Maîtresse ! Les plus belles perles d
225 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Maîtresse ! Les plus belles perles d'enfants entendues par une institutrice

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
225 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Personnage incontournable de l'enfance, la maîtresse est souvent la confidente des enfants... pour le meilleur et pour le rire ! Michèle Guérin, institutrice en maternelle, recueille ainsi depuis plusieurs décennies les jolis mots de ses têtes blondes, attendrissants ou comiques, mais toujours spontanés ! Allant du simple jeu de mots (involontaire) au raccourci qui en dit long, ces quelque 300 perles enfantines sont autant de créations originales détonantes ! Entre autres aphorismes, on trouve des vérités lumineuses que nos chérubins énoncent avec un aplomb charmant : " J'aurai bien le temps de travailler quand je serai plus grand ! ", " T'es bien plus belle sur la photo qu'en vrai... ", " Mes mains sont trop petites pour travailler ! ", " Je veux picoler, avec des outils comme papa ! " Sans oublier des formulations inventives époustouflantes qui ont de quoi faire réfléchir : " Mon chat, c'est un céréale killer de mulots ! ", " Je me suis fait mal au genou du pantalon. ", " Maîtresse, j'arrête pas d'atchoumer ! " Bienvenue dans le monde enchanteur de la maternelle, car c'est bien connu, la vérité sort toujours de la bouche des enfants...


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 janvier 2015
Nombre de lectures 39
EAN13 9782360753789
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0300€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Maîtresse !
Les plus belles perles d’enfants entendues par une institutrice

© Les Éditions de l’Opportun 16, rue Dupetit-Thouars 75003 PARIS http://editionsopportun.com
Éditeur : Stéphane Chabenat Marketing éditorial : Sylvie Pina Geudin Suivi éditorial : Clotilde Alaguillaume / Servanne Morin (pour l’édition électronique) Conception maquette : Marion Alfano Conception couverture : Olo.editions/ Marion Alfano
ISBN : 978-2-36075-378-9
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
Ce document numérique a été réalisé par Pinkart Ltd

À Jacques
À ma sœur Catherine,
à mes parents

Aux chères têtes blondes, brunes, rousses ou châtaines, sources inépuisables d’inspiration
À mes collègues et aux ATSEM qui les entourent de toutes leurs attentions

Avant-propos


J’ai commencé ma carrière comme institutrice il y a une trentaine d’années. Au fil des ans, j’ai constaté que les enfants, telles de jeunes pousses, gagnaient en vigueur, tandis que moi, telle une fleur, je me flétrissais.
Dans l’exercice de mon métier, j’ai connu des moments difficiles, des moments de doute, de découragement, mais aussi de grandes joies. Et si j’ai décidé d’écrire ce livre, c’est pour partager avec les lecteurs ces moments de bonheur.
Dans cet ouvrage, toutes les conversations cocasses rapportées, tous les mots d’enfants (ou de leurs parents !) cités sont véridiques. Je remercie d’ailleurs les collègues et ATSEM* qui m’ont aidée à étoffer ma collection personnelle d’anecdotes !
Vous découvrirez à travers ces lignes de jeunes enfants attachants, pleins de fraîcheur et de naïveté, mais en même temps débordants d’énergie et capables de faire sortir de leurs gonds les plus zen d’entre nous !


*Agents territoriaux spécialisés d’écoles maternelles.

Alexandre (5 ans) : — Moi je suis comme mon papa, le travail, ça me fatigue.
Rose (3 ans) — Je veux retourner à la crèche, là-bas on me faisait pas travailler !



La maîtresse : — Qu’est-ce que tu as dessiné, Maël ?
Maël (4 ans et demi) : — Un poisson !
La maîtresse : — Ce n’est pas un poisson, moi je dirais plutôt que tu as dessiné un rectangle.
Maël : — Non, non ! C’est bien un poisson, mais comme j’arrivais pas à dessiner un poisson comme dans l’aquarium, j’ai dessiné un poisson pané !

