Bouleversant de pureté naïve

Bouleversant de pureté naïve

-

Livres
64 pages

Description

Sous les initiales "M.C" se cache un peintre à succès au caractère bien trempé. Nul ne sait vraiment d'où il vient et qui il est, pas même l'exubérant Vladimir, facteur de son état qui partage la location de l'atelier qui les abrite. Le fragile équilibre sur lequel tient la cohabitation de ces deux fortes personnalités se trouve menacé par l'arrivée d'une journaliste rigide et d'une photographe stagiaire en apparence assez naïve.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 octobre 2013
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9782342014488
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pascal Nowacki
BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0118909.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
Retrouvez lauteur sur son site Internet : http://www.pascalnowacki.fr
Scène 1 Un appartement type loft en désordre. Il y a de nombreux tableaux sur les murs et au sol. Sur le mur du fond, au milieu, une énorme pendule arrêtée indique midi ou minuit ! On note la présence dun vieux réfrigé-rateur, de deux ou trois chevalets, dune table qui pourra être constituée de deux tréteaux supportant une planche. La porte de la chambre de Vladi-mir est à droite. La porte principale donnant sur un couloir distribuant les autres pièces est à gauche. M.C est assoupi sur la table. Vladimir entre, un cabas à la main, regarde M.C dun air dubitatif puis va vers le réfrigéra-teur pour y ranger ses achats. Le téléphone sonne. M.C se réveille difficilement tandis que Vladimir cherche lappareil, le trouve sous des toiles et décroche.
Vladimir: Allô ? Bonjour madame. Oui, cest bien ici. Non, ce nest pas moi. Je ne sais pas. Veuillez patienter un instant, je vous prie, je vais voir dans sa chambre.(À M.C)Pour vous.
M.C: Qui cest ?
Vladimir: Je ne sais pas.
M.C: Ben demande.
Vladimir ?: Pardonnez-moi, qui le demande(Un temps durant lequel, à plusieurs reprises, Vladimir tente sans succès de parler puis)Une journaliste. Bavarde.(Remettant le combiné à loreille une seconde)Très bavarde.
M.C: Chui pas là.
7
BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE
Vladimir: Quoi ? M.C: Quelle aille se faire foutre.
Vladimir: MaisM.C: Je tai déjà dit que je ne veux voir personne. Surtout si ce sont des journalistes. Je les emmerde les journalistes. Tas com-pris ?
Vladimir ?: Oui, oui, oui, oui. Cest clair. Cest très clair. Allô Excusez-moi de vous avoir fait attendre. Monsieur M.C me charge de vous dire quil accepte avec joieM.C: Vlad ! Espèce deVladimir: À quelle heure ? Oui, parfaitement. Ici, à latelier ?
M.C: Que dalle !Vladimir: Ah non, là je crains que cela ne soit pas possible.
M.C: Cest même hors de question !Vladimir: Comment ? Monsieur Bernardin ? Cest lui qui vous a donné le numéro et ladresse.
M.C: De quoi il se mêle, celui-là ?(Il ouvre le réfrigérateur pour en sortir une canette de bière).VladimirOui, cest cela. Oui. Troisième étage, porte gauche.: Eh bien, daccord ! À tout à lheure.M.C: Comment ça, à tout à lheure ?
Vladimir: Elle sera là dans environ une heure. Si vous vou-lez mon avis
8
M.C: Non.
BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE
Vladimir: Vous feriez mieux de faire un brin de toilette.M.C: Eh Vlad ! Pourquoi tas fait ça, hein ? Je ne veux voir personne. Cest pourtant pas compliqué à comprendre, ça, je ne veux voir personne. Tu le sais, ça, que je ne veux voir personne. Je te lavais déjà dit, non ?
Vladimir: Peut-être ? En tout cas, ça ne ma pas marqué !M.C: Vlad ! Ne touche jamais plus à ce téléphone.
Vladimir: Écoutez, M.C, jai pensé que cétait une manière comme une autre de vous forcer à vous lever.
M.C: Me lever ? Mais Je suis déjà debout, là.Vladimir: Vous vacillez.M.C: Je vacille ?Vladimir: Vous vacillez. Il est déjà tard, vous savez ? Jai eu le temps de faire le marché, moi. Tout le monde est debout depuis longtemps déjà.M.C: Je ne suis pas tout le monde. Et ce que font les autres ne me concerne pas !Vladimir ! Cest: Une interview, cest de la publicité gratuite toujours bon à prendre.
M.C: De la publicité gratuite ? Alors, cest ça, ce que tu penses ? Tu crois que ce que je fais na pas plus de valeur quun yaourt ?
Vladimir: Je nai pas dit ça.
9
BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE
M.C: De la publicité gratuiteVladimir: Je vous demande pardon. M.C: Eh, Vlad ! Réveille-toi. On est au XXIesiècle, tu sais ça ? Plus personne ne fait rien gratuitement. Et puis dabord, cest qui cette journaliste ? Comment elle sappelle ? Pour quel jour-nal elle travaille ?Vladimir: Je nai pas demandé.
M.C !: Non mais cest pas vrai Tu débloques complètement, hein ! Alors une femme que tu ne connais pas tappelle et te dit quelle est journaliste, et toi, ça te suffit ! Fais gaffe, Vlad ! Fais gaffeVladimir: Écoutez, M.C
M.C: Non ! Toi, écoute ! Cest pour ton bien que je te dis ça. Je ne voudrais pas quil tarrive quelque chose, tu sais ? Tes trop confiant, Vlad ! Méfie-toi des autres. Toujours ! Méfie-toi de tout ce quils disent et de tout ce quils font. Surtout sils font des promesses. Méfie-toi ! Le monde, là, dehors, nest quhypocrisie. Il ny a plus rien de vrai, ni de sincère. Tu as tort de sourire, Vlad ! Crois-moi. Ouvre les yeux en grand ! On est entouré de prédateurs qui nattendent que linstant où tu relâ-cheras ton attention pour te sauter dessus et te bouffer. Ta mère ta jamais dit quil fallait toujours refuser les bonbons quun inconnu pourrait te proposer ? Hein ? Elle ta jamais dit ça ?
Vladimir: Toutes les mères disent ça à leurs enfants.M.C: Et elles ont raison ! Je suis sûr que tu ne tes même pas demandé comment cette journaliste sétait procuré notre numé-ro alors quon est sur liste rouge !
10