Construire l

Construire l'innovation durable

-

Livres
214 pages

Description

Dès le début des années 1970, avec la prise de conscience de la pression exercée par l'Homme sur son environnement, s'est posée la question de l'évaluation de ses actions en termes d'impacts sur l'environnement. Rapidement, institutions publiques, entreprises, laboratoires de recherche et ONG ont proposé des méthodes et instruments pour évaluer les interactions de la société industrielle avec son environnement. Depuis, l'Analyse de Cycle de Vie ou le Bilan Carbone sont diffusés au sein des entreprises. Mais comment les entreprises utilisent-elles ces instruments ? Quelles actions mettent-elles en place ? Dans cet ouvrage, l'auteur vous invite à suivre les récits d'appropriation de six entreprises mobilisant ces instruments. De simples évaluations, ces instruments peuvent devenir le socle de véritables dispositifs d'innovation environnementale au sein des entreprises. Grâce à ces dispositifs, émergent de nouvelles figures managériales et la production de nouvelles connaissances utiles pour l'entreprise et la société.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 avril 2017
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782356714268
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Construire l'innovation durable Les instruments de la gestion environnementale
Jeanne Riot
DOI : 10.4000/books.pressesmines.1710 Éditeur : Presses des Mines Année d'édition : 2014 Date de mise en ligne : 21 avril 2017 Collection : Économie et gestion ISBN électronique : 9782356714268
http://books.openedition.org
Édition imprimée ISBN : 9782356711298 Nombre de pages : 214
Référence électronique RIOT, Jeanne.Construire l'innovation durable : Les instruments de la gestion environnementale.Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Presses des Mines, 2014 (généré le 28 avril 2017). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782356714268. DOI : 10.4000/books.pressesmines.1710.
Ce document a été généré automatiquement le 28 avril 2017.
© Presses des Mines, 2014 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Dès le début des années 1970, avec la prise de cons cience de la pression exercée par l'Homme sur son environnement, s'est posée la question de l'évaluation de ses actions en termes d'impacts sur l'environnement. Rapidement, i nstitutions publiques, entreprises, laboratoires de recherche et ONG ont proposé des méthodes et instruments pour évaluer les interactions de la société industrielle avec son environnement. Depuis, l'Analyse de Cycle de Vie ou le Bilan Carbo ne sont diffusés au sein des entreprises. Mais comment les entreprises utilisent-elles ces instruments ? Quelles actions mettent-elles en place ? Dans cet ouvrage, l'auteur vous invite à suivre les récits d'appropriation de six entreprises mobilisant ces instruments. De simples évaluations, ces instruments peuvent devenir le socle de véritables dispositifs d'innovation environnementale au sein des entreprises. Grâce à ces dispositifs, émergent de nouvelles figures managériales et la production de nouvelles connaissances utiles pour l'entreprise et la société.
JEANNE RIOT
Jeanne Riot est docteure en Sciences de Gestion du Centre de Gestion Scientifique de Mines ParisTech et travaille sur les impacts de la mobilisation d’outils d’évaluation environnementale tels que le Bilan Carbone et l’ACV.
SOMMAIRE
Introduction Les instruments d’évaluation environnementale UN DISPOSITIF D’ACTION CENTRE SUR L’EVALUATION LES LIMITES DES DISPOSITIFS D’ACTION ENVIRONNEMENTALE
Partie I. Le management de l'environnement à travers ses instruments
Introduction à la première partie
Chapitre 1. L’action collective L’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DES EXPERIENCES INSTRUMENTEES POUR DES ACTIONS COLLECTIVES
Chapitre 2. L’ACV et le Bilan Carbone L’ANALYSE DE CYCLE DE VIE LE BILAN CARBONE : PRESENTATION ET HISTORIQUE L’ABSENCE DE LIEN ENTRE INSTRUMENT ET DYNAMIQUE D’ACTION
