Le guide de la restauration écologique

-

Livres
223 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Comment restaurer sa maison et la rendre belle et confortable sans dénaturer ses qualités écologiques ?



Confrontant les exigences de la HQE au principe de la réversibilité des interventions sur l'ancien, ce guide permettra aux particuliers comme aux professionnels de faire les bons choix en termes de matériaux, de mises en oeuvre, de positionnement des réseaux, de systèmes de chauffage, etc.



Des espaces extérieurs au toit, toute la maison est passée au crible des solutions vertes, qu'il s'agisse de la restaurer, de la décorer, de l'isoler ou de l'équiper afin de réaliser des économies d'eau et d'énergie. Un livre qui répond au choix de vivre dans une maison vraiment écologique, avec le caractère de l'ancien.




  • Habitat ancien et bio-restauration


    • Exercice de la restauration écologique


    • Grands et petits malheurs de la maison ancienne


    • Une maison saine dans un environnement sain




  • Isoler sa maison ancienne


    • Isoler bio : les murs et les cloisons


    • Isoler bio : le toit


    • Isoler bio : les sols et les plafonds




  • Introduire le confort : lumière, chauffage, réseaux


    • Faire entrer la lumière


    • Se chauffer bio


    • Bio jusque dans les réseaux




  • Les façades et les murs intérieurs


    • Les enduits


    • Les décors et peintures : restez bio !




