293 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Maitresse ! Les plus belles perles d'enfants entendues par une institutrice

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
293 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

La vérité sort toujours de la bouche des enfants !
Michèle Guérin est institutrice depuis plus de trente ans. Son quotidien est peuplé de mots magiques d'enfants de 3 à 8 ans ! Tendres, surprenants, inventifs, osés, poétiques... l'imagination de nos chères têtes blondes est bien évidemment sans limite ! Surtout quand ils s'autorisent quelques libertés avec la langue française.

Lapsus, approximations, pensées sans filtre... chaque perle récoltée par Michèle Guérin vaut le détour !
Les meilleures trouvailles lexicales sont illustrées par Armelle Pedersen

Merci à Henri, Younès, Jeanne, Antoine, Clotilde, Théo, Eugénie, Alix, Kévin, Lila, Jean-Baptiste et à tous leurs copains pour nous offrir de si belles phrases !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 juin 2017
Nombre de lectures 18
EAN13 9782360755295
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0300€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

C o u v e r t u r e






Maîtresse !
Les plus belles perles d’enfants entendues
par une institutrice



Illustrations
Armelle Pedersen







Éditeur : Stéphane Chabenat
Suivi éditorial : Clotilde Alaguillaume / Alix Heckendorn (pour l'édition électronique)
Conception couverture : MaGwen
Conception maquette : Marion Alfano

Les Éditions de l'Opportun
16 rue Dupetit-Thouars
75003 PARIS
www.éditionsopportun.com







À Jacques
À ma sœur Catherine,
à mes parents






Aux chères têtes blondes, brunes, rousses ou châtaines, sources inépuisables d’inspiration

À mes collègues et aux ATSEM qui les entourent de toutes leurs attentionsAvant-propos
J’ai commencé ma carrière comme institutrice il y a une trentaine d’années. Au fil des ans, j’ai constaté
que les enfants, telles de jeunes pousses, gagnaient en vigueur, tandis que moi, telle une fleur, je me
flétrissais.
Dans l’exercice de mon métier, j’ai connu des moments difficiles, des moments de doute, de
découragement, mais aussi de grandes joies. Et si j’ai décidé d’écrire ce livre, c’est pour partager avec
les lecteurs ces moments de bonheur.
Dans cet ouvrage, toutes les conversations cocasses rapportées, tous les mots d’enfants (ou de leurs
parents !) cités sont véridiques. Je remercie d’ailleurs les collègues et ATSEM* qui m’ont aidée à étoffer
ma collection personnelle d’anecdotes !
Vous découvrirez à travers ces lignes de jeunes enfants attachants, pleins de fraîcheur et de naïveté,
mais en même temps débordants d’énergie et capables de faire sortir de leurs gonds les plus zen
d’entre nous !




* Agents territoriaux spécialisés d’écoles maternelles.






La maîtresse :
— Les enfants, la semaine prochaine vous allez passer une visite médicale avec une infirmière.
Vous ne devez pas connaître, donc je vais vous expliquer ce qu'est une visite médicale.

Ronan (5 ans et demi) :
— Pas la peine, moi je sais déjà : c'est un contrôle technique !








Lucas (5 ans) :
— Maîtresse, je suis tombé pendant la récréation et je me suis fait mal.

La maîtresse :
— Qu'est-ce qui s'est passé pour que tu tombes ?

Lucas :
— Je courais et tout à coup mes chaussures se sont embrassées et je suis tombé.




Chloé (6 ans) :
— J'ai mis ma dent pour
la petite souris mais elle a pas
été généreuse la petite souris.
Je ne suis pas contente.

La maîtresse :
— Ah bon ! Elle ne t'a pas donné
une pièce ?

Chloé :
— Non, elle m'a donné un billet,
juste ce morceau de papier !







Arthur (4 ans et demi) :
— J'aime pas travailler et je crois que j'aimerai jamais ça.

La maîtresse :
— Pourtant, quand tu seras grand, tu n'auras pas le choix, il faudra bien que tu aies un travail !

Arthur :
— Ah non alors, y a déjà papa et maman qui travaillent, ça suffit !






Léo (5 ans) :
— Maîtresse, t'as de plus en plus de cheveux blancs, ça veut dire que tu deviens vieille.

La maîtresse, un peu vexée :
— Oui, je sais, mais ce n'est pas très gentil de ta part de me le faire remarquer.

Léo :
— Je sais plus quoi faire moi. Pour te faire plaisir, je fais des efforts pour plus mentir et quand
je dis la vérité, t'es pas contente !






Justin (4 ans) :
— Moi, maîtresse,
je veux toujours rester petit, je veux pas grandir !

La maîtresse :
— Et pourquoi ça ?

Justin :
— J'ai compris que plus tu grandis, plus tu travailles !






