 Elena B. vient de perdre son troisième mari qui, à l’âge de 49 ans, est mort d’un cancer de l’estomac. Son premier mari s’est suicidé et le deuxième, quant à lui, est décédé dans un accident de la circulation après la naissance de leur premier fils. Après avoir commencé un traitement psychothérapeutique av ec moi, Elena a fait quelques recherches dans son histoire familiale et a appris que la sœur de sa grand-mère a également perdu trois hommes dans sa vie. En premie r, son fiancé, mort dans un accident de circulation, ensuite son premier époux, mort d’un cancer des poumons, et son deuxième mari, mort d’un infarctus. Le deuxième mari de la sœur de sa grand-mère est également mort à l’âge de 49 ans. Nous pouvons fréquemment nous rendre compte que bea ucoup de traumatismes que nous avons subis sont déjà des répétitions d’événem ents qui ont été éprouvés par des membres des générations précédentes. Dans certaines situations, nous avons des informations, ou alors nous pouvons les trouver dan s notre système familial. Il y a beaucoup d’autres situations pour lesquelles nous n ’avons pas les informations concernant les traumatismes qui se sont passés dans notre famille, surtout quand il s’agit de générations bien antérieures. Habituellement nou s ne nous souvenons pas de tout ce qui s’est passé dans notre vie, par exemple dans la vie intra-utérine. Ce qui est important dans la résolution des traumatismes est d’amener ce qui est dans notre inconscient à la conscience pour pouvoir ensuite le sentir et le lib érer. Les constellations sont un moyen d’amener ces événements de l’inconscience à la cons cience. Les trois noms que j’utiliserai dans ce livre sont les constellations systémiques, les constellations familiales et la thérapie systémique phénoménologique. La « th érapie systémique phénoménologique intégrative » (TSPI) est plus spéc ifiquement ma manière de travailler, étant donné que j’y ai inclus des méthodes qui me s ont propres, liées à mon parcours professionnel et personnel.
2. LA THÉRAPIE SYSTÉMIQUE PHÉNOMÉNOLOGIQUE
ette thérapie a été développée par le psychothérape ute allemand Bert Hellinger. Sa Cmanière de travailler est phénoménologique par exce llence, étant donné qu’il ne s’appuie que sur l’expérience et l’observation de c e qui se présente sur le moment. Il y a eu plusieurs influences décisives dans l’évolution de son travail. Tout d’abord ses parents qui avaient une foi hors du commun et qui l e protégeaient contre le national-socialisme. Il a vécu les réalités de la guerre et de la défaite. Ensuite, les seize ans qu’il a passés comme missionnaire en Afrique du Sud ont é galement marqué son travail thérapeutique ultérieur. Après vingt-cinq ans de se rvices, il a quitté l’ordre, est rentré en Allemagne et s’est marié. La psychanalyse, la théra pie primale de Janov, la thérapie Gestalt, l’analyse transactionnelle, la thérapie fa miliale et la programmation neuro-linguistique ont, entre autres, influencé son travail.
2.1. L’approche systémique phénoménologique
Les constellations familiales et/ou systémiques dév eloppées par Bert Hellinger sont également connues sous le nom d’« approche systémiq ue phénoménologique ». Dans cette approche, plusieurs aspects sont extrêmement importants, quelques-uns d’entre eux sont présentés ci-après.
2.2. L’attitude phénoménologique (du thérapeute)
L’attitude du thérapeute est extrêmement importante pour le succès du travail. Avant tout, il est fondamental d’observer ce qui se prése nte sur le moment, laissant de côté des hypothèses et des théories possibles. Il est égalem ent primordial de ne pas vouloir suivre des hypothèses ou atteindre un objectif, pour être ouvert à ce qui se présente. L’attitude phénoménologique est une attitude d’ouverture, dans le sens d’être libre de concepts et de définitions prédéterminés, pour vraiment compren dre ce qui se montre. D’après Masini (1989), la phénoménologie essaie de redéfini r ce qui est établi comme critère de certitude et, à travers cela, questionner ses fonde ments. [traduction libre] 1989, apud COL T RO,A fenomenologia: um enfoque metodológico para além da modernidade, Caderno de Pesquisas Em Administração, 2000, p. 38). Husserl a affirmé que « si une connaissance positiv e est comprise comme absolument dispensée de pré-jugements et basée exclusivement s ur la méthode phénoménologique, c’est cette méthode qui est la seule strictement sc ientifique et positive. » [traduction libre] (1980, apud ASTI-VERA apud COLTRO, ibidem, p. 38).