  • Les espaces et installations extérieurs


    • Éléments extérieurs et gestion des eaux pluviales


    • L'assainissement individuel



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juillet 2011
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9782212600193
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le guide de larestauration écologique
Isolation Enduits et peintures Équipements et réseaux
Le guide de larestauration écologique
Comment restaurer sa maison et la rendre belle et confortable sans dénaturer ses qua lités écologiques ? Confrontant les exigences de la HQE au principe de la réversibilité des interventions sur l’ancien, ce guide permettra aux parti culiers comme aux professionnels de faire les bons choix en termes de matériaux, de mises en œuvre, de positionnement des réseaux, de systèmes de chauffage, etc. Des espaces extérieurs au toit, toute la maison est passée au crible des solutions vertes, qu’il s’agisse de la restaurer, de la décorer, de l’isoler ou de l’équiper afin de réaliser des économies d’eau et d’énergie. Un livre qui répond au choix de vivre dans une maison vraiment écologi que, avec le caractère de l’ancien.
Myriam Burie, coordinatrice de l’ouvrage, est architecte DPLG, spécialisée en architecture rurale et architecture écologique. Elle est archi tecteconseil auprès des Castors de l’Ouest, où elle a en charge le suivi des chantiers « sains ». Elle transmet ici toute l’expertise d’artisans qui interviennent quotidiennement sur des chantiers à caractère environnemental.
Une collection d’ouvrages pour équiper, rénover, construire sa maison selon les techniques environnementales.
Conception : Chantal Guézet
guide Le de la restauration écologique Coordination Myriam Burie
Crédits Coordination Myriam Burie Sauf mention spéciale, tous les dessins sont de Myriam Burie.
Conception, coordination générale et direction d’ouvrage PATRIBAT productions (Hervé Fillipetti, Fabienne Sébilo) Sauf mention spéciale, toutes les photos sont de PATRIBAT productions.
Photos couv. h. et m. : Patrig Le Goarnig ; b. : Christophe Latouche
Conception graphique, couverture et mise en pages Chantal Guézet
Remerciements Nous remercions de leur précieuse contribution à cet ouvrage : Claude Bossard, électricien spécialisé dans les environnements électromagnétiques et l’électricité biocompatible ; Nicolas Canzian, ingénieur et formateur, spécialiste en matériauX écologiques (entreprise FibraNatur) ; Sophie Goaër, architecte DPLG spécialisée dans l’habitat écologique ; Christophe Latouche, artisan spécialisé dans le matériau chanvre (entreprise L-Chanvre) ; Sébastien Le Bars, artisan spécialisé en restauration du patrimoine et matériauX naturels ; Patrig Le Goarnig, maître d’œuvre, formateur et eXpert en bio-construction ; René Le Pauder, président de l’association Tiez-Breiz ; Valérie Le Roy, décoratrice spécialisée dans les matériauX naturels (entreprise Les Ateliers de Vérone) ; Ludovic MÈge, artisan-décorateur spécialisé dans les matériauX naturels (entreprise Terre de Sienne) ;
Vincent Pirard, artisan spécialisé dans les poêles de masse (entreprise Kachelofe) ;
Mathieu Rolland, ingénieur spécialisé dans le traitement écologique des eauX usées (bureau d’études Aqualogik) ;
Jean-Louis Valentin, maître-charpentier et architecte DPLG;
Héloïse Audry et Karine Négret ainsi que Laure et Julien Henry, autoconstructeurs, et la famille Lamour, propriétaire des gîtes écologiques de Plélo.
Éditions Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris CedeX 05 www.editions-eyrolles.com
er Le Code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992 interdit eXpressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans les établissements d’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’eXploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2010 ISBN : 978-2-212-12192-6
Avantpropos                                                                  5 Habitat ancien et biorestauration 7                                Exercice de la restauration écologique9                                      Grands et petits malheurs de la maison ancienne                         23 Une maison saine dans un environnement sain                           37 Isoler sa maison ancienne                                             49 Isoler bio : les murs et les cloisons51                                          Isoler bio : le toit                                                              63 Isoler bio : les sols et les plafonds75                                           Introduire le confort : lumière, chauffage, réseaux93        Faire entrer la lumière                                                        95 Se chauffer bio107                                                                Bio jusque dans les réseaux131                                                  Les façades et les murs intérieurs                                  151 Les enduits                                                                    153 Les décors et peintures : restez bio !                                        177 Les espaces et installations extérieurs                            189 Éléments extérieurs et gestion des eaux pluviales191                        L’assainissement individuel199                                                 
Adresses utiles                                                                214 Bibliographie                                                                  216
Sommaire
L’intérêt porté à la bio-construction et, de maniÈre générale, à tous les principes d’une vie saine dans la maison, connaît en France depuis quelques années un essor sans précédent. Dans le même temps, la communication sur les techniques douces, les matériauX natu-rels non polluants, les modes de vie peu dépendants des énergies non renouvelables s’estaccrue par le biais de magazines spécialisés, d’émissions de télévision mais aussi de formationsprofessionnelles à l’intention des artisans et des architectes. Cette prise de conscience, tardive par rapport à d’autres pays européens, est allée de pair avec la multiplication de centres de production de matériauX de construction et de matériels respectant les critÈres de l’éco-habitat. Mais l’on remarque que, dans toutes ces initiatives, c’est de construction neuve qu’il s’agit avant tout, comme si l’on considérait que tout ce qui a été édifié précédemment ne pouvait assurer une «vie saine dans un bâtiment sain». Pourtant, la population vivant dans desmaisons neuves respectant les principes de la bio-construction est quantité infinitésimale. À l’inverse, nombre de maisons construites avant la PremiÈre Guerre mondiale présentent, de fait, toutes les caractéristiques défendues par la bio-construction. C’est, en particulier, le cas de la plupart des maisons rurales traditionnelles, avec le recours à des matériauX naturels et des mises en œuvre répondant précisément auX eXigences de la construction écologique. e e Certes, ces maisons, bâties pour la plupart auXxVIIIetxIxsiÈcles, ont subi au cours des âges des transformations parfois radicales, notamment pour des « mises auX normes » relatives auX eXigences de confort et de sécurité. Dans beaucoup de cas, ces interventions sont en contradiction avec les principes initiauX de la construction et de ses matériauX naturels. L’objectif de cet ouvrage est déjà d’eXpliquer les qualités intrinsÈques de la construction ancienne. Mais il est avant tout de proposer un diagnostic permettant de cibler les éléments introduits aprÈs coup et nuisibles à la santé de la maison – comme de ses habitants –, et d’eXposer les techniques de restauration permettant de gommer ces interventions, celles qu’il est indispensable de connaître pour refaire à l’identique certains éléments d’une bâtisse dégradée par le temps, et celles qui vont permettre d’améliorer les performances initiales en termes de confort (touchant notamment à l’isolation et à l’introduction de réseauX). Il s’agit, dans tous ces cas de figure, de renouer avec la logique qui avait dicté la construction de ces maisons. Car parler de bio-restauration, c’est remettre en lumiÈre tout ce que l’eXpé-rience millénaire de bâtisseurs soucieuX d’économie et de durabilité avait capitalisé pour la compréhension des éléments naturels, des performances des matériauX, des contraintes climatiques, et des modes de vie permettant de subsister parfois dans des conditionsd’eXtrême dénuement technologique. S’il est fondamental de promouvoir la bio-construction sous tous ses aspects, pour le plus grand bien de la planÈte et de ses habitants, il est aussi indispensable d’en reconnaître les fondements anciens, d’admettre que cet habitat longtemps jugé méprisable, car nonattaché au systÈme de production industrielle, est en fait la matrice originelle des réfleXions menées aujourd’hui dans le domaine du « bâtir sain ».
Avantpropos
ATPROPOS5 VAN
Habitatancienetbiorestauration
On entend par « bâti ancien » tout édifice, généralement antérieur à la e première moitié duXXsiècle, qui a fait appel à des matériaux naturels et des mises en œuvre inspirées de pratiques locales, non influencées par l’architecture dite « savante ». La plupart des maisons villageoises et des bâtiments de ferme, ainsi qu’un certain nombre d’habitations urbaines ou suburbaines, sont concernés. Ces habitations répondaient aux besoins de populations le plus souvent modestes, paysans, artisans, petite bourgeoisie, un monde qui a longtemps échappé aux bouleversements introduits par la révolution industrielle, les concentrations urbaines, les transports mécanisés. Les bienfaits, indéniables, apportés par cette grande industrie urbaine ont fait progressivement disparaître un certain nombre d’évidences, avec lesquelles nous renouons aujourd’hui, en termes de santé, de vertus des matériaux naturels, comme de respect de l’environnement. Car la grande différence entre le monde préindustriel et l’époque contem poraine réside dans le fait que nous théorisons aujourd’hui sur l’usage que l’on doit faire de la planète pour en tirer le maximum de profit le plus longtemps possible, alors que le manque de moyens technologiques et la faiblesse des revenus conduisaient naturellement autrefois à des pratiques « écologiques ». Comment, en effet, construire une maison quand les chemins sont difficiles, les transports chers et aléatoires, les outils rudimentaires, si ce n’est en recherchant sur place les matériaux nécessaires et en les assemblant avec des gestes simples ?