//img.uscri.be/pth/8a27433f8105cf1a4a3780f961ba2d9fca05652d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un voyage en France

De
89 pages
Un voyage en France est un recueil de neuf nouvelles à travers lesquelles l'auteur nous raconte les aventures et mésaventures d'immigrés congolais en France qui étaient venus y chercher une vie meilleure. Certains de ces nouveaux arrivants sont prêts à tout pour obtenir des papiers permanents, quand d'autres s'entraident et se soutiennent.
Voir plus Voir moins
Christian L K
L K Un voyage Christian en France
Nouvelles
Un voyage en France
Christian L
OUHOUKINSANGOUUn voyage en France Nouvelles
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10616-8 EAN : 9782343106168
Je dédie ce livre à :
- mon père Lambert LOUHOU MASSENGO, - ma mère Angèle SALABANDJI - mes frères et sœurs : Aimée Corinne LOUHOU, Fortuné LOUHOU, Donia LOUHOU, Témar Valéry LOUHOU, Bienvenu LOUHOU et Gabriel LOUHOU
UN VOYAGE EN FRANCE Après mon baccalauréat général obtenu dans un lycée de Brazzaville en 1998, je devrais poursuivre mes études à l’Université de Brazzaville où trois ans après je devrais obtenir la licence en sciences et techniques de communication. Mais ce projet fut mis entre parenthèses à cause de la guerre civile qui éclata dans la ville. En effet, vers la fin de décembre 1998, une incursion d’un groupe de rebelles dans Brazzaville déclencha la troisième guerre civile de la décennie 90, qui opposa les rebelles à l’armée régulière. Face à ce chaos, je réussis à quitter Brazzaville avec mes parents, mes frères et sœurs pour nous réfugier très loin de la ville, dans un petit village où habitait mon père. Celui-ci était situé dans le département du Pool, au sud-est du Congo-Brazzaville. Je ne pouvais réaliser combien ce fut difficile et pénible de parcourir de centaines de kilomètres à pied pour être à l’abri de violents combats qui opposaient pendant des mois les deux factions belligérantes. Dans ce coin perdu du département du Pool, Nganga-Kobo était un petit village de quelques personnes. Cette bourgade était dépourvue d’électricité et d’eau potable du robinet. Pour s’éclairer la nuit, les habitants utilisaient des lampes-tempêtes ou des bougies. Pour boire, faire la cuisine, ils s’approvisionnaient en eau de source qui, malgré tout, était de bonne qualité. Durant des semaines, je trouvais la vie monotone et m’ennuyais. Il n’y avait pas de loisirs significatifs si ce n’était s’adonner à la pêche sur une petite rivière qui bordait le village, avec des amis et des cousins.
7