//img.uscri.be/pth/c9f3074e33eb19a01738ab3cd0e0c02278c6e8dd

Comment je me suis constitué un patrimoine de plusieurs millions d'euros avec un salaire de 1750 euros

-

Livres
276 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Plus qu’un livre : votre meilleur investissement



dans l’immobilier !






« Devenir propriétaire de 25 appartements, sans diplôme, sans capital de départ ni connaissances en immobilier et en gagnant moins de 2000€ par mois, c’est possible ! Ce que j’ai fait, vous aussi vous pouvez le réaliser à condition de le vouloir vraiment et de cultiver la positive attitude.



« Si un projet vous tient à cœur – dans l’immobilier comme moi, dans le sport ou dans tout autre domaine –, alors rien, absolument rien ne doit vous arrêter pour le faire aboutir. Ma success story le prouve.



« Dans ce livre je vous fais partager mon expérience et vous détaille mon parcours sans rien cacher, pour vous prouver que cela fonctionne. Vous y trouverez les conseils pour investir sereinement et efficacement dans l’immobilier. Mais je vous explique aussi comment vous bâtir un mental de « gagnant », à la façon des grands sportifs, pour vous permettre de relever les défis et surmonter les obstacles que chacun rencontre dans ses projets.



« Croyez en vous, soyez positif et faites comme moi : foncez ! »



Goulwenn



Goulwenn Tristant a 33 ans. Il est pompier professionnel (en semaine) et volontaire (le week-end), et aussi l’un des meilleurs ultra triathlète au monde. Depuis l’âge de 24 ans, il consacre son temps libre au développement de son patrimoine immobilier et au sport. Il vous fait partager ici les secrets de sa réussite.


