//img.uscri.be/pth/ebe634432774d040ea049d77ee1249ce04c387fb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Normandie 2 - Baie du Mont-Saint-Michel

De
83 pages

Ce chapitre Baie du Mont Saint Michel est issu du guide consacré à la destination Normandie.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Lumineuse, mystérieuse, envoûtante… La baie propose une large palette d’impressions et d’émotions qui se déclinent à toute heure de la journée, au gré des saisons. Difficile de ne pas être touché par cet écrin naturel qui semble protéger depuis des siècles le diamant qu’est le Mont, entre Bretagne et Normandie. La baie et ses côtes ravissent aussi bien les touristes qui se pressent en masse sur le Mont-Saint-Michel que les promeneurs amoureux de vastes étendues et d’horizons infinis : dans ce cas, direction le pays avranchin, là où les falaises offrent de somptueux panoramas.

Vaste dépression couvrant quelque 500 km2, la baie est délimitée au sud-ouest par la pointe du Grouin, dressée au nord de Cancale (Ille-et-Vilaine), et se ferme au nord-est à Granville, à la pointe du Roc. Même si le Mont-Saint-Michel attire avec raison les visiteurs, il serait dommage d’ignorer les alentours : Pontorson, Saint-James, Ducey, Avranches, Granville et, plus à l’est, dans les collines, Villedieu-les-Poêles, la cité du cuivre, ou la “ville-frontière” de Mortain. Les vallées encaissées de la Sée et de la Sélune marquent d’une entaille verte le relief qui caractérise le sud de la Manche.

Loin des foules, vous découvrirez des bourgades vivantes, des villages pittoresques, des sites préservés cachant parfois un petit patrimoine méconnu. Et, au départ de Granville, comment résister à l’appel des îles Chausey ?

Quand partir

Fin mai-début juin Mois de floraison des rhododendrons et des azalées, c’est la plus belle saison pour visiter l'extraordinaire bois des Moutiers. Début juin, durant dix jours seulement, les champs de lin se parent d’un bleu éclatant.

Mi-septembre Tous les deux ans (année paire), le Festival des cerfs-volants de Dieppe, de renommée internationale, rassemble petits et grands autour d’étonnants spectacles. Une belle façon de profiter aussi de l'été indien.

Début novembre Célébrée dans tous les ports de la région (Saint-Valéry-en-Caux, Etretat, Dieppe, Tréport…), la fête du hareng donne l’occasion de se plonger dans une atmosphère authentiquement populaire.ts d’Arques ou d’Eawy.


À ne pas manquer

L’abbaye du Mont-Saint-Michel(Cliquez ici), bijou d’architecture romane et gothique serti sur un rocher.

Le cimetière américain de Saint-James(Cliquez ici), pour l’émotion qui émane de ce lieu empreint de souvenir et de mémoire.

Le Scriptorial d’Avranches(Cliquez ici), avec son architecture qui rappelle le Mont-Saint-Michel et ses précieux manuscrits médiévaux.

La traversée de la baie(Cliquez ici). Comment résister à cette aventure pédestre où ciel, sable et mer se conjuguent ?

Granville(Cliquez ici), avec sa Haute-Ville et sa pointe du Roc, sa promenade du Plat-Gousset, son port et le musée Christian-Dior.

Les îles Chausey(Cliquez ici), une excursion à la journée qui scellera d’excellents souvenirs maritimes.

L’atelier du Cuivre de Villedieu-les-Poêles(Cliquez ici), pour découvrir l’univers des Sourdins !



AVEC DES ENFANTS


Retour au début du chapitre

Le Mont-Saint-Michel

Avec plus de 3 millions de visiteurs par an, le Mont-Saint-Michel est le premier site touristique français hors de Paris. Fragile et exigu, le Mont et son environnement naturel ont souffert de cette surfréquentation et de l’activité humaine. Les travaux de désensablement, une fois achevés, lui rendront son insularité et sa beauté originelle.

Les ruelles du Mont, engorgées dès le matin, se vident au coucher du soleil. Ne restent alors que les quelque 41 Montois recensés, dont une poignée de religieuses, et quelques touristes qui ont décidé d’y passer la nuit… Venez tôt le matin ou tard le soir et surtout approchez-vous du Mont à pied ou à vélo, vous ne le regretterez pas !

