Reprendre ou céder une entreprise

Reprendre ou céder une entreprise

-

Français

Description

Prendre la direction d'une entreprise est le souhait de nombreux salariés ou demandeurs d'emploi qui ont envie de changer d'orientation. Il faut toutefois agir avec précaution afin que l'entreprise reprise soit en adéquation avec ses propres compétences.

Comment trouver l'entreprise cible ? Comment mieux la connaître en faisant un diagnostic complet ? Comment fixer son prix ? Comment chiffrer les besoins financiers nécessaires à son développement futur ? Comment financer la reprise ?

À l'inverse, de nombreux dirigeants désirent céder leur entreprise. Mais comment procéder ? Où s'adresser ? Combien vaut l'entreprise ? Comment trouver le repreneur qui saura pérenniser l'activité ? L'objectif de ce guide est de vous aider à réaliser votre projet de reprise ou de cession, en vous indiquant la méthode pour réussir :

- en établissant sans complaisance la liste des principaux problèmes rencontrés lors de l'achat ou la vente d'une entreprise ;

- en montrant les différentes étapes à franchir - phase de négociation, analyse détaillée de l'entreprise cible, recherche de financements, établissement d'un protocole d'accord... ;

- en fournissant des conseils, l'avis de spécialistes et des adresses utiles destinés à guider le repreneur comme le cédant.

Un guide indispensable pour tout dirigeant d'entreprise désireux de vendre son affaire et pour tout repreneur potentiel souhaitant devenir chef d'entreprise.