2.3. L’approche systémique
Le modèle systémique considère les individus dans l eur environnement et s’intéresse aux influences réciproques des uns par rapport aux autres. Les souffrances psychiques de la personne sont considérées dans leur contexte et en relation avec les comportements et les attentes de chacun. Par conséq uent, l’approche psychothérapeutique systémique cherchera à agir tan t sur l’individu que sur son contexte relationnel.
2.4.Ledéveloppementdesconstellationssystémique s
2.4. Le développement des constellations systémique s pendant ces dernières années
En 1999, quand j’ai fait ma formation en constellat ions familiales, nous choisissions parmi les participants des représentants qui devaie nt prendre la place des membres, soit de la famille d’origine, soit de la famille actuell e du client. Ensuite, nous les placions les uns par rapport aux autres. Puis, le facilitateur d emandait aux représentants comment ils se sentaient. Chacun exprimait son ressenti et, sur cette base, il changeait l’un ou l’autre de place et rajoutait d’éventuelles personnes manqu antes. Quand tout le monde se sentait bien à sa place, la solution était trouvée et nous arrêtions la constellation. Il s’agissait de constellations plutôt statiques, dans lesquelles les représentants ne pouvaient pas s’exprimer, ni suivre librement leurs impulsions physiques. Ces constellations permettaient toutefois de percevoir l’importance de l’ordre et de la place de chacun dans les relations humaines et familiales. P our mieux expliquer ceci, j’aimerais parler des « ordres de l’amour » selon Bert Helling er.
2.5. Les ordres de l’amour
L’amour se présente dans nos relations quand le lie n, l’équilibre entre donner et recevoir, et le bon ordre sont garantis. Le lien: Appartenir à notre famille est un besoin élémentaire. Cette union est notre désir le plus profond. Le besoin de faire partie de la famille est même plus important que le fait de survivre. Cela veut dire que nous sommes disposés à sacrifier notre vie pour couvrir le besoin d’appartenance. La reconnaissance des conséquences transcendantales de ce besoin nous permet de comprendre que, du fait de cette exigence qui vient du lien, nous sommes disposés à tomber malades, à souffrir d’un handicap, à mourir d’une manière étrange ou à donner notre vie à la place de quelqu’un d’autre de notre famille. Il y a des manières de changer ce destin, de trouver la force pour résoudre ce lien à un niveau plus élevé, ce qui nous libère, nous, aussi bien que notre famille. » [traduction libre] (HELLINGER,La Sanación: Un manifesto para la salud y la vida en el siglo XXXI,Centro Universitario Doctor Emilio Cárdenas2011). Exemple: Samir a 11 ans. Je l’ai connu quand il avait 8 ans et tout allait bien. Quand Samir avait environ 9 ans, sa maman a développé une maladie aut o-immune. Quelques mois plus tard, le garçon a commencé à s’agresser lui-même, d e manière de plus en plus importante (chutes, fractures de plusieurs membres de son corps, en plus de se taper avec la tête par terre quand il était fâché), jusqu ’au moment où il a dû être hospitalisé suite à un accidentttention, devant une: il s’était « jeté », selon ses mots, sans faire a voiture. Suite à cet accident, j’ai reçu sa maman e n thérapie pendant trois mois et son état de santé s’est considérablement amélioré. Cons équence de cette amélioration, Samir n’a plus eu de comportements auto-agressifs. Dans plusieurs de ses publications – commeLes ordres de l’amour(2003) etLa guéris on'équilibre entre donner et(2011) –, Bert Hellinger parle de l’importance de l recevoir, le bon ordre, le droit de participation, la hiérarchie dans les relations humaines, l’acceptation de l'ordre de priorité entre les syst èmes et la soumission aux limites du temps: