Lettres choisies

Lettres choisies

-

Livres
96 pages

Description

Comment le pont d’Avignon s’est-il effondré ? Pourquoi le grand cuisinier Vatel s’est-il suicidé ? Quelle est donc la chose la plus « étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse » que vient mander Madame de Sévigné à sa fille ?
Tour à tour indignée, émerveillée, inquiète, spirituelle, ironique, elle dresse de la vie à la cour du Roi Soleil un tableau vivant et passionné. Grâces, disgrâces, menus incidents et faits majeurs défilent sous la plume, piquante et tendre, de l’épistolière.
Ces lettres, publiées après sa mort, offrent un exemple original du genre épistolaire grâce à leur style naturel et à la variété des sujets.
Couverture : Le roi Louis XIV recevant le serment du marquis de Dangeau, grand maître des ordres réunis de Notre Dame du Mont Carmel et de Saint Lazare, dans la chapelle du château de Versailles, le 18 décembre 1695, détail de la peinture d’Antoine Pezey, 1695, Versailles, musée du Château © DeAgostini / Leemage
© E.J.L., 2014, pour l’introduction, la sélection des textes et le supplément

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 juin 2014
Nombre de lectures 169
EAN13 9782290090336
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Lettres choisies
DANSLAMÊMECOLLECTION(EXTRAIT)
La Princesse de Montpensier, Librio n° 1040 Trois chroniques scandaleuses, Librio n° 1046 Les Révoltés de la Bounty, Librio n° 1054 Gabriel Lambert, le bagnard de l’Opéra, Librio n° 1055 La Fille aux yeux d’or, Librio n° 1056 L’Homme qui voulut être roi, Librio n° 1057 La Femme abandonnée, Librio n° 1058 Le Tour du monde en 80 jours, Librio n° 1059 Le Vigneron dans sa vigne, Librio n° 1060 MaudEvelyn, Librio n° 1061 Contes des mille et un matins, Librio n° 1062 Voyage au pays des Houyhnhnms, Librio n° 1063 Vanina Vanini, Librio n° 1070 La Reine des neiges, Librio n° 1089 La Belle et la Bête, Librio n° 1090
Madame de Sévigné
Lettres choisies
« J’écrirais jusqu’à demain, mes pensées, ma plume, mon encre, tout vole ! »
Anthologie réalisée par Peggy François
© E.J.L., 2014, pour l’introduction, la sélection des textes et le supplément
Sommaire
Introduction.......................................................................
15 mars 1648 – Le début d’une longue correspondance...........
17 novembre 1664 – Le procès de Foucquet............................
er 1 décembre 1664 – Le madrigal du roi..................................
15 décembre 1670 – La « chose la plus étonnante »: le mariage de Lauzun et de la Grande Mademoiselle...............
6 février 1671 – La première lettre de Mme de Sévigné à sa fille.............................................................................
9 février 1671 – « Ma bonne »...............................................
11 février 1671 – Les caprices de la mode: le chocolat.............
3 mars 1671 – Un amour maternel excessif.............................
4 mars 1671 – L’incident du Rhône........................................
8 avril 1671 – Mme de Sévigné dans son rôle de grandmère.....................................................................
8, 15 et 27 avril 1671 – Les relations amoureuses de son fils Charles...............................................................
24 et 26 avril 1671 – Le suicide de Vatel.................................
6 mai 1671 – Le voyage de Mme de Grignan à Marseille..........
13 mai 1671 – Marseille et les galères....................................
22 juillet 1671 – Deux narrations d’un même événement.........
21 octobre et 29 novembre 1671 – La grossesse de Mme de Grignan..............................................................
7
9
10
14
15
17
19
22
25
28
30
35
36
40
46
48
52
23 décembre 1671 – Pourquoi le mariage de Lauzun et de la Grande Mademoiselle n’atil pas eu lieu ?...................
15 janvier 1672 – Mme de Sévigné, critique littéraire..............
5 février 1674 – Le carrosse renversé......................................
2 août 1675 – La mort de Turenne.........................................
28 mai 1676 – La découverte de la douche.............................