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 19 mai 2015
Nombre de lectures 903
EAN13 9782818805800
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Goulwenn TRISTANT,actuellement sous contrat à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, a commencé à investir dans l’immobilier en mai 2006 par l’achat de sa résidence principale. Animé par la passion des challenges et de l’immobilier dont il ne connaissait rien, il est parvenu à se constituer un patrimoine de 25 appartements en tout juste 8 ans, sans autre apport financier que son salaire de pompier. S’interdisant toute excuse et résolu à ne jamais baisser les bras – une attitude qu’il adopte aussi dans les challenges sportifs hors normes qu’il a relevés en ultra triathlon et ultra trail – il est l’incarnation parfaite de la maxime « à coeur vaillant rien d’impossible ». Goulwenn Tristant animedeux blogs (sport :www.sportchallenge.fret immobilier :www.businesschallenge.fr) et il peut être contacté à l’adresse : goulwenn.tristant@ maxima.fr www.maxima.fr Suivez-nous sur twitter@maximaediteur Rejoignez-nous sur facebook.com/EditionsMaxima
8, rue Pasquier, 75008 Paris. Tél : + 33 1 44 39 74 00 – Fax : + 33 1 45 48 46 88 © Maxima, Paris, 2015. ISBN : 978-2-81880-580-0 Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Avertissement Les exemples et stratégies décrits dans cet ouvrage ne peuvent être considérés comme des modèles absolus et reproductibles à l’identique. Ils ne servent que d’illustration aux propos de l’auteur, et ne peuvent en aucun cas être considérés comme de quelconques incitations, recommandations, sollicitations, prévisions, conseils d’achats ou de vente de produits immobiliers ou spéculatifs.
Introduction
SOMMAIRE
Première partie Des conseils concrets
1. L’investissement locatif, un plaisir
• Les banques fuient leurs responsabilités • L’immobilier neuf : un investissement risqué… • La positive attitude • Sport et immobilier ; le même investissement, la même détermination • Se lancer, échouer, se relever et recommencer • Prise de renseignements et prise de conscience • Observez et informez-vous : deux autres clés pour réussir
2. La stratégie de l’emprunt • Emprunter via un courtier ou se débrouiller seul ? • Taux fixe ou taux variable ? • L’assurance • Caution ou hypothèque ? • La durée du prêt • Investir maintenant ?...
« Réaliser un projet, ce n’est pas se demander si l’on a les capacités intellectuelles ou physiques pour le faire, c’est agir et persévérer ! » Goulwenn Tristant
Janvier 2006, quoi faire de mes 468 euros d’épargne et de mon salaire de 1 519 euros… ? Pourquoi ne pas se prendre à rêver d’investissement immobilier ?
Introduction
ÈS mon entrée chez les sapeurs-pompiers de Paris, e n avril 2005, marué par D l’expérience de mes parents ui ont été locataires pendant près de 10 ans sans investir, j’ai décidé de procéder différemment et de me constituer un patrimoine immobilier locatif. Problème : je touche 1 500 € de salaire mensuel aux uels s’ajoutent uelues vacations de pompier volontaire. Au final, cela cor respond à peu près à 1 900 € de revenus nets. Pourtant, au moment où j’écris ces li gnes, fin 2014, je possède 25 appartements et un garage. En tout juste 8 ans j’ai pu réunir près d’1,5 million d’euros de fonds pour investir dans l’immobilier dont un million les cin premières années. Avec ma « novice attitude » comme seul argument ! Je vais pouvoir prendre une retraite confortable à 40 ou 45 ans environ. Il est évident ue ce n’est pas avec mon salaire de pompier ue j’ aurais pu y parvenir. Je n’avais aucune connaissance particulière...
Première partie
DES CONSEILS CONCRETS
« Derrière un homme qui a réussi, il y a toujours un homme qui a agi. » Pablo Picasso
Chapitre 1. L’investissement locatif, un plaisir
« La plus grande erreur que vous puissiez commettre, dans la vie, c’est d’avoir peur de commettre des erreurs. »
John Fitzgerald Kennedy
OUS vivons dans un monde négatif, que ce soit à travers les messages des medias N écrits ou audiovisuels, les propos des amis, des proches… Et particulièrement en France, patrie du pessimisme. À force de s’entendre rabâcher « Tu n’y arriveras pas… c’est dangereux… c’est impossible… », on finit par en être convaincu. On ne croit plus en soi, on a du mal à se projeter dans un avenir qu’on imaginait radieux et on hésite à investir pour se le préparer. Dès qu’on allume la télévision, on nous parle de cr ise profonde, durable. Dans le domaine de l’immobilier, il est devenu de plus en plus difficile d’emprunter. Les banquiers sont craintifs et s’éloignent de la fonction première de leur métier : prêter de l’argent. De plus en plus souvent, les banques vous demandent maintenant d’avancer 10 voire 20 % des fonds dont vous avez besoin. Où va-t-on ? Avant même de pouvoir acquérir votre bien immobilier, la banque vous demande d’en financer une partie substantielle. Comment éviter la crise financière personnelle si la banque vous demande de lui verser tout ou partie de vos économies quand vous voulez acheter ? Clash garanti ! Les banques procèdent ainsi car en cas de non-remboursement du crédit, elles seront assurées de récupérer la mise de fond que vous aure z versée au début en plus du bien d’une vente aux enchères ou d’une saisie. Au final, on inverse les rôles : c’est pratiquement vous qui financez la banque pour faire aboutir un projet alors que c’est elle qui devrait prendre le risque, c’est son métier, et on le paye assez cher pour ça en frais de gestion, intérêts, agios, etc.
Les banques fuient leurs responsabilités
On lit dans la presse : « Les Français en mal de crédit peinent à acheter », « Crédits immobiliers : moins chers mais moins accessibles », « Crédit immobilier : qui peut emprunter ? »… Le pourcentage de ceux qui jugent la conjoncture éc onomique « peu » ou « pas du tout » favorable à l’achat immobilier ne cesse d’au gmenter. Malgré des taux historiquement bas, les prêts immobiliers sont perçus comme toujours moins accessibles. Seuls 24 % des Français interrogés les jugent « fac iles » à obtenir, contre 28 % en juin 2013, et 58 % seulement les trouvent « attractifs », contre 75 % un an plus tôt. Les Français se sentent de plus en plus freinés dan s l’accès à la propriété. Selon le e 14 baromètre réalisé par l’Ifop pour la Fnaim, le pou rcentage de ceux estimant que la conjoncture économique n’est pas propice à l’achat immobilier a augmenté de huit points entre 2013 et 2014. Parmi les 25-34 ans, seuls 42 % sont d’ailleurs déj à propriétaires de leur logement (contre 58 % de la population dans son ensemble) et seuls 25 % des autres envisagent de le devenir à court terme, cette année ou l’an prochain, selon la Fnaim. Comment en est-on arrivé là ? À l’évidence, suite à la crise financière des années