Enseigner les sciences sociales de l

Enseigner les sciences sociales de l'environnement

Livres
214 pages

Description

En réponse à une croissance soutenue des enjeux environnementaux, les demandes de la part des instances, des associations, des institutions d'enseignement et surtout, des étudiants pour des cours soit sur l'environnement soit qui intègrent les problématiques environnementales. La demande étudiante notamment dépasse, en effet, l'offre des programmes dans trop de nos institutions d'enseignement. Les changements climatiques, la crise de l'eau, les déchets et la pollution font dorénavant de l'enseignement relatif à l'environnement une nécessité de plus en plus urgente. Ce livre, un des premiers en langue française dans ce domaine, réunit une équipe internationale et multidisciplinaire d'enseignants-chercheurs issue des sciences sociales. Il offre des activités, des méthodes et des cours complets aux enseignants pour former les apprenants aux problématiques de l'environnement et du développement durable. Il vise à contribuer à la constitution de cursus pluridisciplinaires sur la question environnementale en cours dans nos universités. Les activités décrites ici ont toutes fait leur preuve dans des conditions d'enseignement réelles et elles sont présentées de telle sorte que l'enseignant puisse les reproduire et les utiliser en classe.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 octobre 2017
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782757419014
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Enseigner les sciences sociales de l'environnement Un manuel multidisciplinaire
Stéphane La Branche et Nicolas Milot (dir.)
DOI : 10.4000/books.septentrion.15343 Éditeur : Presses universitaires du Septentrion Lieu d'édition : Villeneuve d'Ascq Année d'édition : 2010 Date de mise en ligne : 6 octobre 2017 Collection : Environnement et société ISBN électronique : 9782757419014
http://books.openedition.org
Édition imprimée ISBN : 9782757401484 Nombre de pages : 214
Référence électronique LA BRANCHE, Stéphane (dir.) ; MILOT, Nicolas (dir.).Enseigner les sciences sociales de l'environnement : Un manuel multidisciplinaire.Nouvelle édition [en ligne]. Villeneuve d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2010 (généré le 12 octobre 2017). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782757419014. DOI : 10.4000/books.septentrion.15343.
Ce document a été généré automatiquement le 12 octobre 2017.
© Presses universitaires du Septentrion, 2010 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Enréponse à une croissance soutenue des enjeux environnementaux, les demandes de la part des instances, des associations, des institutions d'enseig nement et surtout, des étudiants pour des cours soit sur l'environnement soit qui intèg rent les problématiques environnementales. La demande étudiante notamment dépasse, en effet, l'offre des prog rammes dans trop de nos institutions d'enseig nement. Les chang ements climatiques, la crise de l'eau, les déchets et la pollution font dorénavant de l'enseig nement relatif à l'environnement une nécessité de plus en plus urg ente. Ce livre, un des premiers en lang ue française dans ce domaine, réunit une équipe internationale et multidisciplinaire d'enseig nants-chercheurs issue des sciences sociales. Il offre des activités, des méthodes et des cours complets aux enseig nants pour former les apprenants aux problématiques de l'environnement et du développement durable. Il vise à contribuer à la constitution de cursus pluridisciplinaires sur la question environnementale en cours dans nos universités. Les activités décrites ici ont toutes fait leur preuve dans des conditions d'enseig nement réelles et elles sont présentées de telle sorte que l'enseig nant puisse les reproduire et les utiliser en classe.
STÉPHANE LA BRANCHE
Chercheur-enseig nant associé au PACTE, Institut d’études politiques de Grenoble et au laboratoire Energ ie et Politique de l’environnem ent, Grenoble.
NICOLAS MILOT
Chercheur postdoctoral à l’Université de Sherbrooke, Québec, Canada.
