Fair Enough

Fair Enough

-

Livres
115 pages

Description

Voici, en dix chapitres à la fois drôles et poignants, le récit des aventures de deux jeunes Lillois partis s'exiler quelques mois dans l'exubérante capitale anglaise. A travers le journal d'Astrid, on découvre au jour le jour les joies, les galères et les coups de gueule des deux amis: comment ils vont trouver un appartement au propriétaire excentrique, expérimenter différents petits boulots aux quatre coins de Londres, faire connaissance avec des gens qu'ils n'auraient jamais rencontrés ailleurs, découvrir les joies de la cuisine anglaise, etc. Bref, une belle leçon de vie.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 14 juin 2011
Nombre de lectures 0
EAN13 9782748176186
Langue Français
Signaler un abus



9
10








Fair Enough
11
12

Astrid Desmarécaux
Fair Enough
novembre 1999 - mai 2000




Journal intime










Le Manuscrit
13












© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7619-7 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748176193 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-7618-9 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748176186 (livre imprimé)

14








PRÉFACE.


Nous en rêvions depuis un an et demi, puis un jour nous avons
sauté le pas : nous sommes partis à l’assaut de la capitale
anglaise. Ce ne fut pas aussi facile qu’on l’avait imaginé mais
malgré les obstacles et les coups durs, Londres fut une expérience
extraordinaire.

Je dédie ce livre à Charly, mon meilleur ami de
l’époque, qui a vécu cette aventure avec moi et aussi à
tous ceux qui veulent partir et tenter leur chance
ailleurs.


Astrid
15
10









FIRST STEPS...


Formule 1 de Barking, dimanche 31 octobre 1999 à
18 h 55, heure anglaise.

Nous sommes à Londres... pour une nouvelle vie !
Nous, c'est Charly et moi. Charly, c'est mon meilleur
ami depuis 6 ans. Moi, c'est Astrid, 21 ans. J’ai encore
du mal à réaliser qu'on ait fait le grand saut, c’est bizarre
de tout laisser derrière soi. Hier soir je n’arrivais pas à
me dire que c’était la dernière fois que je dormais dans
ma chambre. Les adieux à Clara et à Opium (mes deux
Gros), à ma chambre aussi. Ce matin, devant la tour du
Crédit Lyonnais Papa, Maman, Lionel, Axel, Adrian,
ainsi que Polka et Pirate nos deux chiens étaient là tout
comme les parents de Charly. Nous avons tous un peu
pleuré… Bref, je ne m’étendrai pas sur le sujet. Adieu
Lille, à nous Londres ! Pensons plutôt à la nouvelle vie
qui nous attend Charly et moi… à notre aventure. Ça
fait au moins un an et demi que nous en parlons et en
rêvons… maintenant nous y sommes.
À part ça, le trajet s’est bien passé même si c’était un
peu long. Dans le bus Eurolines, il y avait un jeune
Belge à côté de Charly, ils se sont un peu parlés. Le type
11
a beaucoup voyagé : Inde, Russie, Maroc, Espagne; là il
allait bosser dans une ferme bio en Angleterre. À côté
de moi, il y avait une Française d’une cinquantaine
d’années qui vivait depuis 25 ans en Angleterre, elle
nous a souhaité bonne chance.
Bon, j’arrête là mon récit, je reprendrai tout à l’heure
ou demain la suite de notre périple car c’en est un !
01 h 22 : Oh oui, c’en est un ! C’est un voyage en
long, en large et surtout en livre !


erLundi 1 novembre 1999 à 07 h 55 pm.

Me revoici ! Je reprends mon récit où je m’étais
arrêtée. En sortant de Victoria Coach Station, nous
n’avons pas trouvé le métro… et de toute façon vu le
poids de nos sacs… c’était impossible. Résultat nous
avons décidé de prendre un taxi. Une fois à l’intérieur,
nous nous sommes rendus compte (trop tard) que
c’était une voiture de luxe (une Jaguar). Ca commençait
bien pour les économies ! Pour couronner le tout, nous
sommes restés une heure dedans ! Ah, le rush hour
(l’heure de pointe) à Londres ! Pour aller de la zone 1 à
la zone 5 en plus ! Le montant de la course s’élevait à
£120 ! Heureusement le chauffeur a été sympa et nous a
fait un prix; du coup on n’a payé « que » £70.
Bref, après nous être installés et un peu reposés
pendant quelques heures, nous avons décidé de sortir
dans le centre pour fêter dignement Halloween. Il nous
a fallu une heure et demie pour trouver la station de
métro Barking qui se situait à quinze minutes à pied de
notre cher Formule 1 ! Une fois trouvée, nous avons
pris le métro… les distances sont longues à Londres…
12

et nous avons mis du temps pour arriver dans le centre.
Résultat : quand nous sommes enfin arrivés, le London
Astoria, bar gothique que nous avions repéré, était en
train de fermer ses portes ! Dégoûtés ! Nous n’avons pu
qu’admirer l’entrée ! Du coup, nous avons fait demi-
tour et nous avons repris le métro… mais… avec notre
bol habituel, nous nous sommes bien sûr trompés de
direction ! Et quand nous avons voulu repartir (à
00 h 20) il n’y avait plus de métro ! Nous nous sommes
retrouvés dans la rue à Farringdon presque sans le sou.
Pas de panique, voyons ! Nous avons donc décidé de
prendre un bus de nuit : impossible d’en trouver un,
bien sûr ! Du coup, nous nous sommes rabattus sur le
taxi… le second de la journée ! Tant bien que mal nous
avons réussi à en arrêter un… qui a refusé de nous
prendre car ce n’était pas son secteur ! Le deuxième a
hésité car il ne connaissait pas Barking. Heureusement
pour nous, il a été moins crétin que le précédent et nous
a emmenés. Cette fois-ci, ça nous a coûté £20 (ce n’était
pas une Jaguar !).
Après ça, nous nous sommes effondrés dans nos
lits !

Aujourd’hui, nous sommes allés au Centre Charles
Péguy, le centre qui aide les jeunes Français fraîchement
arrivés à Londres. Encore une fois, nous avons mis pas
mal de temps à trouver la station Barking… après il
nous a encore fallu un certain temps pour trouver le
centre Charles Péguy car franchement ce n’était pas
visible ! Nous avons fait au moins trois fois le tour de
Leicester Square avant que Charly ne remarque la
minuscule porte du centre ! Enfin bon, nous nous
sommes inscrits -£50- nous avons repéré quelques
13