Créer son mobilier en carton - Volume 1
96 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Créer son mobilier en carton - Volume 1

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
96 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description


Matériau de récupération facile à travailler, le carton se prête parfaitement à la création de mobilier. Il permet une liberté de forme totale, vous offrant la possibilité d'adapter votre mobilier à votre intérieur ou à vos envies !



Contrairement aux idées reçues, ces meubles sont solides et résistants. L'important est d'avoir la bonne méthode... Eric Guiomara mis au point une technique de fabrication à la portée de tous qu'il enseigne depuis dix ans en atelier, notamment au sein de La Compagnie Bleuzen, et qu'il vous transmet dans cet ouvrage.



Les indications techniques, les conseils et les différents aspects - préparation des plaques, assemblage et habillage de la structure, finitions - de la fabrication de meubles en carton sont présentés de manière progressive, comme un cours. Vous assimilerez ainsi pas à pas la bonne façon de faire, croquis et photos de gestes à l'appui. A vous ensuite de libérer vos capacités créatrices et votre imagination !




  • Matériel et principes de base


  • Tabouret Ming


  • Table basse Ming


  • Chevet


  • Commode


  • Coffre à jouets


  • Fauteuil "Club" enfant


  • Fauteuil design adulte


  • Meuble d'angle


  • Les patrons


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 octobre 2014
Nombre de lectures 336
EAN13 9782212291100
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0105€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

R sum
Matériau de récupération facile à travailler, le carton se prête parfaitement à la création de mobilier. Il permet une liberté de forme totale, vous offrant la possibilité d’adapter votre mobilier à votre intérieur ou à vos envies !
Contrairement aux idées reçues, ces meubles sont solides et résistants. L’important est d’avoir la bonne méthode… Éric Guiomar a mis au point une technique de fabrication à la portée de tous qu’il enseigne depuis dix ans en atelier, notamment au sein de La Compagnie Bleuzen, et qu’il vous transmet dans cet ouvrage. Les indications techniques, les conseils et les différents aspects - préparation des plaques, assemblage et habillage de la structure, finitions - de la fabrication de meubles en carton sont présentés de manière progressive, comme un cours. Vous assimilerez ainsi pas à pas la bonne façon de faire, croquis et photos de gestes à l’appui. À vous ensuite de libérer vos capacités créatrices et votre imagination !

Nathalie Baudry

Pascale Maltèse E-mail : info@cortocarton.com Site : www.cortocarton.com

Nathalie Baudry E-mail : natybaudry@yahoo.fr

Valérie Lesaicherre « L’atelier Val’Cartonne » E-mail : valcartonne@yahoo.fr Site : www.valcartonne.com

Julia Dubois

Virginie Canaméras

Virginie Canaméras E-mail : virginie.75@laposte.net

Julia Dubois E-mail : missjuli@free.fr Site : www.miss-julia.com
www.editions-eyrolles.com
L’atelier en images
Septième tirage 2014, avec nouvelle présentation
Éric Guiomar

Créer son mobilier en carton
VOLUME 1
Attention : la version originale de cet ebook est en couleur, lire ce livre numérique sur un support de lecture noir et blanc peut en réduire la pertinence et la compréhension.
Avec la collaboration de Catherine Delport-Talamoni
Conception graphique : Claude Poirier
Croquis : Nathalie Baudry et Hélène Huteau
Mise en pages : Chantal Guézet
Toutes les photographies sont de l’auteur
© Groupe Eyrolles, 2007, 2014, pour la nouvelle présentation.
61, boulevard Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
À l’occasion de son septième tirage, cet ouvrage a bénéficié d’une nouvelle couverture.
L’intérieur reste inchangé.
ISBN : 978-2-212-14062-0
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
Aux Éditions Eyrolles
Du même auteur