LOU (5 ANS) :
— PAPA, IL A FAIT LA FÊTE CE WEEK-END AVEC SES COPAINS. IL A DIT QU’IL RESTAIT COUCHÉ DIMANCHE CAR IL AVAIT MAL AUX CHEVEUX. MOI, J’AI DÉJÀ EU MAL À LA TÊTE ET À LA GORGE MAIS JAMAIS J’AI EU MAL AUX CHEVEUX. EST-CE QUE ÇA PEUT S’ATTRAPER ET EST-CE QUE ÇA FAIT TRÈS MAL ?


L’inspecteur : — Bonjour les enfants. Je suis là pour voir comment vous travaillez avec votre maîtresse. Faites comme d’habitude, ne vous occupez pas de moi !
Fleur (4 ans et demi) : — Tu fais quoi au juste, comme métier ?
L’inspecteur : — Je suis inspecteur.
Fleur : — Comme l’inspecteur Gadget ? En tout cas, t’as l’air moins rigolo !
La maîtresse : — C’est pour moi, ces jolies fleurs ? Oh, merci Quentin, c’est très gentil !
Quentin (5 ans et demi), bougonnant : — En fait, c’est ma mamie qui m’a forcé. C’est trop la honte, je suis trop grand maintenant pour t’apporter des fleurs.

La maîtresse : — Mais Zoé, tu viens de faire pipi dans le pot du baigneur ! Qu’est-ce qui t’a pris, tu ne pouvais pas aller aux toilettes ?
Zoé (4 ans) : — Pas la peine ! Je sais bien qu’un baigneur, ça fait pas pipi, alors je peux bien utiliser son pot !
L’enseignante repère une fillette qui se débrouille très bien lors d’un exercice : — Toi, tu es à l’aise !
La fillette (4 ans et demi) : — Mais non, moi c’est pas « Alaise », c’est Alice !


Jade (4 ans et demi) : — Je crois qu’il est très fatigué, le Père Noël.
La maîtresse : — Qu’est-ce qui te fait dire cela ?
Jade : — Il a oublié de m’apporter deux jouets que j’avais commandés dans ma lettre. Il doit commencer à perdre la tête. Il est trop vieux maintenant, je crois qu’il faudrait le changer !


La maîtresse : — Super, Flavien, tu m’avais promis d’être sage aujourd’hui et tu as tenu parole. Demain, tu fais pareil ?
Flavien (5 ans et demi) : — Je sais pas si je vais pouvoir. J’ai eu du mal à ne pas faire de bêtises toute une journée. C’est pas rigolo d’être sage, tout le temps sage !




Lise (5 ans) : —T’as un amoureux, maîtresse ?
La maîtresse : — Non, pas pour l’instant.
Lise : — C’est pas normal, à ton âge. Moi, j’ai un amoureux depuis la petite section, t’es vraiment pas en avance !





Rodrigue (4 ans) : — Toi aussi, maîtresse, tu souffles tes bougies quand c’est ton anniversaire ?
La maîtresse : — Bien sûr !
Rodrigue : — Ben dis donc… ça doit te coûter cher en bougies !



LA MAÎTRESSE : — TU N’ES VRAIMENT PAS GENTILLE AUJOURD’HUI, LILA.
LILA (5 ANS), EN COLÈRE : — TOI AUSSI, T’ES PAS GENTILLE, ET EN PLUS T’ES PAS BELLE ET T’ES VIEILLE !
LA MAÎTRESSE : — TU SAIS, ON VIEILLIT TOUS.
LILA : — PAS MOI ! TOI TU VIEILLIS, MOI JE GRANDIS !




Mattéo (5 ans) : — Maîtresse, tu t’es encore trompée pour écrire mon prénom. Il faut mettre deux « t » et pas de « h ». Comment ça se fait que t’es devenue maîtresse si tu sais pas bien écrire ?

Simon (5 ans et demi) : — T’es belle, maîtresse, et je t’aime beaucoup, beaucoup.
La maîtresse : — Je te vois venir ! Comme tu as fait une bêtise, tu t’imagines qu’en me disant des gentillesses, tu ne seras pas puni. C’est bien ça ?
Simon : — Oui, mais comment t’as deviné ?
La maîtresse : — Léo, ce n’est pas possible, tu ne sais plus quelle bêtise inventer !
Léo (5 ans) : — Si, si, j’en connais encore !

