//img.uscri.be/pth/a04f6f0ccf0caba5b22938cd5711f98e864d2fd8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Equateur et Galapagos 4 - Sierra du Nord

De
129 pages

Ce chapitre Sierra du Nord est issu du guide consacré à la destination Equateur et îles Galapagos.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Illustration

Sommaire

PRÉPARER SON VOYAGE

 

 

 

 

 

 

 

SUR LA ROUTE

 

 

SIERRA DU NORD.

Cayambe

Le top des restaurants

Le top des hébergements

Pourquoi y aller

Suivez la Panamericana qui serpente à travers les Andes jusqu’à la bourgade d’Otavalo, son marché animé et les villages indiens alentour. Alors que la cordillère des Andes s’incline vers le nord à partir de Quito, des sommets volcaniques ponctuent des vallées tapissées de fleurs et de champs de canne à sucre. Dans ce berceau de la culture andine bat le cœur de l’Équateur : des artisans travaillent selon des méthodes ancestrales, fabriquant des produits de grande qualité, des articles en cuir aux tapis traditionnels.

À l’ouest, les paysages d’altitude cèdent la place à des plaines chaudes et humides, une zone de transition fertile où des plantations de café prospèrent dans la spectaculaire vallée de l’Intag. Plus au sud, la paisible bourgade de Mindo constitue une bonne base pour l’observation des oiseaux, la randonnée et d’autres activités de plein air. Entre lodges isolés dans la jungle, aventures hors des sentiers battus, initiatives de tourisme durable et possibilités de bénévolat, vous n’aurez que l’embarras du choix.

Quand partir

Illustration

Juin Ne manquez pas Otavalo le 24 juin, date de l’Inti Raymi, la fête quechua du soleil․

 

Début septembre Rejoignez Otavalo pour la Fiesta del Yamor, la fête indienne de la moisson․

 

Fin septembre Musique, danse et nourriture abondent pour la populaire fête annuelle d’Ibarra․

Illustration

À ne pas manquer

1Une randonnée aux Lagunas de Mojanda (Cliquez ici), près d’Otavalo, pour d’époustouflants panoramas

2Le tour des étals d’artisanat et de vêtements du pittoresque marché d’Otavalo (Cliquez ici)

3L’observation des oiseaux dans les forêts de nuages autour de Mindo (Cliquez ici)

4Une balade à cheval dans la campagne, au départ d’une hacienda coloniale (Cliquez ici) en périphérie de San Pablo del Lago

5Les paysages luxuriants de la spectaculaire vallée de l’Intag (Cliquez ici)

6L’ascension du majestueux volcan Cayambe (Cliquez ici), couvert de neige toute l’année

7Les boutiques de Cotacachi (Cliquez ici) et leurs articles en cuir de qualité et à prix doux

8Un trek en pleine nature dans la Sierra autour d’Oyacachi (Cliquez ici) jusqu’à l’Oriente

Cayambe

51 000 HABITANTS / 3 011 M D’ALTITUDE

Le sommet enneigé du Cayambe domine les champs vallonnés qui entourent la ville du même nom, à 64 km au nord de Quito par la Panamericana. La région est considérée comme la capitale équatorienne des fleurs : d’énormes serres remplies de fleurs tapissent les versants des collines alentour. Cependant, la plupart des visiteurs ne font que traverser la ville pour rejoindre Otavalo. Si Cayambe même n’offre guère d’intérêt (les enfants seront peut-être attirés par l’aire de jeux hautement sophistiquée dans un parc qui borde la nationale), elle constitue une bonne base pour explorer des sites moins connus de la région. En outre, il est possible de monter assez haut en voiture sur le flanc du volcan pour admirer une vue splendide.