Collection L’Atelier en Images
F. B ONALD - BIETTI , Créer ses bijoux en pâte d’argent, 2012
S. P ERROT -H UMBERT , Le Linge ancien revisité, 2011
V. G IBERT & J. L OPEZ , Le Tapissier de sièges, 2011
M.-A. F IGUERES & J.-P. D ELPECH , Créer ses moules : cuisine, pâtisserie, chocolat, 2008
E. M ACOTTA -S OFFIATI , Créer ses bijoux en pâte polymère, vol. 1, 2006 – vol. 2, 2008
M. & J.-P. R OLLAND , Restauration des malles de voyage, 2008
M. L EVEQUE , Peindre sur porcelaine : animaux, végétaux, motifs graphiques et enfantins, 2006
P. L E C ORRE & A. R ENARD , Meubles et maison de poupées en carton, 2006
B. G RANIER , Encadrement, jeux de matières, 2006
C. V ILMINT , Scrapbooking : faire vivre ses photos, 2005
I. S EMANCHUK D EAN , Imitations en pâte polymère, 2005
M.-A. F IGUERES & J.-P. D ELPECH , Empreintes et moulages du corps humain, 2004
V. G IBERT & J. L OPEZ , Le Tourneur sur bois, 2004
Sommaire
Introduction
Matériel et principes de base
Le carton ondulé
Les autres matériaux
Les outils
Recommandations pour le plan de travail
Maniement des outils et règles de sécurité
1. Tabouret Ming
Maniement des outils – Règles de sécurité – Techniques de base
2. Table basse Ming
Techniques de base – Assemblage de quatre formes – Tiroirs
3. Chevet
Techniques de base – Assemblage de trois formes – Portes
4. Commode
Techniques de base – Assemblage de quatre formes
5. Coffre à jouets « Grenouille »
Techniques de base – Assemblage de quatre formes – Couvercle
6. Fauteuil « Club » enfant
Technique des formes croisées
7. Fauteuil design adulte
Techniques de base - Technique des « boîtes »
8. Meuble d’angle
Technique des « boîtes »
Les patrons
Remerciements
Introduction
Mon premier meuble en carton
C’est à la fin de l’année 1993 que j’ai réalisé mon premier meuble en carton.
J’avais besoin d’un fauteuil. Ceux qui me plaisaient étaient trop chers, lourds et donc peu pratiques à acheminer jusqu’à mon 7 e étage sans ascenseur de l’époque. J’ai remarqué dans la rue de beaux emballages de carton jetés par un marchand de matériel d’arts graphiques. Ce matériau m’a semblé intéressant et plein de qualités. J’ai tenté de réaliser le fauteuil dont j’avais besoin avec ce carton, et ça a marché ! On pouvait s’asseoir dedans en toute sécurité. Il n’existait alors, à ma connaissance, aucun meuble en carton réalisé selon cette méthode.
La Compagnie Bleuzen
J’ai quitté peu après mon travail de créatif en agence de publicité pour me consacrer à l’exploration de cette découverte. Cela m’a conduit, en 1996, à organiser et animer, avec Julie Dubois, les premiers cours de « meubles en carton » chez Jus de Réglisse dans le 18 e arrondissement de Paris.
La suite logique de cette aventure sera la naissance, en 2000, de l’association La Compagnie Bleuzen, dont l’objectif est de transmettre cette technique et de l’enseigner en animant des ateliers dans tous types de sites : associations d’insertion de jeunes, centres hospitaliers de jour, centres d’hébergement et de réinsertion sociale, etc.
Depuis sa création, La Compagnie Bleuzen a également formé de nombreuses personnes qui, à leur tour, ont ouvert un atelier dans leur région pour donner des cours et/ou réaliser des commandes. Vous trouverez le détail de ces informations sur www.compagnie-bleuzen.com
Des créations originales et à la portée de tous
Les meubles que je vous propose d’apprendre à réaliser sont créés avec du carton de récupération et avec des produits non toxiques et non polluants. Ces meubles sont résistants et même lavables puisqu’ils sont vitrifiés. Leur durée de vie n’est pas limitée a priori ; rien ne s’oppose donc à ce qu’ils durent plusieurs dizaines d’années. Naturellement, le soin que vous leur porterez participera de leur longévité !
L’abord de cette technique ne requiert pas de compétences préalables particulières ; la réalisation de meubles en carton est donc à la portée de tous. Cette méthode permet également une grande liberté de création, une infinité de formes et de revêtements étant imaginable.
Les indications techniques, les conseils et les différents aspects de la création de mobilier en carton sont présentés de façon graduelle dans cet ouvrage, à la manière d’un cours. Il est donc vivement recommandé de bien suivre les étapes, voire le déroulé de l’ouvrage chapitre après chapitre (en commençant par le chapitre 1), pour ne pas manquer certains points techniques importants.
Il ne vous restera ensuite qu’à donner libre cours à vos capacités créatrices et à votre imagination !
Éric Guiomar

Conseils d’entretien
J’aime parler de meubles « vivants », en ce sens qu’un accroc est toujours réparable, qu’une partie abîmée est toujours « opérable ».
Vous pourrez également refaire un revêtement après quelques années si vous souhaitez en changer la couleur.
Enfin, pour une meilleure conservation de vos meubles, vous pourrez les revernir tous les deux ans.
Matériel et principes de base
La création de meubles en carton demande peu de matériel et représente donc un investissement modique.
Le carton ondulé
C’est sur la tranche du carton que vous identifierez le nombre de cannelures.