SOMMAIRE
Introduction Nicolas Milot et Stéphane La Branche
Chapitre 1. Regard historique sur le développement de l’éducation relative à l’environnement Carine Villemagne L’éducation relative à l’environnement : quelques clarifications L’interprétation de la Nature, leoutdoor educationet le pouvoir formateur de l’environnement L’ERE et les problèmes environnementaux L’ERE, une culture de l’eng ag ement L’ERE et l’éducation au développement durable Pour conclure
Chapitre 2. La direction de thèse : pour une pédagogie du laisser penser Lawrence Olivier La démarche ou la réflexion « Laisser faire » n’est pas « ne rien faire » Conclusion
Chapitre 3. Former et se former à la sociologie de l’environnement Bruno Villalba Apprendre et transmettre : l’environnement comme paradig me Un apprentissag e coopératif Stratég ies d’appropriation Infléchir les représentations sur l’environnement Co-construire les représentations pour l’action Conclusion
Chapitre 4. Les sciences sociales de l’environnement dans un contexte d’interdisciplinarité : une réflexion étudiante québécoise Nicolas Milot, Mélanie Bisson et Jonathan Tardif Complexité, interdisciplinarité, environnement L’enseig nement des sciences sociales de l’environnement Transmettre ou partag er les connaissances ? L’important, c’est s’adapter ! Enseig ner en vue de l’action sur le terrain De l’importance de toucher aux questions d’éthique
Chapitre 5. Enseigner l’environnement dans les universités et grandes écoles. Gros plan sur trois enseignements Christelle Didier et Romain Huët
Introduction Méthodolog ie de l’étude Des cours sur l’environnement Les enseig nements retenus Première étude de cas : un cours « Développement durable et territoire » Seconde étude de cas : un cours « Environnement textile » Troisième étude de cas : une option « Développement durable et action sociale » Conclusion
Chapitre 6. Actions pour une éducation environnementale interculturelle construite autour des contes Esoh Elamé Introduction L’utilisation du narratif en ERE : l’exemple des contes L’exemple du projet européen SOCRATES L’utilisation du conte dans l’enseig nement du français dans une perspective d’ERE Sensibiliser les élèves à la g estion durable des déchets Conclusion
Chapitre 7. Simulation pédagogique pour l’aide à la négociation environnementale : d’un jeu de rôle de papier à une plate-forme informatisée Frédéric Paran, Léa Sébastien et Didier Graillot
Chapitre 8. Enseigner les nouvelles questions de recherche en sciences sociales de l’environnement Stéphane La Branche
Chapitre 9. Changer le monde depuis la salle de classe : une initiation à l’expertise environnementale grandeur nature, inspirée de séminaires américains Claire Leduc et Jennifer Lynn Wells Introduction Fonctionnement g énéral du séminaire proposé : un lieu d’étude au voisinag e de l’université Un rapport pluridisciplinaire commun issu des recherches thématiques Des enseig nants passeurs Déroulement d’un semestre-type Trois variantes d’un même modèle pédag og ique Conclusion
Introduction
Nicolas Milot et Stéphane La Branche
Les préoccupations environnem entales sont présentes au sein des sciences naturelles et sociales depuis les années 1920, m ais ce n’est que dans les années 1960 qu’elles se diffusent dans les populations des pays riches avec, entre au tres, la m ontée du m ouvem ent anti-nucléaire et la sortie de l’« éco-thriller »Silent spingRachel Carson. A cette époque, de l’environnem ent n’est qu’une préoccupation parm i d’autres, au sein d’une société civile en pleine ébullition : sexism e, racism e, décolonisation ou Guerre froide occupent davantag e le devant de la scène. Après une baisse d’intérêt pour l’environnem ent dans les années 1970, la cause environnem entale connaît depuis les années 1980 un essor incessant principalem ent en raison de la conjoncture de plusieurs évènem ents : fin de la Guerre froide, publication du Rapport Brundtland en 1987, aug m entation de la poll ution, effets avérés des produits chim iques sur la santé et trou dans la couche d’ozone. Le rapport Brundtland m et en évidence le lien étroi t qui existe entre le développem ent, l’épuisem ent des ressources et l’environnem ent. Le com prom is politique adopté alors est celui d’un développem ent « durable », participatif et culturellem ent approprié qui induirait à term e, des conséquences im portantes pour la cause environnem entale en perm ettant à une vision plus écosystém ique de s’im m iscer peu à p eu dans toutes les dim ensions et les sphères de nos sociétés. À la fin des années 1990, un nouvel enjeu g lobal et fondam ental à notre civilisation contribue à m ettre l’environnem e nt à l’avant de nos politiques économ iques : le chang em ent clim atique. Ce phénom èn e eng endrera des effets dont la profondeur et l’am pleur sur nos sociétés dem eurent inim ag inables et dont l’im portance ne