Histoire

La légende rapporte qu’en 709 l’archange saint Michel commanda à Aubert, évêque d’Avranches, de fonder un lieu de culte sur ce qui était alors le mont Tombe. Le modeste oratoire devient rapidement une abbaye carolingienne. En 966, Richard Ier, duc de Normandie, place des moines bénédictins dans les murs. Au XIIIe siècle, le roi de France Philippe Auguste finance la construction de l’ensemble gothique de la Merveille, qui s’élève sur trois niveaux, la structure primitive carolingienne faisant office de crypte (lors de la visite, remarquez les puissants piliers ronds de Notre-Dame-sous-Terre). Les Anglais assiègent en vain le Mont-Saint-Michel à trois reprises lors de la guerre de Cent Ans, tout en délivrant des sauf-conduits (moyennant finances) aux pèlerins qui affluent. De la Révolution au Second Empire, l’abbaye sert de prison aux détenus. Ce n’est qu’en 1874 que la gestion de l’ensemble des bâtiments monastiques revient aux Monuments historiques, qui en assurent désormais l’entretien ; la digue d’accès est édifiée en 1877. Des religieux (et des religieuses) assurent depuis 1969 à nouveau la vocation spirituelle du lieu. En 2009, le mont a fêté son 1 300e anniversaire et en 2012, le parking au pied du site a été supprimé. Fin 2014, sera inaugurée la passerelle surélevée réservée à l’accès piétons.


SEMAINIER DES MARCHÉS


Orientation

Depuis le corps de garde des Bourgeois, la “Grande-Rue” – une étroite venelle – “tourbillonne” à l’intérieur des remparts. À chaque maison, un restaurant, une boutique de souvenirs ou un hôtel ! On piétine ; claustrophobes s’abstenir ! Pour éviter ce chemin de croix athée, avant de pénétrer dans le mont, n’empruntez pas la porte de l’Avancée mais bifurquez à gauche pour passer par la porte de la caserne de gendarmerie. La voie est plus large et débarrassée des étalages des commerces. et vous serez presque seul.

Accès

Depuis le printemps 2012, la circulation des véhicules à moteur est interdite à proximité du Mont-Saint-Michel. Les véhicules des visiteurs sont dirigés vers un parking (voiture/moto/camping-car 8,50/3,50/12,50 €, voiture 19h-2h 2,50 €, voiture moins de 60 min 3 €, vélo et consigne gratuit, chenil 7 €), à 3 km environ du rocher. Pour rejoindre le Mont, les visiteurs ont le choix entre des navettes (Le Passeur, gratuit ; 8h-1h) et un sentier pédestre (30 min). Les navettes sont stationnées à proximité du centre d’accueil (place des Navettes) et effectuent un arrêt au niveau de la caserne (barrage sur le Couesnon). Si vous arrivez en dehors du créneau horaire des navettes, un service de minibus (La Montoise ; 02 14 13 20 00) est accessible sur appel gratuitement. Il est prévu également dans le courant de l’année 2013 la mise en place d’un service d’hippomobile (navette tractée par des chevaux). En 2014, la passerelle réservée aux piétons sera inaugurée.

Lors de la rédaction de ce guide, les tarifs du parking étaient en cours de modification. Pour obtenir les tarifs actualisés et organiser votre séjour, consultez le site www.accueilmontsaintmichel.com.

Renseignements

Pavillon d’information du parc de stationnement (02 14 13 20 15 ; www.accueilmontsaintmichel.com ; lun-dim 9h-20h, fermeture 1 ou 2h plus tôt en automne, hiver et printemps, sf le week-end). Ce bâtiment inauguré en juin 2013 vous permettra d’obtenir toutes les informations utiles pour organiser votre visite.

Office du tourisme (02 33 60 14 30 ; www.ot-montsaintmichel.com ; juil-août tlj 9h-19h, sept lun-sam 9h-18h30, dim 9h-12h et 14h-18h, fév, avr et oct 9h-12h et 14h-18h, mai-juin 9h-12h30 et 14h-18h30, nov-déc 9h-12h et 14h-17h, fermé les 25/12 et 01/01). Situé sur la gauche du corps de garde des Bourgeois, cet office ne désemplit pas, quelle que soit la période de l’année. Essayez de glaner de l’information auprès d’autres offices du tourisme avant de vous rendre sur le Mont.