Le carton ondulé double cannelure (de 6 à 7 mm d’épaisseur) est le carton le plus utilisé dans la fabrication des meubles en carton. Il est à la fois très résistant au poids lorsqu’il est travaillé dans le sens vertical, et suffisamment souple pour recouvrir aisément les meubles aux formes courbes.

Le carton ondulé simple cannelure , plus fin, mesure 3 mm d’épaisseur, comme le carton gris et est employé principalement pour être roulé et recouvrir les contours de petits meubles aux courbes prononcées.

Le carton ondulé triple cannelure , de 12 à 15 mm d’épaisseur, sert surtout à réaliser de très grands meubles destinés à supporter de lourdes charges. Ce carton se récupère le plus souvent chez les marchands de cycles qui reçoivent les scooters et autres deux-roues dans de grands emballages en triple cannelure.
Le carton ondulé peut aussi s’acheter par plaques auprès de sociétés de cartonnage qui formatent et transforment le carton fabriqué par des professionnels qu’on appelle des « onduleurs ».
La meilleure solution, néanmoins, consiste à recycler des cartons d’emballage pour peu qu’ils soient de taille suffisante. Ce carton se récupère notamment auprès des garagistes qui se font livrer des pièces de tôlerie et des pare-brise dans de grands emballages en carton. Vous pourrez également trouver de bonnes « sources de carton » auprès des magasins d’électroménager et de literie.
Le sens du carton a une grande importance. Lorsqu’on cherche à obtenir une résistance maximale au poids, il faut veiller à ce que les plaques de carton utilisées pour la fabrication du meuble soient découpées de telle sorte que la cannelure soit verticale : la cannelure visible sur les images apparaît donc sur les arêtes du dessus des plaques.
Ainsi, tout au long de cet ouvrage, nous exprimerons les mesures des plaques et morceaux de carton en indiquant d’abord la mesure correspondant au bord où doivent être visibles les cannelures (le sens de la cannelure à suivre sera également indiqué dans les premiers chapitres sur un schéma).
Les autres matériaux

Du carton gris de 3 mm d’épaisseur . Il s’agit d’un type de carton très compact utilisé notamment dans la pratique de l’encadrement. Il sert ici à doubler le carton ondulé pour obtenir une surface résistante à la perforation et au poinçonnement, notamment pour les plateaux de table.

Du papier kraft gommé de 38 mm de large. Vendu en rouleau dans les magasins d’arts graphiques, il sert à assembler les plaques de carton entre elles, mais également à recouvrir les arêtes des meubles avant l’habillage. On se sert beaucoup du kraft gommé tout au long de la fabrication des meubles.
Les outils
Outils de coupe et de traçage

Une scie sauteuse pour effectuer les découpes des formes des meubles dans les cartons assemblés. Équipée d’une lame spécial métal, les dents sont ainsi très fines et donnent une coupe précise (voir l’encadré Utilisation de la scie sauteuse , p. 15).
Un cutter pour réaliser les coupes ne relevant pas de la scie sauteuse.
Une paire de ciseaux , pour couper le kraft gommé et les papiers d’habillage.
Une règle de coupe lourde en acier de 80 ou 100 cm permettant la découpe des cartons.
Une équerre métallique de menuisier, de 40 cm pour vérifier le bon équerrage des cartons coupés.
Un mètre ruban pour prendre les mesures sur les meubles.
Un porte-mines ou crayon à papier pour effectuer les tracés et prendre les repères.
Un feutre ou un marqueur pour repasser sur les tracés.
Les pinceaux et autres outils

