"Le Caïman" s'est tu pour de bon

-

Français
180 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il était une fois dans l'Histoire de la République de Guinée et du pays Kouranko, un de ces hommes dont le destin romanesque épouse celui d'une terre et d'un peuple. Diomba Mara dit le Caïman fut successivement tirailleur sénégalais dans l'armée coloniale française puis garde républicain de Guinée à l'indépendance, héros militaire mais aussi homme influent et respecté, détenteur de pouvoirs mystiques et guérisseurs. Ce livre lève le voile sur les deux vies, militaire et civile, de cet homme, dont la mort émut très fortement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2016
Nombre de lectures 22
EAN13 9782140000447
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ara
Facély II M
Facély II Mara
« Le Caïman » s’est tu pour de bon
L’histoire de Diomba Mara
L’histoire de Diomba Mara
« Le Caïman » s’est tu pour de bon
Facély II MARA
« Le Caïman » s’est tu pour de bon
L’histoire de Diomba Mara
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07778-9 EAN : 9782343077789
REMERCIEMENTS
Que reçoivent, du fond de mon cœur, mes profonds remer-ciements les personnes ci-dessous nommées : Mme Aminata Kamissoko, la charmante griotte Kou-ranko, pour m’avoir chanté gratuitement, sans que je ne débourse un centime, dans son célébrissime morceau, « Kourankoya », et avoir fait en sorte que le nom de mon père ait encore pu défier le temps ; Mes enfants, qui m’ont encouragé, après en avoir lu le « Sommaire » et l’« Avertissement », à poursuivre« la rédaction du livre sur notre grand-père que nous n’avons pas connu assez » Mon épouse, Hadja Mariama Ciré Kéïta, qui a soutenu l’initiative, m’aidé à rassembler des faits et souvenirs concernant mon père qu’elle a connu de près, lu le manuscrit et apporté ses bienfaisantes critiques Toutes celles et tous ceux qui, sans être des membres de la famille nucléaire de Diomba Mara, m’ont fait parvenir par émail et/ou par SMS des messages de soutien et d’encouragement tout en bénissant l’ouvrage. Vous êtes si nombreux…
DÉDICACE
Je dédie ce livre : A toute sa progéniture, tant du côté féminin que du côté masculin, afin que la flamme de valeurs allumées par lui tout au long de sa saine vie ne s’éteigne jamais en elle ; A tous mes parents kourankos qui continuent encore de l’avoir dans leur cœur et qui, pour ce faire, ensemencent son nom afin que le temps lui soit irrésistible A tous les enfants du NIAMAMANDOU dont il vantait constamment les puissances visibles et occultes de ses neuf villages (Douya, Facélia, Férédou, Lèro, Maka, Niankoya, Séradou, Silatia, Yardou) A toutes et tous les MARA ou qu’elles/qu’ils se trouvent A mon épouse, Hadja Mariama Ciré Kéïta, qui sut l’accompagner, tout comme elle sut accompagner ma mère et ma petite sœur Odia, dans ses derniers moments à Conakry au point qu’il nous bénira, elle et moi, avant de fermer ses yeux rouges pour de bon A tous les signataires des appréciations de sa conduite, de ses capacités et valeurs contenues dans ses deux Livrets, militaire et Garde de cercle, qu’ils soient colons blancs ou qu’ils soient ses compatriotes A tous ceux qui ont connu, dans leur chaire, sa rigueur dans l’application des ordres reçus et qui l’en voudraient encore Enfin, à toutes celles et tous ceux qui ont entendu parler de lui, mais qui ne l’ont pas vu physiquement