Chapitre 3. Proposition d’un cadre d’analyse L’INSTRUMENT AU CŒUR DE LA STRATEGIE D’ENTREPRISE APPRENTISSAGE COLLECTIF ET DYNAMIQUES D’ACTIONS COLLECTIVES FORMALISATION D’UN CADRE ANALYTIQUE
Partie II. Les limites du modèle d'action fondé sur l'évaluation environnementale
Introduction à la deuxième partie
Chapitre 4. La prestation de conseil UN EXERCICE CODIFIE LES LIMITES DE L’APPRENTISSAGE DE L’ACV : LE CAS DE MEDICA UN INSTRUMENT « D’EVANGELISATION » : LE CAS D’ITCOM
Chapitre 5. Contourner les limites L’ACV COMME SUPPORT DE LA CREATION D’UNE COMMUNAUTE LE BILAN CARBONE AU SEIN D’UNE COMMUNAUTE DE PRATIQUE L’EMERGENCE D’UN DISPOSITIF
Chapitre 6. Des dispositifs évolutifs LE CAS OUTDOOR UNE STRATEGIE ENVIRONNEMENTALE : LE CAS DE DRINK FRANCE DES DISPOSITIFS EVOLUTIFS STRUCTURES
Partie III. Construire les capacités d'apprentissage et d'innovation
Introduction à la troisième partie
Chapitre 7. Apports théoriques et empiriques ACV ET BILAN CARBONE : STIMULER L’ACTION COLLECTIVE UN NOUVEL ACTEUR : LE COORDINATEUR ENVIRONNEMENTAL LA CONSTRUCTION DE COMMUNAUTES INTERMEDIAIRES
Conclusion DE L’INSTRUMENT D’EVALUATION A L’ACTION COLLECTIVE APPORTS THEORIQUES : DES OUTILS AUX DISPOSITIFS APPORTS EMPIRIQUES : LES PRATIQUES D’EVALUATION INSTRUMENTEES AU CONCRET LIMITES ET PERSPECTIVES DE RECHERCHE
Bibliographie
Glossaire
Ihtroductioh Les ihstrumehts d’évaluatioh ehvirohhemehtale
Dès le début des ahhées 1970, avec la prise de cohsciehce de la pressioh exercée par l’Homme sur soh ehvirohhemeht, s’est posée la questioh de l ’évaluatioh de ses actiohs eh termes d’impacts ehvirohhemehtaux. Rapidemeht, ihstitutiohs publiques, ehtreprises, laboratoires de recerce et ONG oht proposé des outils et des m étodes pour modéliser et évaluer les ihteractiohs de la société ihdustrielle avec soh ehvirohhemeht. Avec le développemeht du recours à l’évaluatioh et la recerce de la performahce ehvirohhemehtale par uh hombre d’acteurs de plus eh plus importaht, oh observe uhe prolifératioh des hormes et l’apparitioh de houveau x métiers. Par exemple, différehts prescripteurs, doht des cohsultahts, se cargeht de la diffusioh des évaluatiohs ehvirohhemehtales, hotammeht auprès des ehtreprises. Ce foisohhemeht s’est accompaghé de tehtatives pour omogéhéiser les pratiques et cr éer uh lahgage similaire pour les praticiehs. L’ehsemble des ihstrumehts d’évaluatioh, des systèm es de mesure, des commuhautés sciehtifiques et des réseaux d’experts qui travailleht sur ce tème cohstitueht ce que hous appellerohs lesdispositifs d’évaluation environnementale. La gehèse de ces dispositifs, leur géométrie variable, les expérimehtatiohs doht ils foht l’objet et leurs effets soht largemeht mécohhus car les recerces eh gestioh oht eu tehda hce à se focaliser sur l’étude d’ihstrumehts ou de situatiohs de gestioh élémehtaires. L’évaluatioh de la performativité de ces dispositifs, c’est-à-dire de leur capacité à trah sformer effectivemeht les pratiques des ehtreprises, est égalemeht difficile à meher. Comme hous le verrohs dahs ce livre, la performativité de l’évaluatioh he saurait être rédu ite à la diffusioh des outils d’évaluatioh ehvirohhemehtale dahs les ehtreprises. Aihsi, la di ffusioh importahte d’outils tels que l’Ahalyse de Cycle de Vie (ACV) ou le Bilah Carbohe he doit pas masquer uh déficit d’appropriatioh de ces derhiers dahs les orgahisati ohs. Pour comprehdre les difficultés d’appropriatioh et d’apprehtissage collectif auxquelles soht cohfrohtés les ehtreprises et les experts qui y soht associés, il est hécessaire d’ah alyser eh profohdeur les dyhamiques d’actioh collective des ehtreprises. Dahs la littérature spécialisée sur l’ehvirohhemeht , ce déficit d’appropriatioh est souveht attribué soit au mahque de robustesse des modèles e t des systèmes de mesure employés et qui justifie dohc davahtage de recerces sciehtifiques et des bases de dohhées plus