Une brosse à peindre plate queue de morue.
Une brosse à peindre plate de 40 à 50 mm de large.
Un pinceau rond pour les détails.
Un pinceau coudé prévu pour peindre les radiateurs. Cet outil vous servira souvent lorsque vous aurez des zones difficiles d’accès à encoller ou à peindre.
Un pistolet à colle et des recharges de bâtons de colle pour encoller et assembler certains éléments des meubles en carton au cours de leur fabrication.
Une cale à poncer et ses abrasifs pour estomper les irrégularités du carton et obtenir des champs bien lisses après des découpes.
Une râpe à bois pour niveler les irrégularités plus marquées.
L’habillage et les finitions des meubles
Papier de soie blanc en feuilles de 40 × 60 cm, pour recouvrir le meuble en carton avant de le peindre. Cette sous-couche permet de masquer les traces de montage avant de peindre. La surface du meuble est ainsi lissée.
Peinture acrylique de la couleur de votre choix , pour la finition du meuble après la pose du papier de soie blanc servant de sous-couche. Colle à papier peint , pour poser les matériaux d’habillage comme le papier de soie blanc, les journaux illustrés, le papier népalais ou autres… Papier népalais . C’est un papier matière que l’on trouve parfois sous l’appellation « papier Lokta », et qui existe dans une gamme variée de coloris, qui vont des naturels aux pastels en passant par les tons plus vifs. Très résistant une fois verni, il sert à recouvrir les meubles en carton s’il correspond à la finition souhaitée.
Deux récipients en plastique , un pour préparer la colle à papier peint, l’autre pour placer l’éponge mouillée qui sert à coller le kraft gommé. Vitrificateur à parquet. Deux types de vitrificateurs doivent être utilisés selon la finition choisie : pour le papier népalais, choisir un vitrificateur sans solvant de type white-spirit, mais basé à l’eau . Il doit être stipulé sur le pot que le nettoyage des outils se fait à l’eau. Les vernis et vitrificateurs basés à l’essence produiraient des taches semblables à des taches de graisse sur votre meuble. De plus, les produits à l’eau sont sans odeur et non toxiques. Vous trouverez trois grades de brillance selon votre goût : « cire naturelle » (qui s’approche le plus de l’aspect mat, mais à ne pas confondre avec « chêne ciré », qui est un produit teinté) , « satiné », et enfin « brillant ». Après utilisation, bien rincer le pinceau.
Pour les finitions au papier de soie recouvert d’aplats à l’acrylique, il faut utiliser un vitrificateur polyuréthane.
Recommandations pour le plan de travail
L’idéal est de pouvoir installer un plan de travail en médium (épaisseur : 18 mm) de 70-80 × 110-120 cm. Ce plateau sera placé sur des tréteaux. Choisissez un modèle de tréteaux à hauteur réglable afin de pouvoir placer le plateau assez haut : il doit vous arriver au niveau de la ceinture, ce qui vous permettra de travailler sans vous pencher (et de limiter ainsi les risques de mal de dos). Munissez-vous également d’un tabouret haut.
Dans la mesure du possible, installez votre plan de travail dans un endroit bien éclairé ne craignant pas la poussière – les coupes à la scie sauteuse produisent de la poussière de carton ! – et à proximité d’une prise électrique.
Maniement des outils et règles de sécurité
Le cutter

Positionner la lame du cutter bien perpendiculairement au plan du carton. Ne pas appuyer trop fort sur le cutter, mais repasser modérément deux ou trois fois avec la lame jusqu’à ce que le carton soit coupé. Lorsqu’on appuie trop fort, le cutter risque en effet de déraper et de provoquer des blessures. Pour éviter les coupures, veiller à ne jamais placer sa main sur la trajectoire du cutter, mais toujours « en amont » de son passage.
Le pistolet à colle

Le pistolet à colle est un appareil qui fonctionne avec des bâtons de colle qu’il fait fondre par une résistance électrique.
La colle est donc brûlante en sortant du pistolet. Il faut impérativement prendre garde de ne pas la toucher avant qu’elle ne refroidisse. Veiller également aux gouttes de colle qui peuvent brûler la peau à son contact.
Lorsqu’on a terminé de se servir du pistolet, le débrancher et le laisser refroidir sur la table, avant de le ranger en prenant garde que personne ne se brûle avec son embout.
1. Tabouret Ming
Maniement des outils – Règles de sécurité – Techniques de base
Un modèle de tabouret inspiré de l’art traditionnel chinois qui permet d’aborder pas à pas la fabrication d’un meuble simple. Dans cet exemple, vous apprendrez le maniement des outils, les règles de sécurité, ainsi qu’un certain nombre de « trucs et astuces » qui vous serviront tout au long de cet ouvrage, et au-delà.

  Fournitures
Matériel de base (voir p. 10)
3 cartons double cannelure de 70 × 100 cm environ
Carton gris de 3 mm d’épaisseur
Papier de soie blanc (6 feuilles de 40 × 60 cm)
Colle à papier peint
2 récipients en plastique
Brosse à peindre plate queue de morue
Brosse à peindre plate de 40 à 50 mm de large
Peinture acrylique rouge vif
Vernis vitrificateur incolore polyuréthane pour parquet
Découpe et assemblage des plaques de carton
1 Sur la première plaque de carton double cannelure, commencez par couper dans la hauteur, à l’aide de la règle métallique et du cutter, un bord bien droit si le carton brut n’en possède pas (par exemple parallèlement à un pli du carton pour éliminer celui-ci).


2 Calez le bord court de l’équerre de menuisier contre – et non dessus – le bord du carton que vous venez de couper et tracez au crayon, sur toute la longueur du côté, une droite parallèle. Coupez alors suivant le tracé à l’aide de la règle et du cutter pour obtenir un angle droit bien net.

Attention
Au final, les plaques ne doivent pas comporter de plis (ceux des rabats des cartons d’origine).

3 Redimensionnez maintenant la p