Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants
552 pages
Français

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

Description

Si Religion et Éducation sont longtemps indissolublement et étroitement liées, à la fois dans les contenus enseignes, dans les valeurs transmises et les missions fondamentales fixées à l'existence humaine, si les personnels des structures éducatives sont aussi très longtemps des religieux, il n'en demeure pas moins qu'un lent et sinueux processus de distanciation est mis en œuvre qui aboutit à leur séparation plus ou moins radicale. La sécularisation progressive des personnels de l'Instruction publique s'accompagne, à la fin du xixe siècle d'une laïcisation des contenus enseignés mais aussi des maîtres et des maîtresses de l'école publique. Plutôt que de revenir sur ces réalités générales, déjà fortement travaillées par les historiens, cet ouvrage, fruit de deux journées d'études organisées par Jean-François Condette au sein du Laboratoire IRHiS de l'Université de Lille 3 (UMR CNRS 8529) se propose de focaliser les analyses sur deux thématiques plus précises qui sont celle de la formation des enseignants et celle des tensions et conflits entre religions, éducation et laïcité. Faisant délibérément le choix de la longue durée, puisqu'elles couvrent une large période allant du xvie au xxe siècles, les 23 contributions proposées insistent à la fois sur les continuités, les ruptures et les tensions qui marquent les relations entre Religion et Éducation mais aussi sur les possibles « accommodement » et les phases de dialogue qui, moins connues, existent également. Cet ouvrage s'intègre dans le Plan-Pluri-Formation (PPF) Éducation et Religion développé entre 2007 et 2010 par le laboratoire IRHiS-Lille 3, dirigé par les professeurs Jean-François Chanet et Philippe Guignet, et bénéficie du soutien financier de ce même PPF.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 mai 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782490296170
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

e e Éducation, Religion, Laïcité (xvi -xx s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants
Jean-François Condette (dir.)
Éditeur : Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion Année d'édition : 2010 Date de mise en ligne : 2 mai 2018 Collection : Histoire et littérature du Septentrion (IRHiS) ISBN électronique : 9782490296170
http://books.openedition.org
Édition imprimée ISBN : 9782905637611 Nombre de pages : 552
Référence électronique e e CONDETTE, Jean-François (dir.).-xx s.). Continuités,Éducation, Religion, Laïcité (xvi tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants.Nouvelle édition [en ligne]. Lille : Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010 (généré le 03 mai 2018). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782490296170.
Ce document a été généré automatiquement le 3 mai 2018. Il est issu d'une numérisation par reconnaissance optique de caractères.
© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Si Relig ion et Éducation sont long tem ps indissolublem ent et étroitem ent liées, à la fois dans les contenus enseig nes, dans les valeurs transm ises et les m issions fondam entales fixées à l'existence hum aine, si les personnels des structur es éducatives sont aussi très long tem ps des relig ieux, il n'en dem eure pas m oins qu'un lent et sinueux processus de distanciation est m is en œuvre qui aboutit à leur séparation plus ou m oins radicale. La sécularisation e prog ressive des personnels de l'Instruction publique s'accom pag ne, à la fin du xix siècle d'une laïcisation des contenus enseig nés m ais aussi des m aîtres et des m aîtresses de l'école publique. Plutôt que de revenir sur ces réalités g énérales, déjà fortem ent travaillées par les historiens, cet ouvrag e, fruit de deux journées d'é tudes org anisées par Jean-François Condette au sein du Laboratoire IRHiS de l'Université de Lille 3 (UMR CNRS 8529) se propose de focaliser les analyses sur deux thém atiques plus précises qui sont celle de la form ation des enseig nants et celle des tensions et conflits entre relig ions, éducation et laïcité. Faisant délibérém ent le choix de la long ue durée, puisqu'elles couvrent une larg e période allant du e e xvi au xx siècles, les 23 contributions proposées insistent à la fois sur les continuités, les ruptures et les tensions qui m arquent les relations entre Relig ion et Éducation m ais aussi sur les possibles « accom m odem ent » et les phases de dialog ue qui, m oins connues, existent ég alem ent. Cet ouvrag e s'intèg re dans le Plan-Pluri-Form ation (PPF) Éducation et Relig ion développé entre 2007 et 2010 par le laboratoire IRHiS-Lille 3, dirig é par les professeurs Jean-François Chanet et Philippe Guig net, et bénéficie du soutien financier de ce m êm e PPF.
