Koalas - Un animal (mort) - Petit guide pour disparaître doucement

Koalas - Un animal (mort) - Petit guide pour disparaître doucement

-

Livres
216 pages

Description

Conçues dans un esprit performatif, les trois pièces présentées ici témoignent à leur manière d’un monde aliénant dont il faut s’affranchir. Kitsch et sacrées, tragiques et comiques, ces œuvres sont écrites au conditionnel et bouleversent la forme dialoguée. Le triptyque au souffle poétique met en scène des espaces de fragilité, d’intimité, qui laissent entrevoir une possible réinvention du monde et de l’humanité, sorte de manifeste sensible contre l’idée que l’existence est une chose figée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 octobre 2017
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782897411336
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
COLLECTION MATÉRIAUX
Félix-Antoine Boutin
KOALAS
UN ANIMAL (MORT) petitguidepoursetransformertendrement
pETIT GUIDE POUR DISPARAÎTRE DOUCEMENT
<théâtre>
Le Groupe Nota bene (Triptyque) remercie le Conseil des arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour leur soutien Inancier.
Gouvernement du Québec Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC
Nous reconnaissons l’aide Inancière du gouvernement du Canadapar l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.
Triptyque est une division du Groupe Nota bene.
© Triptyque, 2017 ISBN : 978-2-89741-132-9 ISBN PDF : 978-2-89741-133-6
Boutin-Matériaux <introduction>
Un théâtre des possibles, de formes indéterminées et imprévisibles. Une entreprise de reconfiguration du monde qui ne laisse aucune place à la capture définitive. Voilà ce qui nous a attirés dans le projet théâtral de l’auteur, acteur et metteur en scène Félix-Antoine Boutin, qui rompt avec l’idée du texte comme objet fixe et intouchable à mémoriser linéairement. Au cœur de sa dramaturgie, une série d’hypothèses fondent des partitions toujours en fuite. Les êtres d’Un animal (mort)veulent « regarder ailleurs peut-être », des « histoire[s] de» se succèdent et se complètent au sein dePetit guide pour disparaître doucementtandis que, dansKoalas,« Julie pourrait être partie loin [et] faire quelque chose d’inusité», alors que Paul « pourraitne pas être enterré et donc vouloir affirmer sa présence dans le monde des vivants ».
Si Boutin l’auteur joue avec les codes de l’écriture dramatique loin du prisme mimétique en s’efforçant de trouver des formes nouvelles, Boutin le metteur en scène développe une esthétique particulière, capable de déployer des images qui témoignent d’une puissante sensibilité plastique. Boutin l’artiste, capable d’un renouveau impressionnant de spectacle en spectacle, crée ainsi des partitions qui permettent un rapport flexible et ouvert des acteurs – mais aussi des lecteurs – aux mots, valorisant l’idée de la création théâtrale comme processus toujours inachevé. Chacune des trois pièces présentées dans ce volume met en scène l’idée de l’œuvre théâtrale comme expérience vivante et non comme rendu figé, et c’est ce
5
qui nous a donné envie de lancer la collection « Matériaux » avec ce titre. Cette nouvelle collection de textes de théâtre est destinée à refléter la scène artistique actuelle, qui fait notamment une place aux pratiques théâtrales impliquant une réécriture ou une manipulation de textes déjà existants ainsi qu’aux canevas de créations qui reposent sur une hybridation des formes artistiques. Si les artisans et critiques ressassent l’abandon de la suprématie du verbe sur les scènes théâtrales contemporaines, le milieu de l’édition, lui, peine à prendre acte de ces transformations. « Matériaux » espèrerépondre à cette faille en mettant le livre au service d’un travail archivistique des pratiques théâtrales contemporaines, qui impliquent souvent un assemblage de différents matériaux (textes préexistants, vidéos, musiques, mouvements corporels, arts visuels, etc.). Allant à l’encontre de l’avis dangereusement répandu selon lequel le livre est actuellement dépassé par la pratique scénique, nous voulons en faire un matériau d’archives pour des créations marquantes; nous aborderons le texte théâtral comme une des multiples composantes des productions scéniques.« Matériaux » relèveainsi d’un pari, celui de croire que le livre peut archiver descréationset que la matérialité de l’objet n’est pas un frein à une certaine expression de l’évanescence de la scène ; si le livre ne peut se substituer À « l’ici et maintenant » du théâtre, il peut néanmoins en rendre compte. Comment restituer, dès lors, le travail de Félix-Antoine Boutin, qui ne prend véritablement forme que dans la rencontre des arts visuels, des éclairages, de la musique, de la performance actoriale et de l’écriture? En gardant
6
les traces des chansons données à entendre durant les spectacles, des répliques qui ont été retirées du projet en cours de processus, de croquis, de quelques photos des mises en scène, sinon de la parole d’une collaboratrice.
Et malgré tout cet appareillage, la beauté du projet, c’est que les pièces de Boutin demeurent ouvertes à ce qui pourrait advenir plutôt qu’à ce qui est advenu parce que son théâtre au conditionnel en est un de l’à-venir.Un théâtre d’espoirs, de souhaits et de rapports réinventés à la communauté qui pourrait, qui sait, nous donner envie de réaffirmer notre«présence dans le monde des vivants».
Émilie COUOE et François JàON-GOEz Codirecteurs de la collection « Matériaux »