La petite miraculée

La petite miraculée

-

Français
268 pages

Description

Ce récit évoque les injustices dont l'auteure a été victime pendant son enfance, lui confèrant le statut de femme forte, mais aussi une fonction de consolatrice des offensés. Il ouvre les voies à la promotion d'une éducation familiale cadrée par la dénonciation des abus dont souffrent les femmes, les enfants et les minoritaires : discrimination, sectarisme, viol, envoûtement. Un récit empreint de valeurs humaines et spirituelles dont on ne saurait se passer pour obtenir une éducation aux bases saines et solides. En partageant un martyre d'enfance, l'auteure contribue à la construction d'un monde acceptable, meilleur, un monde où l'amour prime sur l'exclusion, la maltraitance et le harcèlement.


Découvrez toute la collection Harmattan Cameroun !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 novembre 2019
Nombre de lectures 10
EAN13 9782140135651
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
,
EstherBILOUNGA
LA PETITE MIRACULÉE R é c i t
Préface d’Albert Roger Milla
La petite miraculée
Esther BILOUNGALa petite miraculéeRécitPréface d’Albert Roger Milla
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-18710-5 EAN : 9782343187105
Dédicace
À toutes les mamans, particulièrement à veuve Mvoulé Thérèse qui m’a mise au monde, m’a tant aimée et qui depuis bientôt quatre ans, a perdu la vue du fait des maltraitances subies dans sa vie conjugale. Mon autobiographie vise à lui faire recouvrer une nouvelle vue.
Remerciements
Au moment où je publie mon autobiographie, je remerciel’État camerounaiset précisément les ministères de la Promotion de la Femme et de la Famille, de l’Éducation de base et des Arts et de la Culture.
Sur le plan social, je remercie chaleureusement la première Dame du Cameroun, Madame Chantal Biya, fondatrice des Synergies africaines, pour ses œuvres humanitaires à l’endroit des enfants et des populations défavorisées en l’occurrence les pygmées.
Je tiens également à remercier son Excellence Monsieur Martin Mbarga Nguele qui par sa disponibilité et son grand cœur à l’égard des nécessiteux, a répondu avec amour et dévouement à mon cri de détresse. Toutes choses qui m’ont permis de concrétiser cet opuscule.
Mon coup de cœur est aussi tourné vers l’honorable Monsieur Théophile Baoro pour son soutien lors de ces travaux, un merci chaleureux à votre égard.
Entre autres, je n’oublierai pas de mentionner mes très chers frères Aristide Victor Mimbang et Ismaël Igor Yawan Patang pour leur appui à l’achèvement de ce travail.
Sur le plan sportif, je remercie de tout cœur son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Roger Milla, icône du football du vingtième siècle en Afrique, de même que Samuel Eto’o Fils, notre légendaire international de ce
vingt-et-unième siècle, pour toute l’attention et l’encadrement sans précédent qu’il consacre à la jeunesse de tous les pôles. Leurs apports moral et matériel dans leurs centres académiques promeuvent un brillant avenir au continent.
Un merci à Monsieur Etong Fridolin, mon maître du CM1, pour sa conscience professionnelle dans la transmission des connaissances à ses élèves dont j’ai fait partie.
Mes sincères remerciements à Monsieur Ondoa Ze qui m’a beaucoup soutenue dans les moments les plus difficiles de ma vie.
Dans le cadre familial, mes remerciements vont auprès de mes frères et sœurs trépassés en l’occurrence mon grand-frère Mpouam Valentin qui, de son vivant, ne supportait pas de me voir trimer. À tous, paix à leurs âmes.
Je dis merci à mon fils Mpouam Aristide pour son empressement à obtenir ces écrits. Un merci à ma fille Endomba Ngo’o Sandrine, à ma fille adoptive Akamba Appolonie. C’est la même sensibilité que j’éprouve pour ma petite nièce Damessek Évodie. Tous m’ont grandement encouragée dans cette initiative ambitieuse. Mes remerciements vont aussi à mes petits-enfants : Abomo, Ntongo J., Ndongo, Nkouam M., Junior pour toute leur chaleur candide ô combien réconfortante.
Je dois une reconnaissance spéciale à mes voisins et voisines particulièrement à Ngo Youmba Monique, Tang Ngoa Albert. Votre impatience de voir la première parution de mes écrits a renforcé mon engagement et ma détermination.
8
Globalement, il me revient d’exprimer ma reconnaissance à toutes les Organisations non gouvernementales (ONG) qui œuvrent d’arrache-pied pour les droits égalitaires de la personne. Je ne saurais oublier de remercier tous mes lecteurs. Comme toute œuvre humaine n’est jamais parfaite, je prie ceux dont mes observations exposent à quelques ressentiments de bien vouloir les pardonner et de prendre sous leur protection ce modeste travail. Je tends à tous une main solidaire pour la continuité et le renforcement de la protection contre l’extinction des minoritaires et des moins privilégiés en société, soient-ils Asiatiques, Américains, Européens ou Africains. Nombreux sont ceux qui directement ou indirectement m’ont apporté leur contribution. Il me revient d’adresser mes chaleureux et vifs remerciements à tous ceux-là.
9