Fort

Fort

-

Livres
58 pages

Description

Un pianiste célèbre revient sur la colline de son enfance, à deux pas de son village bombardé. Il monologue en attendant l'arrivée du public, incerrtain de ce concert en plein air.
Personnages : 2 hommes (l'un parlant, l'autre pas). Pièce musicale.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 mars 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782330107611
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Un jeune pianiste arrive au sommet d’une colline. Sur un monticule de pierres envahi par les herbes hautes, il y a un piano. Près du piano, il y a un homme. Un homme plus très jeune, qui répond à toutes les exigences du soliste, sans jamais dire un mot. Aspiré par le silence, le musicien parle. Parle, comme il n’a jamais parlé. Tout en s’efforçant de se préparer à ce concert en plein air, il dévoile son histoire, et son lien avec cette colline, sur laquelle était bâti son village d’enfance, détruit par les bombes. Le public arrivera bientôt. Pris dans des émotions contradictoires, le jeune homme pourra-t-il s’approcher du piano et jouer ? Pour qui joue-t-il ? Pour les morts ou pour les vivants ? Et quel est cet homme muet qui l’observe ?
Catherine Anne est écrivaine, metteuse en scène et dirige actuellement le Théâtre de l’Est parisien. Elle a publié et mis en scène de nombreuses pièces de théâtre, pour les adultes comme pour le jeune public.
ACTES SUD - PAPIERS Fondateur : Christian Dupeyron Editorial : Claire David Cette collection est éditée avec le soutien de la
Illustration de couverture : Megumi Takamura © Dex Image / Getty © ACTES SUD, 2009 ISSN 0298-0592 ISBN 978-2-330-10761-1
F ORT
Catherine Anne
Mon désir d’écrireFortest venu en réponse à celui de deux artistes dont je connais et aime le travail depuis plusieurs années. Une metteuse en scène, Pascale Daniel-Lacombe, qui mène dans le Sud-Ouest de la France un travail de création ambitieux et dynamique. Et un j eune comédien musicien compositeur, Pascal Sangla, sorti du Conservatoire national supérieur d’art dramatique en 2002. Cette femme et cet homme, ces deux Pascal(e), se connaissent depuis très longtemps ; ils ont des années de connivences et de rêves de théâtre. Elle est sensible, inventive, passionnée. Il est étonnant de légèreté et de gravité. Dans la pratique de leurs arts, les deux savent être virtuoses et les deux savent être sincères. Un jour, ils m’ont parlé de leur désir (fou) de se lancer dans l’aventure d’un spectacle sur le thème de l’effort, l’effort pour vivre, l’effort pour créer, l’effort pour surmonter tout ce qui dans l’existence nous écarte de la beauté… J’ai fermé les yeux, et laissé venir les premières idées. L’effort ? CATHERINE ANNE
PERSONNAGES
Un homme jeune Un homme plus âgé
L’un parle, l’autre pas.
Les indications des mouvements et des parties à l’intérieur de chaque mouvement sont là pour donner la structure et le rythme de la pièce ; comme l’ensemble des didascalies, elles sont là pour guider la lecture et les futurs interprètes ; il ne convient pas de les faire entendre en représentation. Quelques mots étrangers se sont glissés dans le texte. La plupart sont très connus.Havlaetarigatô signifient tous deux “merci”.
PPREMIERMOUVEMENT LHEUREBLANCHE
entréedupianiste
Sur un monticule de pierres envahi par les herbes h autes, un piano. Un homme est là. Un jeune homme, encombré d’un cintre sur lequel il porte un costume de concert, surgit. Il respire avec difficulté. LE JEUNE HOMME. Pas d’affolement Je suis seul J’ai laissé le staff sur le bord de la route tout en bas Pas d’affolement Je voulais juste venir seul Marcher seul Etre seul Seul Je ne dis pas cela pour vous offenser Pensez bien Vous Seul aussi Sous le soleil Sous le feu Bonjour Bonjour pardon bonjour Vous m’attendiez Les autres sont en bas à l’ombre des grands arbres Tranquilles Et nous Quel cagnard Impossible d’aller plus haut Ici Il suffit de lever le bras pour atteindre le ciel Il saute. Voler peut-être Il saute encore. L’autre homme bouge, ce qui le fait sursauter. Pas d’affolement J’ai juste un peu de tempête en dedans Ce qu’il faut de tempête pour un peu de musique
Bonjour Je suis le pianiste C’est moi ce soir qui joue Ici Au sommet de cette colline A quoi est-ce que je m’attends me direz-vous je ne m’attends à rien Un bel effort déjà d’arriver jusqu’ici Terrifiant comme le ciel est bleu Hello Buongiorno Guten Tag Bonjour Content de vous voir Content d’être ici Enfin Content Content n’est peut-être pas le mot juste Le mot juste
entréedupiano
Après une pause, il s’approche du piano, peut-être soulève la housse… Contact. LE JEUNE HOMME. Un tout petit piano que vous m’avez apporté Quart de queue Piano de môme Il rit. Oh je sais je devine quels efforts Apporter ce piano depuis la route jusqu’ici Un sentier de chèvres à gravir Comme écrit le poète la vie est grave il faut gravir Mais tout de même on transpire Plus un poil de sec moi J’ai bien fait de ne pas enfiler mon costume de pie Pas la queue d’un truc pour accrocher mon cintre ici Non oui Non Vous pouvez me trouver pénible C’est votre droit Mais ce n’est pas un caprice non Pas un caprice Je n’aimerais pas que vous pensiez Il doit vous arriver de penser que les artistes Les artistes Font des caprices Je ne viens pas en caprice En artiste Je Silence
Splendide Ce petit piano posé dans le silence La musique j’en joue pour me jouer du silence Faire sonner le silence Vous comprenez Ecoutez Un silence opaque Rien pas même un oiseau pas une grenouille Etrange La rivière ne coule plus je ne l’entends pas Etes-vous sûr et certain que ce soit l’endroit Ici exactement ici Plus un mur n’est debout Le ciel est encore bleu Mais la rivière Y a-t-il toujours des écrevisses dans la rivière Je ne l’entends pas couler Ecoutez Rien Etrange Les rivières ne meurent pas Les rivières font partie des choses qui ne meurent pas Il faut qu’il y ait des choses qui ne meurent pas C’est important Je crois que c’est important Pas vous Je n’imaginais pas que les rivières pouvaient s’éteindre aussi Un village entier Ici Si c’est bien ici Un village entier Tombé dans le silence J’ai un tout petit sac de souvenirs moi Un baluchon La rivière je ne sais plus Est-ce qu’on entendait la rivière depuis le village Il y avait tant de bruits Tous les bruits de la vie Ici A moins que ce ne soit pas ici Etes-vous sûr et certain que nous sommes à l’endroit juste Ici juste ici Pas juste à côté La touche juste à côté n’est pas la touche juste