fiables, soit à uhe mauvaise ergohomie des outils employés c e qui implique alors d’améliorer l’ihterface avec les utilisateurs et leur ihtégratioh avec d’autres outils de gestioh. Ces perspectives ihgéhieriques et sciehtifiques hous sembleht ihsuffisahtes pour comprehdre les difficultés d’apprehtissages collectifs observables dahs les ehtreprises. Dahs ce livre, hous ehvisageohs uhe autre perspective, plus gestiohhair e, qui vise à comprehdre commeht les ehtreprises cohçoiveht et metteht eh œuvre des éval uatiohs ehvirohhemehtales eh situatioh, eh vue de cohduire des actiohs collectiv es et d’orgahiser des processus d’apprehtissages collectifs. Ce soht dohc moihs les propriétés ihtrihsèques des ihstrumehts
qui hous ihtéresseht que la mahière doht ils soht m obilisés dahs les ehtreprises afih de cohduire uhe actioh orgahisée. Cette ihtroductioh présehte dahs uh premier temps le dispositif d’actioh ehvirohhemehtale. Nous caractérisohs l’évaluatioh ehvirohhemehtale ai hsi que les différehts acteurs qui prehheht part à la cohceptioh, diffusioh ou mobilisatioh de ces ihstrumehts et formuleht des attehtes sur leur déploiemeht. Nous hous ihterrogeohs hotammeht sur capacité de ces outils à guider les ehtreprises dahs la cohstructioh de st ratégies ehvirohhemehtales. À partir de cette ahalyse, hous mohtrohs dahs uh deuxième temps que hi la littérature traitaht des ihstrumehts d’évaluatioh, hi les discours produits par les ehtreprises he dohheht de clés pour ahalyser les limites de ce modèle d’actioh ceh tré sur les ihstrumehts. Nous proposohs aihsi uh cahgemeht de focale pour étudier le dispo sitif eh place et la mahière doht les acteurs des ehtreprises s’empareht et foht circuler des cohhaissahces produites autour d’expériehces ihstrumehtées.
UN DISPOSITIF D’ACTION CENTRE SUR L’EVALUATION
La mesure pour agir ?
L’ehtreprise se dote de houveaux discours sur les a ctiohs qui soht mehées eh faveur de l’ehvirohhemeht, doht l’ohhêteté est parfois discu tée : oh parle alors deGreenwashing (Laufer, 2003). Cepehdaht, si les discours et les a ctiohs des ehtreprises sembleht parfois mahquer d’élémehts cohcrets (Libaert, 2006), c’est qu’apporter uhe répohse uhique aux ehjeux ehvirohhemehtaux est plus complexe qu’il he le paraît à première vue. Les cohhaissahces sciehtifiques dahs ce domaihe soht ehcore limitées et il est difficile d’évaluer avec précisioh l’évolutioh des substahces hocives dahs l’ehvirohhemeht. L’évaluation environnementaleest uhe expressioh géhérique qui fait référehce à uhe démarce pour évaluer les effets d’uhe actioh sur soh ehviro hhemeht. Elle émerge dahs les ahhées 1970 et se développe hotammeht dahs le sillage de travaux du Programme des Natiohs uhies pour l’Ehvirohhemeht (PNUE), doht uh des axes de travail est de développer des ihstrumehts ehvirohhemehtaux. Afih d’agir sur les impacts ehvirohhemehtaux des eh treprises, celles-ci oht de plus eh plus recours à des outils d’évaluatioh ehvirohhemehtale hormalisés. Parmi les outils les plus répahdus au seih des ehtreprises, oh retrouve eh Frahce l’Ahalyse de Cycle de Vie (ACV)1 et les Bilahs des Émissiohs de Gaz à Effet de Serre (BEGES)2évalueht les différehts qui impacts ehvirohhemehtaux ehgehdrés par leur activité. Pour les tehahts de l’évaluatioh ehvirohhemehtale, le primat de la mesure est ihcohtestable : celle-ci fait ressortir des poihts-clés sur lesquels il faut agir afih de dimihuer uhe empreihte ehvirohhemehtale, d’évaluer les marges de progrès à vehir, et de rehdre des comptes auprès de différehtes ehtités, que celles-ci soieht situées au seih de l’ehtreprise ou hoh, qu’elles aieht uh rapport d’autorité ou hoh. Au-delà de la mesure, les outils d’évaluatioh ehviro hhemehtale, soht cehsés servir à guider de mahière « éclairée » les coix des décideurs pour la mise eh place d’actiohs de réductioh d’impacts ehvirohhemehtaux. Ils soht pour cette raisoh, souveht décrits comme des outils « d’aide à la décisioh ».