SOMMAIRE
Introduction. Former le chrétien, éduquer le citoyen Questionner l’évidence pour mieux s’en affranchir Jean-François Condette L’affirmation prog ressive de deux entités éducatives spécifiques La pluralité des acteurs en éducation L’extrême variété des moyens de confrontation scolaire Questionner l’évidence et se méfier des analyses trop g énéralistes L’importance des accommodations
Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants
La formation religieuse reçue par les sœurs des congrégations enseignantes e e Une évidence pour les ursulines de Belg ique, France et Nouvelle-France ? (xvii et xviii siècles) Véronique Castagnet La formation relig ieuse des pensionnaires et écolières externes, potentielles relig ieuses enseig nantes Les novices, entre formation et apprentissag e Les ursulines en charg e de la formation relig ieuse au sein du couvent
e e Les « régentes » du diocèse de Châlons et leur formation religieuse (xvii -xviii siècles) Anne Bonzon La formation des enseig nantes : un élément d’un vaste dispositif La formation proposée : « reconnoître leur vocation et s’instruire de leurs devoirs afin de s’en acquitter dig nement »
e La formation religieuse des enseignants au début du xix siècle : Une évidence « réactionnaire » ? René Grevet La formation spirituelle des enseig nants dans les écoles cong rég anistes et ecclésiastiques La formation relig ieuse dans les écoles normales publiques La formation relig ieuse des maîtres de l’enseig nement mutuel
La place de la religion dans la formation des enseignantes religieuses et laïques en France avant les années 1880 Rebecca Rogers Du noviciat au juvénat : la formation « professionnelle » des sœurs enseig nantes Écoles normales et cours normaux pour les filles La formation plus informelle des futures enseig nantes laïques
L’histoire sainte dans les écoles normales de 1833 à 1882 Annie Bruter L’histoire sainte : un statut spécifique L’histoire sainte : une matière importante L’effacement de l’histoire sainte
Un modèle pour Ferdinand Buisson ? e La relig ion dans la formation des maîtres à Neuchâtel (xix siècle) Pierre Caspard L’héritag e de l’Ancien Rég ime Relig ion et formation des maîtres sous la République (1848-1872) Les années 1860 : Ferdinand Buisson à l’Académie
Le pensionnat de Dohem (Pas-de-Calais) et la formation des institutrices Un modèle d’éducation chrétienne de 1814 à 1914 ? Caroline Darnaux Le contexte de la fondation du pensionnat de Dohem La formation des institutrices au pensionnat de Dohem Le cours normal féminin de Dohem de 1854 à 1914 : Entre développement soutenu par les pouvoirs publics et repli sur la formation des maîtresses du privé
D’Ignace de Loyola et de Jean-Baptiste de la Salle aux années 1870 Une formation des maîtres en adéquation avec l’idéal-type de l’éducateur chrétien, « avocat du vrai, de l’honnête et de la droite raison » Philippe Guignet Des enseig nants « coopérateurs de Jésus-Christ » Beaucoup de continuités et quelques infléchissements entre 1815 et 1870 Une formation des enseig nants modelée par l’aspiration à la perfection chrétienne
De la foi catholique à la « foi laïque » La relig ion dans la formation des instituteurs et des institutrices du département du Nord (1834-1914) Jean-François Condette La formation des instituteurs sous la double tutelle de l’État et de la relig ion catholique (1834-1882) : le cadre normalien douaisien La formation des institutrices au sein du cours normal de Douai : Former une bonne chrétienne qui soit aussi pédag og ue (1845-1883) La sécularisation de la formation des maîtres et maîtresses du primaire (1882-1914)
L’histoire des religions dans l’enseignement secondaire public masculin (1880-1914) Les combats et l’influence de Maurice Vernès Philippe Marchand La pensée de Maurice Vernes et sa réception L’évolution de la pensée de Maurice Vernes sur l’enseig nement des relig ions L’histoire des relig ions dans les prog rammes de 1885, 1890 et 1902 et la question de la préparation des enseig nants à cette thématique Annexe 1. L’histoire des relig ions dans les prog rammes d’histoire du secondaire de 1880 à 1890 Annexe 2 : L’histoire des relig ions dans les prog rammes de 1902