La maîtresse : — Loïc, je t’ai vu pousser Anatole. Va tout de suite t’excuser auprès de lui.
Loïc (5 ans) : — Pardon Anatole, je regrette.
La maîtresse : — Ce que tu as fait n’est pas gentil, mais c’est bien de dire que tu regrettes.
Loïc, tout bas : — Je regrette surtout de m’être fait prendre !
Dimitri (5 ans) : — Pendant les vacances, on a été invités chez plein de monde et j’ai eu des cadeaux partout de la part du Père Noël. Ça se voit qu’il est vieux et qu’il perd la tête, car il a oublié qu’il m’avait déjà apporté des cadeaux à la maison !





La maîtresse : — Viens me voir tout de suite, Alex ! Tu as lancé du sable sur Arthur, tu sais bien que c’est interdit !
Alex (5 ans) : — Mais comment t’as fait pour me voir ? J’avais pourtant attendu que tu me tournes le dos pour lancer du sable !





La maîtresse : — Quand je donne deux consignes, il y en a toujours une que tu oublies. Tu ne m’écoutes donc que d’une oreille ?
Maxence (4 ans et demi) : — C’est pas possible. J’ai deux oreilles et elles écoutent la même chose toutes les deux !




LA MAÎTRESSE : — ANTOINE ET CLÉMENT, CE N’EST PAS POSSIBLE, JE N’ARRIVE TOUJOURS PAS À VOUS DIFFÉRENCIER ! VOUS ÊTES DES JUMEAUX ET VOTRE MAMAN VOUS HABILLE TOUJOURS DE LA MÊME FAÇON. COMMENT VOULEZ-VOUS QUE JE VOUS RECONNAISSE ?
Antoine (4 ans) : — C’est pourtant facile, maîtresse, puisqu’on s’appelle pas pareil !



La maîtresse :
— Paul, tu veux du gâteau au chocolat ?
Paul (3 ans) :
— Oui, merci. Je veux bien du gâteau au chocolat, mais tu peux enlever le gâteau s’il te plaît, moi j’aime que le chocolat, pas le gâteau !


Julien (3 ans et demi), en pleurs : — Maîtresse, je suis tombé et je me suis fait mal .
La maîtresse : — Je vais te soigner, mais dis-moi où tu t’es fait mal .
Julien : —Viens avec moi, c’est là-bas, je vais te montrer .



LA PLUIE SE MET À TOMBER DURANT LA RÉCRÉATION
AUDREY (4 ANS) : — MAÎTRESSE, QU’EST-CE QU’ILS ONT, LES NUAGES ? CELA FAIT DEUX JOURS QU’ILS N’ARRÊTENT PAS DE PLEURER !


Hugo (4 ans) : — J’étais avec mon papa dans le magasin quand il a acheté des graines pour le jardin. J’ai regardé les sachets : j’ai vu des graines de radis, de salades, de carottes… Mais c’est bizarre, j’ai pas vu de sachets avec des graines de bébés. Où est-ce que les papas, ils vont acheter les graines de bébés, alors ?

La maîtresse : — Dommage que tu aies raté le carnaval de l’école, tes camarades se sont bien amusés.
Pierre (6 ans) : — M’en parle pas ! Presque tous les jours je voudrais être malade pour pas aller à l’école, mais ça marche pas. Et là, pour une fois que je voulais y aller, je suis malade. C’est pas juste !
La maîtresse : — Méfiez-vous, les enfants. J’ai des yeux dans le dos, je peux voir toutes vos bêtises !
Enzo (4 ans) : —Si t’as des yeux dans le dos, c’est pas juste, parce que nous on n’en a pas !




La maîtresse : — Tu sais comment s’appellent tes parents ?
Marine (3 ans et demi) : — Oh oui, « papa », « maman » !





La maîtresse : — Samuel, tu te moques de moi. Cela fait dix fois que je te demande de ranger ton jeu pour venir t’asseoir sur le banc et tu n’obéis pas. Tu es devenu sourd ?
Samuel (5 ans) : — Maîtresse, t’exagères !
La maîtresse : — Comment ça, j’exagère !
Samuel : — Ben oui, je suis pas sourd et je sais bien compter. Tu m’as dit de ranger mon jeu que trois fois seulement et pas dix !





