L'essentiel du bricolage - Aménagements extérieurs

-

Livres
110 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Clôtures et portails s’inscrivent dans l’aménagement global d’une habitation. Si la configuration du terrain oriente les choix, le critère esthétique donne le ton. Pratique, l’automatisation des ouvertures ajoute une touche de modernité à l’ensemble.

À la joie de posséder un jardin s’associe la nécessité de l’arroser. Si certains peuvent y prendre un plaisir chaque fois renouvelé, cette tâche régulière et nécessaire peut vite se transformer en corvée si vous êtes mal équipé.

Profiter du décor du jardin de nuit comme de jour passe par une mise en lumière des espaces extérieurs. Un travail méthodique sollicitant autant vos talents de décorateur et de jardinier que de bricoleur maîtrisant les règles d’électricité.

La terrasse est une véritable pièce supplémentaire. Son revêtement doit donc être choisi autant en fonction du style de la maison et de celui que vous souhaitez donner à votre jardin. La mise en œuvre dépendra ensuite du support dont vous disposez.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 juin 2014
Nombre de visites sur la page 51
EAN13 9782215152484
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0034 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
L'essentiel du bricolage - Aménagements extérieurs

EXTÉRIEUR

PORTAILS ET AUTOMATISMES

Clôtures et portails s’inscrivent dans l’aménagement global d’une habitation. Si la configuration du terrain oriente les choix, le critère esthétique donne le ton. Pratique, l’automatisation des ouvertures ajoute une touche de modernité à l’ensemble.

En matière de clôtures, toutes les combinaisons sont possibles. Mais des règles d’urbanisme peuvent exister dans votre commune : en général, elles ont pour but de faire respecter un certain style entre les abords et les façades des maisons, comme par exemple, pierre et métal pour les demeures anciennes, briques et bois à la campagne, maçonnerie et PVC en bord de mer…

Les portails en bois, PVC, aluminium, acier ou fer se trouvent souvent coordonnés aux clôtures dans différents styles. Le choix entre des battants ou un coulissant dépend surtout de la configuration du terrain. Dans les deux cas, la pose s’accompagne de travaux préparatoires importants. Notamment des poteaux et des fondations solides. Cette étape est contraignante, mais elle assure la pérennité de l’ensemble.

Quant aux systèmes de motorisation, ils sont devenus incontournables pour le confort de manipulation et la rapidité de mouvement qu’ils apportent. Vous pouvez les installer sur un modèle récent ou ancien. Le mécanisme et la pose sont très simples sur les portails coulissants et, sur les battants, vous avez le choix entre des solutions adaptées à chaque cas.

Quelle réglementation ?

Dans la plupart des communes, vous devez déposer en mairie une déclaration préalable avant d’engager des travaux sur les clôtures et portails. Le temps d’instruction d’un mois peut être porté à deux lorsque l’A.B.F. (Architecte des Bâtiments de France) doit être consulté. Ne pas avoir de réponse au terme de ce délai vaut acceptation du projet. Si les travaux ne sont pas entrepris dans les deux ans après l’obtention de l’autorisation, celle-ci devient caduque. Si vous habitez un lotissement, il faudra aussi tenir compte de son règlement.

Quel type d’ouverture ?

Battant ou coulissant ? La configuration du terrain, le style des environs et celui de la maison vont déterminer votre choix. Vous pourrez alors en déduire le type de pose.

QUELLE PLACE NÉCESSAIRE ?

 

A. Portail (220 à 300 cm)

B. Débattement vantail (110 à 150 cm)

C. Distance de garde (30 à 50 cm)

D. Distance de sécurité (50 à 80 cm)

E. Passage (60 à 90 cm)

F. Débattement volets façades (90 à 100 cm)

Les battants

Le degré d’ouverture des deux vantaux varie de 90° à 180° selon leur type de fixation aux piliers (en applique ou en tableau). La loi interdit le débattement des vantaux sur la voie publique. Si la configuration du terrain ne le permet pas, vous devez reculer le portail d’au moins 1,5 m pour lui permettre de débattre vers l’extérieur. Toutefois, la solution de l’ouverture vers l’intérieur reste la plus courante.

Les coulissants

Composé d’un seul vantail monté sur rail, il s’ouvre latéralement vers la gauche ou la droite. Ce qui demande de disposer a minima sur l’un des deux côtés de la même largeur. Ce système est parfait lorsque vous manquez d’espace en profondeur pour garer votre véhicule (entre le portail et le garage par exemple) ou si l’entrée est en montée. Mais il coûte plus cher que les modèles battants.