Former des professeurs d’humanités. Le cas de l’Université catholique de Louvain Le rôle de l’Institut supérieur de Philosophie (1890-1950) Françoise Hiraux Les enjeux philosophiques et relig ieux de l’Université en 1890 Deux thèmes prioritaires : le sujet et la vie sociale L’incorporation intellectuelle de la foi
Former des enseignants chrétiens : une des préoccupations des fondateurs de l’Université Catholique de Lille Catherine Masson Le projet des fondateurs de l’Université catholique Les premières réalisations pour l’enseig nement supérieur catholique à Lille Des débuts difficiles pour les facultés catholiques de Lille
Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits
e Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux de la fin du xvi siècle au milieu du e xvii siècle Académies protestantes versus collèg es catholiques ? Véronique Castagnet Calvinistes et catholiques face à l’éducation de la jeunesse Un enseig nement supérieur protestant mal accepté par les catholiques L’académie protestante, prétexte à un affrontement confessionnel aux visag es variés
Dieu ou la République ? La naissance d’une école primaire laïque (1792-1802) René Grevet La mise en œuvre d’une nouvelle école Les difficultés de l’école républicaine
Les collèges des jésuites en Belgique (1831-1914) Entre g uerres ouvertes et tensions latentes Xavier Dusausoit Quatre-ving ts ans de fonctionnement ininterrompu Fausses peurs et vraies possibilités (1830-1840) « Le Juif errant » : (1840-1884) : des années difficiles pour les jésuites ? Sous la protection des g ouvernements catholiques (1884-1914)
« Des écoles sans Dieu et des maîtres sans foi, délivrez-nous Seigneur » Les évêques belg es et la première g uerre scolaire en Belg ique (1879-1884) Luc Courtois De la loi de 1842 à celle de 1879 : un bref rappel La loi scolaire de 1879 et ses décisions La g uerre scolaire (1879-1884)
Entre science et croyance ? La réception de la notion polémique d’évolution humaine dans l’enseig nement des sciences à l’école (1859-1914) Johann-Günther Egginger Le développement d’un enseig nement des sciences à l’école... mais un enseig nement écliptique de l’évolution humaine Pour une histoire laïque de l’enseig nement des orig ines de l’homme
Tensions et conflits entre l’État et les communes du département du Nord lors des laïcisations d’écoles primaires publiques (1886-1900)
Bernard Ménager Un environnement conflictuel de la question scolaire L’opposition locale aux laïcisations dans le département du Nord Les tentatives pour subventionner l’enseig nement privé
Les deux « guerres » des manuels scolaires dans le Nord et le Pas-de-Calais (1882-1883 et 1908-1910) Jean-François Condette La première g uerre des manuels (1882-1883) : un impact modéré La seconde g uerre des manuels (1908-1910) : des tensions plus vives Les facteurs explicatifs de cette mosaïque de situations différenciées
Hors de France Le devenir belg e des établissements secondaires jésuites de la province de Champag ne (1901-1914) Philippe Marchand Le choix de la Belg ique et l’installation des trois collèg es La population scolaire des trois collèg es jésuites Former des chrétiens mais aussi préparer aux examens et concours
Une reconquête éducative catholique par le livre : l’Action populaire et les éditions SPES (1922-1960) Philippe Rocher SPES : les jésuites de l’Action populaire dans la « bataille du livre » (1922-1932) SPES et les jésuites : une reconquête éducative par le livre (1922-1944) La collection du Centre d’études pédag og iques de SPES et l’École dans la cité : l’espérance renouvelée ? (1944-1960)
Négociations publiques et négociations secrètes au cœur des tensions scolaires entre enseignement public et enseignement privé (1950-1970) Bruno Poucet Les étapes d’une nég ociation concordataire : la phase officieuse La phase officielle de nég ociations Le choix concordataire du g ouvernement et l’échec des nég ociations La poursuite de nég ociations-discussions après l’échec du projet
Les syndicats de l’enseignement privé dans le débat sur un grand service public de l’Éducation nationale (1977-1984) Jean-Paul Visse L’org anisation de l’enseig nement privé La parité, seul dénominateur commun des forces syndicales du privé ? À chacun sa posture devant le g rand service public d’éducation Les plus radicaux exclus des discussions avec le ministère Une troisième voie qui ne s’affirme pas Une certaine qualité de vie plus que le statut ?
