132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les vieux casse-couilles

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
132 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

La vieillesse est un naufrage ?
Bienvenue à bord !



Entre le patient qui coupe son sonotone pour ne plus entendre sa femme, le vieux monsieur très distingué qui drague les infirmières ou celui plus direct qui menace d'arrêter de respirer si on ne lui donne pas ce qu'il veut : le quotidien des familles et des employés des maisons de retraite est plutôt bien animé !

Infirmières, médecins, enfants et petits-enfants en voient de toutes les couleurs ! Difficile parfois de garder son sang froid mais surtout difficile de ne pas éclater de rire face au toupet et au cinéma digne de Hollywood de nos vieux préférés ! La vieillesse peut être une longue croisière paisible ou un naufrage programmé. Ce livre en est une nouvelle preuve.

Toutes les situations et les anecdotes recueillies sont toutes vraies et plus hilarantes les unes que les autres. Médecin spécialisé en gériatrie, Gaëtane Desbordes a noté scrupuleusement toutes ces perles de nos anciens que nous adorons mais qui osent vraiment tout !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 février 2020
Nombre de lectures 8
EAN13 9782360759347
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0100€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

DDiirreeccttiioonn ééddiittoorriiaallee : Stéphane Chabenat
ÉÉddiittrriiccee :: Charlotte Sperber
Conception graphique et mise en pages : Florence Cailly
Conception de la couverture : MaGwen
Illustrations : Samuel Rimbault
Les Éditions de l’Opportun
16, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
wwwwww..eeddiittiioonnssooppppoorrttuunn..ccoomm
ISBN : 978-2-36075-934-7
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo.À ma chère grand-mère Marcelle, aussi pénible qu’adorable,
avec qui je finissais chaque conflit en lui disant « qu’est-ce que
tu peux être têtue quand même ! » … Et mon grand-père d’ajouter
invariablement « et casse-couilles avec ça » !Sommaire
Titre
Copyright
Dédicace
Avant-propos
Au quotidien
Les habitudes
Les courses
Le bus
En voiture
La piscine
Le planning
On ne jette pas la nourriture
Les certificats médicaux
Pour une place de parking
Pour la banque
Pour les assurances
Pour prendre des décisions
L'argent
Dans l'intimité
Question physique
Le petit dernier
Des tatouages prometteurs
Les rumeurs
Le jeune marié
Les appareils auditifs
Les têtes de linotte
Les anxieux ont une téléalarme
Les critiques
La musiqueLes films
La société
Leurs enfants
Les veuves
Les cadeaux
Les prénoms
Et même les proverbes
Les EHPAD
Les aides-ménagères
Les vénérables proposent
L'apéro
Encore un peu
Les bonbons
Les mémés discutent
La pessimiste s'inquiète vite
La rebutée persiste
La vieille petite dame consulte
En smur
Le pressé compose le 15
La vieille tantine pense à tout
La mamie gâteau veut son petit-déjeuner
La frileuse s'habille trop
La bonne vivante est lourde
L'enquiquineuse a le mal des transports
La maniaque tient au détail
La téméraire obéit
La bretonne a toujours raison
La voisine attend ses courses
Pépé récidive
À l'hôpital
Les patriarches consomment
Le malaise
Le récidiviste
Station debout difficileLes canards
Le remède
Les croulants ont des réflexions pertinentes
Le bassin
Question bête
L'ostéoporose
Les aides à domicile
Il faut savoir être patient
Récusé
Ou pas
Ou presque pertinentes
Les malades ont des visites
Le constipé se détend
Les contestataires discutent leur traitement
Il en manque un
Il y en a trop
Vraiment trop
Encore un petit dernier
La candide ne sait pas vraiment pourquoi elle est là
Les débordées
Les malins ont trente ans d'écart avec leur femme
Le chanceux
Le moins chanceux
Le prévoyant en a profité
Les dépassés ont du mal avec le vocabulaire
Le malchanceux n'est pas à 100 %
La fatiguée l'est vraiment
Le sage est logique
Les malades programmés protestent
L'effrontée est organisée
Le vieux médecin reste médecin… Mais vieux
La doyenne en fin de vie
Le 4e âge a des problèmes auditifs
Sourd…… Ou pas
En EHPAD
Les enfants donnent des informations
Les résidents et leur projet de vie
L'avis des résidents
Le projet de la famille
Les décrépits sont lavés
Récurage
Pertinence
Les patients ont des soins
La sonde urinaire
Les chaussettes de contention
Les mascottes fêtent leur anniversaire
Les familles ont des intentions
En cas de décès
Petite remarque
Les frais d'EHPAD
L'acharnement
Les chauds lapins ont besoin d'intimité
Le grand âge peut prendre de l'avance
Les résistants n'ont pas encore tiré leur révérence
Le malaise
La fin
L'âge avancé
Les rebelles veulent comprendre et se faire comprendre
Les usées en profitent un peu
L'installation
Le luxe
ConclusionA V A N T - P R O P O S
La vieillesse est un processus progressif et inéluctable. Personne n’est épargné. Même
si nous ne vieillissons pas tous de la même façon.
À quel âge sommes-nous vieux ? La retraite à 62 ans, la consultation de gériatrie à partir
de 75 ans, l’accès en EHPAD dès 60 ans, le quatrième âge… Certains diront qu’être vieux
ou rester jeune, c’est avant tout un état d’esprit.
Nous sommes loin d’être égaux face au vieillissement de notre corps et de notre cerveau…
et encore moins face à la maladie. Certains vivront des jours paisibles jusqu’à une fin tout
aussi sereine, d’autres lutteront chaque jour.
Il n’y a pas d’âge limite pour aimer, rire, apprécier ou souffrir.
Les vieux sont notre espérance d’une longue vie. Ils sont le repère temporel de l’évolution
de notre société ; il n’y a qu’à prendre le temps de les écouter pour se rendre compte du
temps qui a passé, des changements qui s’opèrent, des idéaux qui progressent.
J’ai eu la chance de connaître mes quatre grands-parents et leurs nombreux amis,
d’apprendre de leurs histoires et leurs différences. J’ai grandi avec une grand-mère aussi
excentrique que tendre, un mélange inhabituel de folie et de gentillesse. Elle a participé
sans le savoir à l’écriture de quelques pages de ce recueil ; elle aurait probablement
protesté tout en riant de ses propres simagrées.
Je côtoie tous les jours des personnes âgées que j’écoute, oriente et soigne, que ce soit
dans la brutalité d’une hospitalisation ou le quotidien d’une vie en maison de retraite…
Mais qui a dit que « vieux » rimait avec « ennuyeux ? »Alors, comme ça on est vieux ?
– ET VOUS, QUAND VOUS ÊTES-VOUS SENTIS VIEUX ?
– JE SUIS TOUJOURS JEUNE, MALGRÉ MES 83 ANS !
–– OOUUII,, MMAAIISS BBOONN,, SSÉÉRRIIEEUUSSEEMMEENNTT ??