Quel matériau ?

Coût, résistance, entretien sont autant d’éléments à prendre en compte avant de choisir son portail. Avantages et inconvénients des matériaux les plus utilisés.

Le bois

Avantages :

sa robustesse et ses atouts environnementaux. Surtout s’il dispose des labels FSC ou PEFC. Choisissez des essences exotiques imputrescibles, ou des bois européens traités IFH (insecticide, fongicide et hydrofuge) ou THT (traitement à haute température et sans produit chimique) qui demandent moins d’entretien.

 

Inconvénients :

son entretien. Les bois européens demandent une à deux couches de lasure ou de peinture microporeuse (pas de vernis) une fois par an. Les bois exotiques et les composites ont tendance à griser et coûtent souvent un peu plus cher. La pose doit être irréprochable pour éviter toute remontée d’eau stagnante menaçant la structure de pourrissement.

Le PVC

Avantages :

sa légèreté et sa maniabilité. Faciles à poser, les portails en PVC ne nécessitent aucun entretien, aucun traitement ni aucune protection particulière. Ils ne rouillent pas et se rayent peu. Parmi les plus économiques, les clôtures en PVC sont souvent vendues en kits prêts à monter, et donc très faciles à installer.

 

Inconvénients :

sa fragilité. Les clôtures et portails en PVC ne sont pas très résistants aux chocs. Ils peuvent être renforcés d’une armature métallique visible (peu esthétique) ou intégrée (plus chère). L’aspect « plastique » peut également déplaire : le choix des couleurs est limité, seuls les blancs et beiges résistent bien aux UV, les autres ont tendance à jaunir.

L’aluminium

Avantages :

son entretien facile et sa durabilité. Comme le PVC, il ne demande aucune protection particulière. En outre, ce matériau 100 % recyclable résiste parfaitement à l’oxydation. Il est étanche et ne rouille pas. Les possibilités en termes de couleurs et de textures sont très larges (il imite même le bois). Solides et légers, les portails en aluminium sont faciles à manipuler et à poser.

 

Inconvénients :

son prix plus élevé que les exemples précédents. Les modèles les moins chers du marché sont plus fragiles, ils résistent mal aux chocs violents et peuvent facilement se bosseler. Pour pallier cette fragilité, l’aluminium est le plus souvent combiné avec un autre métal, comme le manganèse.

Le fer et l’acier

Avantages :

son esthétique et sa solidité. Ces portails stylés s’agrémentent de nombreux accessoires et décors et offrent une large gamme de formes et de couleurs. Les modèles standard en acier, plus solides qu’en fer, sont aussi plus chers mais toujours traités anticorrosion. Les clôtures en fer sont solides et durables. Les modèles ajourés peuvent recevoir un simple festonnage pour servir de brise-vue.

 

Inconvénients :

le prix des modèles sur mesure, l’entretien du fer et le poids de l’acier. Le fer rouille facilement et nécessite deux couches de peinture polyuréthane ainsi qu’un traitement anticorrosion tous les quatre ans. Les modèles en acier, sans protection, se corrodent à l’air marin.

Motoriser un portail battant

Si les bras articulés s’adaptent sur tous les types de portail et se posent facilement, la motorisation enterrée et à vérins présentent également des atouts de poids.

Une motorisation à bras articulés peut fonctionner sur des portails très lourds (jusqu’à 150 kg par vantail). Mais chaque vantail ne doit pas dépasser 2 m de largeur. C’est également une solution particulièrement intéressante pour motoriser des portails anciens, lorsque la distance entre l’axe de rotation du vantail et la face intérieure du pilier latéral est supérieure à 30 cm. Le modèle de cet exemple est raccordé à un circuit électrique. Une fois sous tension, il se règle automatiquement.

1

Une fois l’emplacement du bras articulé déterminée et les fils électriques encastrés, reportez sur le pilier la hauteur de la traverse sur laquelle le bras doit être fixé.

2

Repérez les trous de fixation du moteur sur le pilier à l’aide du gabarit fourni par le fabricant en l’alignant sur le repère tracé.

3

Percez les piliers, puis insérez dans les cavités les chevilles adaptées à la nature du support et aux dimensions des vis fournies par le fabricant.