//img.uscri.be/pth/929c6f12cdaeeee33c674d8dde3b83e7294b50a3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Fabuleuses Honolulu, Waikiki et O'ahu

De
32 pages

Ce chapitre numérique sur O'ahu extrait du guide Ulysse Hawaii vous propose de découvrir l'île d'O'ahu à l'aide de renseignements sur les attraits touristiques, un système d'étoile pour vous signaler
Ce chapitre numérique sur O'ahu est extrait du guide Ulysse sur Hawaii. Troisième île de l'archipel pour sa superficie, O'ahu en est aujourd'hui la première par tous les autres aspects. Représentant tout juste 10% des terres d'Hawaii, elle abrite, pour commencer, les trois quarts de sa population - un peu plus de 900 000 habitants. C'est à son port, découvert par les marins en route vers la Chine, au début du 19ème siècle que l'île doit de s'être développée à une vitesse exponentielle. Siège du gouvernement depuis que Kamehameha III y installa sa capitale en 1850, centre économique, universitaire et artistique, principale destination des visiteurs avec Waikiki, elle mérite bien son surnom de " lieu de rencontre ".



Voir plus Voir moins
Ce livre numérique ne comporte pas de dispositif de blocage afin de vous en faciliter l’utilisation. Toutefois, il est identifié par un tatouage permettant d’assurer sa traçabilité afin de prévenir le piratage.
Crédits
Crédits Ce chapitre est tiré du guide UlysseFabuleuse Hawaii, ISBN 978-2-89464-376-1 (version imprimée), dont la publication et le dépôt légal ont eu lieu le deuxième trimestre 2016. Recherche et rédaction :Annie Gilbert Recherche et rédaction antérieures, extraits du guide Ulysse Hawaii :Claude Hervé-Bazin, Jean-Luc Brébant, Sophie Czaplejewicz, Bernadette Hocke, Claude-Victor Langlois, Marc Rigole Éditeur :Claude Morneau Correcteur :Pierre Daveluy Infographistes :Isabelle Lalonde, Judy Tan, Philippe Thomas Photographie de la page couverture :Première de couverture, Vue sur la Kalalau Valley depuis le Pu’u o Kila Lookout : © iStockphoto.com/Mark Skerbinek Cet ouvrage a été réalisé sous la direction de Claude Morneau. Remerciements
Guides de voyage Ulysse tient également à remercier le gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC. Guides de voyage Ulysse est membre de l’Association nationale des éditeurs de livres. Note aux lecteurs
Tous les moyens possibles ont été pris pour que les renseignements contenus dans ce guide soient exacts au moment de mettre sous presse. Toutefois, des erreurs peuvent toujours se glisser, des omissions sont toujours possibles, des adresses peuvent disparaître, etc.; la responsabilité de l’éditeur ou des auteurs ne pourrait s’engager en cas de perte ou de dommage qui serait causé par une erreur ou une omission.
Écrivez-nous Nous apprécions au plus haut point vos commentaires, précisions et suggestions, qui permettent l’amélioration constante de nos publications. Il nous fera plaisir d’offrir un de nos guides aux auteurs des meilleures contributions. Écrivez-nous à l’une des adresses suivantes, et indiquez le titre qu’il vous plairait de recevoir. Guides de voyage Ulysse 4176, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2W 2M5,www.guidesulysse.com, texte@ulysse.ca Les Guides de voyage Ulysse, sarl, 127, rue Amelot, 75011 Paris, France, voyage@ulysse.ca Toute photocopie, même partielle, ainsi que toute reproduction, par quelque procédé que ce soit, sont formellement interdites sous peine de poursuite judiciaire. © Guides de voyage Ulysse inc. Tous droits réservés
ISBN 978-2-76582-823-5 (version numérique ePub)
O’ahu
Troisième île de l’archipel par sa superficie, O’ahu en est aujourd’hui la première par bien des aspects. Représentant tout juste 10% des terres d’Hawaii, elle abrite, pour commencer, les trois quarts de sa population : plus de 970 000 habitants.
C’est à son port, découvert par les marins en route vers la Chine, au début e du XIX siècle, que l’île doit de s’être développée à une vitesse exponentielle. Siège du gouvernement depuis que Kamehameha III y installa sa capitale en 1850, centre économique, universitaire et artistique, principale destination des visiteurs avec Waikiki, elle mérite bien son surnom de « lieu de rencontre ».
La géologie et l’histoire ont enfanté une île à deux visages. D’un côté, Honolulu et Waikiki, qui concentrent la majeure partie des infrastructures, baignent dans une atmosphère cosmopolite et touristique. De l’autre, l’arrière-pays cultive, au côté des papayers et des cocotiers, un charme intemporel et des beautés naturelles mettant en scène falaises découpées et plages de sable clair. C’est là, en hiver, que les orages formés dans le nord du Pacifique déversent leur colère : les vagues, rêves de surfeurs, s’arrondissent alors, atteignant par endroits la taille d’un petit immeuble.