pourra qu’accroître encore plus la lég itim ité de l’ environnem ent dans les sphères de décisions, m ais aussi plus g énéralem ent, dans nos m entalités, nos com portem ents et nos attitudes. En effet, la crise environnem entale dans toutes ses form es soulève la question de notre responsabilité face à notre m ilieu de vie, tant pour la santé de nos contem porains que celle des g énérations futures, ainsi que pour la biodiver sité, victim e prem ière de nos décisions. Mais l’environnem ent n’est pas sim plem ent un espace de consensus. Il est aussi celui de rivalités, de tensions, d’oppositions très fortes e t d’enjeux politiques. Les tensions et les oppositions qu’il recouvre sont souvent ig norées dans la pédag og ie sur l’environnem ent, à l’exception des cours de sociolog ie et d’études pol itiques directem ent dédiés aux enjeux environnem entaux. On peut m êm e dire, et c’est là un e critique à considérer, que ces deux disciplines ne s’intéressent à l’environnem ent qu’e n ce qu’il est porteur d’inég alités et de conflits sociaux, sans en relever les spécificités en tant que cham p d’études à part pour les sciences sociales. C’est ce que tente de faire ressortir S. La Branche, politolog ue, dans son chapitre, lorsqu’il présente les m éthodes pour ense ig ner les questions ém erg entes de recherche, notam m ent les questions de la valeur environnem entale de la participation et celle de l’écocentrism e. La dim ension réflexive de l’environnem ent, ses im plications en
term es de choix et de stratég ies, m ais aussi la que stion m êm e de son effectivité, en particulier au plan individuel, sont ég alem ent évoq uées par le biais de la critique du transfert de la pédag og ie de l’environnem ent sur la thém atique du développem ent durable par Carine Villem ag ne1de sentale com m ande . Clairem ent, la crise environnem chang em ents de com portem ents et de valeurs non seul em ent de la part des États, des org anisations internationales, des firm es privées e t des industries, m ais aussi de chaque individu. Théoriquem ent, le décalag e entre la crise environnem entale, ses conséquences sociales et culturelles et les solutions à y apport er, bouscule nos schém as m entaux de com préhension et d’analyse par leur com plexité, leu r échelle, leur tem poralité et leur m ultidisciplinarité. C’est dans ce contexte que se pose la questionpédagogique de l’environnem ent dans le sens le plus larg e du term e. C’est alors qu’apparaît un prem ier défi : la pédag o g ie en m ilieu universitaire dem eure un tabou, une chasse g ardée secrète et sacrée de l’enseig nant. La réflexion sur la pédag og ie universitaire en sciences sociales n’en est encore qu’à ses débuts. Lors de notre appel à publication du prem ier m anuel de pédag og ie universi taire pour les sciences sociales en lang ue française2, les réactions furent m itig ées : « La pédag og ie un iversitaire, ça existe ? » ; « Pourquoi, ca intéresse quelqu’un ? » . Force est de constater qu’il existe une absence de réflexion sur la pédag og ie universitaire que nous avons im puté au cursus universitaire des professeurs (pris par l’im pératif de «publish or perish » et le peu d’im portance de la pédag og ie dans l’avancem ent d’un e carrière), au rôle et au statut de la science (celui qui sait peut enseig ner, la science se suffisant à elle-m êm e), et à l’absence de form ation pédag og ique. En effet, la quasi-totalité des professeurs des sciences sociales ont enseig né pour la prem ière fois en tant qu’étudiant de doctoratsans avoir reçu une formation pédagogique préalable! Face à 60 ou m êm e 140 étudiants, il y a de quoi paniquer. Le présent ouvrag e vise justem ent à pallier ces fai blesses et à susciter la discussion, voire idéalem ent, à participer à l’am élioration de la péd ag og ie. Trop d’étudiants disent avoir développé une passion pour une discipline ou un sujet g râce à un professeur qui a réussi à attiser leur passion g râce à des m éthodes pédag og iques orig inales. Ce collectif est un autre pas dans cette direction, m ais avec un ang le bien p articulier : les sciences sociales de l’environnem ent, dont l’enjeu a ceci de particulier d’être intrinsèquem ent m ultidisciplinaire, à niveaux m ultiples, et de prendre en com pte des « éco-socio-systèm es », dans la com préhension de la vie en société, de l’éc onom ie, des ag ents chim iques, des bactéries, des processus industriels, des sciences naturelles… Si l’enseig nem ent des enjeux environnem entaux im plique de se référer aux données et aux faits scientifiques, l’objectif plus g énéral est d’enseig ner des outils et des m ode s de réflexions écosystém iques. Ensuite, on tend à penser qu’une telle pédag og ie doit nécessairem ent viser à des chang em ents de valeurs et de com portem ents des individus, pour en faire des ‘écocitoyens’3oins,. Néanm le but de toute pédag og ie