Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes

Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes

-

Livres
54 pages

Description

Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes sera créé dans une mise en scène de Jean-Michel Ribes du 3 novembre au 10 décembre 2017 au théâtre du Rond-Point (Paris).


Sulki et Sulku sont amis depuis longtemps, Sulki et Sulku se prennent pour des oeuvres d'art, ils ont des opinions et sont souvent d'accord. Mais Sulki et Sulku parlent souvent pour ne rien dire.


Voici une pièce qui, sous ses airs absurdes, aborde un sujet essentiel : la construction de la pensée contemporaine, par souvent peu profonde.


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 08 mars 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782330078775
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
couverture

PRÉSENTATION

À peine sortis de ma pièce Musée haut, musée bas, où ils figuraient en tant qu’œuvre d’art, Sulki et Sulku ont ressenti le besoin irrépressible de continuer à discuter ensemble. Je ne suis pas parvenu à les en empêcher, et ce n’est pas faute d’avoir essayé.

Vous trouverez ici quelques-unes de leurs conversations que j’ai réussi à retranscrire. Ils m’ont assuré qu’elles étaient intelligentes. Je n’en suis pas sûr, mais avec eux on ne sait jamais.

Qui sont-ils ? Vous ? Moi ? Quelqu’un d’autre ? Des inconnus ? Louis XIV et saint Augustin ? Ma grand-mère et son gynécologue ? Ou encore les petits-neveux de Joséphine Baker adoptés par le majordome de Freud ? Je n’en sais toujours rien, pourtant j’ai l’impression de les connaître comme des frères.

 

Jean-Michel Ribes

 

ACTES SUD – PAPIERS

Éditorial : Claire David

JEAN-MICHEL RIBES

Dramaturge, metteur en scène et cinéaste, Jean-Michel Ribes dirige le Théâtre du Rond-Point à Paris, dédié aux auteurs vivants. Il a publié de nombreuses pièces chez Actes Sud-Papiers, dont Théâtre sans animaux (2001) et Musée haut, musée bas (2004).

 

DU MÊME AUTEUR

 

AUX ÉDITIONS ACTES SUD

Pièces détachées, Actes Sud-Papiers, 1986.

L’Odyssée pour une tasse de thé, Actes Sud-Papiers, 1987.

La Cuisse du steward, Actes Sud-Papiers, 1990.

Tout contre un petit bois, Actes Sud-Papiers, 1990.

Batailles, avec Roland Topor, Actes Sud-Papiers, 1991, 2007 ; Babel no 978.

Il faut que le sycomore coule suivi de Omphalos hôtel et de Six pièces minuscules, Actes Sud-Papiers, 1993.

“Monsieur Monde”, in Théâtre contre l’oubli, Actes Sud-Papiers, 1996.

Monologues, bilogues, trilogues, Babel no 286.

Théâtre sans animaux, Actes Sud-Papiers, 2001.

Théâtre sans animaux suivi de Sans m’en apercevoir, Babel no 628.

Multilogues suivi de Dieu le veut, Babel no 736.

Musée haut, musée bas, Actes Sud-Papiers, 2004 ; Babel no 735.

Monsieur Monde suivi de Ultime bataille et de Le Sociologue, Actes Sud Junior, “D’une seule voix”, 2008.

Mois par moi, almanach invérifiable suivi de Almanach de l’auteur dramatique, 2008.

Voyages hors de soi, photographies, 2009.

J’ai encore oublié saint Louis ou Les Nouvelles Aventures de l’histoire de France, 2009.

René l’énervé, opéra bouffe et tumultueux, Actes Sud-Papiers, 2011.

Par-delà les marronniers, revu(e), L’Avant-Scène, 1979, Actes Sud-Papiers, 2016.

 

CHEZ D’AUTRES ÉDITEURS

Les Aventures de l’histoire de France, Ramsay, 1982 (épuisé).

J’ai encore oublié saint Louis ou Les Nouvelles Aventures de l’histoire de France, Presses de la Cité, 1992 (épuisé).

Sursauts, brindilles et pétards, Grasset, 2004.

Je n’aime pas la campagne sauf dans le TGV, elle va plus vite, illustrations de Stéphane Trapier, Xavier Barral, 2006.

Trois pièces facétieuses, Magnard, “Classiques & contemporains”, 2010.

Les Mots que j’aime et quelques autres, Le Point-Seuil, 2013.

Mille et un morceaux, L’Iconoclaste, 2015.

 

EN COLLABORATION AVEC D’AUTRES AUTEURS

Palace, Actes Sud-Papiers, 1989 ; Babel no 395.

