Les derniers jours de Bolibana

-

Livres
128 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À la fin du XIXème siècle, trois États se partageaient le territoire du Soudan-nigérien. Les rivalités entre ces différents États leur firent perdre la grande bataille qu'ils devaient mener ensemble : l'union pour combattre le colon français. Ce fut une tragédie. La division actuelle de l'Afrique en petits États n'est-elle pas une comédie dont les peuples feront chaque jour les frais ? Une leçon de Panafricanisme à méditer.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 février 2019
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9782140112720
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Djibril DIALLO Falémé
LES DERNIERS JOURS D E B O L I B A N A B o l i b a n a  l a  c o u r s e  e s t  f i n i e
Théâtre ème 2 édition
L E S DE R NIE R S J OUR S DE BOL IBA NA Bolibana-la-course-est-finie T héâtre
Djibril DIA L L O Falémé L E S DE R NIE R S J OUR S DE BOL IBA NA Bolibana-la-course-est-finie T héâtre
© L ’HA R MA T T A N-SÉ NÉ GA L , 2018 10 V DN, Sicap A mitié3, L otissement CitéPolice, DA K A R http://www.harmattansenegal.com senharmattan@gmail.com senlibrairie@gmail.com ISBN :978-2-343-15564-7 EA N :9782343155647
Du mê me auteur Mon âme à l’envers, recueil de textes poétiques, Saint-L ouis, X amal, 2000. Les fous démocrates, piè ce de théâtre (comédie), Sai nt-L ouis, X amal, 2001. Indépen-danses, roman, Dakar, NEA S, 2009. Les derniers jours de Bolibana : Bolibana-la-course-est-finie, Dakar, éditions Feu de brousse, 2009. Mon âme à l’envers, recueil de textes poétiques, réédi tion, Dakar, éditions Salamata, 2011. Soleils tordus, récit paysan, Dakar, éditions Salamata, 2015. Dram’era, piè ce de théâtre, Dakar, éditions Salamata, 2018 (à paraître).
7
A vant-propos
Ceci est une œ uvre inspirée de l’histoire de l’A fri que e occidentale à la fin du X IX siè cle. Dans les années 1880-1898, trois grands É tats se côtoyaient dans cette partie de l’A frique appelée l e Soudan-nigérien : le royaume musulman de Segu, fondé par E l Hadj Oumar T al, le royaume Senufo du K enedugu, avec T ieba T raoré, et l’empire malinké du Wasulu, dirigé par l’A lmami Samori T ure. Quand la piè ce commence, nous sommes en 1892. A madu Seku de Segu (fils d’El Hadj Oumar T al et roi de Segu), devant les conquê tes coloniales des Français, envoie Maodo, un messager, auprè s de T ieba pour lui demander de mettre fin à la guerre fratricide qui l ’oppose à Samori T ure, pour qu’à trois, ils mettent sur pied une puissante armée nationale intégrée forte de 300 000 soldats, capable de vaincre les Blancs et de redonner à leurs pays l’indépendance menacée (I, 1). Cette requê te, examinée en Conseil de guerre du K enedugu, crée une opposition entre le roi T ieba et son cadet et successeur, Babemba. Si le roi n’entend pas accepter cette demande parce qu’il reproche à l’A lmami d’avoir, pendant seize mois, assiégé Sikasso, sa capitale, Babemba, son frè re, pense sincè rement qu’il est temps de réorienter la diplomatie du K enedugu vers la solidarité avec les autres rois noirs contre les Français. Une polémique s’engage entre le roi et son frè re. A u mê me moment, un émissaire apporte une nouvelle trè s alarmante : la rébellion des Bobos de K ong contre Sikasso. L ’urgence de cet état de fait met fin à la discussion entre le roi et son frè re et
9