Introduction. Former le chrétien, éduquer le citoyen Questionner l’évidence pour mieux s’en affranchir
Jean-François Condette
« C’est surtout entre les fonctions ecclésiastiques et celles de l’instruction qu’il est nécessaire d’établir une incompatibilité absolue [...]. Autrement l’instruction tomberait bientôt tout entière entre des mains sacerdotales. C’en serait fait de la liberté comme de la raison ; nous reprendrions les fers [...]. Les peuples qui ont leurs prêtres pour instituteurs ne peuvent rester libres ; ils doivent insensiblement tomber sous le despotisme d’un seul, qui devant les circonstances sera ou le chef ou le g énéral du clerg é [...]. L’on doit se contenter de former des hommes sans prétendre à créer des ang es » . 1 Cette volonté d’une école laïque fondée sur la rais on et la liberté, ayant coupé le cordon om bilical qui la relie depuis des siècles à la relig ion et au personnel clérical2, est celle de Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, m arquis de Condorc et, dans son prem ier Mémoire sur l’instruction publique paru en 1791. Si les acteurs de la Révolution tent ent de fonder cette école républicaine qu’ils veulent ém anciper de l’in fluence relig ieuse3form er  pour des hom m es-citoyens et non des chrétiens proches des an g es, on sait que leurs initiatives rencontrent de terribles oppositions à la fois poli tiques et financières et que les textes lég islatifs pris en ce sens ne débouchent pas sur d es transform ations durables. Dès le Consulat puis surtout sous l’Em pire, une sorte de « parenthèse éducative » sem ble se referm er qui assure le retour à la tradition pluris éculaire d’une éducation profondém ent m arquée par la relig ion en m êm e tem ps qu’elle se m e t au service du prince. Com m e l’indique le décret du 17 m ars 1808 org anisant l’Un iversité im périale, « toutes les écoles de l’Université im périale prendront pour base de leur enseig nem ent : 1° : les préceptes de la relig ion catholique ; 2° : la fidélité à l’em pereur , à la m onarchie im périale dépositaire du bonheur des peuples et à la dynastie napoléonienne, conservatrice de l’unité de la France et de toutes les idées libérales proclam ées par les co nstitutions ». La chute de l’Aig le, à ce niveau, ne chang e rien et perm et m êm e un renforcem e nt de la tutelle relig ieuse. L’instruction relative à l’ordonnance royale du 22 juin 1814 affirm e haut et fort : « Le trône de Saint-Louis est relevé, sa relig ion doit rég ner plus que jam ais dans toutes les écoles de la France [...]. Il ne suffit pas que la relig ion soit une partie de l’enseig nem ent ; elle doit être l’âm e de toute l’éducation »4ontion s . Dès lors, les liens entre éducation et relig e systém atiquem ent réaffirm és com m e indissolubles par les g randes lois scolaires du XIX siècle jusqu’à la rupture fondam entale des lois Fer ry (1882) et Goblet (1886) m ettant en place la laïcisation des prog ram m es puis des personnels de l’enseig nem ent prim aire public. La loi Guizot du 28 juin 1833, com m e la loi Falloux du 15 m ars 1850, placent au prem ier rang des disciplines « l’instruction m orale et relig ieuse ». Il en va de m êm e dans les structures de form ation des enseig nants qui apparaissent au cours du siècle avant que le « m om ent