17 juillet 1676 – L’exécution de la marquise de Brinvilliers......
22 novembre 1679 – La disgrâce de M. de Pomponne..............
17 mars 1680 – La mort de La Rochefoucauld.........................
21 février 1689 – La première d’Esther,de Racine..................
15 mai 1691 – La défaite des fontanges..................................
Supplément pour étude........................................................
Savoir analyser un tableau ; lexique pour l’étude de l’image....
57
60
62
63
66
68
73
77
78
81
83
93
Introduction
Mme de Sévigné a occupé une place importante dans la société de son temps ; elle fréquentait régulièrement la Cour et était ainsi à la source même des renseignements qu’elle donne dans sesLettres. Elle les écrit au sortir de Versailles, où elle fréquente le Roi, et des salons où elle rencontre les plus grandes dames de son temps. Au salon de Rambouillet, elle fait la connaissance de Mme de La Fayette, passionnée comme elle de littérature. Puis, à la mort de Mme de Rambouillet, Mme de Sévigné et Mme de La Fayette rejoignent le salon de Mlle de Scudéry.
LesLettresMme de Sévigné ont un intérêt à la fois de humain et historique. Elles forment une sorte de gazette de la Cour, de la société. Au jour le jour, nous apprenons comment on vivait à Paris, à la campagne ou à Marseille (les galères), quels étaient les sujets de conversation (la mode, les fontanges, la découverte de la douche, le chocolat), comment on jugeait les nouveaux livres et spectacles (la première représentationd’Esther), comment on voyageait et se déplaçait (le carrosse ren versé, l’incident sur le Rhône, les difficultés de la Poste), comment se préparait un mariage (le mariage de Lauzun et de la Grande Mademoiselle), se perdait un procès (le procès de Foucquet), ce qu’était un salon… Ces lettres servent donc à compléter l’his toire. Ainsi, la marquise donne des détails précis sur le procès de Foucquet, sur le mariage de la Grande Mademoiselle, sur la mort de Turenne, sur la disgrâce de Pomponne, sur la mort de Condé, sur celle de Louvois… Mais elle ne peint le monde que pour en rendre compte à sa fille, Mme de Grignan: «J’admire quelquefois les riens que ma plume veut dire: je ne la contrains point. Je suis bien heu reuse que de tels fagotages vous plaisent […] » (4 mars 1672).
7
On recense aujourd’hui 1 120 lettres de Mme de Sévigné, dont 764 à sa fille Mme de Grignan, 126 à son cousin Bussy, et 220 lettres adressées à vingtneuf autres destinataires. Seules les lettres de la marquise ont été conservées, les réponses de sa famille ont été détruites par sa petitefille, ce qui donne l’impres sion d’un monologue et nous prive de la dimension du dialogue. Aucune des lettres de la marquise ne fut publiée de son vivant.
2. Les différents plans Les plans correspondent aux dimensions du sujet à l’inté-rieur du cadre. – Ungros planest un plan où le sujet est vu de très près. Ex. : les natures mortes – Unplan rapproché est un plan qui présente le sujet et une toute petite partie du contexte. Ex. : le portrait – Unplan moyenprésente le sujet et son entourage immé-diat – Unplan général présente le sujet principal dans son entourage plus ou moins proche – Unplan d’ensemble présente un paysage, une foule ou une architecture dans un cadre très large
Les plans sont aussi les différentes parties de l’espace d’un tableau. er – Le1 plancelui qui semble le plus près de notre est regard. d – Le2 planest par définition celui qui se présente derrière er le 1 . – Le dernier plan est appelél’arrièreplan.
3. L’angle de vue Il correspond à la position physique de l’artiste ou du spec-tateur. L’angle de vue estnormal quand on se trouve au même niveau que le sujet. La plongéedonne l’impression de regarder le sujet nous d’en haut. Le sujet est plus bas que le niveau normal de nos yeux. La vue encontreplongéenous place en dessous du sujet. Le sujet est placé plus haut que le niveau normal de nos yeux.
4. La perspective Cette technique permet d’augmenter l’impression de profondeur de champ en donnant l’illusion du volume et de l’espace.
94