La Bibliothèque-interdite

La Bibliothèque-interdite

-

Livres
66 pages

Description

Buenos Aires. C’est l’époque du tango, de la milonga et du couteau ! Les artistes sont censurés par le gouvernement et intimidés par des milices fascistes. L’un de ces artistes, un poète désargenté, est enlevé puis enfermé dans une cellule. Il découvre avec étonnement que son ravisseur est «l’inspecteur Barracuda», le personnage fictif d’un tango séditieux dont il est l’auteur. De leur confrontation surgira un fil d’Ariane qui mènera le poète à une ultime illumination puis aux ténèbres. Le spectacle rend hommage aux écrivains et poètes tel que Borgès qui prirent la plume pour condamner la montée du fascisme.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 septembre 2018
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782895029694
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Denis Plante
La Bibliothèque-interdite
THÉÂTRE
Maquette de la couverture: Jean-Marie Lanlo
Illustration de la couverture: Julie Charland
Mise en pages et adaptation numérique: Anne-Marie Jacques
Direction de la collection «L’instant scène»: Chantal Poirier
Distribution pour le Québec: Diffusion Dimedia 539, boulevard Lebeau Montréal (Québec) H4N 1S2
Distribution pour la France: Distribution du Nouveau Monde
© Les éditions de L’instant même 2018
Tous droits réservés. Toute reproduction de cette œuvre, en totalité ou en partie, par quelque moyen que ce soit, est interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur. Toute adaptation ou utilisation de cette œuvre, en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit, par toute personne ou tout groupe, amateur ou professionnel, est formellement interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur ou de son agent autorisé.
L’instant même 237, rue Louise Longueuil (Québec) J4J 2T2 info@instantmeme.com www.instantmeme.com
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2018
ISBN epub 978-2-89502-969-4
L’instant même remercie le Conseil des arts du Canada, le gouvernement du Québec (Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC) et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec. Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada Denis Plante remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec de son appui financier.
PRÉFACE
La Bibliothèque-interditenée dans la tête et l’imagination fertile et foisonnante de est Denis Plante. Son esprit vif et érudit, toujours à l’affût de nouvelles formes et de contenus riches a imaginé cette histoire d’écrivain emprisonné. Or, le tortionnaire se trouve être un des personnages de la fiction du poète incarcéré: on est peut-être chez Borges mais également chez Kafka, enfermé dans le labyrinthe, pris dans le filet de l’œuvre à construire.
D’emblée, dès la première mouture, j’ai été séduite par cette œuvre inclassable, à la musique envoutante et au charme indéniable qui mélange le sacré et le trivial dans une tragédie drolatique et onirique.
Le texte et la musique participent à la narration, s’entremêlent et se répondent en un dialogue constant. Il y a du mélodrame ici, certainement, et c’est beau, cocasse et triste comme le tango ou le chant de Léo Ferré.
La Bibliothèque-interditerevêt forcément un caractère politique. Dans une mise en abime à multiples tiroirs, Denis parle de censure, de bâillonnements des intellectuels ou de leur emprisonnement dans des emplois inutiles: Alberto Mengel ne vient-il pas d’être nommé bibliothécaire à Buenos Aires?
On pense à l’Argentine de la junte bien sûr, à l’Union soviétique et au Bloc de l’Est, aux dictatures plus récentes, mais également plus près de nous, dans des pays où poètes et intellectuels sont condamnés à faire les singes dans les talk-shows estivaux.
Le spectacle évoque aussi pour moi l’enfermement dans la création et l’écriture; cette folie qui nous guette quand on s’enfonce dans l’œuvre, qu’on y perd la carte et la raison. L’engagement en création nous amène au bord des gouffres et des précipices. Il nous oblige à envisager une sorte de mort et on s’y brûle parfois, tel Icare face au soleil, avant de ne plus rien voir. Nombreux créateurs y ont laissé leur peau. Certains sont revenus pas mal amochés.
La Bibliothèque-interditesa forme actuelle — et toujours vivante, mouvante — dans doit beaucoup à Sébastien Ricard pour qui Denis a écrit livret et partition. Sébastien a jeté dans l’arène son expérience d’interprète et de musicien, son talent incandescent, sa fougue, sa sensibilité et son intelligence vive. Il a donné vie au personnage dans toutes ses versions et encore aujourd’hui, il s’expose et expose quelque chose de mystérieux, de déchiré et de puissant qui participe à l’envoûtement.
Brigitte Haentjens
Les mauvais bergers sont la ruine du troupeau. L’Odyssée,XVII, Homère
Avertissement
La Bibliothèque-interditeest une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes ayant réellement existé est purement fortuite. Les textes et la musique sont de Denis Plante.
La Bibliothèque-interditeaété créée le 7 novembre 2014 au théâtre Côté-Cour de Jonquière, au Québec, avec l’équipe suivante:
LEPOÈTE: Sébastien Ricard BANDONÉONISTE: Denis Plante CONTREBASSISTE: Antoine Plante GUITARISTE: David Jacques
TEXTE: Denis Plante MISEENSCÈNE: Brigitte Haentjens et Sébastien Ricard MARIONNETTES: Madeleine Plante LUMIÈRES: Jean-François Labbé
LES PERSONNAGES
LEPOÈTE: un acteur et un chanteur qui joue aussi Icare, Dédale, Astérion le Minotaure et Polyphème le cyclope. LECHŒUR: un bandonéoniste, un guitariste et un contrebassiste.
LE DÉCOR C’est une cellule dans laquelle est retenu le Poète.
Sur un plancher en damier, il y a une chaise. Sur une table basse est déposée une machine à écrire. À côté de la machine à écrire, il y a un crâne de vache. Une ampoule pend au bout d’un câble au-dessus de la chaise.
Note de l’auteur
Quelque part en Argentine est enterré un coffre; quelque part, dans le jardin d’une maisonnette d’un faubourg de Buenos Aires. Celui qui déterrerait aujourd’hui le coffre y découvrirait un journal, des photos jaunies et des livres, beaucoup de livres: des livres mis à l’index, des livres censurés, des livres interdits, une véritable bibliothèque. Ce coffre fut enterré par mon beau-père Alfredo Monetta quelques jours avant que des militaires ne saccagent sa maisonnette. Ils étaient à la recherche de documents séditieux, d’un carnet d’adresses, de photos compromettantes; à la recherche d’une excuse pour l’enlever, d’une raison pour l’exécuter. Ils ne l’ont pas retrouvé. Après avoir enterré ses livres, Alfredo avait pris le premier autobus vers les vallées silencieuses de la cordillère des Andes.