MATHIEU (5 ANS ET DEMI) : — JE CROIS QU’IL EST TEMPS DE CHANGER LE PÈRE NOËL ET DE LE REMPLACER PAR UN PLUS MODERNE.
La MAÎTRESSE : — POURQUOI DIS-TU CELA ?
MATHIEU : — PARCE QUE JE LUI AVAIS DEMANDÉ DES JEUX D’ORDINATEUR ET IL M’A APPORTÉ DES JEUX DE CONSTRUCTION EN BOIS DE L’ANCIEN TEMPS, COMME QUAND PAPA ÉTAIT PETIT !






La maîtresse : — Romain, tu n’en as pas assez d’aller au coin ?
Romain (4 ans et demi) : — Si, j’en ai marre.
La maîtresse : — À ton avis, qu’est-ce qu’il faut faire pour que ça change ?
Romain : — Que tu sois plus gentille avec moi et que t’arrêtes de me punir !



LA MAÎTRESSE : — LOUIS, J’AI BIEN VU QUE TU N’AVAIS PAS ÉCOUTÉ CE QUE JE DISAIS. TU ES EN TRAIN DE RÊVER ?
LOUIS (5 ANS) : — JE PEUX PAS RÊVER PUISQUE JE SUIS PAS ENDORMI !





Robin (5 ans), en pleurs : — Maîtresse, regarde mon genou, il saigne.
La maîtresse : — Viens, je vais te soigner… Voilà, c’est fait. Avec ce joli pansement avec des petits Mickey dessus, je suis sûre que tu n’as déjà plus mal.
Robin : — Si, j’ai toujours mal. Le pansement Mickey, il me faisait de l’effet quand j’étais petit, mais maintenant je suis trop grand, ça marche plus !




LA MAÎTRESSE : — ALOÏS, TU N’ARRÊTES PAS DE FAIRE DES BÊTISES DEPUIS CE MATIN, VA TOUT DE SUITE SUR LA CHAISE DU VILAIN !
ALOÏS (5 ANS ET DEMI) : — JE VOUDRAIS BIEN SAVOIR QUI C’EST LA GRANDE PERSONNE QUI A INVENTÉ LA CHAISE DU VILAIN ! C’EST QUELQU’UN QUI DOIT PLUS SAVOIR QUE LUI AUSSI IL A ÉTÉ PETIT AVANT D’ÊTRE GRAND !




Le remplaçant du maître : — Dis donc toi, la petite brune aux yeux bleus, tu ne dois rien entendre de ce que je dis puisque tu n’arrêtes pas de bavarder. Rappelle-moi ton prénom.
Charlotte (3 ans et demi) : — Je m’appelle Charlotte, ça fait trois fois que je te le dis et tu n’as toujours pas retenu mon prénom. Moi, je sais que tu t’appelles Rémi. Alors, tu peux me dire qui c’est qui n’écoute pas l’autre ?!



Sam (4 ans) : — Dis, maîtresse, pourquoi t’as un gros ventre ?
La maîtresse : — C’est parce que je porte un bébé dans mon ventre. Ta maman aussi, elle t’a porté dans son ventre.
Sam : — Ah ben non ! Ma maman à moi, elle a utilisé une poussette. C’est beaucoup plus pratique !

La maîtresse : — Lucie, tu n’arrêtes pas de baîller, pourquoi es-tu si fatiguée ?
Lucie (3 ans et demi) : — C’est à cause du bébé. Il pleure la nuit et ça me réveille. J’en ai marre. Même maman, elle en a marre du bébé : tous les soirs, elle donne le bébé à papa et elle lui demande d’aller le changer.





Noé (3 ans) : — Mais j’veux pas aller au coin travail, moi, j’veux aller au coin jeu !





Ava (4 ans) : — Moi, je suis pas venue à l’école pour travailler, je suis venue à l’école pour me faire des copains !
Lucia (4 ans) : — Je veux pas aller à la cantine.
La maîtresse : — Tu n’as pas le choix, ma puce, ta maman travaille.
Lucia : — Non, elle travaille pas, elle s’occupe de mon petit frère !

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents