//img.uscri.be/pth/eb8c95f89543398f783ea4dceefce077914ee363
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

60 Millions de Tours de France

De
89 pages

A chaque étape du Tour sa chronique du jour : exploits, portraits de coureur... On n'a jamais mieux écrit l'amour du cyclisme et de la Grande Boucle. Dans la roue d'Antoine Blondin, un Tour de Force littéraire


Voir plus Voir moins
Contenu
1.Introduction 2.Le vent le portera 3.Quelque Chose de Nibali 4. Le Duc d'en joue 5. Un combat Gallo-romain 6. Un Rouennais chez Poulidor 7. Carême 8. Le Congrès du Tour de Fabien Aru 9. Conquérir ce maillot jaune 10. Un drôle d'oiseau 11. La nouvelle doléance de Mathew Hayman 12. D'Artagnan, l'homme de Man et le cardinal de Merckx 13. Répliques au Ventoux 14. Descente sur Terre 15. Hôtel de la Chambre 16. Stratégie de course 17. Clubbing 18. Démarrage à Emosson 19. Quintana de Dieu 20. Phare blanc et lanterne rouge 21. «Robin» Bardet versus Chris «Sky» 22. Chantilly 23. Mentions légales
Jean-Baptiste Verrier
Il y a 60 millions de Tours de France
Chronique
Ancre de Marine Editions www.ancre-de-marine.com
Le vent le portera re 1 étape – Mont-Saint-Michel-Utah Beach Sainte-Marie-du-Mont (188 km) samedi 2 juillet 2016
Bryan Coquard avait sur le vent une revanche à prendre. Lors de la préparation au Tour d’Andalousie, il avait en février croisé un vent fripon qui, de son propre aveu, les avait « retournés comme une crêpe », lui tout entier, son vélo envolé, son omoplate droite fracturée. Au village départ ce matin, la Mère Poulard, un brin supérieure, en avait souri. Mais a contrario, en ayant le long des côtes de la Manche remporté le premier rendez-vous d’une Grande Boucle qui ne manque pas d’air, le jeune sprinteur, guidé par Jimmy Engoulvent, risque bien de souffler, à 24 ans, sur les premières distances, le chaud et le froid au sein du peloton. « Le Coq » a beau avoir semé la terreur dans toutes les basses-courses du début de saison, il est déjà, sur ce Tour de France 2016, le Français dont on ne parlait pas. Pourtant, à l’écouter en jaune fraîchement redescendu du podium protocolaire, on suppute, s’il avait eu plus de poils au menton à éradiquer, qu’il y aurait volontiers pensé tous les matins en se rasant. Constituée in extremis l’an passé autour des espoirs placés en lui, l’équipe Direct Énergie, dont lenom, rappelons-le, ne désigne ni une boisson ni une barre énergisante, devait répondre sans tarder à des objectifs de visibilité, sans doute aussi de rentabilité, elle qui avait failli ne pas naître sous les rafales d’une décision financière. Résultat, le jeune homme a sprinté force 5 et Utah Beach, pour celui qui fut champion du monde de 1 l’américaine en 2015, est un coup d’éclat habile pour signifier son débarquement sur les plages du sprint mondial. Le télégramme à ses adversaires est arrivé au centre de Sainte-Marie-du-Mont : le poids plume de Saint-Nazaire (1,69 m, 58 kg) a montré aux shérifs des arrivées massives – à qui pour la plupart, surtout lorsqu’ils sont allemands, il rend 20 centimètres et kilos – qu’il n’est pas le blanc-bec qu’ils croient et que, sur le goudron, venant du bois, il n’en perd pas ses plumes. Coquard, arrivé 2e l’an passé sur le sprint des Champs-Élysées, s’était glissé ce jour-là sur les tablettes, dans les petits papiers, de l’épreuve. S’il est tentant de croire que la fin d’un Tour augure bien des débuts du suivant, que les passations – même de pouvoir – se font en respectant des transitions, c’est que le Tour de France dispose de son propre calendrier, de son propre fuseau. Le reste de l’année n’est alors qu’une parenthèse, heureusement refermée, désormais, jusqu’au 24 juillet. 1 Discipline de cyclisme sur piste.
Quelque chose de Nibali e 2 étape – Saint-Lô / Cherbourg-en-Cotentin (183 km) dimanche 3 juillet 2016
Quand il est monté sur le podium de La Glacerie et qu’il a enfilé le Maillot Jaune, le grand Vincenzo Nibali nous a laissé entrevoir l’espace d’un instant ce qui reste le mythe le plus inatteignable du cyclisme hyper-spécialisé contemporain : le doublé Giro-Tour Sur la durée de cette édition, lui comme nous n’avons pas d’illusion et ce vain espoir est sans doute de nature à rassurer les pessimistes. Par ailleurs, le « Requin de Messine » n’est pas venu sur le Tour 1 pour cela. Il semblerait qu’il y soit pour « aider Aru ». Mais c’est plus fort que nous et chaque fois que Vincenzo pédale à l’avant, nos yeux se mettent à briller. On se souvient soudain que la dernière fois qu’il est allé, sur un dimanche de début de Tour, 2 chercher le Maillot créé par Henri Desgrange , il ne l’a pas lâché, quasiment, trois semaines durant jusqu’à Paris. La Manche est connue comme la petite Irlande et désormais, dans l’histoire du Tour, comme la sœur cadette du Grand Départ au Yorkshire, où le Sicilien avait réussi en 2014 son numéro d’athlète et 3 d’esthète . Bien sûr on s’inquiète déjà de le voir partir l’an prochain vers une équipe improbable à Bahreïn, entre Arabie Saoudite, Qatar et Émirats. 1 Fabio Aru, jeune Sarde leader de leur équipe (Astana) sur ce Tour. 2 Desgrange a créé le Tour de France en 1903, le Maillot Jaune en 1919. 3 e 6 juillet 2014, 2 étape entre York et Sheffield, coup de punch victorieux à 2 km de la ligne.
Bien sûr aussi on l’aurait vu volontiers et depuis longtemps ailleurs que chez Astana, ce qu’on lui pardonne depuis que, façon de s’en acquitter, il a porté deux années de suite sur son torse habituellement bleu turquoise le maillot tricolore de champion d’Italie. Mais que voulez-vous, Vincenzo Nibali réalise des choses devenues fabuleuses, exceptionnelles, dans le cyclisme moderne : il est un leader qui prend des risques, qui attaque, quitte à perdre du temps si le coup de bambou surgit, et qui, quand cela sourit, gagne de merveilleuses étapes en solitaire. Il est un artiste de cirque capable des plus grands numéros. Il est un coureur d’hagiographie cycliste des années 1950, dont il a des vedettes le style élégant et soigné 1 Voyez la beauté de son Tour victorieux. Voyez sa chevauchée vers Hautacam . Son panache vers La 2 3 Toussuire . Sa réaction d’orgueil au Tour de Lombardie . Vincenzo Nibali, c’est ce rêve en nous avec ses jambes à lui. Il faut y ajouter, désormais, son ascension de la côte de La Glacerie. Sur cette 2e étape à l’arrivée escarpée, qui aurait pu, si les falaises du contour de la Hague y avaient été ajoutées, devenir pour beaucoup une étape à haut risque, l’échappé Nibali a choisi Siouville-Hague (km 144) pour prendre le large. Tout un message, qu’il revendique. Car avant même qu’il ne concrétise de la plus belle des façons son 4 avance dans la difficulté finale – inédite et passionnante trouvaille « made in Gouvenou » – on savait en le voyant longer la rade de Cherbourg que les sorties du coureur italien sont le mix parfait entre l’exercice militaire et l’exploration, entre la ruse et l’aventure. Ce quelque chose de Nibali n’est autre que cela. C’est Machiavel et Colomb dans les Gênes de Vincenzo.
1  Pau-Hautacam, 24 juillet 2014, Vincenzo Nibali qui porte le Maillot Jaune remporte en solitaire sa quatrième étape sur le même Tour de France. 2 e Il est le seul à oser attaquer Chris Froome dans la 19 étape du Tour 2015 qui arrive à La Toussuire, s’envolant entre Croix-de-Fer et Glandon à plus de 50 km de l’arrivée et remportant l’étape. 3  4 octobre 2015, victoire solitaire (pour ne pas changer) aux airs de revanche suite à son exclusion du Tour d’Espagne quelques semaines plus tôt pour s’être accroché à une voiture suiveuse. 4 Thierry...