A la recherche des fondements de la valeur économique et de la richesse

A la recherche des fondements de la valeur économique et de la richesse

-

Français
104 pages

Description

Est-il normal qu'un litre de gazole ne vaille pas plus qu'un litre de Coca-Cola ? La majorité des économistes l'admettent, alors que la valeur donnée par le marché rend très difficile l'élaboration des réponses aux défis écologiques et à la montée des inégalités. Les notions de valeur sociale et de valeur tutélaire émergent ; l'homo economicus doit céder la place à l'homo empathicus. Il faut refonder l'économie politique sur de nouvelles manières de penser ce que sont la valeur économique et la richesse.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 février 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140030475
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jacques PERRIN
Est-il normal qu'un litre de gazoil ne vaille pas plus qu'un litre de Coca-Cola ?
À LA RECHERCHE DES FONDEMENTS DE LA VALEUR ÉCONOMIQUE ET DE LA RICHESSE
Àlarecherchedesfondementsdelavaleuréconomiqueetdelarichesse
« Éditions Campus ouvert » Direction éditoriale: Vincent PLAUCHU, Maître de Conférences honoraire en Économie (Université Pierre Mendès France, Grenoble). Coordination: Pierre CROCE, ancien Responsable de la Cellule d’aide à la publication de l’Université Pierre Mendès France, Grenoble. Cette maison d’édition, créée par l’Association pour la Diffusion d’Études et Recherches (ADER), a pour principal objectif de rendre accessibles, à des prix raisonnables, des cours dispensés dans le champ des Sciences Sociales, et de diffuser des documents, études et recherches qui ne trouveraient pas leur place dans le secteur commercial classique. ADER : 10 rue champ Rochas – 38240 MEYLAN Préparation et mise en page :Pierre CROCE
Couverture :Myriam PLAUCHU et FrédéricSCHMITT Le « photocopillage » tue le livre Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. e e 122-5, 2 et 3 a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.
© 2017,Campus Ouverthttp://editionscampusouvert.wordpress.com/ editions.campus-ouvert@orange.fr ISBN : 979-10-90293-34-2 EAN : 9791090293342
Distribution: Éditions L’Harmattan, 16 rue des Écoles – 75005 Paris www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr
JacquesPERRIN
DirecteurderecherchehonoraireduCNRSenscienceséconomiquesÀlarecherchedesfondementsdelavaleuréconomiqueetdelarichesseUnlitredegazoleetunlitredeCocaColaontquasimentlemêmeprixontilslamêmevaleuréconomique? Éditions Campus Ouvert 2017
Remerciements Que Jacques GAGNEUR, Liliane PERRIN-BENSAHEL, Ghislaine DESTAIS, et Vincent PLAUCHUsoient vivement remerciés pour leurs conseils et leur amical soutien.Merci à Pierre CROCEqui a assuré la préparation et la mise en forme de cet ouvrage.
SommaireINTRODUCTIONUnlitredegazoleetunlitredeCocaColaontquasimentlemêmeprix.. . . . . . . . . . . . . . . . .7Peutondirequ’ilsontlamêmevaleuréconomique?CHAPITRE1 . . . . . . . . . . .13Histoiredelapenséeéconomiqueetvaleuréconomique CHAPITRE2 Indicateursderichesseetdedéveloppementdurable:. . . . .41destentativespourpenserautrementlavaleuréconomique CHAPITRE3 Lathéoriedelavaleurselonlesinstitutionnalistes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Uneautremanièredepenserl’économie CHAPITRE4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .73L’homoéconomicusn’estpasnotrevraienature CONCLUSION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93TABLE DES MATIÈRES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
Introduction
« Au sortir des deux guerres mondiales, on avait cherché à établir un nouvel ordre international sur lerule of law. Diverses organisations ont été alors chargées d’établir des règles communes en matière sociale, culturelle, économique et monétaire et de poser ainsi les bases juridiques d’une paix juste et durable. (…) Ce projet a été progressivement abandonné au profit d’une gouvernance par les nombres, qui institue le Marché comme seul arbitre de la valeur de la monnaie, de la nature, du travail à l’échelle du globe. Cette liquidation des ressources monétaires, naturelles et humaines conduit à des désastres financiers, écologiques et sociaux en même temps qu’à une montée des fondamentalismes et à des déferlements de violence, dont les catéchumènes de l’ultra-libéralisme sont les seuls à ne comprendre ni l’ampleur ni les causes » Alain SUPIOT,La gouvernance par les nombres,Paris,Fayard, 2015, p. 302 UnlitredegazoleetunlitredeCocaColaontquasimentlemêmeprix.Peutondirequ’ilsontlamêmevaleuréconomique?OUTE PERSONNE PRENANT EN COMPTE, au sein de notre mode de T développement actuel, les conséquences économiques et humaines provoquées par une pénurie de pétrole par rapport à une pénurie de Coca Cola, toute personne se rendant compte qu’actuellement l’utilité écono-mique d’un litre de gazole n’est pas la même que celle d’un litre de coca cola, répondrait presque spontanément à la question posée : un litre de gazole n’a pas la même valeur économique qu’un litre de Coca Cola, bien que leur prix soit quasiment le même. Et pourtant, pour la très grande majorité des économistes, un litre de gazole, ayant le même prix qu’un
