Le gecko léopard

Le gecko léopard

-

Livres
64 pages

Description

Ce guide regroupe des conseils pratiques et détaillés sur le gecko léopard maintenu en captivité, ainsi que de multiples trucs et astuces. Toutes les questions importantes sont abordées : la taille du terrarium, l’aménagement et le décor, l’installation technique, l’alimentation et la prévention des maladies. Des éleveurs chevronnés dévoilent leurs secrets sur la reproduction et l’élevage de cette espèce. Le texte est illustré de photos et schémas en couleurs et présenté de manière agréable.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 septembre 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782359090925
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ce guide regroupe des conseils pratiques et détaillés sur le gecko léopard maintenu en captivité, ainsi que de multiples trucs et astuces. Toutes les questions importantes sont abordées : la taille du terrarium, l’aménagement et le décor, l’installation technique, l’alimentation et la prévention des maladies. Des éleveurs chevronnés dévoilent leurs secrets sur la reproduction et l’élevage de cette espèce. Le texte est illustré de photos et schémas en couleurs et présenté de manière agréable.
Mélanie Hartwig est une terrariophile allemande spécialiste du gecko léopard.
Gecko léopard du morphe « blizzard ». Photographie : B. Lowe/Blue Chamaleon Ventures
Sommaire
Avant-propos Description Zone de répartition et habitat naturel Mode de vie et comportement Dispositions légales et acquisition Transport et quarantaine Terrarium et technique Aménagement du terrarium Soins et alimentation Pause hivernale
Reproduction Élevage des jeunes Formes de couleur Éléments de génétique Maladies Association avec d’autres reptiles Informations complémentaires Remerciements Bibliographie
Couverture : Forme « tangerine albinos ». Photographie : M. Hartwig Vignette : Forme « red striped ». Photographie : M. Hartwig Page 1 : Adulte en compagnie d’un juvénile. Photographie : B. Lowe/Blue Chamaleon Ventures
Les indications, résultats, dosages, etc., donnés dans cet ouvrage sont issus de l’expérience de l’auteur et ont été vérifiés avec soin. Des erreurs n’étant cependant pas totalement exclues, ces conseils sont fournis sans engagement de l’auteur ni de l’éditeur. L’auteur et l’éditeur déclinent toute responsabilité pour les erreurs éventuellement présentes dans cet ouvrage. Tous droits réservés, en particulier les droits de reproduction, de diffusion et de traduction. Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement des auteurs ou de leurs ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
ISBN numérique : 978-2-35909-013-0 ISBN papier : 978-2-35909-013-0 © 2010 Animalia Editions24140 MAURENS www.animalia-editions.fr
Titre allemand original : Der Leopardgecko ©2008 Natur und Tier - Verlag GmbH, Münster, Allemagne ISBN : 978-3-86659-61-8
Traduit de l’allemand par Nathalie Vedovotto Coordination : Jean-Michel Bour Révision du texte français : Philippe Savarin Révision du texte original : Kriton Kunz, Heiko Werning, Tina Stephan & Axel Kwet Maquette : Ludger Hogeback Production ePub : booqlab.com
Avant-propos
« Attention, on devient vite accro au gecko léopard » voilà la mise en garde que j’ai reçue lorsque j’ai acheté mon premier spécimen. Et c’est un fait, il a fallu très peu de temps à ces animaux pour exercer sur moi leur fascination, qui s’est ensuite installée durablement et m’a conduit à développer un « élevage amateur contrôlé ». Je souhaite aujourd’hui partager mon expérience et proposer un aperçu du monde des geckos léopard. Du fait de son apparence attrayante et de sa facilité de maintenance, le gecko léopard(Eublepharis macularius)un reptile adapté au terrariophile est débutant. Ses grands yeux et sa gueule qui semble toujours sourire le rendent irrésistible. De tempérament calme, mais curieux, il fait rapidement confiance à son propriétaire, qui peut alors le manipuler. La reproduction de ce gecko est, elle aussi assez simple, ce qui a facilité l’obtention de nombreuses formes de coloration. L’existence de ces variantes de couleur et de dessin favorise la mise sur le marché de spécimens nés en captivité. Beaucoup d’éleveurs se sont spécialisés dans une forme donnée et ont ainsi permis de satisfaire la demande sans avoir recours à l’importation d’individus sauvages capturés dans la nature. Les États-Unis sont les pionniers