L’île ne mesurant que 70 km dans sa partie la plus longue, il est techniquement possible d’en faire le tour dans la journée, mais vous n’en profiteriez pas. Nous vous invitons à l’explorer petit à petit, en douceur, région par région, à commencer par sa capitale.
Honolulu Le mot hawaïen Honolulu signifie « baie abritée », un terme tardif pour désigner le Ke awa Kou (port de prospérité ou port dekou, un bois rare) des premiers Hawaïens. Seul port naturel de l’archipel, il a été créé par le torrent de Nu’uanu à son embouchure.
En tout juste deux siècles, Honolulu est passée du statut de lande désertique à celui de métropole. Aujourd’hui, l’agglomération compte plus de 402 000 habitants et s’étend sur 40 km d’ouest en est.
L’alter egotouristique d’Honolulu, Waikiki, ancre ses plages et ses hôtels à quelques e kilomètres seulement vers l’est. Au XIX siècle déjà, les nobles hawaïens y entretenaient des résidences baignées par la poésie des vagues, sur lesquelles ils surfaient lorsque les choses de ce monde les lassaient.
Honolulu. © iStockphoto.com/tikirob
Le quartier historique d’Honolulu Juste à l’est des gratte-ciel d’Honolulu s’étend le quartier qui a vu naître la capitale hawaïenne. Ici se sont installés les premiers missionnaires en 1820, ici ont vu le jour la première église en dur de la ville et le palais ‘Iolani, symbole déchu du pouvoir royal hawaïen.
« L’unique palais royal des États-Unis », l’‘Iolani Palace s’ancre au milieu d’un parc aéré planté de grands arbres. Construit en 1882 pour le roi Kalakaua, qui y résida jusqu’à sa mort en 1891, le palais de « l’oiseau du paradis » connut ensuite le règne de sa sœur, la vénérée Lili’uokalani, dernière souveraine d’Hawaii.
L’‘Iolani Palace. © Shutterstock.com/kshiota
C’est Kamehameha V qui lança le projet de la construction d’un bâtiment regroupant sous le même toit le Parlement, les cabinets ministériels et les cours de justice. Le roi, qui le voulait inspiré d’un palais européen, mourut cependant peu de temps après la pose de la première pierre. C’est donc son successeur, Kalakaua, qui, lors de la session législative de 1874, inaugura l’Ali’iolani Hale« la maison du chef au paradis », en référence à Kamehameha V. , À cet endroit, le 17 janvier 1893, un « comité révolutionnaire », constitué d’hommes d’affaires et d’influence américains, proclama le renversement de la monarchie et la constitution d’un gouvernement provisoire. Depuis cette date, l’Ali’iolani Hale n’abrite plus que la cour de justice de l’État.
Outre les salles d’audience en activité, l’Ali’iolani Hale loge un musée retraçant l’histoire judiciaire de l’archipel, leKing Kamehameha V Judiciary History CenterBien que le . thème puisse paraître un peu rébarbatif, vous y découvrirez une exposition intéressante. La visite commence par une introduction au système dekapu(tabous) des anciens Hawaïens, pour se pencher ensuite sur les étonnantes dispositions du premier code pénal introduit en 1827 par Ka’ahumanu, veuve de Kamehameha, sous l’influence des missionnaires. On apprend ainsi que les personnes reconnues coupables de jeux d’argent et d’adultère étaient mises aux fers, tandis que celles qui se livraient à la prostitution et à la vente d’alcool ne recevaient qu’une amende! Sur le chemin de la sortie, on peut voir une salle d’audience telle qu’elle apparaissait en 1913.
Devant le bâtiment se dresse unestatue de Kamehamehamajestueux, revêtu d’une cape , et d’une coiffe (mahiole) dorées. Commandé au sculpteur anglais Thomas Gould, fondu en France et expédié par bateau, l’original sombra corps et biens aux abords des îles Malouines. Il fut par la suite repêché, mais, dans l’intervalle, une copie avait été fondue et placée ici par Kalakaua en 1883. L’original se trouve aujourd’hui sur Big Island, à Kapa’au, près du lieu de naissance du grand roi.
À l’est de l’Ali’iolani Hale se dresse laKawaiaha’o Church , « l’abbaye de Westminster hawaïenne », la plus ancienne église en pierre d’O’ahu. C’est en ces lieux que les missionnaires, peu après leur arrivée, choisirent d’installer leur première église. Quatre structures en palmes se succédèrent avant que Kamehameha III, sous l’influence de Ka’ahumanu, qui s’était fait baptiser ici même en 1825, n’autorise la construction d’un édifice en dur. Commencé en 1838, il fut achevé durant l’été 1842, un exploit si l’on considère qu’il est constitué de 14 000 blocs de corail d’un poids moyen d’une demi-tonne, découpés à même la barrière, en apnée, entre 3 m et 6 m de profondeur!