Sarah (5 ans) :
— T'as des rides, maîtresse, faut que tu fasses comme ma maman, elle met de la crème
anti-rides et elle a pas de rides, sa peau elle est pas fripée.

La maîtresse
— Mais moi aussi j'en mets tous les jours !

Sarah :
— Ah bon ! Mais puisque ça marche pas pour toi, pourquoi t'en mets toujours ?






La maîtresse :
— Les enfants, demain il y aura un inspecteur dans la classe. C'est un monsieur qui vient voir comment je travaille
avec vous.

Louis (5 ans) :
— Tu dis n'importe quoi, maîtresse.

La maîtresse :
— Comment ça ?

Louis :
— Ben oui, dans la classe c'est pas toi qui travailles, c'est les enfants !






UNE ENSEIGNANTE REMPLAÇANTE ARRIVE DANS LA CLASSE.

AXEL (5 ANS) :
— T'ATTENDS UN BÉBÉ, MAÎTRESSE ?

LA MAÎTRESSE :
— NON, PAS DU TOUT.

AXEL :
— AH BON, T'AS JUSTE UN GROS VENTRE ALORS !




Jeanne (4 ans) :
— Maîtresse, je crois que ma maman et mon papa ils ont fait leurs courses dans le même magasin que le Père Noël.

La maîtresse :
— Ah bon ? Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

Jeanne :
— Comme je suis née le jour de Noël, quand mes parents m'ont offert mes cadeaux d'anniversaire, j'ai vu que c'était le même papier cadeau
que celui qu'il y avait sur les cadeaux du Père Noël. C'est rigolo quand même !






La maîtresse :
— Diégo, je constate que tu es toujours fatigué pour travailler, mais jamais pour jouer.

Diégo (5 ans et demi) :
— C'est normal, travailler ça me demande plus d'efforts que de jouer !




Johanna (5 ans) :
— Je suis triste pour le Père Noël, maîtresse.

La maîtresse :
— Pourquoi ça ?

Johanna :
— T'as pas vu comme il est vieux le Père Noël ? Tu te rends compte : mon papa et maman ils
l'ont connu quand ils étaient petits, même mes papis et mamies ils l'ont connu, il est super vieux
et pourtant il travaille encore !






Lucas (5 ans) :
— Maîtresse, tu sais ce que c'est un mode d'emploi et où je peux en trouver ?

La maîtresse :
— Pourquoi tu me demandes ça ?

Lucas :
— J'ai demandé un petit frère ou une petite sœur à mes parents, mais mon papa il m'a dit que c'était pas
possible car il avait perdu le mode d'emploi, alors moi je veux lui en offrir un !






La maîtresse :
— Alors Maé, tu as choisi la couleur pour le cadeau de fête des mères ?
Quelle couleur préfère ta maman ?

Maé (3 ans et demi) :
— Le rosé !




Tom (5 ans) :
— T'as rien à me dire, maîtresse ?

La maîtresse :
— Non, je ne vois pas.

Tom :
— T'as même pas remarqué que j'avais été sage aujourd'hui ? Quand je suis pas sage, tu sais me le dire,
par contre, quand je suis sage tu me dis rien du tout, c'est pas juste !






La maîtresse :
— Je sais Tom, tu n'aimes pas travailler, mais quand tu seras plus grand, tu seras bien obligé d'avoir un travail.

Tom (5 ans) :
— C'est pas forcé ! Papa et maman ils arrêtent pas de dire qu'il y a pas de travail pour tout le monde, alors
moi, je laisserai ma place !



Lucile (6 ans) :
— Maîtresse, je sais pas quoi faire.
J'ai dit à ma mamie que je croyais plus au Père Noël mais que dans la classe il y avait encore plein d'enfants qui y
croyaient. Elle m'a répondu :
« Si tu crois très fort en quelque chose, cela finit par exister. »

Alors moi, je pense qu'elle croit encore au Père Noël. Dis-moi maîtresse, est-ce qu'il faut que je lui dise qu'il existe pas ?






THIBAUD (5 ANS ET DEMI) :
— MAÎTRESSE, J'EN AI MARRE, T'ARRÊTES PAS DE ME PUNIR !

LA MAÎTRESSE :
— JE TE PUNIS PARCE QUE TU N'ES PAS SAGE.

THIBAUD :
— C'EST PAS JUSTE, TU PUNIS JAMAIS MON COPAIN THÉO.

LA MAÎTRESSE :
— MAIS THÉO NE FAIT JAMAIS DE BÊTISES, SI JE NE LE PUNIS PAS C'EST PARCE QU'IL EST...

THIBAUD :
— CHANCEUX !




Titouan :
— Maîtresse, Maxence il a dit un gros mot !

Maxence (5 ans) :
— C'est pas vrai, il était pas si gros que ça, moi je dirais que c'est un moyen
mot !