//img.uscri.be/pth/fb9d1ce8658414fba05ec6b0a6731741e2911054
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Comment je m'en suis sortie en montant ma boîte

De
84 pages

"Quand je suis devenue entrepreneur, j'avais une vingtaine d'années, pas un sou en poche, aucune relation ni aucun soutien... et ça a marché. J'ai d'abord créé un petit cabinet de gestion, puis une société de service et enfin un tabac-papeterie transformé en tabac-produits au miel, et chaque fois le succès a été au rendez-vous... même si j'ai parfois commis des erreurs que j'aurais dû éviter.

C'est parce que quelques conseils simples m'auraient fait gagner du temps que j'ai voulu écrire ce livre. Je l'ai fait pour aider ceux et celles qui veulent monter leur petite (ou grande) affaire mais qui sont rebutés par les nombreux bouquins sur la création d'entreprise, souvent écrits dans un langage difficile.

J'ai choisi de montrer plutôt que de dire. En espérant que les témoignages qui émaillent ce livre, récoltés au fil des jours, soient autant d'années de gagnées pour vous. Récits d'expériences qui, mises bout à bout, vous éviteront des faux pas le plus souvent coûteux et douloureux.

Aujourd'hui, j'ai vendu toutes mes entreprises et je suis partie vivre au soleil. Faites comme moi, monter sa boîte c'esbplis facile que vous ne le pensez !"