4Où se loger et se restaurer

Plusieurs boutiques vendant des bizcochos (biscuits allongés) et du queso de hoja (fromage frais bouilli), des spécialités de Cayambe, se regroupent près du croisement de la Panamericana et de Sucre, de l’autre côté de la Plaza de Toros. Hilda Ruiz (angle Panamericana et Sucre ; sandwichs 3 $ ; h6h-minuit ; W), peut-être la meilleure du lot, propose aussi des sandwichs et dispose d’une machine à cappuccino.

La Gran Columbia

HÔTEL $

(%02-236-1238 ; Panamericana près Calderon ; ch 20 $/pers ; pW)․ Bien situé le long de la Panamericana et proche de plusieurs restaurants (l’hôtel en possède un). Dans cet édifice jaune de trois étages, rehaussé d’un liseré rouge, toutes les chambres sont dotées de lits confortables et d’une TV câblée, et la plupart possèdent une curieuse alcôve avec bureau dans l’entrée. Le passage des bus est synonyme de réveils matinaux.

Hacienda Guachala

HACIENDA $$

(%02-361-0908 ; www․guachala․com ; Cangahua ; s/d/tr/qua petit-déj inclus 40/57/89/105 $ ; pWs)․ Cette vaste propriété qui date de 1580 est la plus vieille hacienda du pays. Elle a depuis été réaménagée et offre des chambres blanchies à la chaux, une cour ensoleillée agrémentée d’une fontaine, des écuries et un restaurant. Elle constitue une excellente base pour des randonnées à pied ou à cheval. À 7 km au sud de Cayambe sur la route de Cangahua (et d’Oyacachi). De la ville, un taxi coûte 3 $.

Bucanero Marisqueria

POISSON $$

(angle Alianza et Restauracion ; plats 6,50-8 $ ; h12h-18h)․ Commandez à la caisse et choisissez une table dans ce restaurant populaire, particulièrement prisé des familles le dimanche après-midi. Il sert ceviche, cazuela (ragoût de fruits de mer), encebollado (soupe de poisson, manioc et oignon) et encocado (poisson ou crevettes cuits dans une sauce au lait de coco, épaisse et relevée).

8Renseignements

Un DAB de Banco Pacifico est installé au bord de la Panamericana près de Junín. L’office du tourisme se tient à l’angle de Rocafuerte et de Bolívar, au niveau du Parque Central․

8Depuis/vers Cayambe

¨Les bus Flor de Valle partent du terminal nord La Ofelia à Quito (0,75 $, 50 min, toutes les 20 min)․ Vous pouvez aussi prendre n’importe quel bus à destination d’Ibarra ou d’Otavalo au terminal Carcelén à Quito․ Pour continuer vers le nord, vous n’aurez pas à attendre longtemps – des bus passent environ toutes les 10 minutes․

¨Les bus pour Canghua partent toutes les 30 minutes environ à l’angle de Calle Sucre et de Calle Restauración․

Reserva Ecológica Cayambe-Coca

La Reserva Ecológica Cayambe-Coca couvre un gigantesque territoire de 4 031 km² qui s’étend sur quatre provinces, dont l’Oriente . Elle comprend des alpages, des forêts équatoriales, ainsi que les volcans Reventador (3 562 m) et Cayambe (5 790 m). Par temps clair, la route secondaire qui court au nord de Cayambe jusqu’à Ibarra, et traverse le village d’Olmedo, offre d’excellents panoramas. Le volcan Cayambe est le troisième plus haut sommet du pays et, à 4 600 m d’altitude sur le versant sud, le plus haut point de passage de l’équateur sur la planète. Pour gravir ce volcan éteint, contactez un tour-opérateur de Quito spécialisé dans l’alpinisme. Un refuge (20 $/pers) est accessible en 4x4. L’ascension de 7 heures jusqu’au sommet est plus difficile que celle du Cotopaxi, plus courante. L’excursion guidée de 2 jours coûte environ 240 $ et comprend transport, équipement, initiation rapide à la randonnée sur glace, repas et une nuit en refuge.

