La fiancée des corbeaux

La fiancée des corbeaux

-

Français
186 pages

Description

'Je n'ai jamais vu autant de corbeaux qu'autour d'Isabelle. Dès l'aube ils noircissent les trois grands chênes qui dominent sa maison. Ils restent là des jours à observer ses gestes, ses pas, la douceur de sa vie. Je suis comme eux, je les comprends.'
René Frégni marche chaque jour sur des chemins où ses filles ont couru, grandi, avant de partir vivre leur vie. Seul désormais, il sillonne inlassablement une Provence brûlée par l'été et le gel. Dans un décor âpre et sauvage, il croise d'étranges silhouettes ; un vieil homme sans mémoire regarde comme des fantômes les arbres qu'il a plantés, un truand qui a passé vingt-sept ans dans l'ombre des prisons lui raconte les lambeaux solitaires et violents de sa vie, une femme d'une mystérieuse douceur traverse des champs de neige suivie, de loin en loin, par un nuage de corbeaux.
Comme une suite à Elle danse dans le noir, ce journal est un chant d'amour qui monte des vastes déserts de pierre et de lavande que l'on découvre dès que l'on quitte Banon, Manosque ou Moustiers-Sainte-Marie, un chant mélancolique et lumineux ; un voyage parfois cruel vers la tendresse et la beauté.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 septembre 2012
Nombre de lectures 31
EAN13 9782072471582
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
C O L L E C T I O N
F O L I O
René Frégni
La fiancée des corbeaux
Gallimard
© Éditions Gallimard, 2011.
Né le 8 juillet 1947 à Marseille, René Frégni a déserté l'armée après de brèves études et vécu pendant cinq ans à l'étranger sous une fausse identité. De retour en France, il a travaillé durant sept ans comme infirmier dans un hôpital psychiatrique avant de faire du caféthéâtre et d'exercer divers métiers pour survivre et écrire. Depuis plusieurs années, il anime des ateliers d'écriture dans la prison d'AixenProvence et celle des Baumettes. Il a reçu en 1989 le prix Populiste pour son romanLes chemins o noirs(Folio n 2361), le prix spécial du jury du Levant et le prix o Cino del Duca en 1992 pourLes nuits d'Alice(Folio n 2624), le prix Paul Léautaud pourElle danse dans le noiren 1998, le prix Antigone pourOn ne s'endort jamais seulen 2001, et le prix Nice Baie des Anges pourTu tomberas avec la nuiten 2008.
Pour Lili qui est parti planter des arbres dans les nuages
« L'amour est une main douce qui écarte lentement le destin. »
S I E G F R I E D S I W E R T Z
« Le soleil n'est jamais aussi beau qu'un jour où l'on se met en route. »
J E A N G I O N O
«Ta beauté est une souffrance, dit Louis à Marion. Hier, tu disais que c'était une joie. C'est une joie et une souffrance. »
La sirène du Mississippi F R A N Ç O I S T R U F F A U T