Quand un petit con s’est levé dans le bus pour me laisser sa5
place.

J’ai renouvelé ma licence de badminton : il a fallu que je coche5
« catégorie vétéran », ça pique !

La SNCF m’a conseillé de prendre une carte Senior, j’ai refusé et5
payé plein tarif… Non mais quand même, c’est la honte de sortir
cette carte au contrôleur !
Je me suis levé deux fois pour pisser et ma femme m’a parlé de5
ma prostate.

J’ai fait une radio du poignet et sur le compte rendu, il y avait5
marqué arthrose.

Je suis allée voir ma gynéco parce que j’avais un gros retard de5
règles. Elle a souri quand je lui ai dit que je ne m’imaginais pas à
nouveau avec un bébé et elle m’a parlé de ménopause.

Quand mon ophtalmo m’a dit, avec une certaine pitié il faut bien5
le dire, que ça lui arriverait à lui aussi… Oui, je suis presbyte.

Quand ma coiffeuse m’a dit qu’il serait peut-être temps de faire5
une couleur.

Quand mes collègues ont arrêté de me demander des conseils pour5
leurs enfants mais plutôt pour les plans épargne-retraite.
Quand j’ai accepté une tisane plutôt qu’un Get.5

Quand mon fils m’a demandé s’il y avait encore des dinosaures5
quand j’étais petit.

J’ai cru que j’aurais l’air jeune indéfiniment… J’ai été appelée5
jeune fille, puis Mademoiselle… Maintenant les hommes se lèvent
prestement quand j’entre dans une pièce et se fendent d’un
Madame… Alors oui, manifestement, j’ai pris un coup de vieux…

Je me rends bien compte que je n’ai plus d’appétit, je me demande5
si ce n’est pas le début de la vieillesse… Je me dis que j’ai 87 ans
quand même.AU QUOTIDIEN