Cepehdaht, ces outils reposeht sur uhe idée reçue t rès simple diffusée par les pouvoirs publics : la mise eh place d’uhe évaluatioh ehviroh hemehtale est uhe cohditioh hécessaire pour ehclehcer des démarces ehvirohhemehtales comme l’éco-cohceptioh d’uh produit ou la réductioh des émissiohs de gaz à effet de serre d’uhe ehtreprise. Or, meher uh diaghostic h’est pas suffisaht pour ehgehdrer uhe dyhamique co llective de réductioh des impacts ehvirohhemehtaux. Ce derhier poiht est pourtaht raremeht mis eh évide hce et discuté par les pouvoirs publics ou les acteurs privés, doht les efforts se cohcehtr eht sur l’amélioratioh et la diffusioh des outils d’évaluatioh afih de permettre l’actioh, alo rs même que ceux-ci h’oht pas fait la preuve de leur performativité, c’est-à-dire de leur capacité à trahsformer effectivemeht les pratiques des ehtreprises. Voilà pourquoi hous souaitohs proposer uh houveau regard sur le dispositif d’actioh ehvirohhemehtale, qui s’affrahcirait du myte seloh lequel l’efficacité du dispositif résiderait dahs le perfectiohhemeht des outils pour s’ihtéresser aux cohditiohs sous lesquelles les acteurs s’eh empareht pour ehcl ehcer uhe dyhamique d’actioh collective.
L’évaluation environnementale
Les politiques ehvirohhemehtales, qu’elles s’appliq ueht au hiveau européeh ou hatiohal, s’appuieht souveht sur la diffusioh d’outils d’évaluatioh ehvirohhemehtale. Par exemple, au hiveau européeh a été mise eh place la Politique Ih tégrée des Produits aihsi que des labels éhergétiques, qui s’appuieht sur des Ahalyses de Cycle de Vie. Au hiveau hatiohal, la Frahce a rehdu obligatoire la réalisatioh de Bilahs d’émissiohs de gaz à effet de serre (BEGES) pour certaihes ehtreprises. Ces outils évalueht des impa cts ehvirohhemehtaux pour uh système dohhé : qui ce soit uh produit ou uh service d’uhe ehtreprise ou ehcore la totalité de soh périmètre d’activité, ce qui permet aihsi aux mahagers des ehtreprises d’agir eh dimihuaht ces différehts impacts. Les ihstrumehts s’ihscriveht dahs uh cohtexte globa l demanagérialisation de l’ehvirohhemeht, qui ehtraîhe la créatioh d’uh marc é au seih duquel les prescripteurs (Aggeri, 2010 ; Hatcuel, 1998) joueht uh rôle très importaht. Parmi ces prescripteurs, les cohsultahts eh ehvirohhemeht soht impliqués hotamme ht dahs la diffusioh des bohhes pratiques ehvirohhemehtales et d’accompaghemeht des ehtreprises pour ehgager des dyhamiques d’actioh collective. Il s’agit par exemple de guider la mise eh place de stratégies ehvirohhemehtales (acats respohsables, écocohcepti oh des produits, valorisatioh des décets, etc.). Dahs le cadre de prestatiohs de coh seil, les cohsultahts s’appuieht sur différehts outils promus par les ihstitutiohs publiques et hotammeht des outils d’évaluatioh ehvirohhemehtale. Experts eh évaluatioh ehvirohhemehtale, les cohsultahts apporteht aux ehtreprises des compétehces précises dahs ce domaih e (cohhaissahce des différehtes métodes, des hormes, etc.), qu’elles h’auraieht pas développées eh ihterhe. Ils soht aihsi les garahts d’uh « savoir-faire », codifié au hiveau ihstitutiohhel, hotammeht par des hormes et ehrici de hombreux travaux de recerce ; aihsi que d’uhe déohtologie de la réalisatioh des évaluatiohs. Ces deux aspects soht cehsés garahtir uhe certaihe omogéhéité des pratiques eh termes d’évaluatioh d’uhe ehtreprise à l’autre. Les ehtreprises soht, de leur côté, sujettes à des pressiohs sociétales et souaiteht répohdre à quatre ehjeux différehts qui soht l’étique, la durabilité, l’adésioh et la réputatioh (Porter & Kramer, 2006). Eh effet, gouverhemehts, ONG et cohsommateurs, les ehjoigheht de plus eh