LE SITE DE TOUS LES RECORDS

“Ici, la terre et l’eau célèbrent une noce inconnue sur le reste de la planète”. Bertrand Poirot-Delpech n’y va pas de main morte, mais on comprend son enthousiasme si on prend le temps de contempler sereinement les paysages de la baie. L’Unesco ne s’y est d’ailleurs pas trompée en classant en 1979 la baie et le Mont-Saint-Michel au patrimoine mondial de l’humanité. Côté chiffres, les marées figurent parmi les plus grandes du monde (après celles de la baie de Fundy, au Canada), pouvant atteindre, lors des plus forts coefficients, les 15 m d’amplitude (c’est ce qu’on appelle le marnage). Le littoral est partagé entre grèves (25 000 ha, la plus grande superficie nationale), herbus (prés salés) et zone humide, qui accueille une incroyable avifaune trouvant dans cet écosystème aires de nichage, nourriture et accueil lors des migrations.


Traversée de la baie Nombreuses visites guidées pour découvrir le Mont et sa baie. La plupart des guides accompagnateurs organisent leur départ au Bec d’Andaine (Cliquez ici), accessible en voiture par Genêts.


PETIT GUIDE POUR UNE VISITE RÉUSSIE

À pied ou à vélo Économisez le coût du parking en louant un vélo à Beauvoir ou à Pontorson. Vous approcherez ainsi le Mont à un rythme plus lent et profiterez de l’exceptionnel panorama.

Dormir au Mont Passer la nuit dans l’enceinte permet de déambuler tranquillement dans les ruelles, le soir venu, et, le matin, d’être le premier pour la visite de l’abbaye. Demandez à voir la chambre que l’on vous propose. L’exiguïté des maisons rend les chambres très différentes dans un même établissement.

Ne pas oublier le pique-nique On emportera sandwichs et boissons pour ne pas être forcé de quitter le Mont le ventre (ou le porte-monnaie) vide.

Pas de poussette dans l’enceinte Pour éviter le syndrome “famille avec poussette au bord de la crise de nerfs”, laissez l’engin au placard.

Écouter le Mont Un passionnant coffret de 2 CD a été édité sur l’histoire du Mont, avec un texte d’Olivier Mignon lu par Bernard-Pierre Donnadieu et Évelyne Lecucq (éd. Brumes de Mars). En vente à la librairie du Mont et sur Internet.


Fêtes et festivals

Marathon de la baie (dimanche, début mai, www.montsaintmichel-marathon.com). Départ de Cancale.

Entre Ciel et Mer (juillet ; http://festival.mtstmichel.free.fr). Festival d’inspiration catholique proposant théâtre de rue, expositions, concerts, conférences, réflexions spirituelles et traversée nocturne de la baie aux flambeaux.

Pèlerinage de l’Assomption (15 août). Jusqu’à l’îlot de Tombelaine (départ du Mont à 16h et vêpres à Tombelaine).

Fête de la Saint-Michel (29 septembre). Marche de la chapelle Saint-Denis à Montjoie-Saint-Martin jusqu’au Mont-Saint-Michel.

À voir

L’abbaye reste l’attraction principale du Mont, quand bien même seulement le tiers des visiteurs consentirait à la visiter. Mais il serait dommage de ne pas découvrir cet incroyable sanctuaire qui semble avoir été bâti en suspension entre mer et ciel… Notons également l’existence de quatre petits musées qui peuvent bénéficier d’un forfait (+25 ans/18-25 ans 18/9 €).

Abbaye    MERVEILLE DE L’OCCIDENT

(02 33 89 90 00 ; http://mont-saint-michel.monuments-nationaux.fr ; tarif plein/ 18-25 ans/- 18 ans 9 €/5,50 €/gratuit avec visite guidée de 1 heure, audioguide 4,50 € ; visites-conférences 2 heures tarif plein/réduit/-12 ans 13 €/7,50€/gratuit ; mai-août tlj 9h-19h, dernière entrée 18h, sept-avr tlj 9h30-18h, dernière entrée 17h, fermé les 01/01, 01/05 et 25/12). Après avoir franchi la salle des gardes, vous parcourrez les escaliers du Grand Degré jusqu’à la terrasse ouest. Sur le parvis, les pierres sont marquées de lettres et de numéros. Cette identification permettait à chaque tailleur de pierre d’être payé selon sa tâche.