8 J a c q u e sP e r r i nlitre de Coca Cola, a la même valeur économique qu’un litre de Coca 1 Cola . Trouvez l’erreur ! Laisser croire qu’un litre de gazole a la même valeur économique qu’un litre de Coca Cola, apparaît de nos jours de plus en plus intenable, lorsqu’on sait que les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) donc non renouvelables, représentent 80% de la production mondiale d’énergie primaire et que leur remplacement sera long et coûteux. On peut vivre sans Coca Cola mais on ne peut pas, actuellement et sans doute pour plusieurs décennies encore, vivre sans pétrole. Laisser croire qu’un litre de gazole a la même valeur économique qu’un litre de Coca Cola apparaît de nos jours de plus en plus irresponsable lorsqu’on sait, que lorsque de nouvelles réserves de pétrole sont découvertes, les prix ont tendance à baisser, alors que les catastrophes climatiques et écologiques occasion-nées par la consommation de ces nouvelles réserves augmentent. La plupart des modèles des climatologues prévoient que si toutes les réserves d’énergie fossile trouvées étaient utilisées, elles provoqueraient une catastrophe climatique due à l’augmentation de la température planétaire de 5 à 6°C à l’horizon 2100. Dans le domaine des énergies non renouvelables, mais aussi dans beaucoup d’autres domaines, le marché est incapable de donner la valeur économique des biens et des services produits, et c’est tout l’enjeu des débats actuels autour de la fiscalité carbone que d’essayer de corriger ce constat. Peut-on affirmer également que le prix d’un litre de Coca Cola correspond à sa valeur économique lorsqu’on sait les conséquences sur la santé provoquées par la 2 consommation régulière de boissons sucrées même allégées ? L’erreur de croire qu’un litre de gazole a la même valeur qu’un litre de Coca Cola, a pour origine la manière de définir le concept de valeur économique dans la théorie néo-classique – et sa variante néo-libérale – théorie économique dominante depuis plusieurs décennies. Pour ce courant de la pensée économique, la valeur d’un bien ou d’un service est 3 donnée par le marché, c’est-à-dire par son prix . Pour la majorité des
1 Le prix d’un litre de gazole est entre 1€ et 1,50 € depuis quelques années, le prix d’un litre de Coca Cola est plus stable, entre 1€ et 1,20€. Le prix du gazole inclut la Taxe intérieure sur les produits énergétiques (TICPE) qui était de 0,50€ en 2016 et cette taxe inclut une composante carbone (22€ par tonne de CO2en 2016). Si on déduit la TICPE, le prix d’un litre de gazole est donc bien moins élevé qu’un litre de Coca Cola. 2 OMS, communiqué de presse du 4 mars 2015, http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/sugar-guideline/fr/ 3 Les prix du gazole et du Coca Cola ne sont pas des prix de marché, car ils incluent les taxes sur la valeur ajoutée et pour le gazole la TICPE; ce qui permet de rappeler que le prix de marché du gazole est bien inférieur à celui du Coca Cola. Pour ne pas trop compliquer la présentation de notre démarche, nous identifierons le prix de marché d’un bien à son prix (sur le marché) et à sa valeur d’échange.
I n t r o d u c t i o n
9
économistes aujourd’hui, une théorie sur la valeur se réduit à une explication souvent simplifiée concernant la formation des prix sur un marché. Dans l’histoire de la pensée économique, les réflexions sur la valeur, avec ses deux aspects de valeur d’usage et de valeur d’échange, e e ont occupé, au XVIII et XIX siècle, une place importante dans les travaux des économistes, et les théories de la valeur économique n’ont pas toujours été confondues avec les théories de la formation des prix. Force est de constater que depuis de nombreuses décennies, les réflexions sur les différentes théories de la valeur sont quasiment 4 absentes de l’agenda des recherches en sciences économiques. Il est important de préciser que l’objectif de ce livre n’est pas de proposer une nouvelle théorie de la valeur, mais de questionner – à partir de la notion de valeur économique – les fondements, c’est-à-dire les paradigmes, qui structurent les énoncés et les discours des principaux courants de la science économique et notamment ceux de l’école néo-classique. On reprendra ici la définition de paradigme proposée par Edgar Morin. Se démarquant de la définition de Kuhn, qu’il juge hésitante et incertaine, E. Morin définit un paradigme comme étant « un type de relation logique (inclusion, conjonction, disjonction, exclusion) entre un certain nombre de notions ou catégories maîtresses. Un paradigme privilégie certaines relations logiques au détriment d’autres, et c’est pour cela qu’un paradigme contrôle la logique du discours. Le paradigme est une façon de contrôler à la fois le logique et le 5 sémantique ». En reprenant une tradition de la pensée économique, actuellement abandonnée, le questionnement développé, dans le présent ouvrage, part de l’hypothèse que la valeur économique, avec son double aspect de valeur d’usage et de valeur d’échange, sert à définir la nature de la richesse et à l’apprécier et, si possible, à la mesurer.Les théories de la valeur qui concluent que la valeur des biens ou des services est identique à leur prix ont, par différents artifices, minimisé ou abandonné la valeur d’usage dans leur manière d’apprécier ou de mesurer la richesse. La valeur économique, avec ses deux faces de valeur d’usage et de valeur d’échange, n’est plus le concept qui sert aux théories économiques actuelles à définir et à mesurer la richesse économique. Néanmoins, il est important de noter que des enquêtes faites auprès de
4  C’est pour essayer de remettre la valeur dans l’agenda de recherche des économistes, que j’ai publié deux ouvrages?Pourquoi les sciences économiques nous conduisent contre le mur Reconsidérer nos visions du monde, nos systèmes de valeurs et notre conception de la richesse. L’Harmattan, 2011 (ouvrage publié également en langue arabe) etValeur et Développement Durable. Questionnement sur la valeur économique, Paris, L’Harmattan, 2004. 5 Edgar Morin,Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF Éditeur, 1990.