Oyacachi

En vous dirigeant vers le Sud, vous découvrirez le petit village d’Oyacachi (3 200 m), entouré de montagnes et réputé pour ses sources thermales (2,50 $) gérées par la communauté, qui attirent les foules le week-end. Oyacachi compte quelques auberges rudimentaires (5-10 $), un camping et plusieurs restaurants servant des truites fraîchement pêchées dans la rivière. Une camioneta (pick-up) depuis Cayambe coûte 30 $.

La randonnée de 2 ou 3 jours d’Oyacachi à El Chaco, qui suit une route ancestrale, traverse le cœur du parc et conduit des versants orientaux des Andes à l’Oriente. Après avoir longé la route récemment goudronnée sur environ 10 km, le parcours devient plus difficile et se transforme en trek en pleine nature, avec plusieurs traversées de cours d’eau. Une autre randonnée commence au poste de contrôle de Las Puntas et passe par des lacs d’altitude au sud jusqu’aux sources thermales de Papallacta. Il est fortement recommandé de prendre un guide (30 $/jour) ; contactez l’office du tourisme de la communauté, installée aux sources thermales d’Oyacachi, ou une agence de voyages d’Otavalo ou de Quito.

Otavalo

52 700 HABITANTS / 2 550 M D’ALTITUDE

Depuis des centaines d’années, Otavalo accueille l’un des plus importants marchés des Andes, une fête hebdomadaire en l’honneur des dieux du commerce. Les vendeurs proposent un choix étourdissant d’artisanat traditionnel ainsi qu’un nombre croissant de produits d’importation sournoisement maquillés. Les origines du marché remontent à l’époque pré-inca, quand les marchands arrivaient à pied de la jungle pour commercer. Réputés pour la qualité de leurs textiles et leur talent de tisserands, les Otavaleños (habitants d’Otavalo) ont été successivement exploités par les Incas, les Espagnols et les Équatoriens. La vie s’est toutefois améliorée pour nombre d’entre eux après la réforme agraire de 1964, qui a aboli la longue tradition du servage et leur a permis de posséder leurs terres.

Aujourd’hui, le marché est devenu un véritable creuset culturel et une destination incontournable pour des touristes venus des quatre coins du globe. Si Otavalo n’est plus la bourgade que découvraient les routards au début des années 1990, sa popularité ne doit pas vous rebuter. Les Otavaleños et les Indígenas (Indiens) des villages alentour portent toujours l’habit traditionnel : blouse blanche brodée, longue jupe de laine, fachalina (foulard), ceinture tissée, sandales de toile et rangs de perles pour les femmes ; chapeau de feutre, poncho bleu, pantalon court et cheveux coiffés en une longue natte pour les hommes. Si beaucoup luttent âprement pour vivre de leur artisanat, les Otavaleños sont le peuple indígena le plus prospère du pays.

D’un point de vue architectural, la ville n’est pas particulièrement attrayante, et les magasins modernes de TV à écran plat et de baskets sont aujourd’hui aussi nombreux que les boutiques d’articles traditionnels. Toutefois, malgré le mercantilisme, l’ambiance reste détendue et conviviale. De plus, il suffit de lever les yeux pour admirer les montagnes environnantes. Les sommets, les lacs secrets et les hameaux nichés sur les versants pourront vous occuper un bon moment après le shopping.

1À voir

Mercado artesanal

MARCHÉ

Plan offline

(Plaza de Ponchos ; c)․ Centre névralgique du marché d’artisanat, la Plaza de Ponchos se remplit chaque jour de vendeurs qui proposent des articles en laine (tapis, tapisseries, couvertures, ponchos, pulls, écharpes, gants et bonnets), ainsi que des blouses brodées, des hamacs, des sculptures, des perles, des tableaux, des nattes tressées et des bijoux en noix de tagua (ivoire végétal). Le samedi, jour officiel de marché, les étals envahissent les rues adjacentes et près de la moitié du centre-ville. N’hésitez pas à marchander, sans exagération ni agressivité.