La façade de l’église abbatiale date de 1780. À son sommet, la statue de saint Michel, haute de 4 m (que l’on doit à Emmanuel Frémiet en 1897), est recouverte de 60 kg d’or. Elle domine la mer depuis ses 157 m d’altitude (soit la moitié de la tour Eiffel). À l’intérieur de l’église, la nef et le transept sont caractéristiques de l’art roman, tandis que le chœur est d’un gothique flamboyant des XVe et XVIe siècles.

La visite se prolonge dans le monastère gothique de la Merveille. Cette magnifique construction en granit abrite sur 3 étages des bâtiments claustraux : au niveau supérieur, le cloître et le réfectoire ; en dessous, la salle des Hôtes ; en bas, l’aumônerie et le cellier. Le cloître est ouvert sur la baie et semble comme suspendu dans le vide. Les lumières et le son du réfectoire ont fait l’objet de nombreuses études : l’étroitesse de l’ouverture des fenêtres est telle que le visiteur ne peut les voir depuis l’entrée et l’acoustique permettait de faire une lecture des Écritures depuis la chaire du mur sud pendant le repas des moines. À l’étage inférieur, on trouve la salle des chevaliers et la salle des Hôtes ainsi qu’une crypte soutenue par dix énormes piliers, dont les pierres proviennent des îles Chausey.

Votre billet plein tarif vous donne également droit à un billet tarif réduit au Scriptorial d’Avranches. Messe chantée du mardi au samedi à 12h15, le dimanche à 11h30 (entrée gratuite pour les fidèles : rendez-vous 10 min avant l’office devant les grilles de l’abbaye). Vous pouvez aussi visiter l’abbaye la nuit, elle est éclairée jusqu’à minuit. Le parcours proposé permet de découvrir les différentes salles, chapelles et cryptes dans un jeu de lumière et de musique (02 33 89 90 00 ; tarif plein 9 €, billet jumelé visite diurne et visite nocturne 13 €, billetterie ouverte 18h30-23h ; juil-août tlj sauf dim 19h-24h, dernière entrée 23h).


LE CHÂTEAU DE SABLE

Le diagnostic est connu : depuis des siècles, l’activité humaine n’a cessé de modifier ce site, qui est aujourd’hui menacé d’ensablement. On estime à plus d’un million de mètres cubes par an le dépôt des sédiments. Les grèves continuent de céder devant les herbus. En 1995, l’État et les régions concernées s’entendent pour lancer une opération ambitieuse : il s’agit de redonner au Mont son caractère maritime. Un projet qui passera par l’application des mesures suivantes : remplacer par un pont-passerelle la digue-route afin que celle-ci n’entrave plus marées et courants, ce qui redonnerait son caractère îlien au Mont ; rétablir les ruisseaux de la Guintre et du Landais afin de limiter la propagation des herbus dans la partie est du Mont ; modifier le barrage de la caserne afin de rétablir les marées dans le Couesnon et éliminer les sédiments accumulés à l’ouest. Les travaux ont commencé en 2006 et se termineront dix ans plus tard par la construction de la nouvelle route qui rejoindra le Mont. Ne manquez pas la visite du barrage du Couesnon (réservation obligatoire syndicat.mixte@rcm-mtstmichel.fr ; gratuit ; mai-sept, tlj à 17, oct-nov, 16h, rdv devant le barrage), qui vous expliquera son fonctionnement.


Archéoscope    SCÉNOGRAPHIE MULTIMÉDIA

(02 33 89 01 85 ; Grande-Rue ; www.au-mont-saint-michel.com ; 9 € ou forfait 4 musées (Cliquez ici) ; 1er week-end fév-11 nov et vacances Noël tlj 9h-17h30, 18h30 en juil-août et Noël). Situé dans la Grande-Rue, à côté de La Vieille Auberge, l’Archéoscope présente une scénographie historique et architecturale sur la base d’une maquette du Mont. Le spectacle fait la part belle aux jeux de lumière sur fond sonore.


RETRAITE SPIRITUELLE