Docteur en sciences économiques et diplômée de Sciences Po Paris, Claude-Annie DUPLAT est consultante d'entreprise. Elle est également l'auteur d'une douzaine d'ouvrages pratiques sur la gestion des entreprises, la Bourse, la retraite, les prévisions financières.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2007
Nombre de lectures 133
EAN13 2711787125
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D’ENTREPRISES EN FRANCE
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le marché de l’offre et de la demande d’entreprises reste encore très cloisonné en France. Les achats et les ventes d’entreprises existent mais, pour le moment, l’organisation et les structures indispensables pour favoriser la transmission sont encore peu développées.
Toutefois, compte tenu de l’évolution démographique, on peut s’attendre à une augmentation assez importante des cessions et reprises au cours des dix prochaines années. En effet, durant cette période de nombreux chefs d’entreprise vont arriver à l’âge de la retraite et il leur faudra quitter leur affaire.
1. DESMILLIERSDENTREPRISESÀTRANSMETTRE
Selon les pouvoirs publics, dans les dix prochaines années, près de 500 000 chefs d’entreprise partiront à la retraite. Chaque année, les statistiques enregistrent environ 40 000 ces-sions-reprises d’entreprise ; en fait, le chiffre réel des cessions doit être plus important, car les statistiques officielles ne prennent pas en compte les opérations de cession d’entreprises qui se font sous forme de rachats de titres (actions ou parts sociales). En intégrant ces opérations, le nombre de reprises serait de l’ordre de 60 000 par an (soit un chiffre 50 % plus élevé que les chiffres enregistrés). On sait par ailleurs que près de 20 000 entreprises disparaissent cha-que année, faute de repreneurs. Cette situation est d’autant plus grave que ces disparitions entraînent des milliers de licenciements.
1
14
Reprendre ou céder une entreprise
Le marché de la transmission est en devenir Le nombre d’opérations de reprises d’entreprise semble devoir pro-gresser dans les prochaines années : • Tout d’abord, de nombreuses transmissions d’entreprise se feront en raison du départ à la retraite des chefs d’entreprise. • Par ailleurs, certaines entreprises vont chercher à se rappro-cher d’autres entreprises (concurrents, fournisseurs…) pour conforter leur part de marché. • Enfin, le développement des échanges européens intracom-munautaires va contribuer à favoriser un certain nombre d’opérations de reprises et de cessions.
Le marché de la transmission est atomisé Le marché de l’offre et de la demande d’entreprises est encore rela-tivement restreint en France. Les causes qui font obstacle à son développement tiennent à un environnement peu propice et à l’attitude réservée des acteurs qui pourraient venir sur le marché : • Les structures ou organismes mettant en relation les cédants et les repreneurs existent, mais sont encore insuffisants. • On note fréquemment une certaine appréhension de la part des dirigeants à mettre leur entreprise en vente : – tout d’abord, ils craignent de fragiliser celle-ci en indiquant leur désir de vendre à leur entourage immédiat ; – de plus, pris dans la pression permanente du quotidien, les cédants potentiels négligent parfois de penser à l’avenir de leur affaire. En effet, certains dirigeants animent une entre-prise qui marche bien et ne sont pas prêts à « décrocher ». Ils vivent leur activité professionnelle à court terme plutôt qu’à long terme ; – enfin, les dirigeants craignent parfois de ne pas trouver le repreneur qui leur convient. • Les repreneurs potentiels éprouvent parfois quelques difficul-tés à trouver des opportunités de cession par manque d’infor-
Une opération délicate
mations ; l’importance de la mise de fonds peut dissuader certains; enfin, nombreux sont ceux qui estiment que leur for-mation en gestion est insuffisante. On note une très forte disparité selon les régions : les reprises d’entreprises se font principalement dans le Sud, l’Île-de-France, la région Rhône-Alpes et l’Ouest de la France.
En bref
Les freins à la reprise d’entreprises en France • Les structures d’accueil des cédants et des repreneurs potentiels sont encore peu connues. • Les acteurs potentiels (cédants et repreneurs) manquent d’informations sur la méthode et les contacts nécessaires pour mener à bien les opérations de transmission.
2. UNEOPÉRATIONDÉLICATE
Vous envisagez de vendre votre entreprise ? Vous souhaitez repren-dre une affaire ? Comment vous y prendre ? Où vous adresser ? Compte tenu de ses implications d’ordre affectif, professionnel, financier et juridique, le montage d’une opération de cession-reprise est relativement complexe. Deux personnes qui ne se connaissent pas vont devoir s’accorder sur des points essentiels, le repreneur poursuivant le travail d’une autre personne (le cédant). Passer le flambeau d’un dirigeant, qui souvent a créé son affaire et décidé de s’en séparer, à un nouvel arrivant qui va reprendre l’entreprise et la piloter sans doute différemment, est une affaire délicate.
15
1
16
Reprendre ou céder une entreprise
En pratique
La rencontre entre cédant et repreneur L’adéquation entre un chef d’entreprise et un repreneur ne va pas de soi. Il leur faudra faire preuve d’une grande ouverture d’esprit, de beaucoup de patience et de diplomatie.
Les risques pour le cédant et pour le repreneur Le risque pour le cédant est de ne pas trouver le repreneur qui assu-rera la suite de la direction de l’affaire. Il faut savoir que le cédant peut avoir différentes motivations pour vendre mais, la plupart du temps, il souhaite assurer la pérennité de son entreprise et retirer une plus-value de la vente. Il désire trouver un successeur efficace pour développer l’entreprise qu’il a fondée, une personne en qui il aura toute confiance afin de lui passer les rênes. Cela n’est pas évident. Le repreneur va se trouver, après l’opération de reprise, dans une affaire qui, en fait, lui est quasiment inconnue. En effet, même s’il a effectué de nombreux audits et tenté de faire des prévisions le plus sérieusement possible, il ne sait pas exactement ce qu’il va découvrir. N’y a-t-il pas des vices cachés? Les risques sont importants.
Les conseillers extérieurs
Il est fortement conseillé aux cédants comme aux repreneurs de ne pas effectuer seuls l’opération de transmission d’entreprise. Il est absolument nécessaire qu’ils se fassent assister par au moins un conseil extérieur. En effet, ne pas prendre l’avis de spécialistes peut avoir des conséquences graves pour l’avenir des deux partenaires (par exemple, seuls des spécialistes de l’analyse financière ou du droit sont capables de déjouer les principaux pièges de la reprise). Les différents intermédiaires entre les cédants et les repreneurs peu-vent être classés en deux catégories :
Avantages et inconvénients de l’opération
17
• Ceux qui favorisent la mise en relation des deux protagonistes: les Chambres de commerce et d’industrie, les clubs de cédants et de repreneurs, les conseillers bénévoles… les banquiers d’affaires, les avocats et conseillers juridiques,1 • Ceux qui sont parties prenantes à la transaction et à la négo-ciation, qui font des audits, qui préparent certains documents juridiques et financiers : les conseillers en fusion-acquisition, les experts comptables, les notaires…
3. AVANTAGESETINCONVÉNIENTSDELOPÉRATION
Avantages et inconvénients d’une cession pour le cédant Les principaux avantages tirés de la vente de l’entreprise vont être d’ordre psychologique et d’ordre financier. D’une part, le chef d’entreprise veut s’assurer que son affaire va continuer et que son travail antérieur va se poursuivre sous l’impul-sion d’un nouveau dirigeant. D’autre part, la vente va permettre au cédant de toucher une certaine somme d’argent qu’il pourra inves-tir soit en placements, soit dans une autre affaire. L’inconvénient de la démarche est d’exposer l’entreprise et peut-être de la fragiliser : que va-t-il se passer si des fuites ont lieu ? Pour-quoi l’entreprise est-elle à vendre ? Le personnel, de même que cer-tains fournisseurs ou clients, vont immédiatement exiger des explications. Un autre risque potentiel est que le repreneur fasse péricliter l’affaire ; ce risque existe mais reste limité (on note que, dans les cinq ans qui suivent une opération de reprise, 80 % des entreprises sont toujours en activité ; 20 % ont disparu).
Avantages et inconvénients d’une reprise pour le repreneur L’essentiel pour le repreneur est de rencontrer une entreprise mar-chant bien, sur les rails, rentable et qu’il va pouvoir développer grâce à son talent et ses qualités de manager.