Voir plus Voir moins
...
Catherine Lemesle
Comment je m’en suis sortie en montant ma boîte
À Christophe Stéphane
Catherine Lemesle estune « serial entrepreneuse ». Formée à la création d’entreprise à H.E.C. ainsi qu’au management stratégique et à la gestion à l’ESCP-EAP, elle est chef d’entreprise depuis de nombreuses années et a également été professeur d’économie et bénévole auprès de jeunes créateurs d’entreprises, avant de se lancer dans un tour du monde… qui n’en finit pas. Elle a posé ses valises en Australie, à Oxford, en Grèce et aujourd’hui en Thaïlande d’où elle pilote de nouvelles affaires, écrit des chansons et des livres et pratique intensément le karaté et la danse. On peut la contacter à l’adresse suivante : catherine.lemesle@maxima.fr
Infos/nouveautés :www.maxima.fr
8, rue Pasquier, 75008 Paris.
Tél. : + 33 1 44 39 74 00 – Fax : + 33 1 45 48 46 88
© Maxima, Paris, 2013.
ISBN : 978-2-8188-0410-0
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales
Couverture
Titre
Copyright
Avant propos
Introduction
Première partie - Bien démarrer
1 Quel type d’entrepreneur êtes-vous ?
2 Dans quel but voulez-vous créer votre entreprise ?
3 Votre projet est-il réaliste ?
Deuxième partie - La concrétisation de votre projet de création d’entreprise
4 Quel statut juridique choisir ?
5 Quel régime fiscal choisir ?
6 Choisir le régime social le plus protecteur possible
7 Le financement : où trouver de l’argent pour démarrer ?
Conclusion
A vant propos
Entrepreneuse !
Il y a deux sortes d’entrepreneursles créateurs et les développeurs. Les créateurs sont les fous, : comme moi, qui aiment l’excitation de la création à partir de rien. Ils aiment prendre des risques – toujours mesurés et calculés – et voir se réaliser un projet là où il n’y avait rien. Faire le tour des banques ou des investisseurs, tenter de les convaincre avec enthousiasme. Nous sommes des passionnés. Ensuite, quand l’entreprise tourne, on s’ennuie. Et on passe le relais aux développeurs. Ces chefs d’entreprise arrivent quand la plupart des risques et les obstacles les plus importants ont été surmontés. Ils ont la patience pour force. Ils aiment les objectifs, savent mener les équipes et s’adapter. C’est une mission essentielle et tout aussi noble mais qui correspond moins à la nature des créateurs qui sont déjà sur un autre projet. Parfois même, un projet que l’on sait ponctuel.
Pour ma part, je suis devenue entrepreneuse plus tôt que prévu. Je savais bien qu’un jour je créerais ma boîte. Mon père considérait le monde de manière assez simpliste. Pour lui, il y a avait d’un côté les chefs d’entreprise et les décideurs et de l’autre, les salariés et les fonctionnaires, qui dépendaient des premiers. Je savais donc que pour mériter son respect, je devrais, un jour, me mettre à mon compte.
Mon père m’a élevé, moi et mes quatre frères, après que ma mère, issue de l’aristocratie danoise, m’ait délaissée, trop effrayée par ma précocité et mes manières de garçon manqué.
J’avais prévu d’accumuler des expériences avant de lancer ma propre entreprise, vers 35 ans pensais-je alors, l’âge moyen des créateurs d’entreprises en France.
Or, je me suis retrouvée enceinte alors que j’étais censée ne pas pouvoir avoir d’enfant...
I ntroduction
L’être humain a besoin de liberté.Créer sa propre entreprise, c’est s’affranchir d’un employeur à qui l’on doit obéir, c’est se libérer de contraintes absurdes et vexantes, c’est surtout, cesser de brider notre énergie et notre enthousiasme. Pour réaliser un rêve qui nous tient à cœur. Pour ne plus avoir à supporter de travailler avec des collègues qui nous empoisonnent le quotidien. Monter sa propre affaire, c’est se donner les moyens de s’en sortir.
Créer sa société, c’est se respecter enfin. Savoir que l’on est capable de réussir. Comprendre que même les plus grands chefs d’entreprises savent écouter les conseils de bon sens de personnes expérimentées. Ce livre remplace cet entourage que vous n’avez peut-être pas. Il a pour vocation de vous montrer qu’il n’est pas si difficile que l’on croit de monter sa boîte.
Vous êtes nombreux à avoir envie de vous mettre à votre compte. En France, plus de 11 millions de personnes rêvent de créer leur entreprise. Mais seules un peu plus de 500 000 ont osé se lancer en 2011. Même si l’on ajoute les quelque 300 000 auto-entrepreneurs qui se sont enregistrés la même année, ce chiffre montre que le fossé reste énorme entre le rêve d’entreprendre et la concrétisation d’un projet.
Pourquoi un tel écart entre le désir et la réalité ? Quels sont les freins à la création d’entreprise ? Qu’est-ce qui arrête une femme ou un homme qui voudrait se mettre à son compte ?
Il y a, d’abord, l’accueil fait à celui qui rentre chez lui avec un projet de création d’entreprise.
Luc
Quand j’ai dit à ma femme que je voulais démissionner pour monter ma boîte, raconte Luc, 47 ans, cela a fait plus de bruit que si je lui avais annoncé que je la trompais ou que je demandais le divorce !
Elle m’a traité d’inconscient, m’a accusé de mettre en péril l’avenir de nos enfants, qu’ils allaient mourir de faim par ma faute… Toute la famille a été ameutée. Mes parents m’ont regardé comme si j’étais devenu fou. Ma belle-famille a parlé de crise de la cinquantaine.
Personne ne m’a demandé d’expliquer mon projet. J’ai abandonné l’idée que j’avais pourtant étudiée longuement avec mon collègue ingénieur. Lui a eu plus de chance que moi. Sa femme l’a soutenu moralement. Aujourd’hui, il roule...
P remière partie
Bien démarrer
D vant de vous lancer dans la création effective de votre société, d’opter pour une structure juridique et de démarrer votre activité, il est de votre intérêt de vous poser trois questions.
• La première consiste à savoir à quel type d’entrepreneur vous appartenez. La démarche est explicitée dans lechapitre 1.
• La seconde question est de savoir ce que vous voulez vraiment. Et dans quelle mesure la création d’entreprise peut satisfaire vos besoins. Un début de réponse est apporté par lechapitre 2.
• Enfin, après avoir déterminé qui vous êtes et ce que vous voulez, demandez-vous si cela est réaliste. L’étude de marché, présentée auchapitre 3, vous y aidera.
Dprès, et après seulement, vous aurez besoin de savoir quel statut choisir (chapitre 4), quel régime fiscal (chapitre 5), à quelle protection sociale vous attendre (chapitre 6), ou encore, combien d’argent vous pouvez réunir (chapitre 7).
Prenez quelques instants pour répondre à ces trois importantes questions. Vous gagnerez des années d’efforts. En effet, si vous savez exactement ce que vous voulez et où vous voulez aller, vous réussirez plus vite et plus sûrement. es réponses précises à ces trois questions éclaireront votre chemin.
Par exemple, le statut juridique qui semble si complexe à beaucoup de créateurs, s’imposera de lui-même.
Beaucoup de débutants ont l’impression que les statuts juridiques forment un épais catalogue ennuyeux et incompréhensible. Il est vrai qu’il est difficile de choisir quand les conséquences sont trop importantes. Dinsi, préférer simplifier les formalités administratives, c’est accepter le risque maximal ! Choisir de se protéger, ce serait donc s’obliger à supporter des frais de constitution élevés, etc.
Simplifier les formalités, c’est souvent choisir le statut de l’auto-entrepreneur. Or, ce statut n’est pas forcément celui qui convient, même pour un débutant. Car celui qui se lance pour la première fois est susceptible de faire plus d’erreurs qu’un entrepreneur chevronné. Or, ce choix n’est pas le plus protecteur.
Le besoin de protection fait partie des qualités d’un chef d’entreprise. Les gens s’imaginent, à tort, qu’un entrepreneur est un risque-tout.
Bien que ce ne soit plus vraiment le cas depuis que le montant minimal de capital de la S.D.S.U. – Société par Dctions Simplifiée Unipersonnelle – a été supprimé, une autre nouveauté récente, qui a fait moins de bruit que le statut de l’auto-entrepreneur alors qu’elle est autant si ce n’est plus « révolutionnaire » (voir chapitre sur les statuts juridiques).
Savoir à quel type d’entrepreneur vous ressemblez le plus, vous fera aborder le problème d’un œil neuf. Le premier chapitre de ce livre vous permettra d’identifier clairement ce qui vous motive. À partir de cette découverte, tout le reste ne sera que de la cuisine interne. Vous adapterez le choix des formes juridiques à ce que vous êtes. Vous n’essayerez plus de vous fondre dans le moule étroit d’un statut quelconque, dans un cadre que vous aurez choisi parce qu’il vous correspond « à peu près » et dont vous auriez à supporter les inconvénients parce que vous pensez ne pas pouvoir faire autrement.
Une fois identifié votre profil, votre choix sera plus restreint, donc plus précis, limité à un nombre réduit de structures que vous pourrez adapter à ce que vous êtes plutôt que d’en subir les contraintes.
Tout est fait dans ce livre pour que chaque mot vous soit utile, pour que la démarche vers la réalisation de votreprojet soit facile à comprendre. Tout à été testépar un entrepreneurqui estpassépar là où