en la matière. Dans leurs grandes stations d’élevage, ils sont continuellement à la recherche de nouvelles variantes plus sensationnelles les unes que les autres. Mais pour l’amateur moins ambitieux, le gecko léopard reste un animal intéressant à bien des titres, qui ne suscite jamais l’ennui. Alors que tant d’autres espèces de geckos ne s’activent que la nuit ou au crépuscule, il se déplace également durant la journée et se montre même curieux de ce qui se passe à l’extérieur de son terrarium… Cet ouvrage apportera les connaissances de base à ceux qui souhaitent s’initier à la maintenance et à la reproduction de ces passionnants geckos, afin qu’ils profitent longtemps de la joie que cela procure : vingt ans ou plus avec des soins adéquats. Les personnes qui s’intéressent aux formes de coloration trouveront une introduction à la génétique et un panorama des formes actuelles, de sorte qu’elles pourront sélectionner leur propre lignée.
Description
Photographie : B. Lowe/Blue Chamaleon Ventures
Melanie Hartwig Bottrop, automne 2008
Eublepharis macularius appartient à la famille des Eublepharidae (geckos à paupières). Comme leur nom l’indique, ces geckos possèdent des paupières mobiles, destinées à protéger leurs yeux des prédateurs et à les fermer pour dormir. Leurs doigts ne présentent pas les lamelles si typiques des geckos, mais se terminent par des griffes acérées et recourbées qui leur permettent de grimper sur des surfaces rugueuses. L’espèce a été décrite par BLYTH en 1854. Par la suite, cinq sous-espèces ont été décrites, pour aboutir à la systématique actuelle suivante :
Le saviez-vous ?
Les espèces actuellement rattachées au genre Eublepharis sont : Eublepharis hardwickii GRAY, 1827 Eublepharis fuscus BÖRNER, 1981 Eublepharis macularius (BLYTH, 1854)
Eublepharis angramainyu ANDERSON & LEVITON, 1966 Eublepharis turcmenicus DAREVSKY, 1977
Classe : Ordre : Sous ordre : Infraordre : Famille : Sous-famille : Genre : Espèce : Sous-espèces :
Reptilia (Reptilies) Squamata (Squamates) Sauria (Lézards) Gekkota (Geckos) Eublepharidae (Geckos à paupières) Eublepharinae(Véritablesgeckosàpaupieèrs) Eublepharis Eublepharis macularius(Gecko léopard) Eublepharis macularius macularius Eublepharis macularius afghanicus Eublepharis macularius fasciolatus Eublepharis macularius montanus Eublepharis macularius smithi
Le morphe sauvage se distingue par une solide constitution, des pattes trapues et une tête triangulaire nettement séparée du tronc. La queue effilée à son extrémité mesure un peu moins que la longueur museaucloaque. Elle stocke les graisses (d’où l’appellation « gecko pakistanais à queue grasse » qui lui est parfois attribuée) et, chez les individus bien nourris, peut prendre la forme d’une carotte. Le dos présente une couleur de fond jaune, alors que la face ventrale est crème. L’ensemble du corps est parsemé de petits points et de taches, auxquels le gecko léopard doit son nom. Les adultes atteignent une longueur totale de 20 à 25 cm, les femelles étant en général un peu moins grandes que les mâles. La livrée des jeunes diffère de celle des adultes. Le fond jaune vif est parcouru de bandes transversales brun sombre à noires. Le dessus de la tête est le plus souvent sombre (avec par endroits des taches plus claires) et une bande blanche qui marque généralement leur nuque. Elle disparaît lorsqu’ils grandissent, pour laisser place à des taches et des points. Quand les animaux ont atteint une longueur de 10 cm, leur aspect peut être considéré comme définitif, les marques sombres n’évoluant plus. Dans la nature, cette robe juvénile joue sans doute un rôle protecteur face aux prédateurs.
Femelle bien nourrie du morphe « high yellow ». Photographie : M. Hartwig
La différenciation des sexes est aisée chez des adultes matures : les mâles possèdent une paire d’organes copulateurs, les hémipénis, utilisés tout à tour au moment de la copulation. Au repos, ils sont abrités par deux sacs situés à la face inférieure de la base de la queue et qui forment des renflements nettement visibles. Il est en outre possible d’examiner les pores pré anaux situés entre les pattes postérieures, juste en avant du cloaque, qui sont moins marqués et moins colorés chez les femelles. Enfin, ces dernières sont souvent plus minces, en particulier au niveau de la nuque et du cou.
Le saviez-vous ?
Les mâles matures marquent leur territoire grâce aux sécrétions de leurs pores préanaux.