À l’extrémité nord du marché, des stands de restauration proposent soupes de poulet ou de tripes cuisinées sur des réchauds, poisson frit, cochon de lait grillé et épis de maïs (mote), à accompagner d’un verre de chicha (boisson à base de maïs ou de manioc fermenté), puisée dans des seaux en plastique.

De juin à août, arrivez le vendredi pour faire vos emplettes avant que les groupes de touristes n’envahissent le marché.

Des pickpockets sévissent sur le marché ; laissez vos objets de valeur à l’hôtel et conservez votre argent en lieu sûr.

Parque Cóndor

RÉSERVE ORNITHOLOGIQUE

(%06-304-9399 ; 4,50 $ ; h9h30-17h mer-dim ; c)․ SObservez de près des condors des Andes, ainsi que des aigles, des chouettes, des faucons et des buses dans cette fondation néerlandaise, dédiée à la réhabilitation de ces rapaces et d’autres oiseaux de proie. Ne manquez pas les démonstrations de vol libre à 11h30 et 16h30. Commentaires en espagnol essentiellement. Le centre se perche sur le versant escarpé du Pucará Alto, à 2 km de la ville.

Marché quotidien

MARCHÉ

Plan offline

(Panamericana et Colón ; h7h-13h)․ Lors de notre passage, un grand ensemble couvert était en construction à l’ouest de la Panamericana. Lorsqu’il sera achevé (l’inauguration a été maintes fois repoussée en raison de scandales de corruption concernant des contrats de construction), il accueillera les vendeurs qui s’installent actuellement dans les rues de la ville (autour de Montalvo et de Jaramillo) et proposent toutes sortes de produits, des fruits exotiques locaux et des épices aux balais et instruments de tissage – le samedi, les denrées alimentaires sont encore plus nombreuses. Le marché couvert comprendra certainement un espace de restauration, où vous pourrez vous régaler en compagnie des habitants.

Mercado de animales

MARCHÉ

Plan offline

(Panamericana ; h6h-13h sam). Même sans vouloir acheter des porcelets criards, des cochons d’Inde ou une vache somnolente, ce marché hebdomadaire mérite la visite pour l’ambiance et le chaos général. Franchissez le pont au bout de Colón et suivez la foule de l’autre côté de la Panamericana.

El Lechero

SITE D’INTÉRÊT

À la sortie d’Otavalo, cet arbre est réputé pour ses pouvoirs curatifs, mais il s’agit surtout d’un superbe lieu pour un pique-nique, une escapade romantique ou une balade au grand air avec vue superbe sur la ville. La montée de 4 km est raide ; vous pouvez aussi prendre un taxi (4 $) et demander au chauffeur de vous attendre si vous ne voulez pas revenir à pied.

Pour rejoindre le site à pied, sortez de la ville en suivant Piedrahita vers le sud. Repérez les flèches peintes le long du chemin. Grimpez quelques lacets non asphaltés, puis longez un odorant bosquet d’eucalyptus jusqu’à la crête d’une colline, où se dresse un arbre solitaire. Vous pouvez continuer au nord sur 1 km pour atteindre le Parque Cóndor.

CCours

Mundo Andino

COURS D’ESPAGNOL

Plan offline

(%06-292-1864 ; www․mandinospanishschool․com ; Salinas 404 près de Bolívar ; cours particulier/ collectif 6/4,50 $ l’heure)․ Cette excellente école de langue offre des cours du lundi au vendredi, des hébergements chez l’habitant et des possibilités de bénévolat à long terme – idéales pour améliorer son espagnol !

Instituto Superior de Español

COURS D’ESPAGNOL

Plan offline

(%06-292-7354 ; www․instituto-superior․net ; Jaramillo 623, 1er ét ; cours à partir de 94 $/sem)․ Succursale populaire d’un établissement de Quito, chaudement recommandée par des lecteurs. Propose aussi des séjours chez l’habitant.

TCircuits organisés

oRuna Tupari Native Travel

CIRCUITS CULTURELS ET D’AVENTURE

Plan offline