Une banque agricole au Cameroun

-

Livres
212 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Compte tenu du déploiement dynamique sur le terrain des établissements de microfinance (EMF) pour financer l'agriculture, de leur manque de ressources financières et de leur proximité avec les paysans, il a semblé opportun à l'auteur de créer une combinaison banque agricole-EMF. Ainsi, la banque agricole sera un instrument d'accompagnement des microentrepreneurs agricoles vers l'agriculture de seconde génération.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2015
Nombre de lectures 61
EAN13 9782336386980
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
rd
pour
Alain BouchardOWONAMANI
UNE BANQUE AGRICOLE AU CAMEROUN
pour le développement du monde rural
Quelle utilité ?
16/06/15 00:47
Une banque agricole au Cameroun
pour le développement du monde rural
Alain Bouchard OWONAMANI
Une banque agricole
au Cameroun
pour le développement du monde rural Quelle utilité ?
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06798-8 EAN : 9782343067988
« En vérité, celui qui veut le progrès ne prête aucune attention aux étiquettes qu’on peut lui coller sur le dos avec le dessein manifeste de le décourager et de l’intimider. Il ne se préoccupe ni d’être sage ni d’être subversif. Ce qu’il veut c’est de savoir s’il est seul ou pas à vouloir ce qu’il veut, à penser comme il pense ». Ebénézer Njoh Mouelle.
À mon pays, le Cameroun, Aux décideurs, À la jeunesse camerounaise, À ma famille.
REMERCIEMENTS
Je voudrais remercier toutes les personnes qui m’ont encouragé dans cette entreprise jusqu’à son terme.
Ces remerciements vont d’abord à l’endroit du personnel du service de la documentation de l’Institut national de la statistique (INS) d’une part, et celui du ministère de l’Agriculture et du Développement rural d’autre part qui ont bien voulu mettre gracieusement à ma disposition toutes les données statistiques dont regorge cet ouvrage.
Je voudrais ensuite remercier mes amis et camarades de l’Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC) qui m’ont encouragé à aller de la simple discussion entre amis à un ouvrage sur la banque agricole en création. Je voudrais enfin remercier Monsieur Jean Marie Atangana Mebara, ancien Secrétaire général à la Présidence de la République du Cameroun, incarcéré à la prison centrale de Kondengui au moment de la rédaction de cet ouvrage. Lors de nos multiples échanges au parloir de ladite prison, il n’a pas hésité à partager avec moi sa riche expérience et ses connaissances, toutes choses ayant contribué à transcrire sur du papier mes réflexions sur le financement de l’agriculture camerounaise pour sa transformation en profondeur. En retour, je recevais des critiques qui m’obligeaient à chaque fois à tout reprendre.