Batavia

Batavia

-

Livres

Description

1629, inspiré de faits réels
Pièce de théâtre en 5 actes.
Jéronimus Cornelisz eût dû être apothicaire, riche, cultivé, bien entouré, peut-être même un homme bourgeois, affable, et bien-aimé des siens et de ses clients. Le sort lui réserva un autre destin, celui de la déchéance, de la ruine, et de la mort. Cette pièce renvoie le lecteur à l'histoire réelle d'un homme qui embarqua sur le plus grand navire hollandais du début du XVIème siècle, afin de renouer avec le succès, l'argent, l'aventure et la gloire. Ses projets s'écraseront sur l'archipel des Abrolhos, au large de l'Australie actuelle suite au naufrage du navire qui l'emportait. Etant le seul rescapé en mesure d'organiser la survie sur ces récifs de corail, il va rapidement s'entourer d'hommes de confiance afin de créer un mini-état éphémère. Cette pièce s'inspire d'événements vieux de 400 ans afin de reconstituer les étapes de la création d'une dictature moderne, déjà présentes à l'époque à une plus petite échelle. Elle permet d'accompagner Cornelisz, un homme sur qui le sort s'est acharné, dans sa folie destructrice et dans ses rêves impossibles.  Les dictateurs, de modeste envergure, ou de grandes ambitions, ont tous un passé, une histoire et parfois des raisons, pour expliquer l'inexplicable.  L'auteur tente ici de poser une question moderne cruciale: Devient-on dictateur ou naissons-nous dictateur, et souhaite également offrir une grille de lecture ancienne adaptée à des faits modernes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 mai 2018
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9791026219545
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Melchior Brest Batavia
© Melchior Brest, 2018
ISBN numérique : 979-10-262-1954-5
Courriel : contact@librinova.com Internet :www.librinova.com
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Dépôt de texte, SACD Bruxelles, numéro d’attestatio n 000216118
Personnages
- JERONIMUS Cornelisz : Apothicaire à Haarlem, 30 a ns
- Gijsbert BASTIAENSZ : Pasteur, 52 ans
- Fransisco PELSAERT : Subrécargue, 34 ans
- Ariaen JACOBSZ : Capitaine du Batavia, environ 30 ans
- Wouter LOOS : Soldat, environ 20 ans
- Loth VOGEL : Notable de Haarlem, propriétaire de l’officine de Jeronimus Cornelisz environ 50 ans
ACTE I
25 septembre 1628
JERONIMUS est assis au milieu d’une pièce, une boug ie éclaire timidement l’endroit. Son regard est vif et scrute le lointain. Son cœur bat vite. Un homme passe devant le public, il indique le message suivant : J-373.
Jeronimus, Vogel
Scène I
JERONIMUS Cornelisz, Loth Vogel
VOGEL, Entrant vivement dans la pièce
C’est fini JERONIMUS. Vous pouvez disposer.
JERONIMUS ne répond pas VOGEL N’aggravez point les choses, votre femme vous atten d au seuil. Elle patiente depuis un moment déjà. Silence
VOGEL JERONIMUS, je déplore votre dénuement. Mais vous êt es jeune, intelligent, courageux et affable. Vous maîtrisez par ailleurs l e verbe. Le verbe c’est le salut de votre âme. Vous y arriverez.
Je sais
JERONIMUS
VOGEL J’ai mis vos biens à disposition. Demain, ils seron t vendus et nous serons quittes. Vous gardez vos habits et nécessaires. J’ai convoqu é un cochet pour vous faire sortir de la ville dans les plus brefs délais.
Pour quelle destination ?
JERONIMUS
VOGEL Celle de votre choix, si d’aventure vous savez.
JERONIMUS
Je sais. VOGEL JERONIMUS, je désespère auprès de vous de l’infamie qui vous a mené à tout ceci. JERONIMUS,AssuréDieu seul, s’il existe, m’a mené ici, nul besoin d’ infamie. VOGEL Dieu n’a jamais guidé les malheurs qui vous ont tou chés, vous et votre femme.
Il l’a décidé comme tel.
JERONIMUS
Dieu guide mais ne décide point.
VOGEL
JERONIMUS
Il l’a voulu, je vous dis. VOGEL Cessez ! Rêvez-vous donc de rejoindre Johannes, cro upissant parmi les rats ? Ils lui grattent chaque nuit la voûte plantaire au détriment de la santé de son âme ! L’avez-vous tant adulé que la vôtre, elle-même, s’entache de ses excès ? Le mal n’a-t-il été atteint ? Pensez à quoi Johannes vous a réduit, mon bon JERONIMUS ! Moi, Je vous ai offert mon argent, ma protection, mon ambition.
JERONIMUS
Et vos caprices. VOGEL Mes caprices d’homme de la bonne société ! Vous auriez dû devenir mon égal !
JERONIMUS,calmement
Je vous suis supérieur. VOGEL De par vos connaissances sans doute, de par vos réa lisations jamais. Torrentius vous a envoûté ! Ce peintre maudit ! Ce pleutre ! T oute la ville vous soupçonne
désormais de lui être dévoué. Un hérétique vous dis -je ! Seuls ses amis de haut-rang le protégèrent de la mort à son procès ! Il a même ri de ses tortures ! Quel sain d’esprit rit de supporter les poids qu’on lui attache aux chevil les ?
JERONIMUS !
Quoi ?
JERONIMUS ricane
JERONIMUS
VOGEL N’avez-vous point décelé au plus tôt l’hérésie qui murissait en son âme ? JERONIMUS Aucune hérésie ne murit dans l’âme d’un homme. Au m ieux, Dieu s’y manifeste et y témoigne de sa présence. Johannes est habité par Dieu.
VOGEL
Taisez-vous, blasphémateur ! JERONIMUS Johannes est le refuge d’un Dieu, quel qu’il soit.
JERONIMUS !
VOGEL
JERONIMUS Dieu, en chacun, décide. Dieu c’est l’âme ! Et Torr entius, en ce sens, possède un souffle de vie unique et supérieur à tous les autre s. Il a rencontré Dieu, et celui-ci s’est emparé de lui. Votre Dieu n’existe pas ! VOGEL,calmement C’était donc vrai, n’est-ce pas ? Vous étiez son am i, son confident. JERONIMUS Au plus, son profond admirateur. VOGEL Si Dieu habitait nos âmes, il ne se disperserait po urtant point en luxure et fourberies comme dans le cas de votre ami, votre ma ître pardon. JERONIMUS
Mon ami !
VOGEL Votre ami oui. Celui qui vous a conduit à votre déc héance.
JERONIMUS
Dieu m’a conduit ici ! VOGEL Qu’est-ce donc que Dieu, s’il vous a mené à la déch éance ?
Mes pulsions sont son vouloir.
JERONIMUS
VOGEL Vos pulsions sont un mouroir. Vous répondez aux app els vils du diable. Torrentius n’était qu’un affabulateur qui s’aguichait des femm es de joie après avoir serré la main de notables. Il s’enjouait du drame et persiflait l a morale supérieure. Ses joies cachaient le mépris, ses pleurs l’envie. Il vous a emporté, vous a désarticulé les méandres de l’âme pour mieux vous acheter. Sa quête n’est aucunement divine, sa folie seule l’a accablé ! Plus qu’un hérétique, Joh annes était un fanatique éhonté, un brigand, une âme malade soumise aux caprices les pl us pernicieux.