Merci Bernard, Balland, 1984 ; Babel no 488.

Une magnifique désolation, Les Éditions de l’Amandier-Théâtre, 2003.

Le Rire de résistance, t. I, De Diogène à Charlie Hebdo, Beaux-Arts éditions, 2007.

Le Rire de résistance, t. II, De Plaute à Reiser, Beaux-Arts éditions, 2010.

Brèves de comptoir 3. Une semaine, de Jean-Marie Gourio, adaptation théâtrale de Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gourio, Actes Sud-Papiers/Julliard, 2010.

Coffret Brèves de comptoir, avec Jean-Marie Gourio, Actes Sud-Papiers/ Julliard, 2010.

Vents contraires, le livre collaboratif du théâtre du Rond-Point, avec Jean-Daniel Magnin, Le Castor astral, 2012.

Bienvenue ! 34 auteurs pour les réfugiés, Points, 2015.

 

Dessin de couverture : © Roland Topor

 

© ACTES SUD, 2017

ISSN 0298-0592

ISBN 978-2-330-07877-5

 

SULKI ET SULKU

ONT DES

CONVERSATIONS

INTELLIGENTES

 

 

Jean-Michel Ribes

 

 
 

À Juliette Chanaud.

NOTE

Sulki et Sulku, en 2014, se sont glissés dans ma pièce Musée haut, musée bas. Ils y interprétaient deux œuvres d’art vivantes dont les propos n’ont pas laissé indifférents certains spectateurs. À peine les représentations terminées, ils ont ressenti le besoin irrépressible de continuer à discuter ensemble. Je ne suis pas parvenu à les en empêcher, ce n’est pas faute d’avoir essayé.

Vous trouverez ici quelques-unes de leurs conversations que j’ai réussies à retranscrire. Ils m’ont assuré qu’elles étaient intelligentes. Je n’en suis pas sûr, mais avec eux on ne sait jamais.

 

JEAN-MICHEL RIBES

janvier 2016.

— l’art —

Sulki et Sulku entrent dans une salle de musée vide.

 

SULKI. Ce musée est vraiment intéressant, non Sulku ?

 

SULKU. D’où qu’on se place, d’où qu’on se tourne, d’où qu’on se virevolte, on te voit Sulki !

 

SULKI. Et toi Sulku, on te voit, mais alors formidablement.

 

SULKU. C’est l’avantage de ce musée, on se voit dans de très bonnes conditions.

 

SULKI. Alors qu’à la télévision on ne nous voit jamais.

 

SULKU. Tu savais Sulki que la télévision n’avait pas d’anus ?

 

SULKI. Pas d’anus, la télévision !!?

 

SULKU. Aucun. Juste une bouche.

 

SULKI. Juste une bouche la télévision !!?

 

SULKU. Une bouche qui projette tout devant.

 

SULKI. Sur la vitre !

 

SULKU. Tout sur la vitre.

 

SULKI. La merde aussi ?

 

SULKU. Forcément.

 

SULKI. Sulku ?

 

SULKU. Oui Sulki.

 

SULKI. Pourquoi on parle de télévision à ton avis ?

 

SULKU. Parce que toi et moi nous sommes des œuvres d’art Sulki…

 

SULKI. Ça c’est sûr, et pas de la daube, la preuve on est dans un musée.

 

SULKU. Et que les œuvres d’art doivent parler de la société.

 

SULKI. Non !

 

SULKU. Il paraît… Ça revient.

 

SULKI. Tu veux dire qu’on doit signifier quelque chose ?

 

SULKU. C’est ce qu’ils veulent… Ne crois pas que ça me fasse plaisir Sulki.

 

SULKI. Mais si on a un sens Sulku, est-ce que ce sera encore de l’art ?

 

SULKU. J’ai bien peur que non Sulki.

 

SULKI. Ou alors on sera de l’art populaire.

 

SULKU. Tu imagines !

 

SULKI. Ou pire : de l’art bourgeois.

 

SULKU. Quelle horreur. Je n’aime pas les bourgeois.

 

SULKI. Sauf ceux qui nous invitent l’été en Corse. Ceux-là sont gentils, Sulku.

 

SULKU. Quand ils ont un bateau et des femmes de chambre, Sulki !

 

SULKI. Bien sûr, Sulku.

 

SULKU. Sinon, je ne les aime pas.

 

SULKI. J’ai honte qu’on ait parlé de la télévision Sulku !!

 

SULKU. Moi aussi… On se rattrape ?

 

SULKI. Oui Sulku… On fait du patin à roulettes ?

 

SULKU. Sans roulette !

 

SULKI. Encore mieux Sulku !