ne serait-il pas de g énér er la passion de l’apprentissag e chez l’étudiant ? N’est-ce pas là le critère principal de ce qu’est un bon pédag og ue ? Il n’est pas de notre ressort ici de trancher la question. Il nous sem ble cependant que la pédag og ie vise à rendre possible des m anières de penser et d’ag ir, m ais qu’elle ne peut pas g arantir ses résultats4. Il existe plusieurs écoles de pensée dans la pédag o g ie de l’environnem ent – ou pédag og ie relative à l’environnem ent. Plusieurs term es existe nt et le prem ier chapitre aborde ce thèm e. De m anière g énérale, tout d’abord, on retrou ve une critique sociale de l’éducation liée à l’environnem ent, développée à la fin des ann ées 1980. Cette approche postule qu’il
faut adopter un point de vue critique à l’ég ard des réalités sociales et environnem entales. Un de ses objectifs est de prom ouvoir des m éthodes d’apprentissag e qui intèg rent des discussions voire des critiques, sur la connaissance. Ensuite, l’éducation basée sur la localité ( «place-based environmental education movementens à développer des m invite les g  ») odes d’apprentissag e et de réflexions autonom es m ais en relation directe à leur territoire. L’éducation relative à l’environnem ent (ERE) est ic i la conséquence de l’écog estion de projets locaux. Legrass-roots environment educationla m  adopte approche m êm e ais de m anière plus ‘dure’, l’idée étant de libérer l’hum a in de son aliénation vis-à-vis de son environnem ent. On retrouve ég alem ent un courant éco log iste du m ouvem ent fém iniste qui se concentre davantag e sur les aspects affectifs de la relation entre hum ains et environnem ent et qui refuse l’arg um ent de l’acteur rationnel. Puis, m entionnons rapidem ent quelques approches plus g lobales, com m e celle cog nitive, basée sur la théorie de Rokeach (1976), qui tentent d’influencer non seulem ent les valeurs m ais aussi les com portem ents par l’interm édiaire de la socialisation. L’approche prag m atique vise plutôt à développer des com pétence s pour résoudre des problèm es environnem entaux et d’écog estion. L’approche éthique quant à elle vise plutôt à développer une éthique environnem entale à partir de laquelle des com portem ents devraient découler. Plus rares m ais tout de m êm e existantes m êm e si ell es sont presque absentes des travaux scientifiques et des org anisations politiques, il e xiste des approches ‘spiritualistes’ qui prennent en com pte les valeurs relig ieuses et spiri tuelles pour prom ouvoir les com portem ents éco-vertueux – les ‘relig ions’ anim istes et certaines versions de l’hypothèse Gaïa offrent à cet ég ard de très bons exem ples. Une tendance assez claire ém erg e : il s’ag it par le biais de l’ERE de m odifier les com portem ents, que ce soit par le biais des valeurs, des pratiques de résolution des problèm es ou de l’éthique. Les chapitres de cet ouvrag e offrent des exem ples de ces approches m ais l’ang le g lobal est résolum ent prag m atique et ce, dans un double sens : à la fois parce qu’im plicitem ent, les activités présentées visent à susciter le passag e à l’acte et parce que ces activités sont pratiques, concrètes et reproductibles en classe. Ce livre ne porte donc pas principalem ent sur la pédag og ie en soi. Il ne propose pas de g rand s débats sur la pédag og ie m êm e si les textes ont tous im plicitem ent, et plusieurs explici tem ent, une vision, une philosophie ou une approche pédag og ique. Il s’ag it d’une décision bien consciente de notre part puisque l’objectif fixé aux collaborateurs était sim ple : l es activités présentées doivent avoir été m ises à l’épreuve en cours et avoir fonctionné (ce qui pose la question des objectifs, des activités et, de façon plus g énérale, de la finalité m êm e de l’enseig nem ent, ce qui soulève la question de la pédag og ie). L’ouvrag e présente donc des activités pédag og iques concrètes pour le niveau post-secondaire/lycée (CEGEP au Québ ec ; IUT, classes préparatoires et g randes écoles en France ; universités dans les deux pays) Il est ég alem ent transdisciplinaire en deux sens. T out d’abord, parce que la plupart des textes présentent des activités à la frontière de d eux ou plusieurs disciplines des sciences sociales m ais aussi parce que g lobalem ent, le colle ctif en soi représente plusieurs disciplines. Ainsi sont représentées études politiq ues, sociolog ie, g éog raphie physique et sociale, littérature, philosophie et relations internationales. Cette m ultidisciplinarité est un défi posé par l’environnem ent de m anière g énérale et à l’ERE. Un autre défi à relever pour la pensée et la pédag o g ie découle du fait que l’environnem ent est un phénom ène à échelles m ultiples, c’est-à-dire qu’une action locale peut avoir des effets à la fois locaux et g lobaux et ensuite, qu’un probl èm e g lobal peut avoir des répercussions